Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 octobre 2008 4 23 /10 /octobre /2008 20:55

C'est bon, Soeur Emmanuelle est enterrée, on peut y aller pour l'hommage ?


Hahum.

Un, deux, un deux !


On m'entend bien, au fond ?

Hum.


Mes biens chers frères et soeurs,

Si nous sommes réunis aujourd'hui, c'est pour pleurer ensemble la fin d'un blog que nous avons connu, et aimé.


Mille notes durant, il nous emmena dans les méandres suintant de cholestérol du cerveau de son auteur, connu de tous sous le sobriquet ridicule de cubik.


Mille notes durant, à raison de deux par jour cinq jours par semaine, sauf accident tels qu'une crise impromptue de vie sociale, ou plus rarement de travail, cubik nous offrit sa vision du monde, à travers le prisme d'une éducation catholique sarthoise et les informations de yahoo news, et ainsi blanchit son âme en libérant ses démons.


Aujourd'hui, le flux s'est tari, cubik s'est envolé vers une destinée qui lui ouvre des bras pâles et accueillants et repousse à grands coups de pompe une muse qui ne peut plus lui murmurer à l'oreille « n'oublie pas de parler de cul, ça fera monter tes stats ».


Puisse ce blog ne jamais être oublié de ses amants passionnés ni de ses répliqueurs effrénés.


Qu'Over-blog l'accueille dans ses archives, pour toujours, et à jamais.


Si vous voulez laisser un mot, les prochaines notes feront office de livre d'or, contactez moi à gaspard arobase morbic point com.


Cliquez en paix.

Repost 0
Published by Père Francis - dans Les squats du rien
commenter cet article
28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 15:11
Je m'adresse à vous, vous et vous.

Finalement je suis encore derrière le clavier alors j'en profite pour balancer sur les « hommes ». Après ils vont venir se plaindre mais après tout c'est qui le sexe faible? Ah ah ah. Je disais donc qu'il est acquis que ce ne sont rien que des chochottes qui ne supportent ni la douleur ni la vue du sang. OK, on sait, on fait avec et même des fois, on fait semblant de compatir. Par contre, pitié, on n'est pas vos potes. Peut-être qu'au début on fera comme si ça nous amusait de vous entendre vous dire ouah j'en ai lâché une énorme, ou j'irais bien chier mais en fait non et d'une ça ne nous intéresse pas du tout et de deux on ne veut pas vous féliciter pour ça, nous on est des princesses. Franchement, vous voulez savoir ce que ça nous fait quand on a nos règles et qu'avec la chaleur ça colle de partout voire même ça déborde? (Le pervers derrière tu ne comptes pas).
De même, on ne joue pas à "C'est un doigt de pied ou de main, ferme les yeux et devine", on ne se mouche pas dans les doigts ni dans les lavabos, on ne fait pas pipi dans le lavabo, on ne ronge pas ses ongles et surtout on ne garde pas l'ongle en question dans sa bouche pendant des heures (et non ce n'est pas écologique), on ne se cure pas le nez discrètement (cela ne l'est jamais). Ah oui on utilise un cure-dent aussi. Bon j'en passe et des meilleurs mais je pense que vous avez compris même si vous faites non de la tête.
Alors s'il vous plait, on ne vous demande pas de changer, on veut juste un peu de mystère.
Faites comme nous, ninja style!
Repost 0
25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 10:26

En raison d'un déménagement consécutif à l'achat d'un appartement du propriétaire de ces lieux, nous ne sommes pas en mesure de vous proposer votre programme habituel...

Vous avez lu dans le post précédent (sinon allez-y) que le sieur cubik déménage.

J'assure donc un S.M., service minimum.
Ca veut dire une note et c'est tout.

Oui, on vous a habitué à des deux notes par jour ouvré et bien ça va changer. De toute façon, on le sait, on a vos noms et adresses, vous êtes presque tous des patates de canapé, des geeks, des déjà en vacances en train de boire une bière les doigts de pied en éventail... Alors ne venez pas me faire croire que vous attendez de lire le blog de cubik dès le matin et que vous allumez des cierges pour qu'il brille toujours par son intelligence.
Non non non, ne mentez pas, ça ne prend pas avec moi.

Alors parlons-en du déménagement, moi aussi je suis dedans et bien en plus.
Moi aussi je procrastine à mort mais j'ai une meilleure raison : je n'ai pas encore d'appartement à emménager. En attendant je n'arrive pas à me motiver à empaqueter parce qu'il n'y a pas la projection du nouveau chez moi. Il y a aussi la grosse flemme mais celle-là je la connais, je sais que le jour J-1 je serais en retard et qu'à l'heure H-1 je serai presque à l'heure alors ça va.
Pour le moment, je me prépare tout doucement à partir. J'envoie un mail pour annoncer mon pot de départ, je commence à vider mon bureau... à effacer mes emails, à copier mes documents, à ranger (beurk) et à jeter (c'est jouissif). Je commence à dire au revoir, c'était bien de bosser ensemble, passe me voir là-bas (euh non pas toi, toi tu n'auras jamais mes coordonnées).
J'y vais tout doucement mais sûrement parce que si je ne bouge pas c'est le temps qui le fera et advienne que pourra.

