Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 10:59

C'est bien connu (par les gens qui me connaissent en tout cas), je ne suis pas fan du vert. J'ai même un pitit slogan à ce propos ("Si c'est vert, c'est que c'est pas mûr"). Mais fort heureusement pour moi, ça se limite quand même assez strictement au domaine de l'assiette. C'est donc avec un entrain peu dissimulé que je suis parti au pays où tout le monde est vert, en Irlande.

Déjà, ça commençait pas mal. Un week-end qui commence un jeudi soir par une sortie anticipée et précipitée commence toujours pas mal. Sortie rapide du bureau, donc, direction l'aéroport. C'est l'un des seuls avantages de Charleroi, c'est qu'il y a l'aéroport avec Ryanair. C'est pratique pour faire genre escapade imprévue en sortant du trav... du lieu de présence nécessaire à l'obtention de la paie. Première surprise: y a des écossais partout. Et puis des vrais, avec les kilts, les calots à plumes de faisan, les drapeaux bleu et blanc, la totale. J'apprendrai par la suite qu'ils venaient d'un match de foot avec la France, il parait. Je crois même qu'ils ont gagné.
Enfin bon, apparement, ils vont tous aussi à Dublin. Je le sais, pas parce que je leur ai demandés, mais parce que l'aéroport de Charleroi a 2 salles d'embarquement: une pour Dublin, une pour les autres. Ce qui est tout de même bien pratique quand on voit la file d'attente pour l'autre salle.
Après une attente bien habituelle, on embarque dans l'avion où Simona (y a des parents cruels), Andrea (dont je suis quasi sûr que c'était un homme, avant ou maintenant) et Lisa-Mary (encore une fille de fans d'Elvis) nous font le ballet des hotesses. Une demi-heure plus tard, on est arrivé (merci le décalage horaire). Et ça commence pour moi par 3h d'attente à l'aéroport, le temps que ma co-voyageuse arrive. En plus, elle sera en retard. Enfin bon, déjà, je constate que l'endroit est vivant, malgré l'heure tardive. Ca se présente pas mal.

L'auberge est sympa, les gens nous expliquent tout bien, ils ont même l'air gentil. Hop, dodo! On m'a expliqué qu'ici comme souvent ailleurs, le jour de chouille, en semaine, c'est le jeudi soir. Ceci expliquant sans doute le fait que le vendredi est assez calme. Et heureusement en fait. On se promène, on regarde un peu, mais on ne fait pas grand chose et c'est pas plus mal. Avec le décalage horaire, on s'est couché tard et on doit pas être dans un meilleur état que le dublinois moyen. Alors on fait juste un tour d'horizon.
La ville a l'air assez petite. Entre le quartier nord assez commerçant, Temple bar et ses pubs, Trinity College et ses étudiants et le quartier medieval avec ses vieilles pierres, c'est aussi assez délimité. On peut quasiment aller partout à pied et on s'en prive pas. On se perd un peu dans des quartiers résidentiels, qui ont l'air assez vide. En même temps, le vendredi, peut-être que les gens travaillent, eux. Le centre a l'air quand même très agréable, si ce n'est certains feux piétons qui ne passent que rarement au vert et tous en même temps.
Toujours est-il que c'est calme. Trop calme. Je décidé alors unilatéralement et en m'appuyant sur l'argument que ma co-voyageuse était en retard la veille, d'aller dans un pub pour voir le gros match du week-end, à savoir Angleterre-Afrique du sud. On en trouve un qui s'appelle l'Oval bar, ça me semble prédestiné. Surtout que lui annonce qu'il retransmet alors que la plupart des autres pubs ne prévoient que les matchs irlandais (à première vue).
Un beau pub sur 2 étages, des gens attentifs au match au bar, une serveuse un peu débordée. On y est super tôt mais marre de marcher, aussi. J'en profite pour ingurgiter une bonne patate irlandaise. L'heure du match approche, ça se remplit tout doucement. Contrairement à ce à quoi je m'attendais, ce n'est pas exclusivement masculin et dans la force de l'age. Des groupes de filles, des ados, des jeunes. Même une famille entière avec femme et enfants. Et pour faire bonne mesure, un groupe d'anglais au centre de la salle. Avec des supporters sud-africains dans le fond (enfin je crois), et surtout le père de famille 2 tables à côté de la notre qui se réjouit bruillament dès que les anglais se prennent une claque, c'est bonne ambiance. Je l'aime bien, ce père de famille. Il a la tête de John Cleese et un rire très particulier assez communicatif, surtout qu'il s'en sert pour se moquer de l'anglais. Il va sans dire que les anglais ne la ramènent pas trop, entourés de gens qui se réjouissent de leur match où ils finiront fanny (c'est pas tous les jours et c'est super bon, surtout là). C'était petite ambiance mais voir ces anglais dépités a suffi à mon bonheur. Je me dis que la foule sera vraiment là le lendemain, pour le match de l'Irlande. Je relève ma co-voyageuse qui pique du nez dans son ragout et on part dormir.

