Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 mai 2008 5 16 /05 /mai /2008 11:36
Ce matin, c'est reprise. Même si je suis encore sous traitement, la docteur flamande a décidé que j'étais près. Moi, ça me va, la faim revient, c'est que ça doit aller mieux. Alors lever tôt, petit dej' aux antibio (le petit déjeuner des champions), et je suis parti. Direction, le pays noir.

Du monde plein le train. Rien qui ne semble différent de l'habitude, si ce n'est qu'il fait jour et c'est déjà pas mal. Il fait encore un peu beau, malgré les orages diluviens d'hier soir. De la lycéenne coquette, du travailleur manuel, de l'ingénieur geek, rien que de très normal. Mon reflet me revient un peu dans ces vitres courbées qui me permettent de me regarder par dessus en voulant juste observer dehors. Et Belle & Sebastian me murmurent à l'oreille If you're feeling sinister, go off and see a minister, he'll try in vain to take away the pain of being a hopeless unbeliever, la la la la la la la... Une chanson très anglaise, avec des pitites histoires, j'aime bien. Je me dis que ça devrait parler aussi à une amie gratteuse, mais j'ai pas le moyen de mettre le morceau en ligne.
Enfin bon, ça annonce la bonne journée. Et apparement, le reste de l'univers est d'accord. La gare d'arrivée est pleine de momes envoyés au loin par leurs parents, sans doute dans une sortie scolaire façon Arche de Zoé. Un bon week-end en perspective pour les familles carolos. Mais l'univers est surtout d'accord pour que je retourne à Bruxelles. Arrivée au bureau, pas d'électricité. Apparement, on est privé pour la matinée pour cause d'inondation de je-ne-sais-pas-quoi.

Du coup, retour dans la capitale, dans les bureaux bruxellois de la firme, tous neufs et à 5 minutes de mon chez moi. Enfin, de mes chez moi, maintenant. La journée s'annonce pas mal. Surtout avec un air léger dans la tête. But if you are feeling sinister, go off and see a minister, chances are you'll probably feel better if you stayed and played with yourself...
Repost 0
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 12:12
Trop, c'est trop. Généralement, je ne laisse pas les virus me gacher la vie en restant au pieu. A moins qu'ils soient vraiment forts. Mais celui que je me traine en ce moment, il n'est pas fort, il est juste vicieux. Je frissonne sous le soleil éclatant. Je trempe mon lit de sueur toutes les nuits alors que je suis seul dedans. J'ai du mal à dormir. Et surtout, je ne peux plus rien avaler. Rien que déglutir me fait mal. Pire, je n'ai même plus faim. Si mon nez n'est pas pris (pour une fois), le reste du corps a pris cher sans s'en rendre compte. J'ai quasiment des rhumatismes et même pousser pour faire caca est trop d'effort pour moi. Autant dire qu'il ne me reste quasiment plus de joie dans la vie. Et je le dis d'autant plus facilement que ma blonde est rentrée dans sa contrée et ne peut pas (encore) me frapper.
Et tout ça à cause de quoi? D'une pitite remarque sur les bons aryens. Me voilà flanqué d'une angine blanche.

Il ne me reste plus qu'a renifler cette rosette traditionnelle dont je ne peux pas profiter pleinement et attendre que les antibio, qui ne font pas de ségrégation eux, agissent. Je crois que je vais en profiter pour me faire de la corne aux doigts et à la guitare. La météo disait donc vrai: demain, il pleut.
Repost 0
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 15:17
On peut dire ce qu'on veut, le capitalisme a quand même du bon parfois. Hormis la multiplication des établissements de gastronomie pratique, l'éclosion de la télé-réalité qui a permis la libéralisation du porno aux heures de grande écoute et la relance des sectes en tout genre, on peut aussi trouver d'autres avantages de grande envergure. Tenez, par exemple, l'évasion fiscale. En voilà un concept qu'il est beau.

