Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 décembre 2007 1 03 /12 /décembre /2007 10:02
J'aime pas les dimanches. Même pas parce que ce sont des veilles de lundi. Juste que je m'y ennuie. Ce week-end, en regardant totalement illégalement la saison 1 de Dexter, je me suis trouvé des points communs avec ce personnage. En gros, Dexter est un serial killer. Mais il tue uniquement des tueurs. Il a un code. Et aussi un gros vide à l'intérieur. C'est bizarre de se trouver des affinités avec un tueur en série, quand même.

Le vide , je l'ai aussi. Oh, bien sur, je ressens plus de choses qu'un sociopathe (c'est toujours ça), mais ça m'empêche pas d'avoir l'impression d'avoir un goufre à l'intérieur. Heureusement qu'il y a cette bonne vieille éducation télévisuelle pour nous apprendre ce qui est bon, ce qui est mauvais et ce qui est juste. Ca balise. Mais ça ne remplit pas pour autant. Alors je fais ce que je peux pour ça. La méthode passive. Je lance des trucs dedans. J'occupe mes journées à lire, jouer, regarder. Je verse tout dans mon précipice interne, en espèrant qu'il en restera quelque chose. Mais pour l'instant, j'ai beau lacher des trucs, j'entends pas la fin de la chute. Je dois avoir encore une grosse marge avant le fond.
Je me doute qu'en construisant des morceaux pour remplir, ça fonctionnerait un peu mieux. Ou du moins, j'aurai l'impression que le remplissage avance. Mais ranger les papiers, écrire, apprendre la guitare, le dessin ou même sortir, c'est trop d'efforts. C'est surtout trop de persévérance alors que je suis déjà occupé à remplir mon trou avec la culture des autres. Même si ça ne fonctionne pas bien.

Il va quand même être temps que je me décide à bouger. Je ne vois plus les interrupteurs de la lumière, derrière les piles de papiers et autres lectures qui s'amassent. Ca a beau tomber sans fin dans ma tête, ça s'accumule un peu dans l'appart. Il va falloir retrouver la patate. Vivement que l'esprit de Noël me tombe dessus.
Repost 0
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 15:14
En ce moment au bureau, nous en sommes en plein période de transition. L'entreprise est en train de changer de fournisseur pour tout ce qui est alimentaire. Du coup, c'est les fonds de gamelle à la cantine. On a même été privé de mayo pendant 2 jours (un scandale!). Mais ça ne concerne pas que la cantine. Apparement, ça touche aussi les distributeurs de café.

Et là, ça devient un vrai problème pour certains, voire même beaucoup. Etant donné que demain, fête du st patron de l'entreprise, personne ne sera suffisament sobre pour travailler, c'est cet après-midi qui a été choisi pour le changement des machines à café. Parce que le nouveau fournisseur ne s'est pas contenté de mettre son nom sur les engins. Ils changent carrêment tout. Et cet après-midi, tous les distributeurs étaient débranchés. Je vous raconte pas la panique (enfin si, je vous raconte justement).
Dans les couloirs erraient des troupeaux d'employés de tous les services, des ateliers de montage à la direction, à la recherche du précieux carburant. On se serait cru dans un mauvais Romero. Des hordes de gens avançant lentement en grognant "Caaaaafééééééé". Ca change de "Cerveaaaaaauux" mais ça fait peur pareil. Dina, elle, connait tous les bons coins de la boite et a réussi à dégoter une cafetière planquée dans un bureau. Manque de bol, elle a renversé sa tasse en retournant à son poste. Certains envieux en pleuraient presque.

