Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 15:05
Ah putain, je suis colère! Je suis colère, parce que je suis trahison! Et tout ça, la faute à qui? Ben toujours les mêmes, hein. Non pas les français. Non, pas les anglais non plus. Ni les italiens. Ni la race humaine dans son ensemble, non non non. C'est encore de la faute des étazuniens. Enculés!

Ce matin donc, j'étais là, heureux, inconscient du drame que je vivais depuis quelques mois. Et comme tous les jours, je fais ma ptite tournée de blogs. C'est comme ça que j'arrive chez Virginie qui m'apprend l'horrible vérité: il paraîtrait que les camemberts le Rustique seraient fait avec du lait pasteurisé. Alors au début, j'ai du mal à réaliser, c'est trop horrible pour être vrai. Mais je lui fais un peu confiance, donc je vais regarder un peu les détails de cette affaire. Et je me rends compte que c'est bien plus grave que ce que je croyais.
Je suis un peu en retard par rapport à la guerre, mais ça m'empêchera pas de le faire savoir. Apparement, depuis au moins 6 mois (c'est sans doute plus vieux), les camemberts de marque Président, Coeur de lion et Rustique seraient fabriqués avec du lait pasteurisé. Depuis au moins 6 mois, j'accueille en mon sein l'ennemi. Je me disais bien que les camemberts étaient un peu platreux dernièrement, qu'ils sentaient moins, qu'ils coulaient moins aussi, mais je mettais tout cela sur le compte de l'exportation. Je n'avais même pas fait attention à la perte de leur Appellation d'Origine Controlée (pour avoir le label Camembert de Normandie, il faut du lait cru). Mais que fait Jean-Pierre Pernaud alors qu'on touche à notre patrimoine? Où est Julien Courbet? Je suis honte mais je ne devrai pas être le seul. Maintenant que je le sais, ça va chier gras!

La guerre du fromage a commencé sans que je m'en rende compte. Il va être temps d'agir. Parce que bon, aujourd'hui, ça commence avec la défense du camembert, mais demain? Doit-on s'attendre à du vieux munster qui ne piquerait plus les yeux? Du reblochon qui ne sentirait plus les pieds? De la raclette qui sent l'emmental? Je vous le dis, cette guerre sera sale (je mettrai désormais des semelles en vrai camemberts dans les chaussures de tous les pasteuriseurs que je croiserai), mais je me laisserai pas faire.
Repost 0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 10:55
Eh bien oui, Carlos est mort. Et même si on retient beaucoup de lui que c'était un pilier des grosses têtes (ce qui n'est pas forcément non plus une tare), c'est quand même triste. Ca se voit même sur les blogs, c'est dire si c'est vrai. Mais si hier, et même encore aujourd'hui (l'actualité devait être calme), en France, voire même en francophonie, on pleure le comique troupier, il reste un endroit où l'on va se réjouir de l'évènement. Et ça, c'est au cimetière où il sera enterré.

Voyez-vous, Carlos a eu un gros succès, il y a de cela 20 ans (désolé les jeunes). Et pas que chez les gens. Les  vers de l'allée 13 s'en souviennent encore. Alors je vous raconte pas la fête dès qu'il arrivera. Eux aussi préfèrent manger à la cantine, et là, ça va être repas de fête. Le papayou, le chihuahua, les castagnettes, la Rosalie... Ils vont lui refaire l'intégrale. Un festival Carlos au clair de lune, où, tout en mangeant, les vers entonneront tous ses plus grands succès. Ca devrait durer quelques temps d'ailleurs, vu la taille du bonhomme. Mais heureusement, les voisins ne sont pas chiants.
En tout cas, ça fait plaisir de voir qu'il réjouira encore quelques créatures avant de disparaitre. Je me souviens d'avoir eu des 45 tours où il chantait des histoires pour momes. J'aimais bien. Contrairement à un Sim où un Enrico qui ont perdu leur côté bon enfant en montrant leurs culs sur tf1, il m'est toujours resté sympathique. Et même quand il était venu faire le revival ultra kitch qui sert d'ouverture aux nuits des publivores, en chantant son tirlimlipimpon, juste avant le passage de Chantal Goya. Même comme ça, il avait l'air gentil, même si sans doute affamé.