Tout d'abord, rendons ici hommage à celle qui fut sans doute une des pionnières en la matière. Enfin, j'en doute, mais comme elle est morte hier, on va faire comme si. Irena Sendler a beaucoup fait pour l'évasion fiscale au XXème siècle. Bien qu'assistante sociale (je sais, certains mots font peur), elle avait parfaitement su saisir l'innovation du capitalisme mondial encore balbutiant. Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte des prix pour les oeufs de juif sur ebay en 1940? Un succès plus grand que les pokemons, pour sur. Avec, bien sur, la possibilité de faire fructifier l'investissement en les élevant dans les milieux de la finance par la suite. Il faut dire que le produit était rare et les pitits commerçants très demandeurs. Et puis il fallait oser se lancer dans une entreprise d'export mondial, à l'époque. Une entreprise visionnaire, vraiment, justement récompensée en 1965 par le mémorial de Yad Vashem.
De nos jours, son exemple reste très suivi. En tout cas, pour ce qui concerne l'évasion fiscale. Pour les enfants, on s'est rendu compte qu'on pouvait faire sans. Ou alors, ça finit en arche de Zoé. Grace à ce mécanisme financier, les nantis, dont je fais désormais partie (on peut être pauvre et nanti à partir du moment où on est propriétaire), peuvent économiser une bonne centaine de milliard d'euros tous les ans. C'est toujours ça que les pauvres n'auront pas. D'ailleurs, c'est le cas. Alors bien sur, les pays riches ne peuvent pas donner autant pour compenser. Bien sur, ça permettrait de couvrir 3 fois les objectifs du millénaire de l'ONU, qui pour l'instant creusent leur tombe. Mais bon, ils n'ont qu'à se mondialiser un pitit peu. Ou apprendre à chanter.

Pour ma part, je crois que j'ai pris mon évasion fiscale un peu à l'envers. Effectivement, je ne paie plus d'impots en France, mais j'en paie environ 3 fois plus en Belgique. Et encore, je contribue moins que l'indigène. Je ne suis même pas sur qu'un exil monégasque serait rentable. Ah ben oui, tout le monde ne peut pas être Bono, Lewis Hamilton, Johnny ou Florent Pagny. Comme quoi, il fait quand même parfois bon être pauvre.
Repost 0
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 10:46
Qui a oublié sa pince à épiler? On m'y reprendra à inviter des filles, tiens. Même si pour certaines, c'était contre leur gré. Mais bon, heureusement qu'elles étaient là quand même. Parce que bon, les longs week-end ont déjà tendance à me larvifier, mais quand un coup de froid s'en mêle, j'ai tendance à me transformer en fantasme d'extrème droite: en gros, je deviens un bon à rien.

Déjà que ma blonde pense que je passe beaucoup trop de temps sur ma femme (rien ne pourra nous séparer) et pourtant, je n'ai fait qu'y consulter mes mails. Mais en plus, il ne m'était pas physiquement possible de l'approcher depuis dimanche. Assomé gentiment mais fermement par un courant d'air qui passait par là, à la faveur de l'insouciance liée au beau temps, j'ai déjà eu un mal de chien à rejoindre mon canapé. En plus, ma fièvre et ma gorge rétrécie (même pas moyen d'avaler plus d'un cubik's burger) se sont mises d'accord pour me pourrir les nuits en m'empêchant de dormir plus de 10 minutes d'affilée, elles-même déjà remplies de délires qui vous font regretter de n'avoir jamais tenté le lsd.
C'est comme ça que j'ai survécu au week-end, en essayant vainement d'oublier ces épisodes oniriques déconstruits qui me parlaient de chambrier (???), d'artefacts et de catalyseur, chacun étant inutile sans les autres. Le tout découpé en multiples morceaux colorés et disséminés à travers des pièces à tendance mouvante, comme prisonnières d'un rubik's cube. Ajoutez là-dessus un visionnage en accéléré X20 et sans le générique (va comprendre comment ça marche alors), avec une vague réminiscence de Zelda au milieu, sans doute liée au découpage des différents items, comme le moindre talisman démoniaque d'Hyrule. En plus, je crois que j'ai du choper des rediffusions plusieurs fois. J'ai le mal de mer en y repensant.