C'est ces jours là que je suis content d'être sans vice (si je vous le dis). Pas de drogue caféinée chez moi. Enfin heureusement pour l'entreprise, une nouvelle machine a finalement été branchée, provoquant un léger attroupement, comme si on avait jeté un bol de riz au milieu de l'Ethiopie. Toujours est-il que tout le monde a du trouver son bonheur. On voit moins de bave dans les couloirs.
Repost 0
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 09:52
Avec l'approche des fêtes reviennent les pubs pour les jouets d'un autre age. Tous ces jeux qu'on a connu dans notre enfance et dont on se demande comment on réussit encore à en vendre. Tous les produits Mattel tellement simples qu'ils traversent les générations. Ah les parties de Puissance 4. Ah la ruse du MasterMind, la fourberie du Pièges. Et comme tous les ans, dans le tas, il y a le docteur Maboul.

Je me souviens en avoir eu un quand j'étais petit. Ca amuse une heure, et puis après le BZZZZZ devient relativement énervant, même pour les joueurs. Je crois que j'ai du perdre la moitié des os du pauvre patient, en plus. Et pourtant, il y en a qui s'en lassent pas. Pire, il existe des versions de luxe. Pour dentistes. En tout cas au Japon.
Simroïd (c'est son petit nom) est donc la version grandeur nature du docteur Maboul. Son but: entrainer les futurs dentistes. Comme le docteur Maboul d'origine, Simroïd est sensible sur certaines zones. En gros, tu dois retirer les dents sans toucher au nerf. Enfin ça, j'imagine que c'est l'épreuve finale. Avant, tu as le détartrage, le curetage, la dévitalisation, tout ce qui fait la joie du dentiste et la peur du souffrant. Bien sur, Simroïd n'a pas peur, ce n'est qu'un robot. Mais il peut faire semblant d'avoir mal. Son nez ne s'allume pas en rouge, mais il fronce des sourcils, agite les mains et peut aller jusqu'à dire "j'ai mal", voire à crier. Le tout sous une enveloppe humaine, histoire que les apprentis tortionnaires aient déjà un avant-goût de leurs futures victimes.

Accessoirement, Simroïd a été revétu d'une enveloppe féminine. On se demande bien pourquoi. Encore que quand on connait la velléité du dentiste à faire valoir sa domination sur le patient, du haut de sa roulette, c'est pas très étonnant. Ca doit encore plus leur plaire d'avoir en face le "sexe faible". Du coup, histoire d'éviter les débordements, on prévoit déjà d'ajouter de nouvelles zones qui buzzent sur le robot, pas vraiment dans la bouche. Peut-être que son nez s'allumera en rouge cette fois.
Repost 0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 15:47
Je viens d'un pays calme et paisible au nord de la campagne sarthoise. Et dans ce sphincter de France, même si la vie peut être chiante et  qu'on s'ennuye forcément, on respecte quand même certaines choses. Comme tous ceux qui y sont nés ou presque, je suis porteur de ces valeurs. Et comme mes compagnons, j'essaye de propager modestement ces standards partout où je passe. Mais mes modestes efforts ne sont rien face à l'institution qui permet à ma contrée de briller à travers le monde. Un jour peut-être, moi aussi je serai membre de la Confrérie des Chevaliers des Rillettes Sarthoises.

On ne plaisante pas avec les rillettes. C'est pour cela que sont apparus nos chevaliers. Partout à travers le globe, ils célèbrent et vantent la gloire et le renom des rillettes sarthoises. Ce sont des éléments actifs pour la gastronomie. Ils encouragent la recherche dans tout ce qui peut améliorer la qualité des rillettes, tout en cherchant à préserver son côté populaire et économique. Et on ne rigole pas d'eux. Je peux vous dire que la médaille d'or des meilleures rillettes décernée par la confrérie, elle fait des envieux. N'empêche qu'elle récompense vraiment les méritants. C'est pas de la rillette d'apprenti Bordeau Chesnel qui récupère les prix. De la rillette de qualité, je peux vous le dire. Le monde entier vous le dira. Ils sont même allés jusqu'au Japon pour accomplir leur oeuvre.
Mais hélas, l'expansion mondiale des rillettes se trouve confrontée à un cruel dilemme. Lors de mon parcours scolaire, un de mes profs nous avait enseigné le principal frein à la domination mondiale des rillettes sarthoises. Ce qui fait de bonnes rillettes, ce sont les bons morceaux de viande qu'on trouve dedans, et qu'on peut toujours écraser à la fourchette. Sauf que voilà, si ces gros morceaux font le délice des amateurs, elles rebutent les consommateurs occasionnels. Les rillettes ne se tartinent pas bien. Apparement, des études auraient montré que l'exportation de rillettes est inversement proportionnelle à son taux de tartinabilité. Quel paradoxe. Quelle tristesse.

