Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juin 2008 1 02 /06 /juin /2008 10:24
Je savais bien que tout ça se passait trop bien. Un bel appart à prix raisonnable, refait à neuf, avec grande terrasse dans un quartier calme... Un proprio qui déroge à la norme en ne réclamant pas de dessous de table et en appliquant un délai raisonnable... Une transaction sans accro. Et là, je me fais emmerder par la bande, à vouloir rendre service. Ce jour là, j'avais du oublier de méditer ce credo universel: faisez leur bien, ils vous chient dans la main.

Je pensais pourtant les belges un peu plus épargnés. Et dans ces moments d'absence qu'il m'arrive d'avoir, je me surprends encore à croire à un minimum d'honneteté humaine. Oui, je sais, c'est con. Il y avait longtemps que je n'étais pas tombé sur un vrai con, tiens. La dernière fois, c'était quand on m'avait cramé des bd.
Pour vous la faire courte, un étudiant qui m'emprunte des comics un peu goths et violents, un père qui pue la vinasse mais doté d'un sens moral qu'il veut universel, sa certitude que tout ce qui est chez son fils (majeur) est à lui puisqu'il paie le loyer et donc qu'il peut en disposer à sa guise, et sa raillerie quand je lui demande remboursement, estimant m'avoir rendu service en me débarassant de toute cette perversion, qu'il ne me doit rien et que son avocat m'attend. Tout ça se terminera dans la joie et l'allégresse (allez la graisse!) quand, recevant pour son fiston une convocation du tribunal, il décidera de finalement rembourser, dégouté par la justice à outrance qui plonge notre pays dans un marasme étazunien. Bref, tout ça pour dire que je veux bien être gentil, mais il y a un moment où faut arrêter de me chier dans les bottes, ça déborde. Et là où ça déborde, c'est quand généralement des gens décident unilatéralement de disposer du bien d'autrui à leur guise.

Et là, on essaye de me refaire le coup avec mon appart. Tu rends service aux gens pour les dépanner et ils décident de tirer sur la couverture, quitte à t'emmerder pour éviter d'y être eux-même. Mais la merde, c'est comme le carré de pralinoise: ça ne se partage pas. Pour la première fois de ma vie, je suis à deux doigts de faire appel à des muscles pour régler un problème. Pas les miens quand même, mais bon. Il y a des étincelles qui font déborder le vase de merde.
Repost 0
30 mai 2008 5 30 /05 /mai /2008 10:20
Un matin habituel en passant à la gare, si ce n'est que c'est vendredi et que donc je repasserai plus tôt par ici ce soir. Avec son lot habituel de distributeurs de tracts, que je m'empresse toujours de refuser poliment. Il y en a qui trouvent ça con, parce que c'est gratuit, mais je ne vais pas m'amuser à ramasser du papier dans le seul but de le jeter 10m plus loin. Mais ce matin, les étudiants à tracts avaient une arme secrète: une femme en bocal.

Enfin une femme... une étudiante en bikini. Dans son transat, les pieds dans le sable, en train de lire un quelconque livre (à moins qu'elle ne fasse semblant). Bon, elle fait surtout comme si elle ne voyait pas le monde extérieur. Ca ne doit pas être facile d'être exposée comme un vulgaire poisson rouge. A moins que son bocal ne soit en verre sans teint, et qu'elle ne voit que son pitit monde. Ce qui expliquerait aussi les lunettes de soleil alors qu'il pleut dehors.
Du coup, on en vient à se demander quels sont les tracts de ses acolytes. Bon, je ne suis pas allé jusqu'à en prendre un quand même, faut pas déconner. Mais je subodore une entreprise de séduction de la part du ministère de la recherche. Après tout, c'est vrai. Je me suis toujours demandé s'il n'existait pas un avenir pour tous ces foetus qu'on peut voir parfois dans des bocaux, dans les débarras des facs de médecine. Et là, démonstration éclatante. Grace aux progrès de la science, un individu peut désormais tout à fait vivre dans un bocal. Et même bien se développer, elle n'était pas moche, la starlette. Enfin, elle avait l'air bien portante, quoi. Par contre, je ne sais pas si elle est consciente de l'existence du monde extérieur. Je suppose que oui, il a bien fallu la placer dans un bocal plus grand à un moment. Ca ne doit pas être facile d'avoir un gêne de Bernard l'ermite. Y a guère que Thierry qui s'en est sorti.

Il y a des esprits pervers qui me soufflent qu'en fait, il s'agirait sans doute d'une pub pour une agence de voyage. Mais je n'y crois pas trop. Adopter un enfant en bocal, pourquoi pas, mais ce n'est pas très pratique pour partir en voyage. Même si on vous laisse la mettre en soute. Vous me direz, elle avait l'air parée pour la mer, mais bon.
Repost 0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 15:44
J'ai la patte folle. La gauche, pour être précis. A force d'être gauche, elle a finit par n'être plus très droite. Et ça lui va très bien. Du coup, elle a décidé de me faire chier. Elle fait comme si elle n'était plus très solide. J'ai peur d'appuyer dessus. Des fois qu'elle se déroberait sous mon poids. Bon ok, j'ai peut-être un peu enflé ces dernières années mais elle a eu sa part de gras. Je ne suis pas ingrat (juste un peu enveloppé), quand j'épaissis, c'est de partout. Enfin j'essaye. Mais non, elle fait sa rebelle. Comment je vais rentrer chez moi?