Alors forcément, le retour est difficile. Les hallus m'ont quitté pour l'instant, mais l'appétit n'est pas revenu. De toutes façons, ma gorge refuse encore d'entendre raison. Alors estimez vous heureux que seule ma blonde (malchanceuse) ait eu à subir ma faiblesse, qui me fait souvent dire n'importe quoi. Au moins, les squatteuses ont assuré. Vous pouvez leur dire merci. D'ailleurs, merci les filles (Charly's style).
Repost 0
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 21:30
Repost 0
Published by agota c/o cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 19:00
Emmener un peu de chez soi.
Repost 0
Published by agota c/o cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 15:00
Et donc on remplissait ses papiers pour qu'il aie droit à une formation.
(J'ai zappé l'intro parce que ça aurait été trop long de vous présenter le loup et tout ça).
Alors déjà, il retient son numéro de sécurité sociale par coeur.
Non non non, il n'a pas regardé sur un papier dans son portefeuille
(moi j'aurais dû fouiller dans une armoire pour trouver une farde où peut-être il y aurait le papier où c'est écrit).
Lui, il sait même pas que j'appelle ça une farde, ce truc à anneaux.
Et donc il connaît son numéro de sécurité sociale par coeur.
Déjà rien que ça, je comprends pas que ça soit possible.
On les martyrise à l"école, les Français ? Pendant qu'on nous sert de la bière brune de table (la Piedboeuf, mmh), eux, ils sont obligés de retenir des séries de chiffres (niveau 1) pour se préparer aux abréviations (niveau 2)?
...
Alors donc on remplit.
Enfin : il remplit. Et c'est clair il met le code postal sur la même ligne que là où il a mis le nom de sa rue, mais ça c'est la faute aux formulaires, ils sont tous différents et des fois c'est vrai qu'on doit tout mettre sur une seule ligne : c'est internationalement débile.
Et alors il me parle de CIF à l'AFSAD. Puis ça empire. Il me parle de DEUG (le BAC ça va : on nous rebat les oreilles avec ça depuis la BOUM (avec Sophie Marceau, hein . C'est pas la Bourse des Ours Urbains Malades, ou que sais-je).
Donc après il y a le ... euh ... CACES, ou je sais pas quoi, je vous passe les CFPTS, etc.
Je lui demande : Tout le monde sait ce que c'est ?
Il répond que oui.

Et il se fout de ma gueule quand je dis nonante-huit.
Les Français savent pas dire les trucs comme tout le monde.
Et après ils viennent se foutre à not' gueule.
C'est un monde.
Repost 0
Published by agota c/o cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 11:00
Par respect et en signe de gratitude pour l'hébergement :
un mot sur un bon moment à la patate


C'était mercredi matin, on marchait vers le bâtiment du Cadastre.
C'est près de la place du Jeu de balles, il faisait soleil,
et vu que je suis parfois matheuse, j'ai rapidement fait l'équation suivante :
Loup + Soleil + Temps libre = Aller boire un verre en terrasse.
Alors on a traversé cette petite place, au bout de la rue Blaes, et de la rue Haute.
On est allés à un bar très orange dedans, avec une serveuse super sympa.
Et bien qu'il soit 11h, l'odeur de la petite friterie qu'il y a devant la chapelle
donnait envie d'un bon paquet à 40 avec sauce andalouse.
(oui, parce que "le paquet à 40", c'est une de ces expressions
de l'avant-Monnaie unique qu'on chérira encore longtemps chez nous)

