Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 10:14
Souvent on évite de trop regarder à ce qui se passe chez les nationalistes, parce que souvent, ça sent le caca. Et comme il parait qu'il n'existe pas de bonne ou de mauvaise pub, mais bien que de la pub, c'est toujours plus sain d'éviter le sujet. Mais parfois, il y a des trucs intéressants à suivre. Des grandes sagas dignes de Derrick (disponible en dvd depuis peu). Comme la grande aventure de la fin de l'ITS. Vous allez voir, ça finit bien.

L'ITS était donc un groupe parlementaire européen. Ca veut dire qu'il était composé d'au moins 20 députés européens qui s'étaient mis d'accord pour être copains. Et grace à ça, ils avaient droit à plein d'avantages. Un plus gros salaire, des accès facilités aux ressources du parlement, une possibilité simplifiée de soumettre des amendements aux différentes propositions législatives et même l'opportunité de se faire offrir deux barbecues par an ailleurs qu'à Strasbourg au frais de l'Europe. Bon, pour le barbecue ou d'éventuelles vacances tous ensemble, je ne suis pas sur parce qu'en fait, ITS, c'est pour Identité, Tradition et Souveraineté. Un groupe de parlementaires nationalistes quoi. Des extrémistes chauvins qui s'unissent au parlement européen, ça aurait presque pu être drole si ce n'était pas si triste.
Le début de la saga qui nous intéresse commence en octobre. Une italienne se fait tuer sauvagement par un roumain. Et c'est parti. La petite fille du Duce, Alessandra Mussolini, se lache sur les roumains, ces "sauvages qui font de l'infraction un mode de vie". Sauf que voilà, les roumains, c'est censé être ses copains à Strasbourg. C'est même grace à leur arrivée dans la communauté que l'ITS a pu être créé. Alors forcément, ils sont pas contents. Et ils décident de plus être copains avec Alessandra et de quitter le groupement. Grosse panique, parce que s'ils se barrent, apu ITS. Alors ça négocie, ça discute, on décide même de démissionner Alessandra du groupe, mais rien n'y fait. Sans doute à cause d'élections proches en Roumanie, ils restent sur leur position.

Hier, la dissolution a été actée par le parlement. La plupart des députés présents ont fait une standing ovation à cette annonce. Sauf évidement, ceux qui perdent leurs avantages. Dont le gros borgne français qui s'est fendu d'un bras d'honneur, pour l'occasion. Même que son larbin Bruno, ex-héritier, pleure beaucoup et déclare sa flamme à ses anciens potes roumains, mais rien n'y fait. Comme quoi, il y a des jours où le chauvinisme peut servir.
Repost 0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 14:59
Avec le froid qui s'installe sans qu'on lui ait rien demandé, le dilemme  hivernal se pose: bonnet ou pas bonnet?

Ca n'a l'air de rien comme ça, mais ce n'est pas une décision difficile. Il y a quelques années, c'était pourtant simple. Je n'avais que la chaleur comme option, alors c'était bonnet automatiquement. Sauf que depuis, je me suis rendu compte que le bonnet assèche et creuse la capillosité. En gros, je suis sur que mon bonnet a accéléré ma calvitie. Alors c'est sur que maintenant, avec mon aéroport à mouches déjà bien délimité et mes restes de cheveux à 3mm, la question devrait moins se poser. Mais quand même.