Alors ça fait plaisir aussi de voir que quelques blogs s'en émeuvent. Pour une fois qu'on crache pas sur un artiste... allez, disons le, je sais que c'est sale et tout, mais j'ai peur de rien... un artiste populaire. Mais bon, toute cette émotion n'arrive pas à me sortir cette question de la tête: et ils étaient où, tout ceux là, quand Garcimore est mort? Hein?! Enculés!
Repost 0
17 janvier 2008 4 17 /01 /janvier /2008 15:10
Alors voilà, on nous dit qu'on va relancer l'économie, le pouvoir d'achat (donnez donnez moi, le pouvoir d'achat...), la France, quoi, et pof! Une bonne initiative apparaît et on se fait envoyer chier. Mais il est où, Sarkozy alors? Bon, ok, je comprends, quand on voit d'où ça vient, je ne lui donnerai pas tort d'y regarder à deux fois. Mais quand même, merde. C'est pas comme ça que les nibar bars vont fleurir à travers le pays!

Il parait donc qu'en France, le député Louis Giscard d'Estaing (sans doute le fils, voire le petit fils (même coupe de cheveux en tout cas)) a lancé une campagne pour réclamer des billets de 1 euro. Ce serait pour faire bien, comme les américains (ah ben il est de l'ump quand même). Pour que les pauvres aient l'impression d'avoir des sous en poche. Et accessoirement, pour donner du boulot à ses ouailles, dans son domaine auvergnat familial, à Chamalières. Ben oui, c'est là qu'on imprime les billets en France. Et Chamalières, c'est un peu la république d'Estaing. Un peu comme la Corrèze  est à Chirac, l'ile de Ré à Jospin, et Solutré à Mitterand. Enfin plutôt Jarnak à Mitterand, maintenant (il y avait plus de place à Jenkul).
En tout cas, ces détails mis à part, moi je dis bravo. Oui, j'applaudis des deux mains (c'est plus facile). Car s'il y a bien un exemple qu'on peut prendre des usa, c'est bien sur ce sujet. Les pitites coupures ont permis le développement des prises d'otages avec rançon en pitits billets (ça fait plus gros), et ça, c'est toujours la classe aux infos. Mais surtout, ça a permis le développement du striptease. Parce que bon, s'il fallait coller des billets de 5$ dans les strings des jolies effeuilleuses, c'est sur que les paies disparaitraient beaucoup plus vite et qu'il y aurait beaucoup moins de clients.

Alors en France, avec nos billets de 5 euros minimum, ça ne risquait pas d'encourager le pitit commerce. Et si on essayait de mettre une pièce dans la fente, la seule monnaie qu'on récupérait avait généralement 5 branches qui laissaient des marques sur la gueule. La BCE refuse toujours d'émettre ces billets de 1 euro, mais j'ai bon espoir. Bientôt, l'essor des nibar bars.
Repost 0
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 11:04

...

...


hum!



* gratte gratte *


Du dudum dumdum dumdumdum duuuuum
Du dudum dumdum dumdumdum douummm
dum duuum...



Mwooooooooh



Mais qu'est-ce que..??



...



Hein? Non, rien.



MMh? De? J'ai pas prévenu, peut-être? C'est la pause.
Repost 0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 15:39
Alors que je rentrais d'un week-end mou en Espagne avec ce qui semble être un début de gastro (on ne devrait jamais manger de fausses knakis, surtout espagnoles (en même temps, c'est ma faute, j'avais réclamé)), je me demandais pourquoi il y avait surtout des filles à venir lire ici (j'inclue dans ce troupeau cette femme à barbe de Francis). Je sais, je me le demande souvent, mais ça m'intrigue beaucoup. Alors j'ai repensé à mon week-end avec des donzelles et j'ai peut-être trouvé des pistes.