Vous pouvez désormais reprendre une activité normale, à tchao bonne semaine !

Repost 0
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 16:15

Une fois encore je me dois de révéler la Vérité et quel qu’en soit le prix que cela m’en coûtera.

Dans mes fantasmes, j’ai toujours pensé que j’étais un vampire.

Il y a un faisceau de preuves qui m’amènerait presque à en être sûre.

1)      j’ai la peau albâtre

2)      j’avais une dent surnuméraire

3)      je suis de groupe sanguin AB (= receveuse/croqueuse universelle)

4)      je ne supporte pas l’ail.

5)      je suis mal à l’aise dans les églises

6)      je n’aime pas les miroirs

A ceci s’ajoute que j’ai une classe naturelle, du charisme, un goût pour la séduction et la bonne chair ainsi qu’une grande humilité.

Bref si je ne suis pas un vampire c’est tout comme.

Quand cubik m’a accusée de lui prendre toutes ses forces, d’être la cause de ses angines à répétition je me suis posée des questions car il était en effet possible que je le dépossédasse de sa force vitale.

Après vérification, il semblerait que non, c’est juste un prétexte pour que je l’abandonne moins souvent… et que je m’occupe de son blog.

Je cite :

 

 

  « 

cubik: je disais donc, elle est où la note du jour? >)

auroress: je devais en faire une aussi aujourd hui?
cubik: ah ben une par jour hein >)
cubik: bah ouais oh, tu t'en occupes bien ou pas >)
auroress: ah ben tu préviens pas aussi

cubik: attends, tu parles de t'occuper de mon blog pendant ma convalescence, c'est évident
cubik: on nourrit pas un blog un jour sur deux, ca se fait pas
cubik: c'est pas comme ca qu'on aura un chien hein >) »

 

 

Cette feignasse ferait mieux d’arrêter de se plaindre et surtout, il mériterait que je le morde.

Repost 0
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 17:28

Il y a des jours où je voudrais tout casser chez moi, où je voudrais partir loin et me terrer. Pleurer peut-être un peu, oublier beaucoup, laisser décanter les choses, classer, jeter, détruire et oublier encore.

Il y a des jours où j’en ai gros sur le cœur sans raison et la raison effritée, où j’ai le spleen tatoué au cœur et la gerbe aux lèvres.

C’est comme ça, ça vient sans crier gare et ça repart pareil.

Je le sais c’est souvent quand tout va bien que, pan je m’en mets une derrière la nuque, que je tourne et retourne mes idées noires, que je creuse et creuse plus de six pieds sous terre.

C’est comme mes crises d’angoisse que j’arrive désormais à maitriser, je les sens venir, les ressens, elles montent, je crois étouffer, mourir et non finalement ce n’était rien. Fausse alerte, tout le monde descend.

En attendant, ça cogite ferme, ça ressasse, ça « et si je », « et si je n’avais pas », « et pourquoi moi », ça essaie d’imaginer d’autres histoires, de voir ce qui aurait pu/dû et qui n’est pas. Ca brasse, ça contreproductivise et ça recule, ça nostalgise et finalement ça réécrit l’histoire.

Et persuadée que plus je suis au fond, plus haut je remonterai, je coule encore plus, je me noie dans mes souvenirs et dans mes actes manqués. Et, des fois, je reprends ma respiration pour redescendre encore plus bas dans le mal être.

Mais je sais que ça passera, ça l’a toujours fait puisqu’à un moment il faut vivre, il faut avancer et faire avec ou sans.

 

J’essaie de comprendre pourquoi afin d’éviter de répéter mes erreurs.

J’essaie et c’est déjà ça…

Repost 0
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 10:09

Mes amis, je suis heureuse.

Oui tout va bien dans ma vie.

J’ai un boulot qui m’éclate (dans les deux sens du terme)  et qui m’enrichit (dans les deux sens du terme aussi).

J’ai deux bureaux et deux fois plus de collègues. Ils sont toujours contents de me voir car je n’ai pas le temps de les souler (et vice et versaaaaaaaaaaa) : je cultive le manque avec sagesse.

J’ai deux chefs et là c’est idem.

Je vais même avoir un super beau gosse dans mon bureau d'ici août, rien qu'à moi.
Je voyage un peu, passionnément, professionnellement et j’ai donc le temps de profiter des soirées parisiennes à taper le tarot ou à papoter avec les filles de Q...ualité des essais cliniques (ouf…).

J’ai des RTT à foison pour faire des weekends prolongés, pour faire les soldes avec ma cop’ copine commerciale, conseillère personnelle en shopping.

Je peux aussi aller voir des concerts et des festivals.

J’ai deux vies : l’une en célibataire à Paris et l’autre de squatteuse à Bruxelles.

Finalement j’ai réussi à trouver un équilibre.

 

Et pourtant…

Pourtant dans deux mois tout ça sera fini. J’ai posé ma dèm’, je vais en Belgique.

