Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 15:54
Sa légende commence à Bescherelle, en Bretagne. L'époque était encore sauvage. Les duels étaient monnaie courante. La chevrotine volait bas, le cacao et les jeux de mot laids courraient les rues. La civilisation venait à peine d'arriver dans l'ouest sauvage. C'était encore une nouvelle frontière. Bientôt, la technologie bretonne se développerait et produirait le biniou et le minitel, mais là, on n'en était encore qu'aux balbutiements du chouchen. Avec de la pomme, sans doute.

Et puis un jour, il est apparu. Désireux de fuir sa vie d'antan, il venait chercher la tranquillité. Son passé trouble de poète pouet était derrière lui, sa nouvelle vie devant (ou à peu près). Mais s'il y a bien une chose que La petite maison dans la prairie aura appris aux enfants du monde entier, c'est bien qu'on ne peut être tranquille nulle part, même pas à Walnut Grove ou en Bretagne. Il y a toujours un branleur pour venir ramener son vocabulaire et tous ses potes avec. C'était la bande des breizh-kikoos.
Aidé par son ingénieux ami Bic (peut-être un ancêtre, je ne sais pas), il décida de faire face. Ils mirent au point une plume 4 couleurs qui lui permettrait d'affronter ce gang de misérables. On assure sa paix en préparant ses vers, il parait. Quand ils vinrent pour loler la vie du village, il fut le seul à se dresser. A coup de rimes et de quatrains, il les renvoya promptement à leurs abécédaires. Et pour les plus réticents, il appliqua le bon vieil alexandrin dans les dents.

Il libéra la ville. A lui la gloire, les femmes et les livres. Mais c'était il y a bien longtemps. Aujourd'hui, les breizh-kikoos sont passés à l'international et reviennent plus fort que jamais. Qui donc les empêchera de nous kikoo-loler la vie? Qui les empêchera de qualifier de tro bi1 ou de steack-kawai? Surement pas Dominique Lavanant. Les mythes bretons sont bel et bien morts.
Repost 0
7 novembre 2007 3 07 /11 /novembre /2007 10:20
Quand j'étais au lycée, j'avais un prof d'histoire qui avait une méthode pour que ses cours rentre mieux. Pas qu'elle soit super originale, mais elle m'amusait bien à l'époque. En gros, il nous filait des polycopiés des cours, mais avec des trous dans le texte. Et le jeu était évidement de retrouver les mots clés pour bien comprendre la leçon. Et c'est en devinant régulièrement tout ce qui touchait à la propagande que j'ai eu confirmation que le monde vivait dans le cynisme. Aujourd'hui, ça s'arrange pas.

Ce matin, pleine page dans le recueil de dépêche. Une banque qui tient à remercier ses actionnaires pour avoir permis le rachat d'une autre grosse banque anciennement concurrente. Une déclaration publique avant quelques rétributions minimes en privés. Un bon gros merci pour les futurs licenciements des employés en double, pour les parachutes dorés des dirigeants qui partiront, pour les agences qui vont fermer pour générer des économies et donc du bénéfice qui ne sera pas reversé, pour les milliers de clients qu'ils vont récupérer. J'imagine que les employés qui ont bossé pour cette OPA ont du être content d'être remercié aussi, enfin, s'ils sont actionnaires. Enfin bon, il y a pire.
Comme ce tribunal suisse qui vient de déclarer que n'importe qui peut faire du fromage à raclette. Autant je suis d'accord que raclette, ça désigne le plat et pas le fromage, autant laisser la main à n'importe qui dans le monde, ça fait peur. Je crains l'arrivée du fromage à raclette en tube, voire en version micro-onde. J'ai beau être partisan de la gastronomie pratique, il y a des limites à ne pas approcher. Mais il y a encore pire.
L'an prochain sera rude pour les dépressifs de tout poil. La drogue légale du rayon confiserie va augmenter. Si on s'attaque même au prix du chocolat sous prétexte de problèmes politiques chez les producteurs africains, à quoi ça sert d'avoir élu un président de droite hein? Si on peut plus abuser impunément des richesses du monde au nom de la grandeur de la France, c'était bien la peine.