Déjà, je ne dis rien sur leurs activités féminines. Bon, des fois, je me moque, mais c'est mérité. Faut dire que c'est facile, elles manquent un peu de couille. Mais bon, j'ai (encore) rien dit sur le tricot par exemple. Pourtant, y aurait moyen. Rien qu'en pensant à tous ceux qui doivent porter le résultat (qui pique en plus) de ce temps perdu, les aiguilles en main, les feux de l'amour aux yeux et la bave aux lèvres, ça me donne des frissons.
Je ne cache pas non plus mon gout pour certaines activités pourtant typiquement féminines comme la confection de gateaux ou la dépense monétaire inconsidérée. Rien que ce week-end, on m'a réclamé mon fameux gateau de savoie sarthois. J'ai même gouté les super bon pralinés belges qu'elles avaient dans leur frigo, et je n'ai rien dit quand on regardait pour leur faire plaisir, des hommes grands et musclés couverts d'huile en train de catcher. Il y avait même une version féminine avec certaines combattantes en cuir rose (ahhhhh la Glamazone... Tu peux aller te rhabiller, Xena!) mais je n'ai pas insisté pour qu'on change de chaîne.
Je les laisse aussi aller à leurs bas instincts, car il faut le dire, la nana aime bien laisser résonner ses fonctions naturelles quand on n'exige pas d'elle d'être une princesse.

Et puis surtout, je parle de rien. Alors ça, je crois que c'est le plus gros appat à gonzesses sur ce blog. Ah ça, pour babiller sur le futile, y a du monde. Je crois que ça doit être une invention de fille, en fait.Faut dire qu'elles ont de quoi faire pour s'entrainer. Rien que ce week-end, elles ont essayé de me faire acheter Cosmo. Je me demande s'il va pas falloir que je commence à parler de trucs importants ici, histoire que ça s'équilibre.
Repost 0
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 10:49
"J'ai  toujours cru en l'amitié. Vous savez, contrairement à l'amour, on se dit que l'amitié supporte tout. C'est pour ça que le jour où je suis partie loin, je me suis dit que rien ne changerait. Les moyens de communication actuels permettent quand même de garder des contacts fréquents. Et  je croyais que la distance n'est rien en amitié.

Mais voilà, l'amitié, c'est un peu comme la famille. On est là en pensée, on est content de se revoir quand ça arrive, mais ce n'est plus pareil. Le soutien est là, mais tout ce qui est surprises, promesses, tout se perd. Régulièrement, on me planifiait des choses qui n'arrivaient jamais pour cause de fatigues non prévues, ou d'oubli pur et simple. Les petites attentions ne sont plus là, même si je ne sais plus si elles ont été là un jour. Alors que j'espèrais que chaque moment devienne particulier puisque plus rare, ce n'est souvent qu'une suite de déceptions.
Oh bien sur, je ne dois pas être exempte de ce genre de choses. Mais je crois objectivement avoir essayé. Les visites fréquentes, les cadeaux, les souhaits... J'essaye d'entretenir les gestes gratuits. Mais je ne retiens que les déceptions en face. Et on ne peut pas se plaindre, on ne se doit rien, on n'est qu'amies. On se doit de pardonner, de comprendre. On n'a pas de compte à se rendre. Et puis ce serait terriblement superficiel de réclamer. Du coup, on a parfois l'impression de venir perturber un quotidien, alors qu'on espèrait se voir célébrer.

Alors un jour, j'ai craqué. Puisque personne ne semblait pouvoir faire plus que penser à moi quand j'appellais, j'ai décidé de le faire moi-même. Comme ermite n'est plus un statut possible (il faut des moyens et on rencontre quand même des gens), j'ai cherché du côté des ordres. Comme je ne crois pas spécialement en dieu, j'avais pensé au bouddhisme mais je n'ai jamais entendu parler de moine femme, chez eux. C'est comme ça que j'ai atterri chez les Carmélites. Un peu comme des militaires, on ne se préoccupe de rien, ni de personne à part sa tache. Et j'ai beaucoup de temps pour penser à moi. Oh bien sur, parfois, j'aimerai bien rencontrer une verge-marie, mais bon. Au moins, je me sens choyée."
Repost 0
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 11:13
Il y a un peu plus d'un mois, l'entreprise a changé de prestataire pour s'occuper de la cantine. Parait qu'il y avait des plaintes  contre les cuistots précédents ("ça manque de variété, les portions de frites ont été réduites,etc."). Du coup, on nous avait promis plus. Plus copieux, plus varié, plus mieux mais quand même moins cher. Tout allait changer. C'était beau.