Alors bon, pour l'instant, je résiste à l'appel du couvre-chef. Et sans mes cheveux comme couverture, j'ai une fuite au niveau de l'isolation thermique. C'est pas facile. Mais bon, je prends sur moi, je m'enfonce dans ma veste et je trace quand je sors. Enfin je limite les sorties, surtout. Sauf que ce soir, j'ai décidé de sortir. Grace à L-Tz, j'ai appris qu'il y avait une jolie expo dont le vernissage est ce soir. C'est sans doute pas la seule, mais bon, pour une fois que je suis au courant, que ça a l'air vraiment bien et qu'en plus, c'est ouvert à tous, j'avais pas de raison de me priver. C'est donc Clotilde, alias Pas si Bête, la dame de Double-P, qui s'expose ce soir. Enfin qui expose ses illustrations plutôt. Et le peu que j'ai vu de son boulot, sur son site ou à Romans, m'a vraiment plu. Alors voilà, ce soir, je vais essayer d'aller là:



 
Enfin si je me perds pas, ce qui est toujours hautement probable. Et si je me suis décidé pour mon bonnet.
Repost 0
14 novembre 2007 3 14 /11 /novembre /2007 10:39
En cette époque d'incompréhensions de plus en plus grandes entre les instances dirigeantes et les populations, je crois qu'il est temps de prendre position. On le voit, plus des deux tiers des belges pensent (à juste titre) que leurs politiques ne sont plus en phase avec leurs considérations. La France (et par là, il faut bien entendu comprendre Paris) est paralysée par les conflits sociaux. Je crois qu'il est temps pour moi de choisir mon combat. Celui du jour sera suédois.

En effet, aujourd'hui, partout en Suéde, pourtant réputé comme un état des plus libre au niveau des moeurs, on bafoue le droit des femmes. On renie leur égalité avec l'autre sexe. On interdit. Ouh, que c'est pas beau. Je sais que ça va être un choc pour beaucoup d'entre vous, mais à l'heure où j'écris ces lignes, en Suède, il est interdit aux femmes d'être topless à la piscine. Oui, je sais, c'est outrageant. Et elles ont décidées de lutter. Et j'ai décidé de les soutenir. Littéralement s'il le faut.
C'est vrai ça, elles ont autant droit que les hommes d'être torse-poil pour se baigner. Je ne suis pas sûr que ce soit très pratique, mais il faut aussi penser à l'esthétique. Tout comme les hommes ont le droit de venir en bikini, absolument. Alors je sais, on va me dire que j'ai une position complètement machiste. Mais pour être déjà passé par Stockholm, je peux vous assurer que la femme suédoise est très loin du cliché habituel de la grande blonde sculpturale. Elle donnerait plutôt dans la petite brune rondouillette et fière de l'être. Des filles intelligentes, en somme.

Alors si elles estiment ce combat juste, je ne vois pas pourquoi je devrai leur refuser mon soutien. Il est temps de lutter contre ces burkas balnéaires. Laissons leur liberté aux femmes qui veulent être à égalité face aux hommes, et à leurs seins. En plus, je viens de voir que Ryanair fait des réductions pour Stockholm en ce moment. Je crois que je vais devoir aller apporter ma coopération sur place. Les sacrifices qu'il faut pas faire pour avoir un monde meilleur...
Repost 0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 14:37
Est-ce l'idée de cette charcuterie de mon pays qui arrive bientot chez moi, me rappelant la Sarthe natale,  à quelques centaines de kilomètres de la Bretagne à peine? Est-ce cette douce odeur de marée qui m'oblige à l'apnée dès que j'entre dans les toilettes du deuxième étage? Est-ce ces chants de secrétaires reprenant le répertoire de Nostalgie dans la salle de réunion à côté de mon bureau, évoquant immanquablement les marins imbibés le soir au fond des ports? Je ne sais pas ce qui me fait penser à la Bretagne cet après-midi. Et encore moins  ce qui  me remémore La croisière s'amuse. Mais bon, pourquoi pas. Générique.

Love
Exciting and new
Come aboard
We're expecting youuuuuu

The looooooove boat...