Repost 0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 15:29
Ah, la belle semaine que voilà. Que d'évènements, que de joie. On entame le Ramadan, mois sacré s'il en est, pour certains. C'est aussi le nouvel an juif. En Ethiopie, on fête même le passage à l'an 2000 (ils ont gardé le calendrier Julien). Vraiment, cette semaine n'est pas comme les autres. Et on voudrait que je bosse 5 jours? Faut quand même pas déconner. J'ai donc décidé, d'un commun accord avec moi-même qu'il fallait un peu de respect pour toutes ces traditions séculaires qui font le monde d'hier, et peut-être celui de demain, en partant en week-end dès ce soir. Y a pas de raison que ce soit toujours les mêmes qui s'amusent.

D'ici quelques dizaines de minutes donc (les journées de travail sont plus courtes les veilles de week-end), je m'enfuirai du bureau. Sans doute plus tôt que je ne devrai, mais il faut ce qu'il faut. Je profiterai de l'aéroport local pour m'envoler directement vers ma destination du week-end. Et cette semaine, ce sera Dublin. Le pays des britons qui n'aiment pas trop les anglais (comme la plupart des britons en fait). Le seul pays de Grande Bretagne où je peux utiliser mes euros. La patrie du trèfle, des lutins et de la Guiness.
Tiens d'ailleurs, je crois que j'irai visiter la brasserie. C'est aussi ça, les célébrations impromptues. Se faire plaisir en allant voir des attractions qui interesseraient plus les potes restés au pays que soi, juste pour la joie de les dégouter. Déjà que j'aime pas la bière, alors une qui se mange plus qu'elle ne se boit, y a pas moyen. Mais il parait que c'est intéressant et je me sens un peu obligé d'y aller pour les soiffards de mes connaissances.

Et puis au moins là-bas, je sais que je pourrais voir du rugby. Il a fallu négocier sévère avec ma co-voyageuse, donc je doute de pouvoir voir les anglais se faire enterrer (du moins, j'espère), mais bon. Aller voir un match de l'Irlande dans un pub à Dublin, ça doit être pas mal quand même. Ahhhh plus qu'une heure.
Repost 0
13 septembre 2007 4 13 /09 /septembre /2007 10:52
Le matin, en descendant du train, je me retrouve souvent derrière un pitit monsieur qui emprunte la même rue que moi. Pas très grand, pas très chevelu (pour pas dire chauve), pas tres barbu mais moustachu, avec un gros imper et des lunettes fumées, il a un peu l'air du chef d'une équipe de fonctionnaire tout droit sorti des années 70. Ou d'un fan de Derrick. Une sorte de Mister Magoo belge, un peu. Mais en sympathique. Ce matin, il était accompagné de sa pitite madame. Ils se tenaient par la main en allant vers le bureau, comme si rien ne pouvait les séparer. Ils seront problablement enterrés comme ça. C'était beau.

En Allemagne, il y a aussi des gens qui veulent se faire enterrer près de leurs aimés (bonne fête Aimé, d'ailleurs). Sauf que pour certains, ça consiste à se faire mettre en bière près du stade. Le club d'Hambourg vient donc de lancer la construction d'un cimetière à 50m de la tribune Ouest du stade. Et il y a déjà 15 volontaires pour une concession sur place. Tant d'amour, c'est bouleversant. Apparement, les tombes seront tout ce qu'il y a de plus classique, mais rien n'empêchera d'égayer un peu les enterrements. Un bon pitit chant de supporter au moment d'enfouir le cercueil (Vaaaaaaaa teeeee faaiiiiiirrrrre enculer, va te faire...., pour peu que des supporters adverses envahissent la place). Peut-être quelques mots de l'avant-centre du club, moyennant finances. Et bien sur, le remplissage de la bière avec de la bière (forcément). En plus, c'est ce qui couterait sans doute le moins cher. Faut-il y voir une tentative du club de générer des poltergeists capables d'agir sur le cours du match? Je ne sais pas, je ne connais pas bien la situation d'Hambourg en Bundesliga. D'autres clubs pensent déjà faire la même chose en tout cas.