Et c'est vrai que les premiers jours, tout était changé. Six plats différents qui changent tous les jours, contrairement aux 2 plats du jour et 2 plats de la semaine. Des plats variés, exotiques, en grande portion. Bon, on ne trouvait plus les plats de pates et mon américain-frites avait disparu. Quant aux prix, ils avaient effectivement changé mais pas forcément dans le bon sens. Et puis surtout, surtout, on ne nous servait plus la même marque de mayo. Alors que c'était la meilleure marque et que l'actuelle n'a pas de gout (mais vraiment). Même la moutarde a changé, et ça, c'est pourtant pas compliqué à trouver.
Quelques plaintes plus tard, des choses changent de nouveau, mais subtilement. Le pain complet en tranche laisse la place aux pitits pains industriels, comme avant. L'américain revient en plat froid journalier (ouf!). Les sandwiches et la grillade aussi. Les prix redeviennent identiques à ceux que je connaissais par coeur. Hier, ce sont les sachets de sel qui ont repris leur couleur verte d'antan. Ca sent le retour en arrière, mais sans trop le dire pour pas qu'on voit que c'est pareil qu'avant, même si c'est plus le même presta.

En même temps, je vais pas m'en plaindre, je préfèrais avant. Avec un peu de chance, les frites redeviendront croustillantes plutôt que molles actuellement. Et surtout, il va être temps de nous changer cette mayo. On m'a dit qu'elle était sans doute faite sans oeuf. C'est pas naturel tout ça.
Repost 0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 15:32
Hier soir, je suis un peu parti à l'aventure pour découvrir une des créatures si mystérieuses qui trainent parfois dans les allées du net. Pas facile à dénicher, l'alcool l'avait égaré sur mon mail. C'est ainsi que j'ai pu étudier d'un peu plus près (mais pas trop quand même, elle avait la crève), cette espèce à la durée de vie éphémère et aux gouts incompréhensibles: une fan. Oui, oui, je sais, moi aussi j'aime bien la façon dont ma veste moule mon crane sans craquer.

Une groupie donc. De ce blog. Comment cette mutation a-t-elle pu apparaître chez des personnes que rien ne prédisposent à l'anomalie génétique? Pourtant, rien ne la distingue apparement de l'internaute moyen. Je sais que tous les mauvais goûts sont dans la nature, mais quand même. Et pourtant, elle avait l'air gentille. Et même drole parfois (me demander si ce truc serait un jour édité, ahlalala, j'en pleure encore de rire). Bien sur, elle a prétexté ses microbes, mais elle s'était déjà épanchée en ligne avant de les rencontrer.
Il m'a fallu du temps pour commencer à comprendre cette anomalie. Au moins 3 Sprites. Et je pense avoir trouvé une piste possible. Comme beaucoup, la pauvrette est tombée ici par hasard et la faineantise aidant, elle n'est pas allé plus loin pour trouver mieux. Et pourtant, il y a mieux. Il suffit de cliquer dans ma liste de liens, bande de larves! Des gens qu'écrivent bien et qui en plus ont le mérite d'être drole, y en a des très bien. Comme Agapi, Raph (même s'il est suisse et qu'il a eu un prix à Romans), Francis (même s'il est barbu), Kir (même si elle écrit plus (vous avez qu'à lire les archives) sous couvert d'excuses fallacieuses comme un mariage) ou encore Princess Klopobek (même si elle est belge et pauvre). C'est quand même pas compliqué.