Je suis sûr que tout ça est encore un complot de ces salauds d'anglais. Je les crois même capable de préparer en secret de la mousse de rillettes. Voire des rillettes en tube. Rien que l'idée me donne envie d'atomiser les cuisines britanniques. Et en plus, je viens de finir mon dernier pot de rillettes. Il va être temps qu'arrive le temps des croisades.
Repost 0
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 10:12
Ces derniers temps, il semblerait que les émissions qui ne satisfont plus les critères leur permettant de passer à la télé découvre une nouvelle chance sur le web. Que ce soit pour des questions d'age, d'audience ou de fierté, elles commencent à fleurir sur la toile. Bon ok, j'en ai vu que deux pour l'instant, mais c'est un début. Et puis bon, ça m'arrange. Parce que j'aime bien Culture Pub.

Culture pub, c'est l'émission qui me faisait rester tard le dimanche soir sur m6. Non, rien à voir avec le film pseudo-érotique où l'image devenait floue dès qu'apparaissait le moindre téton. C'était avant en plus, je crois. Parce que oui, un jour, m6 a eu une émission de qualité. Ca me fait un peu mal aux fesses de le reconnaitre mais il faut dire ce qui est. Et pendant longtemps, je l'ai regardé. C'est sans doute à cause d'eux que j'ai fini par faire les soirées publivores. Faut dire qu'il y avait de la bonne pub, de la rigolote mais pas que, et puis aussi des sujets intéressants. Ce n'était pas qu'une grande page de pub, loin de là.
Mais apparement, ça cadrait mal avec le reste de la chaîne, vu le nombre de changements d'horaires qu'a subi le programme. C'est sur qu'une tache de qualité dans ce grand océan de bêtises sous-tf1 qu'est la grille d'm6, ça faisait mauvais genre. Après de longues et glorieuses années, l'émission a donc disparu. Pour mieux réapparaître cette semaine en ligne. Et c'est toujours aussi bien. Plus court, découpé en séquences pour pas trop charger les machines des spectateurs, avec une belle qualité et toujours autant d'intérêt. C'est beau.

Et comme si ça ne suffisait pas, ils profitent également de l'espace quasi illimité qu'offre le web pour proposer des archives, une pubothèque en ligne et tout et tout. Bon évidement, c'est loin d'être exhaustif, mais c'est un beau début. Ca promet beaucoup. Me reste plus qu'à espérer l'arrivée de Striptease en ligne (le 3ème coffret dvd sort début décembre déjà) et là, ce sera la bonheur.
Repost 0
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 14:57
La vie n'est pas facile pour Dina. Oh attention, elle ne se plaint pas. C'est pas le genre. Elle aime la vie, rire, s'amuser, tout ça. Mais c'est quand même pas facile.

