Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 octobre 2008 3 15 /10 /octobre /2008 15:56
Ou en tout cas, du bureau. Ca y est, c'est arrivé. Je suis au bout des 3 ans. Et comme tout le monde, j'y ai eu droit. Mais comme c'est moi le dernier en date, c'est moi le plus fort. Et pourtant, j'y croyais pas trop. Mais ça y est. On m'a remplacé mon pc portable. J'ai un nouveau jouet. Joie.


C'est lui. Mon tout beau, tout propre. Mon précieux. Pourtant, je m'étais préparé à un calvaire administratif sans nom. Faut dire que ma machine précédente provenait de France et que je me voyais déjà mangé par une bureaucratie monstrueuse, propre à tout groupe international qui gère ses ressources uniquement en local. Et puis finalement, non. Hier, ma demande est acceptée. Ce matin, le technicien vient me voir pour me demander ce qu'il faut récupérer. Et là, on vient de me le donner.
Avec un bel écran large. Un graveur dvd. Toutes mes données. Même les perso comme mes émulateurs de DS, mes photos de New-York ou mes videos de David Chesterfield. Tous mes mails. Et tout ça en très rapide. C'est moi qui ait le plus beau, le dernier sorti des ateliers. Je déchire tout.

Bon, va falloir que je m'habitue au clavier belge, mais ça devrait aller. Reste plus qu'à savoir ce que je vais bien pouvoir en faire. Enfin, au moins je pourrais glander avec des outils performants sous le coude.
Repost 0
14 octobre 2008 2 14 /10 /octobre /2008 15:56
Ca fait peu de temps que je me rends compte de ce qui se passe. C'est Dina qui a sans doute dû m'enduire d'erreur. Après tout, elle est bien assistante mais dans un poste très particulier. Et même si elle connait tout le monde ou presque dans l'entreprise, je n'ai pas l'impression qu'elle se sente comme part du bataillon des secretaires. Alors je n'ai pas vu tout de suite les rouages secrets de l'entreprise.

Apparement, elles se réunissent souvent le midi. Depuis peu, elles ont même une salle exprès pour ça. Une salle aveugle, sans fenêtre sur l'extérieur, avec des vitres floutées donnant sur les couloirs. Une pièce secrète au milieu du batiment qui n'a pas de nom et dans laquelle je n'ai jamais vu une réunion s'y tenir. Avec un système de sécurité impressionant pour un bocal. Une entrée codée qui nécessite une carte magnétique. C'est là qu'elles se retrouvent.
C'est de là qu'elles dirigent l'entreprise en secret. Qu'elles nous manipulent tous, sans qu'on n'y voit autre chose qu'un repas entre collègues. Avant d'avoir ce Q.G., elles se réunissaient parfois dans la salle adjacente à mon bureau. Elles changeaient souvent d'endroit pour qu'on ne les repère pas trop. Et elles avaient tendance à passer des enregistrements de rires forts ou de séance de karaoké improvisées pour que nous ne nous doutions pas de la teneur de leurs propos.

Mais aujourd'hui, j'en suis convaincu, c'est elles qui nous controlent. Autrement, comment l'entreprise pourrait-elle être prospère alors que chacun cherche dans son coin à en faire le moins possible. Qu'on se base sur des données abstraites pour obtenir des diagrammes sans sens mais avec des jolis smileys qui plaisent aux directeurs et aux clients. Non, il y a forcément une main derrière tout ça. Du niveau franc-maçons ou illuminatis. Je suis sûr qu'elles sont nos Kaiser Söze.
Repost 0
17 septembre 2008 3 17 /09 /septembre /2008 16:56
Mon bureau est situé dans un ancien batiment. Il a sans doute toujours abrité des bureaux, mais il y avait également une fonderie d'acier dans la partie arrière, il y a quelques décennies à peine. Les changements de production, les rachats, les aménagements successifs ont fait que l'intérieur est un véritable labyrinthe. Les ateliers cotoient les bureaux, parfois les épousent et accouchent d'ailes qu'on a du mal à qualifier.