Enfin bon, elle aura eu le mérite de me faire penser à gueuler un peu sur tous ces lecteurs qui restent plus longtemps que le temps de s'apercevoir qu'ils se sont perdus. Et aussi de me faire sortir de chez moi, ce qui me permettra de calmer les amis qui m'incitent à sociabiliser en local. C'était pourtant pas facile. Elle doit déjà regretter.
Repost 0
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 10:12
Alors, mademoiselle Belgique? Une nouvelle fois dans le bureau du principal? Ca va pas du tout , cette histoire. Vous avez un peu trop tendance à vous faire remarquer, ces temps ci. Déjà que vous avez rendu votre devoir gouvernemental avec beaucoup de retard. J'ai été indulgent, surtout pour un travail provisoire, alors il s'agirait pas d'abuser de la bonté des gens.

C'est pour quoi cette fois? C'est votre professeur de la guerre, monsieur Otan, qui vous a envoyé, je crois. Ah je vois. Mademoiselle est la dernière de sa classe en renouvellement d'armement. On vous donne un budget à gérer et vous ne consacrez que 6% de votre portefeuille défense au renouvellement du matériel. Mais qu'est-ce qui ne vas pas avec vous, franchement? Vous ne voyez pas que le monde est en guerre? L'Europe est au bord de l'insurrection. C'est presque la guerre civile mondiale.
Pas étonnant après que votre petite camarade France soit obligée d'aller vendre son matériel dans d'autres classes. Pourtant, avec un seul avion Rafale, vous quintupliez le pourcentage du matériel dans votre budget, au moins. Bon, c'est un peu cher pour ce que c'est, et votre voisine a un peu trop de fierté pour le reconnaitre, mais quand même. Un peu d'effort. Comment vous allez vous préparer pour la guerre, si vous ne faites pas quelques efforts?

Bon, ça passera encore pour cette fois. Je vais demander à votre petit camarade Luxembourg de vous aider un pitit peu. Il a une des meilleures notes dans le domaine avec environ 25% de renouvellement de matériel. Une bonne petite invasion, ça va vous remettre les idées en place. Allez, retournez en classe maintenant.
Repost 0
9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 16:07
Dans les grosses boites comme celle où je suis actuellement en mission, en général, on ne lésine pas sur les fournitures de papeterie. Dans le lot, on a tous les ans droits à des calendriers. Des grands cartonnés avec 6 mois par face, des à accrocher au mur avec la pitite case à déplacer pour désigner le jour courant, des à garder dans la poche et à écrire dessus qu'on appelle aussi agenda... Alors en général, on n'a pas vraiment besoin d'autre chose. Apparement, ce n'était pas l'avis du syndicat.

Comme souvent dans toutes les boites, le syndicaliste ne fait pas la différence entre employés et prestataire. Tous unis, camarade! Du coup, il sert tout le monde. J'ai donc moi aussi reçu mon calendrier syndical. Fait à la mimine, sous Word, avec amour. Il tient sur une page, tout droit sorti de l'imprimante couleur d'une secretaire sympathisante. Avec des jolies décorations comme des Titi, un mec en deltaplane, un Baloo, des Winnie dont un en costume de Coco lapin, un Mickey époque "je suis large dans mon short" (une vieille image quoi), une chenille qui lit, une Lisa Simpsons, un roi lion... Plein d'icones du grand capital dont on aura sans doute pas payé les droits de reproduction. C'est aussi ça, la révolution.
Alors quand on le voit comme ça, on se dit que c'est peut-être un cadeau pour les enfants des employés. Mais le doute est permis. Déjà, parce que les vacances scolaires ne sont pas précisées dessus. Ensuite, parce qu'on retrouve entourées en gras, les dates des jours fériés et autres ponts imposés par l'entreprise. L'important dans le calendrier donc.

Je me demande ce que je dois faire de ce calendrier là. Je l'ai placé juste devant le grand fourni par la boite, mais il ne m'apporte pas grand chose de neuf. Et je n'ai jamais été un grand fan de Winnie, même déguisé en Coco. Il y a des jours où la lutte finale exige des sacrifices. Heureusement que c'est pas tous les jours.
Repost 0