Aahhhh commme j'imagine allègrement l'arrivée du paquebot en baie de St Malo (que je ne crois pas avoir déjà vu de toute façon). Le commandant Stubing retrouverait par hasard un de ses amours de jeunesse, en la personne de Dominique Lavanant. Ils se souviendront de comment ils s'étaient connus brièvement et bibliquement dans une grange, lors du passage de l'actuel officier, pendant son voyage organisé au frais de l'état américain en 44. Que de bons souvenirs. A la fin de l'épisode, il accepterait de reconnaitre son enfant, devenu depuis pilier de rugby. Pendant ce temps là, le docteur Bricker retrouvera son ami Philippe Gildas avec qui il organisera un concert de biniou improvisé sur le pont supérieur à la tombée de la pluie. On en profitera pour remarquer Francis en figurant, comme porteur de biniou et acommpagnateur au pipo. Gopher essayerait de faire rire Eric Tabarly, Isaac préparerait des coktails au chouchen. Quant à Julie, elle retrouverait sa compagne de classe spécialisée, Nolwenn Leroy, envers qui elle nourrira une jalousie farouche avant de se rendre compte à la fin de l'épisode que sa série passe à l'internationale pendant que l'autre végète sur tf1. On oublierait la petite Vicki qui serait allée faire des chateaux de sable dans la baie du mont St Michel (je sais, il est en Normandie).

Décidément, je me demande pourquoi ils n'ont jamais tourné cet épisode de La croisière s'amuse en Bretagne. Bon, c'est sur, le bateau s'appelle le Pacific Princess, ok. Mais ils auraient pu faire un numéro spécial, je sais pas. Le retournement de situation auquel personne ne s'attendrait, le changement d'océan. N'empêche que ça aurait pu être drolement sympa.
Repost 0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 10:07
J'aime bien les pubs Dove. Ils ont tendance à nous montrer des nanas que les autres pubs pour produits de beauté essayent de cacher, voire de stigmatiser. Des rondes, des mûres. Bon, des fois, ça va même jusqu'aux blettes, faut peut-être pas abuser, mais ça change. En plus, y en a même des pas mal dans le tas (oui, je dis le tas, j'ai peur de rien). Et force est de constater qu'ils ont raison.

Parce que bon, il parait que les rondes sont plus intelligentes. C'est pas moi qui le dit, c'est une étude californienne. Je pense que quand on parle de gras, on peut faire confiance aux étazuniens, ils savent de quoi ils parlent. Elles seraient donc moins bêtes. Parait que le gras des hanches et des cuisses, il est plein de bons omega 3 qui font bien réfléchir et tout. Et ca marche aussi pour la grossesse, ça transmet les bons omega 3 au mome. Alors mesdames, il est temps de réagir. Il est temps de vous laisser un peu aller et d'oublier Kate Moss. Si vous ne voulez pas passer pour des connes, il va être temps de s'accorder un peu de chair. Le tout petit bout que vous estimez de trop sur vos hanches, il faut le laisser vivre. Déjà, parce que c'est plus joli, ça souligne les formes. Et puis c'est plus pratique que l'os pour s'accrocher aussi. Il n'y a vraiment que vous et Biba pour estimer qu'il est de trop. Pensez qu'en perdant ce poids que vous jugez inutile ou disgracieux, vous perdrez quelques neurones avec. Et en tant que membre du No ma'am, même s'il est vrai qu'une pouf sans cervelle est toujours agréable si elle a un beau tour de poitrine, c'est quand même toujours mieux d'avoir une fille en face de soi qui comprend que raclette n'est pas une insulte. Et accessoirement, qui sait faire fonctionner une machine à laver, mais c'est un autre débat.