Qu’y a-t-il de plus en Belgique ? Ah oui, il y a Cubik…

Repost 0
26 juin 2008 4 26 /06 /juin /2008 17:22

Salut la compagnie, je me présente, je suis Aurore. D’aucuns me connaissent sous le nom d’auroress, ou roress pour les intimes dite la blonde à plusieurs reprises sur ce blog.

Force est de constater que ça suffit maintenant, qu’il faut que je reprenne les rênes du sieur cubik parce que c’est vraiment n’importe quoi. Je profite donc de son invitation à blogguer… et devinez quel est le mot de passe qu’il me donne : blondepower… AAAAAAAAAAAH !

 

1)      la blonde, la squatteuse… elle en a marre qu’on ne l’appelle pas par son prénom. Oui, aujourd’hui je suis blonde mais demain ? Peut-être que je serai chauve, rousse, brune, rouge et jaune à petits pois, verte, pas mûre ?  Je le soupçonne de mettre ma blonde comme ça si il change de nana, il n’aura pas à se souvenir d’un autre prénom. Quelle feignasse !!

2)      je lui file mes virus, et allez donc… Ce n’est tout de même pas ma faute s’il est de santé fragile l’animal. On le sait que les hommes c’est rien que des chochottes et qu’ils croient mourir quand ils sont malades… mais tout de même un peu de dignité, pas la peine de s’épancher sur un blog (ah on me dit que si dans l’oreillette… alors moi aussi y a pas de raison).

 

En fait, le souci c’est que cubik est … (allez, jouez avec moi, on cherche un mot qui fini en -ique comme cubik, et non, cul de bique n’est pas la réponse)   … un geek. OK, je le savais déjà quand on était amis mais au quotidien ce n’est pas la même chose.

J’assume le fait que je sois avec un geek de compagnie mais ce n’est pas pour autant que ça ne me donne pas l’espoir de pouvoir le faire évoluer (malheureusement les pierres de lunes ne marchent pas).

 

Comme je suis généreuse (d’autres disent que j’ai du coffre), je vais vous donner mes astuces.

1)      ferrer l’animal (rejeter à la mer le menu fretin, il faut être patient)

2)     l'apprivoiser (le mettre en confiance en ne perturbant pas ses habitudes : réciter les dialogues des séries en même temps que les acteurs, manger que des sandwiches ou/et des patates)

3)      lui montrer qu’il existe un autre monde (lui faire découvrir les pâtes fraîches et les patates sautés à la poêle)

4)      lui faire prendre d’autres décisions que celles qu’il aurait prises avant vous (maigrir et faire du sport)

5)      lui apprendre à obéir (faites attention à ne pas en adopter un trop vieux qui même si il a plus d’expériences sera plus difficile à manipuler, arrêtes de ronfler ! )

6)      enjoy !!!

 

J’en suis au 4) (merci la wii-fit) alors Mônsieur peut bien aller baver sur son blog et conquérir le monde, je sais bien qui porte la culotte et vous aussi maintenant.

Repost 0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 21:30
Repost 0
Published by agota c/o cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 19:00
Emmener un peu de chez soi.
Repost 0
Published by agota c/o cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 15:00
Et donc on remplissait ses papiers pour qu'il aie droit à une formation.
(J'ai zappé l'intro parce que ça aurait été trop long de vous présenter le loup et tout ça).
Alors déjà, il retient son numéro de sécurité sociale par coeur.
Non non non, il n'a pas regardé sur un papier dans son portefeuille
(moi j'aurais dû fouiller dans une armoire pour trouver une farde où peut-être il y aurait le papier où c'est écrit).
Lui, il sait même pas que j'appelle ça une farde, ce truc à anneaux.
Et donc il connaît son numéro de sécurité sociale par coeur.
Déjà rien que ça, je comprends pas que ça soit possible.
On les martyrise à l"école, les Français ? Pendant qu'on nous sert de la bière brune de table (la Piedboeuf, mmh), eux, ils sont obligés de retenir des séries de chiffres (niveau 1) pour se préparer aux abréviations (niveau 2)?
...
Alors donc on remplit.
Enfin : il remplit. Et c'est clair il met le code postal sur la même ligne que là où il a mis le nom de sa rue, mais ça c'est la faute aux formulaires, ils sont tous différents et des fois c'est vrai qu'on doit tout mettre sur une seule ligne : c'est internationalement débile.
Et alors il me parle de CIF à l'AFSAD. Puis ça empire. Il me parle de DEUG (le BAC ça va : on nous rebat les oreilles avec ça depuis la BOUM (avec Sophie Marceau, hein . C'est pas la Bourse des Ours Urbains Malades, ou que sais-je).
Donc après il y a le ... euh ... CACES, ou je sais pas quoi, je vous passe les CFPTS, etc.
Je lui demande : Tout le monde sait ce que c'est ?
Il répond que oui.

Et il se fout de ma gueule quand je dis nonante-huit.
Les Français savent pas dire les trucs comme tout le monde.
Et après ils viennent se foutre à not' gueule.
C'est un monde.
Repost 0
Published by agota c/o cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article