Toujours est-il que je suis sur la partie avant du batiment, celle qui semble avoir été la moins touchée par les délires architecturaux intérieurs de l'ensemble. Et pourtant, il y a quelque chose de profondément tordu ici. J'ai mis peu de temps à m'en rendre compte, tant j'aime à parcourir les escaliers. Surtout en sautant quelques marches. Ca me donne souvent l'occasion de les compter, pour savoir combien je peux en survoler d'un coup. C'est comme ça que j'ai pu me rendre compte de la non-existence d'une marche. Une marche fantome.


Chaque étage est séparé par trois volées de marches. Pour les premiers étages, c'est facile. Huit, six, sept. Mais pour le dernier étage, où je suis, la première volée de marches n'en compte que sept. On à un étage légèrement plus bas. Mais pourquoi?

Faut-il croire que les étages inférieurs contiennent des couches secrètes où vivrait une communauté de minipouss? Ou des compartiments pour cacher les juifs, si les nazis reviennent? Ou bien alors, on s'est dit que le 3ème était moins important et on a été plus radin sur les matériaux? Est-ce que le toit va me tomber sur la tête? Cette absence m'inquiète et me perturbe chaque fois que je dois descendre d'un étage pour appeler soulager ma vessie et que j'affronte ce manque.

Et ça me perturbe encore plus chaque fois que je descends encore plus bas et que je suis à deux doigts de pied de me pêter la gueule parce que j'ai oublié la marche supplémentaire. Salauds d'architectes belges!
Repost 0
4 septembre 2008 4 04 /09 /septembre /2008 16:06
J'ai une collègue adolescente d'environ 54 ans. Dina aime s'habiller en noir un peu goth, se peindre les faux ongles de façon fantaisie, jouer à la PS3, les chats et aller chez le coiffeur toutes les semaines, histoire de voir s'il n'aurait pas une nouvelle couleur qu'elle n'aurait pas testée. Et accessoirement, essayer la tektonik, mais uniquement capillairement. Toujours est-il qu'en ce moment, c'est l'angoisse pour Dina.

Depuis quelques jours, elle se plaint du ventre. Bobo bidon. Elle a même du aller à l'infirmerie à un moment, pour recevoir un peu de drogue qu'on réclamait tous pour elle. Ca l'a soulagé, et nous aussi vu que ça l'a un peu assomée. Mais aujourd'hui, Dina a eu une intuition. Et face à ses interrogations, je n'ai pas de réponse. Je ne sais vraiment pas quoi lui dire. Apparement, ses maux seraient comparables à une gestation. Et aussi à un chili bien épicé, mais là n'est pas la question. Ca bouge dans son ventre comme quand elle était enceinte, y a longtemps. Alors on s'inquiète. Et on aimerait la conseiller. Mais je suis bien obligé d'avouer que je maîtrise pas totalement le sujet des dangers de la grossesse après la ménopause. Déjà que la grossesse... Enfin, à ma connaissance en tout cas. Dire que quand les gens me demandent pourquoi je déménage tous les 2, 3 ans, je ne sais jamais quoi répondre. Enfin bref, on s'inquiète pour Dina.

D'ici à ce qu'elle aille nous souiller le bureau ou le dessous des escaliers, ça ferait mauvais genre quand même. Surtout si un garde, trompé par sa chevelure chamarrée, la prend pour un chat de gouttière errant et ne se décide à la piquer à coups de rangers. Ce serait triste.
Repost 0
2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 16:49
Aujourd'hui, si l'on retire l'ennui habituel, j'ai aussi bossé. Pas mal même. Y avait longtemps. Et même si j'ai sacrifié mon ennui à l'autel de la conscience professionnelle apaisée, je ne sais pas trop si je suis fier de moi. En fait, j'aurai même plutôt honte. Bien sur, j'ai l'impression d'avoir mérité ma future paie, mais tout ça n'est qu'un sale réflexe. Et en fait, c'était mal.