Mesdemoiselles, mesdames, je crois qu'il est dans votre intérêt de ne plus vous inquiéter de vos hanches. Moi, ça m'arrange parce que je trouve ça plus joli. Vous, ça devrait vous arranger parce que ça favorise le développement du cerveau. Et en plus, ça devrait vous épargner du stress et vous faire faire des économies. Sans oublier que l'hiver arrive et qu'une petite isolation est toujours la bienvenue. Alors s'il vous plait, n'hésitez pas à devenir des graces. Enfin, pas trop quand même. Je sais que le boudin est un plat traditionnel pour Noël, mais si ça peut se limiter à l'assiette, c'est pas plus mal.
Repost 0
12 novembre 2007 1 12 /11 /novembre /2007 13:33
Quand il était parti, c'était pour découvrir une autre culture, rencontrer d'autres gens, voir du pays comme on dit, et de préférence pas le sien. Pas qu'il ait quelque chose contre sa nation, mais rien n'empêche de préférer ailleurs. Et c'était le cas . Il avait un peu tiqué quand on lui avait rapporté le fameux "La France, on l'aime ou on la quitte" qui avait fait grincé dans l'hexagone. Ca lui aurait presque donné envie de revenir, juste pour pouvoir gueuler avec les autres. Mais finalement, il n'aura peut-être pas besoin.

Le Belgique est sans gouvernement depuis 5 mois. C'est un record dans ce pays. Et depuis peu, les tensions entre flamands et francophones se sont encore accrues. Je me doute que de l'étranger, c'est présenté façon Fox news, avec la guerre civile et la scission au bout, mais ici, on le vit encore assez bien. Ca n'empêche les français de venir en Zorro de la Wallonie. Dans un sondage récent, 54% des français seraient favorables au rattachement de la Wallonie à la France. C'est bien gentil tout ça. Mais personne ne s'est posé la question de ce que voulaient les wallons, dans cette affaire. Et je ne suis pas sûr que leur volonté première soit de s'intégrer à l'hexagone. Ni même la seconde.
J'en viens à me demander où les français ont la tête parfois (dtc, sans doute). Je me demande si c'est ce vieux cliché du belge bêbête qui rejaillit, ou si c'est une volonté de protection toute puissante de notre président qui veut jouer au petit père du peuple pour les francophones du monde entier (il est pas passé au Québec encore?). A moins que ce ne soit tf1 et m6 qui fassent encore des dégats. Les français se sont peut-être crus dans une émission de vague télé-réalité où leurs experts viennent faire un tour en Wallonie pour constater les dégats et enseigner comment on gère un pays. Un genre de super-nanny nationale.

En tout cas, si la France vient annexer la Belgique, je me demande quel deviendra mon statut. Je suis déjà passé de "détaché à l'étranger" à "expatrié", quelle serait la prochaine étape alors? Immigré à nationalité française? Prise de guerre? Ré-impatrié? Encore que non, on ne parlait que de la Wallonie. Si jamais ça arrive, ça voudra dire que Bruxelles est devenue flamande. Ca va, j'ai encore du temps.
Repost 0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 15:46
Quand on est jeune, on est un peu con. Et cruel, souvent. Mais surtout, on est un peu innocent, pour pas dire naif. On voit nos idoles dans le seul rôle qu'elles se donnent généralement, et ça nous suffit pour croire que c'est tout ce qu'elles sont. Alors que parfois, elles cachent quand même des trucs bien.

Je ne sais comment j'en suis venu à lire la bio de Bud Spencer, ce matin. Je devais sans doute m'emmerder, pour pas changer. En tout cas, c'était super intéressant. Pour moi, Bud Spencer et Terence Hill, c'est les prototypes même des buddies qui cassent tout, en étant violents, rigolos et pas vulgaires. Du moins, ça l'était quand j'étais plus jeune. Et je dois reconnaitre que je garde toujours une certaine tendresse envers leurs films. Du coup, je ne cherchais pas plus loin que cette image de rigolos pas très fins qui distribuent des baffes en moulinet qui font des gros pafs. Limite s'il ne manquait pas que les onomatopées à l'écran façon Batman dans leurs films, en fait. En même temps, un paf d'un Bud Spencer/Terence Hill, tu le reconnais tout de suite.
Ce matin donc, je me suis amusé à lire leurs bios. J'ai donc appris qu'ils étaient italiens (j'aurai pu m'en douter si je m'étais posé la question). Bud Spencer est un ancien athlète olympique, le premier italien à nager le 100m crawl en moins d'une minute. Il a une formation de juriste. Il a joué dans Quo Vadis (comme figurant, ok). Il sait conduire un avion et un hélicoptère et a une compagnie de transport aérien. Bon, la vieillesse lui réussit pas trop bien puisqu'il s'est présenté en politique sous les couleurs de Berlusconi (et a perdu). Terence Hill lui a un père allemand. Il a tourné avec Visconti, Gene Hackman et bien sur Henry Fonda. Il a une formation en littérature classique. Et il a choisi son pseudo à partir d'un auteur d'ouvrage d'histoire latine et il a pris le nom de sa femme.