Déjà, elle se sent bien seule dans sa vie. Le soir, quand elle rentre dans sa grande maison vide, avec son toit presque refait. Déjà qu'elle a du se battre avec ces escrocs qui voulaient lui laisser un trou dans sa masure pour tout l'hiver. Mais depuis peu, elle a son chat.
Si Dina avait un blog, je pense que ce serait un gentil skyblog gotho-rose, avec les aventures de son chat dans tous les sens. Déjà qu'elle lui a sauvé la vie, c'était déjà bien. Mais maintenant, il faut l'élever un peu. Le premier nom qu'elle lui avait choisi n'avait pas l'air de lui convenir, alors elle l'a renommé d'après un jeu video, lui-même inspiré d'un comics bien dark aussi. Elle aime bien la ps3, y a des jolis graphismes.
Et donc, son chat n'est pas très sociable. Il ne se laisse pas beaucoup approcher. Pire, il pisse dans son lit. Mais Dina ne lui mettra pas le nez dedans, non non. C'est barbare. Elle va trouver un autre moyen.
Depuis peu, elle peut lui faire des poutous quand elle se couche, alors elle est contente.
Ca lui soulage un peu ses douleurs aussi. Elle doit passer souvent voir le docteur. Elle est pas mal indisposée. Les maux de têtes que ça lui donne.
C'est comme ce midi, elle était invité à aller au resto pour voir une de ses vieilles copines qu'elle n'a pas vu depuis 6 ans. Mais elle n'aime pas la nana qui organisait le repas. Cruel dilemme.
En plus, il n'y a pas grand monde qui papote dans le bureau, tout le monde est concentré. Sauf le petit nouveau, elle peut lui raconter ses aventures et s'extasier devant les siennes. Ca l'occupe quand elle ne comprends pas trop ce qu'elle fait, et c'est assez souvent. Mais elle fait des efforts.

Décidément, c'est pas facile d'être une ado à 54 ans.
Repost 0
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 10:06
Il me semblait pourtant avoir déjà vu l'info, il y a quelques temps. Peut-être même que j'en avais déjà causé. En tout cas, tout ça me donne une impression de déjà-vu. Et pourtant, rien. Ni dans la presse française, ni dans les dépêches Yahoo, nada. Je suis sûr qu'on cache des choses aux français. Ils sont forts quand même, ces pauvres.

D'après une étude de la commission Européenne, il paraitrait que la part des salaires dans le PIB européen continuerait de descendre et que ça pourrait devenir dangereux. Alors bien sur, le PIB augmente, mais la part de revenus des entreprises augmente beaucoup plus vite que celles des salariés. Et ça, ça ne change pas depuis 20 ans, tous les ans ça baisse. Mais pour trouver l'info dans les medias français, on peut chercher. Ca doit encore être un complot de ces salauds de gauchistes.
Ils enterrent l'affaire pour l'instant, parce que ça montre qu'ils bossent pas assez. Bah si, c'est bien connu, pour gagner plus, faut travailler plus. Tout ça, c'est feignasse et compagnie. Et puis pour l'instant, ils sont sur le dossier des retraites. Ils gardent l'info bien au chaud pour préparer une nouvelle grève bientôt, c'est sûr. Vraiment, quelle bassesse. Ils font tout pour que la révolution pête. Alors que notre président nous aime tellement. C'est vraiment petit.

La commission européenne s'inquiète de la cohésion sociale, suite à cette étude. Je crois qu'en France, on a pris un peu d'avance. Et vu qu'ils en gardent sous le coude, histoire de tenir chaud aux pavés tout l'hiver, on est dans le mal. Vraiment, quels salauds ces pauvres. Si seulement ils pouvaient prendre exemple sur les entreprises.
Repost 0
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 15:42
Il a fallu que j'attende 15 ans après mon dernier cours de géographie pour m'y intéresser. Et tout ça grace au web. Et aussi (surtout) grace mon ennui profond au bureau. Il faut dire qu'ici, c'est souvent le creux de la vague. Version Méditerranée. Alors il faut bien s'occuper. Bien sur, il me reste toujours ce pitit jeu en flash où on catapulte du chat sur un mur, voire des piques, mais même ça, au bout d'un moment, ça lasse.