Voyez-vous, entre fainéants, on essaye de s'occuper. C'est ainsi que Moatthieu et moi, parfois, on se parle. On s'instruit. On essaye de se divertir l'un l'autre, quoi. Et aujourd'hui, alors qu'il se livrait à ses lectures anarchiques, il a vu qu'on parlait de nous. Et là, c'est l'illumination. La révélation de nos statuts inconscients jusqu'ici. Il me sort donc l'extrait suivant de ce long texte:

"(...) L’expérience russe a montré à quel point il ne suffit pas de détruire la bourgeoisie pour détruire le capitalisme. Celui-ci réside avant-tout dans un rapport social, un rapport d’exploitation et d’aliénation. Le refus du travail, c’est donc la forme pratique la plus simple et la plus directe de lutte contre ce rapport social. Il s’exprime collectivement dans la grève, individuellement dans l’absentéisme ou la recherche de temps libre dans le temps de travail.(...)"

Soudain, nous voilà les Che Kéveugra des temps modernes. Par nos non-activités, on participe à la destruction prochaine du capitalisme. Grace à nous, l'humanité s'en sortira. On aura même le droit d'aller tondre Carla Bruni à la révolution (et peut-être la violer un peu). D'un coup, je nous trouve beau. Enfin pas trop lui, mais presque.

Mais j'espère qu'il arrive vite, le grand soir. Parce qu'en attendant, qu'est-ce qu'on s'emmerde.
Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 09:44
Avant, il y avait le mec qui mettait des bretelles et une ceinture. Je ne sais pas pourquoi, c'est assez destabilisant. Quelqu'un qui est aussi prudent a forcément des trucs à cacher. De là à avoir un Dexter dans la boite, il n'y a qu'un pas. Depuis, il a cessé. Ou alors, je le croise moins souvent. Ou je ne fais plus attention. Ou bien j'ai oublié. Ou il sentait pas bon. Mais depuis, il y a un nouveau cauchemar sur pattes potentiel.

Je ne sais même pas comment il s'appelle. Il passe de temps en temps dans le bureau, pour venir causer boulot avec un collègue. J'évite de le regarder. Il me met toujours mal à l'aise. Je ne crois pas qu'il s'en soit aperçu. Mais j'y peux rien, ce gars a une tête de poupon. Ne nous y trompons pas, il a apparement un corps adulte. Il est grand, un peu gros même. Je pense qu'il doit avoir dans la trentaine. Mais il a une tête de gros bébé.
De grosses bajoues rigolardes, des lèvres pleines et purpurines, des yeux brillants, des quenottes arrondies, des oreilles décollées, une coupe au bol... Pas vraiment une tête de bébé mais de mome ou de chérubin en tout cas. Ce cliché de l'enfant bien portant et rigolard. Un prototype de la pitite canaille. Il manquerait juste des taches de rousseur. Et encore. Le tout posé sur un corps d'adulte bien portant à la fourchette agile.

J'aime pas beaucoup ça. Ca me rappelle que dans les séries ou les romans, les persos ne vieillissant pas, au moins physiquement, sont toujours des psychopathes. Son côté joyeux ne fait que renforcer cette crainte. Je suis sûr qu'il doit dépecer des vieilles le soir au coin des gares. Ou qu'il torture des gens mal à l'aise devant son physique inhabituel, dans sa cave en les découpant à la feuille, ce qui expliquerait qu'il a toujours un document soi-disant de travail à la main. Va falloir que je pense à remettre mon couteau suisse dans ma besace.
Repost 0
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 10:08
Avec le retour prochain du kung-fu (merci Kung fu Panda), j'ai l'impression de voir ressortir des shaolins de partout. En même temps, entre un épisode musclé de scrubs, JCVD, un ado à nunchaku dans Weeds et Batman qui arrive bientôt, je ne suis pas totalement parano. Du coup, quand vous plongez dedans, vous commencez à voir un peu du Lao Tseu partout.