Décidément, plus ça va, et moins ça va. Et en plus, l'an prochain est même une année olympique. Heureusement que je devrais faire le plein de raffinement charcutier prochainement. Faudra que je pense à faire le plein de pralinoise aussi, avant le krach. J'ai peur que mes stocks ne durent pas très longtemps. Bientot, le rationnement.
Repost 0
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 10:08
Ah putain, je le savais. Depuis des années, ça amuse mes collègues qui me prennent pour un marginal, un hurluberlu qui fait le clown pour se donner un genre. Sauf que la science vient une nouvelle fois à ma rescousse. J'ai une utilité sociale dans l'entreprise, bordel de merde! Dire qu'il aura fallu attendre le 3ème millénaire pour s'en rendre compte.

Il aura donc fallu tout ce temps à des scientifiques anglais pour découvrir que jurer au bureau, ça fait du bien. Heureusement que je ne les ai pas attendu pour ça. Ca fait des années que je traite mes patrons de sac à merde incompétents, mes commerciaux de requins sodomites et mes utilisateurs de boulets à moufles. C'était pourtant évident. Parce que si l'enfer, c'est les autres, c'est aussi et surtout leur faute. Déjà, des gens qui vous incitent à travailler pour gagner de l'argent, je ne vois pas moins qu'un "enculé!" pour les qualifier. Alors quand vous les cotoyer tous les jours pour jouer à celui qui en fera le moins, forcément, ça créé des liens. Et au bout d'un moment, on finit par se donner des pitits noms affectueux. Bien sur, on ne se les donne pas en public. Ni en privé, d'ailleurs. Tant qu'on ne sait si les sentiments sont partagés, on préfère garder la tendresse pour soi. Ou pour les collègues proches, mais pas pour les principaux intéressés. Ca ne se fait pas.

En tout cas, il parait que ça fait du bien. Ca créé des liens et ça accroit la solidarité dans les bureaux. Ca marche bien chez nous. Par exemple, depuis hier, on sait que Vieux con, aussi connu comme KGB, l'oeil de Moscou, est sur le point d'être mis en pension (en retraite, pour les français). Et on était tous à fêter le départ imminent de ce vieux salopard. C'était la bonne humeur. Je sens que c'est encore un truc pour qu'on bosse plus, tout ça. Enculés!
Repost 0
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 15:33
Je sais, je sais. On en a vu des dures ensemble. Et même, pendant longtemps, je ne t'ai vu. Tu n'étais pas encore né. Et tu me manquais beaucoup. Alors forcément, vu le début de week-end qu'on a eu ensemble, on aurait pu craindre le pire. Tout d'abord, ce pot de départ qui s'annonçait prometteur, que j'ai fui en courant pour prendre un train qui n'est jamais venu. Et ensuite, cette chaine de pizza qui tient décidément à me faire du mal en ne livrant nulle part où je vais. Heureusement, tout s'est arrangé par la suite et tu es toujours là, mon pitit bidon.

Même si je sais que certains pensent que je devrai t'arrêter en pleine croissance, tu sais bien que je ne les écoute pas. Et tu as bien vu ce week-end que les amis, les vrais, pensent à t'entretenir plutôt que de chercher à t'éliminer. Certains jaloux ne t'ont jamais apprécié. On a donc commencé par contrer la malédiction du domino's pizzaïolo en allant chercher nos pizzas aux patates en métro. Heureusement que pour l'attente, j'avais quelques Mc 280 sauce fromagère. Ca nous aura bien servi.
Et puis, il y eut la fin de week-end en apothéose. La raclette d'abord, apportée dans un but purement didactique à l'attention des enfants du champion du monde de raclette (même si j'en reste le recordman). Et puis il y eut sa pitite soeur, le lendemain soir. Enfin, pitite, elle était tout de même plus grande que la veille, mais bon. C'était quand même la seconde.