Tant d'union, ça fait quand même réfléchir. J'en viens à me demander où j'irai reposer, une fois mon infarctus à la mayo déclaré. Et franchement, je ne sais pas bien. A côté d'une usine de Lipton Ice Tea? A côté d'un McDo? Dans un paturage de vaches fournissant du lait pour fromage à raclette? Un champ de patates? Sous la Grand Place? Dans une Fnac? Mon appart (ça va être compliqué pour le voisin du dessous)? Décidément, c'est une question difficile. Heureusement que je me ferai cramer. Je me permettrai le luxe d'être partout à la fois.
Repost 0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 14:53
Bonjour madame, nous pouvons entrer? Nous venons vous présenter les bienfaits du Globalisme. Oui oui, le Globalisme, nous sommes globaliens. Ce que c'est? Excellente question, très chère soeur. Vous allez voir, c'est très simple. Le Globalisme est tout simplement la nouvelle religion universelle à portée de tous. Nous sommes bien conscients de la perpléxité de nos contemporains face à une société qui bouge de plus en plus vite et qui apporte plus de questions que de réponses. C'est pourquoi nous avons décidé de fondre toutes les religions existantes en une seule, le Globalisme. Après de longues années de négociations et d'O.P.A. (Offres Prosélytes d'Achat), nous pouvons enfin vous proposer nos services.

Jusqu'ici, quand vous adhériez à une religion quelconque, toutes les autres vous vouaient aux flammes de leur enfer respectif. En gros, vous étiez toujours perdant. Désormais, grace au Globalisme, vous êtes gagnant sur tous les plans. A vous le paradis avec les angelots, toutes vos idoles disparues avant vous, vos parents... Mais également 7000 vierges qui vous attendent. Enfin pas trop longtemps non plus puisqu'ensuite, vous devrez combattre les armées de géants nordiques, avant de vous réincarner. Bien évidement, monsieur devra passer par la circoncision. Nous ne mangeons pas de viande, par respect pour la vie comme emprunté au boudhisme. Pardon? Mes chaussures en cuir? Ah mais voyez vous madame, ce n'est pas moi qui ait tué l'animal que je porte, ça ne compte pas. Chacun sa merde, comme nous l'a appris le protestantisme. Par ailleurs, nous devons malgré tout égorger un mouton une fois par an, ce qui nous autorise également à un peu de laine.
Nous jeunons à Carême et Ramadan. Nous avons 47 jours fériés par an. Notre week-end commence vendredi pour finir dimanche. Evidement, il est un peu difficile de connaitre la date du jour dans tous nos calendriers différents, mais on s'y fait très vite. Nous aimons l'argent, comme Raël nous l'a appris, mais nous en donnons beaucou aux pauvres comme nous l'ont appris les Franciscains. Nous tendons l'autre joue à nos opposants, selon Jesus, avant de les emmener au bucher, selon la Sainte Inquisition, que nous finissons à la ceinture d'explosif (à défaut d'avion de ligne), selon l'intégrisme musulman. Mais le tout avec classe et quelques vachettes, comme nous l'a appris le cathodiscisme.

Attendez, ne nous fermez pas la porte, je ne vous ai pas encore parlé de nos positions sur la sexualité, la fécondité ou l'économie. En plus, vous êtes parfaitement dans notre coeur de cible, comme nous l'a appris l'enseignement de frère Cruise. Mais .... attendez, voyons. TOUT EST DANS TOUT! Vous comprenez?? Et là, ça veut dire que ma grosse foi, tu sais où elle est? DTC, oui madame, comme nous l'a appris le Mandarum. Vivement la guerre sainte, tiens.
Repost 0
12 septembre 2007 3 12 /09 /septembre /2007 10:56
Ca fait maintenant deux semaines qu'elle a envahi le pitit espace en face de moi. Et y a pas à tortiller, on n'est pas du même monde. Ou alors du même espace-temps, je ne sais pas bien. Je l'appelerai ici Dina, parce que j'ai l'impression de regarder Discovery Channel tous les jours.