Prenons Dina, la secrétaire dans mon bureau. Enfin notre bureau, au total, on est 4 dedans. Dina, c'est un peu une philosophe chinoise. Elle a des pensées tellement profondes qu'on en voit pas toujours le bout. Un peu un mélange de Confucius et d'Elisabeth Tessier. Récemment, on a eu droit à l'affirmation que chacun était un soleil, voire même un dieu. Je crois qu'elle confond un peu tout et se prend un peu pour Shiva. Il paraît qu'on rayonne. J'espère qu'elle parlait d'autre chose que de la sueur. Surtout avec 8 bras.
On a aussi appris que chaque être à une part homme et une part femme. Et dernièrement, elle avait du mal parce que l'homme en elle ne comprenait pas toute la femme. Il faut sans doute trouver la voie du milieu, je ne sais pas. Là encore, j'espère qu'elle ne parle pas de celle avec les traces de pneu, c'est dégueulasse. En tout cas, elle a définitivement choisi l'animal qui va inspirer son kung-fu. Si j'en crois son bout de mur, elle étudie attentivement le chat. Je ne sais pas ce que ça peut donner en cas d'agression, mais y a de l'observation minutieuse en tout cas. Ca en devient presque insupportable.

Pour ma part, ces derniers temps, j'ai essayé de m'inspirer pas mal du paresseux pour mon kung-fu. Je crois que je maîtrise en toute souplesse la traversée du canapé. Je flotte littéralement au dessus. Et j'atteinds des niveaux de concentration intense qui me permettent de rester enfin zen, malgré des pertubateurs, adeptes du kung-fu du morbac. Décidément, ils sont forts, ces shaolins.



Repost 0
23 mai 2008 5 23 /05 /mai /2008 10:10
Je me sens mou. Envie de pas être là, de rentrer chez moi pour m'abimer les doigts à la guitare (c'est tout ce que j'en fais pour l'instant), pour sauver le monde des nazis, pour m'entrainer à la conduite sportive urbaine (aussi appelée Mario Kart) ou pour vider mes stocks de dvd et de bd en retard. Et pourtant, aujourd'hui, il faut que je défende mon steack. Aujourd'hui, c'est l'entretien d'évaluation.

Alors il va falloir se bouger. Faire croire qu'on est encore un jeune cadre dynamique qui n'en veut. Qu'on n'a plein de perspectives, de projets, d'envie. Qu'on fait du bon boulot, que le client est content, qu'on est presque indispensable. Et ne pas montrer qu'on attend juste sa retraite, qui n'est plus qu'à 40 ans. Seulement voilà, on vieillit. Cette année, j'atteindrai l'age auquel sont mort Jesus ou Bruce Lee. J'ai une jambe un peu faiblarde ces jours ci, et j'ai les talons tout rigides (je me demande si c'est pas à cause de mes chaussures jaunes). Et quand il pleut, j'ai mal aux cheveux (si, il m'en reste un peu).
Alors comment voulez-vous que je remplisse ma fiche de préparation à l'entretien de carrière? Perspectives pour l'an prochain? A long terme? Si je réponds garder mon job, on va me regarder bizarrement. Il parait qu'il faut de l'ambition. Et apparement, venir tous les jours au bureau, ça ne suffit pas. Points forts, points faibles... Je sais plus ce que je racontais quand j'étais jeune et en quête d'emploi. Bonne capacité à rester longtemps assis face à un écran? Silencieux et bien rangé? Je crois que je ne suis jamais resté aussi longtemps dans un poste, ceci expliquant sans doute cela.

Enfin bon, c'est pas tout ça quand même, ça doit bien faire 3 ans et demi que ma société se fait du beurre sur mon dos. Il va peut-être être temps que je réclame un peu quand même. Allez, c'est décidé, ce midi, je me fais inviter au resto par ma commerciale. Et même que je demanderai du rab' de frites. Je sais, j'ai du être syndicaliste dans une autre vie. Mais que voulez-vous, le marché se porte bien, on vit une époque formidable.
Repost 0
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 14:42
Néo aurait aimé être différent. Moins blanc, moins droit, moins normal. Sa vie lui semblait trop monotone. Bien sur, il avait une utilité dans la vie. Apporter la lumière, ce n'est pas rien. D'après ce qu'il avait entendu, ce fut même la deuxième création divine, après le verbe. Ca aurait pu lui apporter une certaine fierté, mais il voulait plus. Il ne tirait aucun honneur à être ce qu'il est. Un néon éclaire, c'est sa nature. Il voulait être plus.