Alors tu vois, pitit bidon, il y a des gens qui pensent à toi. Des gens près à oublier les publicités subversives qui en appellent aux potagers pour t'éliminer. A la veille de l'hiver en plus. Depuis que l'abbé Pierre est mort, les gens oublient l'hiver social. On abandonne même son isolation. Si c'est pas malheureux... Mais ne t'inquiète pas, pitit bidon, tout comme ce week-end, j'essayerai de te garder plein de vie.
Repost 0
5 novembre 2007 1 05 /11 /novembre /2007 10:50
Le week-end dernier, je suis allé voir mes deux plus grands fans. Ca fait toujours plaisir, quand on a un coup de mou, de trouver quelqu'un prêt à vous prêter un jouet ou a regarder la télé avec vous en silence. Ils vont même jusqu'à interrompre leur repas pour scander mon nom, alors que je ne faisais rien de spécial en plus. Bon, ce ne sont que deux pitits gens d'à peine un an et demi chacun, mais ça fait toujours plaisir.

Alors ils me racontent des histoires. Parfois, ils me montrent les doudous ou ils me prêtent des joujous. Ils courent partout en chantant mon nom. Ils me font un gateau au chocolat. Bon, j'ai été un peu déçu quand l'un d'eux a refusé de gouter à la raclette. Et même au baton de berger. D'ailleurs, ça lui a couté la répudiation paternelle. Mais bon, ça en faisait plus pour moi, alors je ne dirai rien. Et puis il aime bien la pizza.
En tout cas, ce week-end, ils m'ont présenté une des plus grandes inventions du millénaire. Et je dois avouer ici ma jalousie face à ces fans mieux lotis que moi. J'ai découvert le pot musical. Le truc, tranquille, tu t'assoies, et si tu t'ennuies un peu, t'appuies sur le bouton et t'as une musique de chiotte (de circonstance donc) qui se fait entendre. Idéal pour les filles qui veulent propager le mythe qu'elles ne font pas caca. Je me demande comment le concept n'a pas été exporté vers les trones adultes.

J'avoue que j'ai été intrigué et un peu séduit. J'aurai bien testé leur pot, limite laissé un autographe (après tout, c'est pour des fans), mais je crois que j'ai un peu pris, ces derniers temps. J'étais pas sur de pouvoir ressortir du truc. En tout cas, c'est étonnant de voir que ces pitites gens pourtant si bien pourvus dans la vie, ont encore envie d'un modèle comme moi. Alors bon, pour les remercier, je me suis contenté de finir leur saucisson et leur gateau au chocolat. Ce qu'il faut pas faire pour satisfaire son public...
Repost 0
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 15:58
Allez, d'ici une petite demi-heure, c'est le week-end. Et que des réjouissances à venir. Halloween, la Toussaint, la fête des morts... Tout ça enchainé sur 3 jours, c'est gai. Alors histoire de pas trop salir chez moi (le mort, ça tache), je me suis décidé à aller faire le mort ailleurs. Ce week-end, ça va être mortel. Mais pas trop quand même.

Ce soir, j'arrive tard sur Paris, alors pour bien fêter halloween, je sens que je vais aller réveiller les momes de mes hébergeurs, histoire de bien leur faire comprendre qu'aujourd'hui, faut avoir peur. En même temps, à un an et demi, ça devrait aller pour les effrayer. Et après, leurs parents me tuent, parce qu'ils auront eu un mal de chien à les coucher et que là, ce sera traumatisme pour la semaine. En tout cas, je serai paré pour la Toussaint. Le seul jour de l'année où je peux me fêter. Parfaitement, il y a un saint Cubik. Même que c'est moi, je le connais bien. Du coup, comme ce sera ma fête, je regarderais un peu où est-ce que je pourrai aller l'an prochain, pour mes futures grosses vacances. Bon, en fait, j'ai commencé aujourd'hui, mais faut pas le dire. J'ai regardé un peu les trucs d'échanges d'appartements, je me dis que ça doit pas être mal, en fait. Bon j'imagine que ça doit mieux marcher pour les apparts que j'ai vu à NY, Montreal ou Auckland que pour ceux de Minsk ou de Tel Aviv. Mais c'est intéressant de voir tous ces gens désireux d'échanger avec un appart belge. Bon pis sinon, vendredi, jour des morts, repos, forcément.