Ah ça surprend. C'est sur que ça change l'image que je me faisais de mes distributeurs d'entrecôte à 5 branches préférés de quand j'étais pitit. Et plutôt en mieux, pour l'ensemble. C'est là qu'on se dit qu'on devrait toujours respecter nos comiques. On sait jamais ce qu'ils cachent. Si ça se trouve, on découvrira un jour qu'Eric & Ramzy ont réussi leur cp. Alors un peu de respect pour les clowns.
Repost 0
9 novembre 2007 5 09 /11 /novembre /2007 11:15
C'est pas vraiment une nouvelle, les pays européen tendent de plus en plus à essayer le modèle américain. Bien sur, on essaye de garder son identité culturelle, tout ça mais bon. A un moment, faut bien se réveiller et constater qu'on y va. Tout doucement, en aménageant, mais on y va quand même. Ca a commencé par la culture, au moins audio-visuelle. Ca commence à être de plus en plus visible au niveau des différentes politiques locales. Par contre, je ne m'attendais pas à ce qu'on en soit déjà aux remakes de Michael Moore.

On n'est qu'au tout début du modèle économique étazunien qui dicte qu'il faut moins d'état et plus d'individualisme. Je pensais qu'on aurait encore quelques décennies avant d'arriver aux gens avec 3 boulots ("Travaillez plus pour gagner plus" (non, j'ai pas fait de faute à Travaillez)) ou les gens obnubilés par une certaine idée de leur supériorité sur les autres. Pourtant, il y en a un en Finlande qui a décidé de s'y mettre tout de suite. Dans la grande tradition de Columbine, il a décidé d'aller faire un carton dans son lycée. Et dans la grande tradition d'Hollywood, il a décidé de le faire en annonçant son action sur Youtube, quelques heures auparavant. C'est plus facile pour le film ensuite. Alors les raisons, c'est toujours les mêmes. Avec Dieu en moins, pas encore totalement imprégné par le grand ouest, faut croire. Tout ça au nom d'une certaine idée de la sélection naturelle et d'un jugement personnel sur ses contemporains. Comme quoi, on se fait vraiment des idées pour tout. Moi, j'imaginais bêtement la Finlande comme un pays froid rempli de blondes sculpturales peu farouches pour se réchauffer, et en fait non. Faut croire que c'était pas facile pour tout le monde et c'est bien connu, il faut toujours enlever les inadaptés.

C'est dans ces cas là que je me dis que la Belgique est quand même un pays chanceux. Alors que j'essayais d'expliquer à Cécile la situation politique locale actuelle, je me rends compte que malgré les entêtements bêtes, méchants et communautaristes, les gens du coin ont réussi à éviter la voie violente. Je n'ai jamais entendu parler de terroristes flamingants. Les seuls attentats que je connaisse dans le coin sont patissiers. Quel chance d'être dans un pays où Noël Godin courre toujours.
Repost 0
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 15:23
Tous les matins, en tout cas ceux de bureau, j'allume consciencieusement la télé. D'abord, parce que ça m'oblige à me lever et puis aussi, pour voir un peu s'il se serait pas passé une catastrophe dans la nuit, genre des tours qui tombent ou une pénurie de patates. Et inévitablement, j'y ai droit. Je ne cherche pas foncièrement à l'écouter mais je ne fais rien pour l'éviter non plus. Faut juste éviter de s'en vanter, y en a qui pourraient se moquer (oui oui, même Guy). Tous les matins, j'écoute l'horoscope.