Et que donc, j'ai pensé à Cubik.
...
C'est quand même terrible de penser à Cubik quand ça sent la frite.
...
J'espère que sa chérie a d'autres repères olfactifs.
Repost 0
Published by agota c/o cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article
12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 08:30


L'avantage du baladeur c'est qu'on peut marcher pèpère en imaginant le monde qu'on rêve.
Par exemple, donc, les zoziaux, ils chantent ça. (appuie sur "Play", s'il te plaît)
Oui, bon à Bruxelles - que dis-je ! à Saint-Gilles ! - le chant des zoziaux est couvert par le bruit de la voiture de l'excité qui klaxonne. Mais justement ! Avec le baladeur : on peut se dire que c'est les zoziaux qui l'emportent, et que donc : ils chantent Another sunny day.
Et ça marche avec tout : genre tu traverses la rue et tu empêches ladite voiture de poursuivre sa course effrénée vers rien, et l'excité gueule "Ca va aller pauv'tache, regarde ouske tu marches".
Ben non ! En fait, il chante "Dododododo, dadadada" de The Police. (tu peux prendre une autre chanson si tu veux)
Bonheur. Autre cas de figure ?
Puisque voilà le beau temps, tu as mis une jupe (si tu es une fille OU si tu es un homme sûr de ta virilité) et c'est inévitable : un gros con dont les hormones prennent un bain de soleil te lance un "Hé cousine, viens voir !"
Paf : baladeur ! En fait, il chante "Bella ciao".
Eh oui, grâce au baladeur, le dernier des gros misogynes devient un vrai progressiste révolutionnaire.
Merci la technologie.
Et vive le lundi.
Repost 0
Published by agota c/o Cubik - dans Les squats du rien
commenter cet article
11 mai 2008 7 11 /05 /mai /2008 12:57
Si ce titre vous parait racoleur, c'est normal.
Il l'est!
Cubik se plaignant régulièrement de son lectorat majoritairement féminin, j'ai donc décide n'écoutant que mon bon coeur de l'aider un peu.

Il est toutefois important de noter qu'il n'est pas sale d'avoir de jeunes beautés comme lectrices (oui les filles nous sommes toutes belles et fraîches, même toi Francis!)

Ce post s'adresse donc a toi,cher lecteur en errance, qui te seras retrouve ici, après une requête Google a laquelle tu auras, et c'est normal, le plus grand mal a trouver une réponse claire et illustrée.
je perçois ta mine déconfite derrière la lueur de ton écran.
Il doit être tard et tu dois te sentir bien seul.
Mais réjouis toi,  le hasard fait  quelquefois bien les choses et tu es au bon endroit!
Je vais donc essayer d'éclairer ta lanterne!
Saches le tout d'abord, les chats (donc les chattes) n'aiment pas l'eau. Il est donc peu probable qu'une chatte, petite de surcroît, se retrouve mouillée par grand soleil.
Il te faudra donc attendre longtemps sous une pluie battante,pour pouvoir rencontrer l'objet de ton attention. Et tu n'as pas envie d'être malade n'est ce pas?
Tu peux aussi jeter sauvagement  ce petit être sans défense dans l'eau de ton bain. Mais ceci est mal, et ta curiosité naturelle ne doit pas te pousser a faire souffrir de petits animaux , même pour jouer avec tes amis.
Je vais donc t'aider et en exclusivité rien que pour toi, voila la photo d'une chatte mouillée.


D'accord, elle n'est pas "au naturel".
Bien sur, cela manque de végétation, mais je suis sure que ton imagination se chargera du reste.
Maintenant que te voila soulagé, pour tes prochaines requêtes, n'hésites pas a revenir par ici.
Je suis sure que l'auteur habituel de ce blog, Cubik, se fera un plaisir de répondre a tes prochains questionnements.
bien a toi
zaz





Repost 0
Published by zzzazzz - dans Les squats du rien
commenter cet article