Ah je sens que ça va être un week-end studieux tiens. Et on ne pourra pas dire que je ne suis pas très actif, parce que je vais quand même rien faire ailleurs que chez moi. Si ça, c'est pas de la motivation, je sais pas ce qu'il faut. Sans compter que je dois aussi distribuer quelques raclées sur Mario Kart DS aux indigènes, alors bon. Qu'on me laisse me reposer en paix. Résurrection lundi.
Repost 0
31 octobre 2007 3 31 /10 /octobre /2007 09:32
Ca y est, je suis devenu totalement invisible. Je passe sous les radars des admins du coin. Ils m'avaient dit de rien installer de compromettant sur mon pc de bureau, qu'ils le sauraient tout de suite. Et jusqu'ici, j'ai suivi. Mais c'est fini, j'ai trouvé le moyen de passer outre sans laisser de trace. Je suis en fraude furtivement. C'est beau.

Hier, j'ai découvert qu'il existait des versions "portables" de certains logiciels. Des trucs que tu colles sur une clé usb et qui fonctionnent sans installation, et donc sans trace sur l'ordi où tu es. C'est comme ça que j'ai récupéré Firefox portable. Rien d'installé sur le pc, on ne peut pas venir me reprocher de frauder. En plus, ça me permet d'être beaucoup plus furtif au niveau de l'attitude. On m'avait déjà affirmé, et j'étais bien près à le croire, que Firefox est plus rapide qu'Explorer. Sauf qu'avec les connexions haut-débit qu'on trouve un peu partout, je n'avais jamais rien pu constater de flagrant. C'était avant d'arriver dans ce bureau, avec sa connexion pourrie à partager pour 600 personnes. Là, je la sens bien, la différence. Déjà, je n'ai plus ces messages sur certains sites qui m'indiquent que j'ai une vieille version d'Explorer (j'ai pas le choix, oh!). Et au niveau de l'affichage, c'est waouh. Sans compter le gain de temps que j'ai avec les onglets de Firefox. Je peux enfin ouvrir 4 blogs à la fois sans avoir la machine qui commence à souffler comme un fumeur asthmatique parce que chaque nouvelle fenêtre bouffe de la mémoire.

Du coup, ce matin, tour des blogs à grande vitesse. Limite trop vite. Mais bon, maintenant, faudra être nettement plus rapide pour pouvoir me griller. On croira encore plus que je bosse. C'est grand. Va vraiment falloir que je demande une augmentation.
Repost 0
30 octobre 2007 2 30 /10 /octobre /2007 10:22
Honte à vous, organisations humanitaires et caritatives. Depuis des années, on nous ment, on les spolie. Depuis des décennies, on cherche à nous tirer les larmes et les billets pour de faux problèmes. Il est vrai que l'Afrique a un gros problème. Mais ce n'est pas forcément celui qu'on essaye de nous faire avaler. Le problème africain, il est simple: ils n'ont pas assez d'accès web.

Depuis quelques jours, la conférence internationale "Connecter l'Afrique..." pointe du doigt les vrais manques. Ce qui bloque actuellement la croissance africaine, c'est le manque d'infrastructures. C'est le fait que seulement 4% des africains ont accès au web, et moins d'un pourcent en haut débit. Et évidement, le fait qu'un accès coûte un peu cher (de l'ordre de 180 à 214 euros). Franchement, ou avions-nous la tête? Depuis des années, on croit que l'Afrique va mal à cause de la sous-nutrition, des différents conflits ethniques, religieux, des guerres de pouvoir, de l'exploitation occidentale, du manque d'accès aux soins, ou même tout bêtement à l'eau. Comment n'avons-nous pas pu voir plus tôt que ce qui leur manquait vraiment, c'était un pc connecté? On aurait du s'en douter devant le succès fracassant de la téléphonie en Afrique qu'est en train de faire des bonds en terme de croissance. Alors qu'il suffirait de pouvoir se connecter à Meetic pour régler tous ces soucis annexes, c'est une évidence.

En tout cas, c'est décidé, j'arrête de faire des dons à toutes ses associations qui nous font croire depuis des années que l'Afrique a besoin d'aide parce qu'elle a faim, qu'elle est malade. Fini les disques sur l'Ethiopie, le Sael ou ceux de Bernard Lavilliers. Maintenant, je sais quoi faire pour les aider vraiment, pour que leur croissance se lance enfin. Bon, c'est quoi l'adresse d'eBay Rwanda? Ou Darfour, je prends aussi.
Repost 0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 15:51
A Heuersdorf, en Allemagne, il y avait 59 habitants. Et chez eux, comme chez nous, quand il y a aussi peu de monde, en dehors de la mairie, le seul batiment social, c'est souvent l'église. Et la buvette en face, mais il parait que certains bleds en sont dépourvus (les pauvres). Eh ben depuis la semaine dernière, on leur a même volé l'église.