Quand elle arrive le matin, elle commence à croire que ceux qui ne sont pas dans le bureau avant elle sont malades. Et elle commence à parler tout de suite. Elle est assez prolixe. Et tout le monde la connait. Du coup, depuis qu'elle est là, c'est un défilé quotidien. C'est peut-être dû à son age bien plus que canonique (etymologiquement parlant (pour ceux qu'on du mal à chercher, l'age canonique, c'est 40 ans (désolé, les vieux))). A son ancienneté dans la boite. Ou à son combat contre ce même age. Elle fait attention à ce qu'elle mange, même si elle a du mal à résister aux chocolats qu'un collègue a négligemment laissé sur son bureau. Elle a le style rockeuse bijoutée et elle fait des motifs sur ses ongles. Elle a la nonchalance des personnes de son age, n'hésitant pas à laisser sonner dans le vide son téléphone quand quelqu'un vient taper la causette. Elle n'hésite pas à appeler pour ses activités extérieures, comme les cours de kreukreu qu'elle donne. Elle essaye de nous transformer en papoteurs de son acabit, mais sans succès actuellement. Elle me raconte sa vie privée, sa satisfaction que tel chef ait été muté parce que c'est son ex et que du coup, elle n'aura plus à le croiser. Elle couve son fils de 26 ans comme un ado au téléphone. Elle m'appelle à l'aide dès qu'elle n'arrive pas à faire un truc. Elle écoute mes remarques désabusées pour choisir sa future voiture alors que je m'y connais autant en auto qu'en tricot.

En bref, elle amène de la vie et sa bonne humeur avec. C'est parfois un peu trop mais elle n'insiste pas forcément face à notre mutisme. Sauf que depuis hier, elle dépasse un peu les bornes. Dina s'ennuie. Et Dina est connue pour être un peu grande gueule, ce qui est généralement assez sympa. Sauf que du coup, elle dit à qui veut bien l'entendre qu'elle n'a rien à faire. Ca, c'est une chose, mais réclamer du travail, franchement, un peu de décence. Il y a des gens qui attendent le week-end ici!
Repost 0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 16:06
Le matin, je prends le train. Toujours à la même heure, ou presque. Je m'installe dans la deuxième partie du train, celle qui restera normalement à quai à la gare où je descends. Je m'installe toujours du même côté du train, histoire d'éviter d'avoir le soleil en plein face, enfin pour les jours où il se montre. Et je guette à leur insu certaines têtes habituelles, dès que nous arrivons aux premiers arrêts.

Quand j'arrive à Charleroi, j'ai le choix. A gauche, j'ai la sortie qui est géographiquement la plus proche du bureau. Elle passe sous les quais et arrive quasi directement sur l'esplanade devant la gare. A droite, j'ai la sortie qu'emprunte majoritairement les gens, vu qu'elle mène aux transports en commun, à la gare, aux panneaux de correspondance. Bien sur, on pourrait se dire que le choix dépend un peu de l'arrêt du train. Chaque jour, il décide de stopper plus ou moins près d'une des deux issues. Et la plupart des gens décident en fonction de cette proximité.
Je pars toujours à droite. Je ne l'explique pas, si ce n'est par l'habitude. Même quand cela m'oblige à longer tout le quai, je le fais. Ca me permet de suivre les habitués que je croise anonymement tous les matins, eux sur les quais, moi dans le train. Je peux suivre et mater un peu les jolies filles qui vont bosser. Je peux voir la foule, les gens de passage, les étudiants, les voyageurs avec leurs gros sacs qui cherchent l'aéroport. Je peux traverser la gare toute neuve, parfois totalement vide, souvent pleine de classes en excursions. A moins que ce ne soit des groupes de scouts.

Ils me gardent encore un peu de cette troupe qui avance en ligne vers le bureau au bout de la rue. Ils sont la foule dans laquelle se noyer, où je peux rester anonyme avant de me singulariser à nouveau. Je peux y rester neutre avant de mettre mon masque de tueur asocial, propre au travail. Je ne comprendrai jamais ceux qui ont peur d'être débordé dans la foule. On n'y est nulle part ailleurs plus tranquille.
Repost 0
11 septembre 2007 2 11 /09 /septembre /2007 10:50
Ce matin, je regardais la radio (oui, en Belgique, c'est moderne, la radio passe à la télé) et c'est là que j'ai appris encore une de ces terribles vérités sexistes que les femmes tentent de nous cacher. Depuis des siècles, elles essayent de nous faire culpabiliser à coup de crise de la quarantaine et de "sales obsédés" soit disant attirés uniquement par les jeunes filles en fleur dont la seule qualité est que chez elles, tout pointe encore vers le haut (ou au moins tient tout seul). Mais voilà, c'est pas pour rien si la science est majoritairement aux mains des hommes. Aujourd'hui, ça paie enfin.