Alors, dans ma quête pour toujours trouver quelque chose qui me donne un air concentré, on m'a envoyé ce site. Un pitit jeu aussi en flash pour s'amuser à tester ses connaissances géographiques. On remarquera vite qu'il est sans doute anglo-saxon à la base, vu les sites demandés, mais bon, peu importe. Qui aurait pu croire un jour que mes cours de géo me servirait? Certainement pas moi. Et puis c'est un bon moyen de découvrir la localisation de certains pays (comme le Suriname) dont le nom peut prêter à confusion. Et force est de constater que je ne suis pas doué sur l'Afrique. Mais j'y travaille.
Sauf que voilà, au bout d'un moment, jouer tout seul ne suffit plus. C'est sans doute pour cela qu'on m'a renvoyé vers cet autre site. Même principe, plus précis car la carte est plus grande, et surtout, on peut faire des matchs. Je viens de tester ma chance face à futur ex-chercheur. La bataille fut apre et rude, le score très serré mais j'ai fini par céder la victoire. Je me suis fait avoir par Darwin (c'est en Australie). J'aurai du me douter qu'entre chercheurs, c'était magouilles et connivences. Toujours est-il que j'ai perdu.

Il ne me reste donc plus qu'à m'entrainer. Alors amenez-vous les cocos, je vous attends. Bon, peut-être pas là maintenant tout de suite (encore que), mais je pense que je retournerai y faire quelques tours dans les prochains jours. Je suis pas au point sur tout, mais je vous attends. Même les bacheliers en train de trimer pour rien, je crains degun. Je vous prends tous!
Repost 0
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 10:19
Depuis une bonne semaine maintenant, je redécouvre les joies du pique-nique. Rien de sale ou d'illégal là-dedans, c'est entre adulte consentant (moi) et en plus, je fais ça en intérieur pour choquer personne. Sans compter qu'il pèle sévère. Ah le plaisir de manger avec ses doigts.

En même temps, c'est un petit plaisir qui n'est pas toujours évident. Va manger de la soupe avec tes doigts. En même temps, ami gastronome, tu me diras que la soupe ne se mange pas, à la base. Et tu auras parfaitement raison, pas de ça chez moi. Mais prenons la raclette par exemple. Pas facile à la mimine. Limite sacrilège, même.
Seulement voilà, il y a un peu plus d'une semaine, on m'a rapporté de la bonne charcutaille de chez moi. Et ça, ça veut dire surtout deux choses: noix de jambon fumé et rillettes. Autant, les rillettes, avec ses doigts, c'est pas facile. Autant, la noix de jambon fumé, c'est le top. Je sais bien que le meilleur est de la manger en tranches très fines, mais je n'ai pas de trancheuse dans ma grotte. Alors je me découpe des steacks dedans. De la bonne viande fumée qui t'embaume agréablement toute la cuisine, et même le reste. Qui te donne faim en permanence parce que tu gardes l'odeur sur les doigts quand tu tiens ta bidoche. Et qui te réveille le carnivore à l'intérieur de toi quand tu commences à attaquer ton steack à la canine. Ahhh les souvenirs de la chasse au cochon le soir au fond des bois. La tranche de noix fumée, à la mimine et à la dent, c'est que du bonheur.

Malheureusement, le bonheur, comme toujours, ça part très vite. Et au bout d'une semaine, alors que je suis le seul à taper dedans, il ne me reste plus qu'un quignon de noix fumée. L'hiver va être rude. Tout ça me donne envie de me trouver un slip en fourrure et d'aller chasser la truie dans le quartier. Heureusement qu'on me réapprovisionne bientôt.
Repost 0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 09:28
A l'heure où elles se terminent, j'aimerai revenir un peu sur les grèves et surtout les réactions que j'ai pu lire ici ou là sur quelques blogs. Et comme je raconte un peu ce que je veux ici, je le fais. Sous le coup de l'énervement (n'ayons pas de doute là-dessus), j'ai vu beaucoup de blogueurs parisiens, essentiellement bobo, se plaindre des fonctionnaires qui font grève, n'hésitant pas avec l'insulte. J'en ai même vu parler de terrorisme. Pour vous le dire tout net, ça me pête un peu les couilles.