Bon, en fait, on leur a pas vraiment volé. On l'a collée sur deux grosses plateformes sur roues et hop! en route pour l'aventure. Le mobil-home dans toute sa splendeur. Sauf que là, c'est pas une maison, c'est une église. Alors c'est sur, c'est moins confortable qu'un camping-car. Tu dois avoir des courants d'air dans tous les coins, faut s'éclairer à la bougie et il y a même pas de toilettes, je suis sur. Mais t'as quand même des avantages. Avec ça sur la route, personne t'emmerde. Et tu peux voyager en groupe. Bon, c'est sur, l'enfin ne roule pas vite, il ne dépasse pas le 2 à l'heure. Mais en même temps, tu t'en sers pour aller en vacances, c'est pas le truc que tu utilises tous les jours alors tu peux prendre un peu ton temps. Aaaahh roulee à fond la caisse sur les autoroutes de France en chantant par les vitraux "Marie! Marie! On t'adule!", il y en a qui doivent déjà en rêver. Le truc, c'est qu'il faut quand même éviter les pitites routes. Ca risque de provoquer des bouchons. Pas que je vois les gens gueuler beaucoup contre un lieu de culte, mais on ne sait jamais. Je me demande si les enfants de choeur sont fournis avec l'engin.

En fait, l'église a surtout été déplacée parce qu'elle gênait une exploitation minière, comme le reste du village d'ailleurs. Le périple de la camping-church n'aura duré que 12km. C'est un peu dommage, il y a peut-être un concept à creuser. Vu ce que coûte une papamobile, il doit y avoir du pognon à se faire. Quant aux croyants qui s'inquièteraient que Dieu n'ait pas été notifié du changement d'adresse, vous inquiétez pas trop. C'est comme le père-noël, il retrouve toujours ses pitits.
Repost 0
29 octobre 2007 1 29 /10 /octobre /2007 10:09
Ca fait deux semaines de suite que je tombe sur ce programme, tard le soir. Sur une des chaînes belges, on a droit à des reportages sur des procès. Tout le procès est filmé, les magistrats ont des micros, tout ça. Ce n'est pas une reconstitution. C'est bien un procès d'assise en France. Je pensais qu'on n'avait pas le droit aux caméras dans les tribunaux mais apparement, ce n'est plus vrai.

Je regarde peu la télé, et c'est bien le dernier truc que j'ai envie de faire le soir. Mais il faut reconnaitre qu'il y a quelque chose de fascinant dans ces procès. Deux fois je suis tombé dessus, deux fois des procès pour meurtre. Sauf que ça n'a rien à voir avec des séries américaines. Ce sont des vrais gens, qui viennent se soumettre à la justice. Il y a un petit côté destabilisant à voir qu'on pourrait connaiter les accusés. De voir la justice fonctionner et mettre à nu tous ces gens, leurs situations, leurs secrets. De voir la guerre à sens unique que peuvent pousser les victimes, qui seront de toute façon déçues. De voir ces vies retournées, quoi qu'il arrive. Et en même temps, de voir la main ferme, mais diplomate des magistrats. Bien sur, il y a la grandiloquence des plaidoiries (hier soir, une des avocates de la défense citait du Jacques Brel dans une affaire de crime passionel), parfois un peu de prise de haut, mais le processus reste toujours tout en retenue, tout en délicatesse, sans pour autant être mou.

C'est perturbant, parce que ça peut être n'importe qui. Et ça laisse invariablement des traces. Bien sur, il y a un côté voyeur assez fort, mais les belges ont toujours été doués pour faire passer le côté documentaire avant l'aspect sensationnel. De toute façon, il est difficile de prendre parti dans ces histoires. L'intérêt n'est pas là. Mais l'efficacité y est.
Repost 0