Qu'il aurait aimé avoir un peu de couleur, se démarquer de la majorité incolore. Bien sur, comme tout un chacun, il était unique. Mais quand tout le monde est unique, ça signifie simplement que personne ne l'est. Il rêvait de souplesse, de couleur. Il avait entendu parler de ces cousins colorés qui egayaient certains objets du quotidien, comme des horloges ou des voitures. Il enviait prodigieusement ces merveilleux métisses qui produisaient de la lumière noire et pour lesquels on dansait. Il se serait bien vu en haut de l'affiche, à annoncer en grand la venue de quelques grands artistes qui préfèrent se donner en boite plutôt que de rayonner au grand air, comme il aurait pu le faire sur les façades d'un établissement reconnu.

Alors un jour, Néo s'est décidé. Il allait rejoindre le monde magique du show business. Même s'il ne changeait pas de lieu, il pouvait toujours changer de fonction. A lui les paillettes, il allait devenir paparazzi. Sous ses éclairs, tout le monde passerait comme des stars d'ailleurs...



"Bon, ça devient pénible là. Quelqu'un peut demander à ce que le néon soit changé? Y a rien de pire qu'un stroboscope involontaire. En plus, ça flashe, ces conneries. C'est hyper stressant et on a assez du boulot pour ça. Allez hop! A la benne!"
Repost 0
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 15:17
Aujourd'hui, j'ai appris un peu par hasard que c'est leur fête. Enfin, par hasard... C'est vrai que ça fait deux semaines qu'il y a des affiches partout dans le batiment pour nous rappeler d'y penser. C'est donc la fête des secrétaires. Je me souviens qu'en France, elle existait aussi, mais je n'ai pas souvenir par contre d'une quelconque célébration. Depuis ce matin ici, ça défile.

Je ne sais pas si c'est une occasion supplémentaire de quitter son bureau pour aller trainer dans les couloirs, mais on a vu défiler toute la société ce matin. Et quand c'est une secrétaire qui vient souhaiter avec Dina, les "bonnes fêtes" volent dans tous les sens. Je crois que certains sont allés jusqu'à leur offrir de fleurs. Et leur responsable les a emmenées au resto ce midi. Ce qui m'inquiète, c'est que ça fait 10 min que j'ai entendu rentrer les secrétaires d'un autre bureau (oui, il est tard, ça devait être un déjeuner mémorable) mais Dina n'est toujours pas là. A-t-elle fini dans le caniveau après 3 bières de trop? Je ne sais pas, on ne nous a rien dit. Peut-être a-t-elle été viré sans ménagement ou alors elle est resté près d'un chantier pour pouvoir se faire draguer.
En tout cas, avant même de voir tous les ingénieurs venir souhaiter la ste assistante (ça fait mieux), je savais que c'était la fête de Dina aujourd'hui. Apparement, elle a perdu une chaussure chez elle, ce matin. Et elle est persuadée d'avoir regardé partout. Alors forcément, c'est qu'on lui a volé. Elle espère que ce n'est pas un esprit farceur. Mais de toute façon, elle a reçu son collier de Chine pour la consoler. Un truc est censé être constitué de perles d'eau douce, qui ressemblent en fait à des morceaux patatoïdaux de plastique gris. Mais ça vient de Chine, c'est forcément du vrai, du beau et en plus, du pas cher.

Au moment où je tape ces lignes, Dina rentre à peine. Elle est toute contente de son repas de fête. Elle aime bien cette célébration des secrétaires. Y a que les escaliers après le gueuleton qui sont difficiles. Ayant moi-même fêté rien du tout en allant me taper un délicieux steack moinette, je compatis totalement à son malheur. Malgré cela, elle aimerait bien que ce genre d'occasion tombe plus souvent. Et moi, je ne peux que réclamer une fête des ingénieurs. C'est pas gagné.
Repost 0