Alors, des fonctionnaires font grève et forcément, la vie devient moins facile. On remarquera au passage qu'on parle tout de suite d'un pays paralysé alors que cela touche essentiellement Paris, mais passons. Et donc, on s'énerve parce que ces salauds de fonctionnaires refusent de perdre les privilèges et que c'est déjà dégueulasse de les avoir. Ils veulent même pas travailler plus pour gagner moins (que nous). Alors déjà, de quel privilège parle-t-on? De la retraite à un age pas trop avancé? OK, je comprends que ce soit perçu comme un privilège, mais il n'est pas sans compensation. Pour partir plus tôt en retraite, les cotisations sociales d'un fonctionnaire sont 12% plus élevé qu'un salarié du régime "normal". Alors bien sur, j'en entends déjà affirmer que eux aussi, ils préfèreraient être prélevé plus et être en retraite plus tôt. Mais eh les gars, nous sommes en France. Vous auriez du vous rendre compte que depuis 15 ans, la tendance est au nivellement par le bas, pas l'inverse. Ou alors, faut voter pour d'autres gens.
Alors ok, leurs cotisations sont plus élevées mais elles ne financent pas totalement leur régime spécial (pas plus que le régime normal ne se finance lui même, vu que depuis 15 ans, les cotisations sociales et les impots sont à la baisse, mais bon). C'est donc bien un privilège tout de même. Et bien quoi? Rien qu'à voir l'embarras (pour rester poli) dans lequel ça met les gens quand le service s'arrête, ça prouve bien que ce service est précieux. Surtout qu'il est là tous les jours de l'année, lui. Comme la plupart des services publics (même si on essaye de faire disparaitre cette notion), ils sont indispensables à une bonne qualité de vie. Et ça vaut aussi pour les soins et l'éducation. N'est-il alors pas normal qu'ils soient privilégiés, vu leur importance vitale pour le bon fonctionnement de notre société? Je ne dis pas non plus qu'il faut tout accepter, ni que des aménagements ne sont pas nécessaires, c'est sans doute le cas. Mais le fait qu'ils soient privilégiés sur certains points me parait tout à fait normal. Dans les entreprises où je suis passé, quelqu'un qui a un rôle important, on avait plutôt tendance à le choyer plutôt que le mettre au même niveau que les autres.

Là, blogueur enervé, l'impression que tu me fais, elle est assez claire, même si c'est pas très propre. Tu me donnes l'impression d'avoir la belle Rachel A Tes Pieds (pour les exemples). Tu es habitué à ce qu'elle te fasse ta gaterie quotidienne, c'est un service utile. Elle fait ça vite et bien, tu te sens tout détendu après et tu as la patate pour ta journée de boulot. Et pour une fois qu'elle te dit non parce qu'on veut dégrader ses conditions de travail, ta réaction est de l'attraper par les cheveux, lui appuyer sur la tête en l'accompagnant d'un bon "avale, chiennasse". On ne devrait jamais être brutal avec une personne à qui on donne l'accès à nos parties sensibles. Au contraire. Faut pas s'étonner après si tu prends des coups de dents.

Alors voilà, blogueur énervé (et je n'ai pas de doute qu'il ne s'agit que de cela), tu m'emmerdes. Je sais, c'est facile de loin. Et puis la grève, c'est pas facile. Ca chamboule ta vie, c'est agréable pour personne. Mais bon, il faut aussi arrêter de prendre pour acquis ce qui devrait nous être précieux. Preuve en est que quand ça marche plus, tu pleures. Alors quand ton service public utilise le dernier moyen qu'il lui reste pour ouvrir d'éventuelles négociations, c'est bien de dire ton inconfort. Mais t'es pas obligé d'être désagréable en plus.

Accessoirement, si tu veux apprendre des choses sur l'objectif des politiques auxquelles on doit tout ça, tu peux aussi aller lire Dol, de Philippe Squarzoni. Il vient de ressortir dans une édition mise à jour et ça peut pas faire de mal.
Repost 0