Selon une analyse suédoise, il semblerait que les hommes préférant les femmes moins agées ont une excellente raison à cela, qui n'a rien à voir avec de quelconque préférences esthétiques. C'est tout bonnement pour préserver l'humanité, ni plus ni moins. En effet, les hommes sont attirés par des femmes plus jeunes tout bêtement parce qu'elles disposent d'une période de fertilité plus grande, permettant ainsi de procréer plus. Vous pensez bien que sinon, ils prendraient des femmes plus agées. Vu qu'elles ont une espérance de vie plus longue, ce serait plus logique, ils pourraient mourir ensemble. Mais non, ils se sacrifient sur l'autel de la perpétuation du genre humain. Si c'est pas du courage, tout ça.
A côté de ça, on apprend également pourquoi les femmes préfèrent des hommes plus agés (en général). Et là, je dois dire que c'est pas joli joli. Fini les excuses comme quoi les hommes restent des gamins plus longtemps, qu'elles préfèrent les hommes plus adultes, plus mûrs. Les analyses ont parlé. Si elles préfèrent les hommes mûrs et font tout pour les attirer en faisant tout pointer vers le haut, c'est tout bêtement pour des raisons pécuniaires.

Ah bravo, il a pris un coup, le mythe du playboy obsédé par les jeunettes. On voit enfin que ce sont elles qui font tout pour l'aguicher pour satisfaire leur appétit vénal. Et le pauvre homme, désireux de se sacrifier pour la survie de son espèce, s'y laisse prendre. Si c'est pas malheureux de voir ça. Ah c'est sur, je ne verrai plus les chiennes de garde du même oeil.
Repost 0
10 septembre 2007 1 10 /09 /septembre /2007 10:56

Pour une fois, je suis assez content de la pudibonderie étazunienne. Ce grand pays qui tient à nous faire sentir que nous sommes tous spéciaux a encore fait parler de lui dans le domaine aérien. On connaissait déjà les compagnies qui vous faisait payer 2 sièges quand vous étiez trop gros et que vous débordiez un pitit peu. Il y a aussi celles qui, si vous étiez trop africain, vous réservait une place spéciale avec vue panoramique à l'arrivée dans le compartiment du train d'atterrissage. Aujourd'hui, ils prennent des mesures anti-Paris.

Bon, pas vraiment Paris Hilton, mais c'est tout comme. Une jeune a donc failli se voir refuser l'accès à l'embarquement, sous prétexte que sa ceinture lui servait de jupe. Ou l'inverse. Toujours est-il que c'était trop court pour le personnel de bord. Alors évidement, difficile d'invoquer la menace terroriste dans ce cas là. Si elle avait porté une bombe, tout le monde l'aurait vu. Mais sur les compagnies familiales, pas de bout de fesse à l'air. Peut-être que dans cet environnement confiné, ils ont peur qu'une tenue trop aérée ne permette trop facilement à l'air qui sort de son cul de pouvoir se propager. Toujours est-il que la demoiselle a du aller se rhabiller pour pouvoir embarquer.
Alors toi, Paris Hilton, ambassadrice du mauvais goût et de la touffe à l'air (un peu la Malaury Natouf des usa), ne t'aventure pas à vouloir embarquer sur un avion de ligne. Bon, je sais, tu as probablement ton jet privé. Eh ben garde le. Connaissant ma chance habituelle, moi qui ne croise jamais ou presque des gens connus par la télé, je serai capable de tomber sur ceux que j'aimerai pas avoir en face de moi (Ahhh ma rencontre avec Francis Lalanne). Y a des malédictions comme ça. D'ailleurs, je crois que je vais éviter de prononcer son nom, à l'avenir.

Bon, là où c'est forcément moins drole, c'est pour les clones de Paris. Enfin clones, les suiveuses plutôt. C'est dommage parce que si elles partagent son mauvais goût vestimentaire, et pour certaines son q.i., elles sont généralement beaucoup moins moches (faut dire que c'est pas vraiment compliqué). Et c'est pas avec les hotesses Ryanair qu'on pourra se rincer l'oeil (ils font des économies partout). Tant pis, il faut savoir faire des sacrifices.

Repost 0
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 15:29
En effet, dans les jours qui viennent le monde tournera ovale. Ceci expliquant sans doute l'été pourri qu'on a eu. Mais c'est bien normal après tout. Il suffit de regarder le moindre quotidien parlant un peu de sport pour s'en rendre compte. Et oui, lundi débute la coupe du monde féminine de foot.
Ah, un petit instant, une dépêche me tombe dans l'oreillette (aieuh!). Ah? Ah ok.
On m'informe à l'instant que débuterait également ce soir la coupe du monde masculine de rugby. Y a pas à dire, ça tombe bien.