En fait, j'en écoute même deux, histoire de ne facher ni les astrologues, ni les astronomes qui ne sont pas d'accord sur mon signe. Et j'en entends de belles. Toutes les semaines, on me promet une rencontre qui va bouleverser ma vie sentimentale, une opportunité incroyable au boulot qui va me permettre d'imposer mes vues et d'obtenir une grosse augmentation, ou juste une opportunité inespérée, du genre trouver un billet d'un million en sortant de chez moi, ou avoir Britney qui gémit en me réclamant sur mon paillasson. Alors je fais tout bien: j'allume la télé, je gratte la télécommande. Je suis même abonné au programme télé et je paie mon abonnement au cable. Mais je gagne jamais. Pour augmenter mes chances, je lis celui du journal, sur le trajet vers le bureau. Il me promet les mêmes choses, pas en même temps bien sur, mais c'est le résultat qui compte. Et là, pareil, j'ai beau remplir la grille de sudoku, rien. C'est jamais pour moi qu'il est, l'horoscope. Pire que l'Euromillion. Au moins là, j'ai parfois réussi à grapiller quelques euros. Mais pour l'horoscope, que dalle. Vous allez voir que le jour où je vais gagner, ce sera quand il annoncera que j'ai Pluton en ascendant dans ton cul et qu'il va m'arriver que des merdes.

Décidément, c'est désespérant, la loterie. Encore que là, je me demande si c'est pas le meurtre de madame Soleil par les chevaliers du zodiaque qui aurait grillé les chances de tout le monde. Ca a même fait perdre la coupe du monde de foot à l'équipe de France, c'est dire. Ou alors, c'est le sponsoring qu'a tout tué. C'est sur que baptiser une planète d'après une barre chocolatée, ça doit coûter suffisament pour éviter en plus de faire gagner les lecteurs. La dure loi du marketing.
Repost 0
8 novembre 2007 4 08 /11 /novembre /2007 10:07
Depuis hier soir, il ne sait plus quoi faire. Le monde est mort à sa porte. Il n'y a plus qu'un gros trou. Elle n'a pas eu besoin de grande explication. Ni même d'être explicite. Elle a juste tourné la tête quand il s'est approché. Il n'a pas eu besoin de se déclarer, en parole ou en acte. Il connaissait déjà le rejet. La seule différence est que cette fois, il y croyait. Et le pire est à venir.

Il sait que les prochains jours vont être insoutenable. Elle sera là, et elle fera comme si de rien n'était. Tout dans la continuité et l'ignorance. Et comme rien n'a été dit, il devra faire pareil. Cacher son vide, le gouffre qui lui ronge le tronc. Et continuer à vivre. Malgré le manque d'envie, voire même de besoin. Le matin, il se lève parce qu'il n'a rien d'autre à faire. La routine comme cordage. La seule chose qui éveille son attention est cette rocade au-dessus de laquelle il passe, deux fois par jour. Il n'a jamais envisagé la mort mais ces voitures qui tournent à toute blinde ont quelque chose d'hypnotique. Il ralentit chaque jour lorsqu'il passe là.
La journée se passe, sans qu'il la remarque vraiment. Le travail n'est pas un refuge. C'est juste un réflexe mécanique qui lui évite de rouiller sur place. Son corps continue d'exister, lui. Sa tête par contre, est déjà dans sa tête, dans sa grotte, sous sa couette, en position foetale, en attendant sa prochaine naissance au monde. En attendant, il déambule.

C'est dans le bus que je le croise. Même si je devine et comprends son vide, je ne peux rien pour lui. Personne ne peut quoi que ce soit. La première mort, elle est inconsolable.
Repost 0