C'est ballot, moi qui étais ultra-motivé pour bouger ce week-end, me voila coincé devant la télé. Mais bon, obligé hein. C'est pas dans tous les sports que la France peut se qualifier pour une coupe du monde. Regardez le foot féminin. Et puis ça se passe quand même en France. Revoir la pelouse typiquement française d'un stade français, c'est une expérience à part. Bon, je comprends toujours pas pourquoi il y a des matchs qui se jouent en Grande-Bretagne, mais on va faire comme si on n'avait rien vu.
Du coup, ce soir, c'est approvisionnement en chips, caramel, bonbons et chocolat... parole, parole, paroleeee... Pardon. Stockage donc d'aliments donc la teneur énergétique est directement proportionnelle aux efforts produits par les joueurs à l'écran. C'est qu'il ne faut pas rigoler avec la condition physique des athlètes. Bon, après, c'est sur, contrairement à certains autres sports, il y a quand même des différences de niveau flagrantes. Par exemple, cette année, on voit arriver le Portugal. Ca réjouit un de mes collègues, tout content de voir son pays débarquer dans le top mondial. Ca lui donne également une bonne occasion de découvrir l'ovalie. N'empêche qu'ils risquent un peu de se lancer dans des carrières de lombrics. Ben oui, leurs joueurs sont encore amateurs, et face aux All Blacks, ils risquent de manger sévère et de prendre un score ressemblant plus un résultat de basket. Ahhhh c'est aussi ça, la beauté du sport.

Donc en gros, dès que j'aurai fait les courses, je serai prêt. Il n'y a qu'une chose qui m'inquiète vraiment, ça va être les commentateurs. Sachant que tf1 accueille rarement le rugby, j'ai peur qu'on ait des joyeux drilles qui nous fassent regretter Pierre Salviac, voire même Thierry Roland.
Enfin bon, l'important, c'est qu'on ait une pitite chance de battre les anglais une troisième fois dans l'année, et ça, ça n'a pas de prix. Vivement que ça commence.
Repost 0
7 septembre 2007 5 07 /09 /septembre /2007 10:52

Hier soir était un soir ordinaire. Je rentrais chez moi en train, en croisant les mêmes jolies filles que d'habitude avec qui on se parle pas. Une pitite lecture, un pitit sudoku, une pitite sieste, arrivée à Bruxelles. Je me préparais à passer ma soirée endiablée habituelle, entre dvd de séries (en ce moment, Friends), sandwichs et abandon internetien. Et là, au milieu de mon courrier, de quoi perturber ma palpitante monotonie. Inquiet face à l'imprévu, j'ouvre quand même l'enveloppe pour découvrir ça:

carte.jpg


Ah c'est sûr, ça perturbe. Surtout quand vous voyez qu'elle est signée d'une bande de glandus, en vacances au moment des faits. Je ne ferai pas ici étalage du contenu hautement détendu du gland de la missive, il faut respecter les âmes sensibles.

Alors que dire d'une telle déclaration, bafouant les règles les plus simples de l'hypocrisie? Eh bien c'est simple: c'est beau. Tant d'amour pour une fleur, tant de poésie postale, c'est grand. En plus, vouloir en faire profiter les amis qui sont loin, c'est vraiment...limite trop. J'en suis à me demander ce que j'ai bien pu faire pour mériter tout cela. Vraiment, les amis, fallait pas. L'émotion épistolaire m'étreint fortement (ce qui ne veut rien dire, mais c'est des jolis mots).
Toujours est-il qu'à la veille de la journée internationale de l'alphabétisation, c'est une belle leçon. L'écriture n'est pas morte, il faut la faire vivre. Et la carte postale est un bon début. Alors toi aussi, n'hésite pas à retrouver le goût de la correspondance pour émerveiller tes amis. Le stylo est un muscle comme un autre, il faut le faire travailler. D'ailleurs, va falloir que je m'y mette pour répondre à tant d'amour.

Accessoirement, n'oublie pas d'aller voter pour Everland au concours Persoweb. C'est le dernier jour pour ça, et au jour du lancement de la coupe du monde de Rugby, il me semble important de voter pour le seul participant de sa catégorie dont le pays participe à la coupe (même s'il est annoncé (à tort) comme belge).

Repost 0