Sérieusement, j'ai peur dans les escaliers. Elle fait mine de rester courbée, voire de partir ailleurs si elle y serait pas mieux. Elle me reste malgré tout très attachée, mais on ne sait jamais. J'attends avec effroi le jour où elle m'empêchera d'avancer. Je sens bien qu'elle veut m'embarquer dans un cercle vicieux. Les pitits enfants se moqueront de moi, alors que je tourniquerais au milieu d'une rue. En plus, les écoliers sont cruels. Ils seraient capable de me lapider. Tout ça pour une jambe qui veut vivre sa vie. Et encore, à peine. Elle fait sa corse. Elle n'a rien contre mes fringues ou mon alimentation, mais elle réclame l'indépendance quand même. Je vais lui envoyer ma droite en ambassadrice. A force de se croiser les chevilles, elles doivent avoir du temps pour discuter. J'espère qu'elles parviendront à un accord. J'en ai un peu marre de ses mouvements d'humeur qui me donnent l'air de danser la gigue. Encore heureux qu'elle attende que je sois assis, mais même. Comme chante l'autre, the way you move is a mistery.

free music


Enfin bon, je ne m'inquiète plus trop en fait. Depuis quelques jours, ma gauche s'est calmée. Je peux compter sur elle comme avant. Je suis sûr que je voudrais, je pourrais même courir. Evidement, il faut vouloir. Par contre, je n'ai aucune idée de ce qui l'a calmée. J'espère juste que ce n'est pas un deal du genre "tu te tiens tranquille le jour, et la nuit, tu fais ce qu'il te plait". Si c'est ça, ma blonde risque de ne pas trop apprécier.
Repost 0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 10:00
Je suis assez hermétique à la télé-réalité. Faut dire que je ne regarde déjà pas les bons programmes télé, c'est pas pour regarder les mauvais. J'ai du suivre un peu le premier loft, et après, j'ai laché. Alors tout ce qui est télé-crochet moderne ou autre dégout des métiers manuels, très peu pour moi. Malgré tout, je reconnais que les quelques videos qu'on a pu m'envoyer de temps en temps sur ce genre de spectacle, mais aux usa, étaient un peu plus impressionantes. On n'avait pas l'impression qu'ils allaient faire leur marché dans la cour d'un lycée sponsorisé par une marque de gel et le guide des prénoms débiles. En même temps, les étazuniens n'ont pas trop de mérite, vu qu'ils élèvent leurs petits exclusivement à destination du showbiz, faut bien que ça paie. Ca doit pas être facile pour ceux qui n'ont pas de souplesse, pas de belle voix, pas de belle gueule et sur qui les parents comptaient pour payer leur retraite avec leurs royalties.

Enfin bref, quand on m'a envoyé une vidéo sur la danse, ça m'a encore moins interessé. C'est un art qui ne me touche pas particulièrement. Pour tout dire, ça ne remue rien en moi, même pas un poil. Ou alors, je n'y comprends rien, ce qui est toujours probable. Mais bon, comme ça venait d'un barbu qui n'a rien de mieux à faire de ses journées que de trouver des videos, je me suis dit qu'il avait peut-être fait un tri. Et en l'occurence, le mec est impressionant. Très. Pour une fois qu'un danseur me cause par ses mouvements, je m'en voudrai de ne pas vous en faire profiter. Robert Muraine, il est fort. Et pourtant, ça ne doit pas être facile tous les jours quand on se fait chasser par captain Igloo.


Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 15:57
Je crois qu'on fait des expériences sur nous. A notre insu. Il doit y avoir des pitits caractères illisibles sur les formules d'abonnement. Faudra que je scrute mon pass ce soir. Ou alors, c'est un moyen de générer de la tension. Jusqu'à ce que quelqu'un craque, attaque un controleur et que ça finisse en grêve. Je me demande si ce serait pas plus simple de réclamer directement une cinquième semaine de congé payé. Ca gênerait moins les usagers en tout cas.

Ceux qui ont déjà pris un tgv savent peut-être de quoi je veux parler. Cette séquence sonore qu'on entend parfois à quai, ou quand on attache une deuxième rame. Et encore, dans les trains français, ça ne m'a jamais paru très dérangeant. Tout au plus un Tut-tut-tut un peu feutré et dont je me demande toujours la signification.
Là, dans le train belge, c'est beaucoup plus percutant. Aigu, pas perçant, mais suffisament pointu pour qu'à la longue, ça énerve. De bonnes séquences de 20 à 30 secondes, qui perturbent la moindre tentative de concentration sur quoi que ce soit, y compris sur le matage des étudiantes. A intervalles pas très réguliers, ce qui renforce l'impression de pilonnage aléatoire, mais pilonnage quand même.

Tiiit - Tiiit - Tiiit - Tiiit - Tiiit - Tiiit - Tiiit - Tiiit

Au bout de 3 passages, tout le monde commence à s'échauffer. Quand le controleur est sourd ou n'en a rien à foutre et laisse courir pendant plusieurs minutes, voire plus, ça commence sérieusement à énerver. Et comme par hasard, faut que ça tombe le lundi matin. Histoire de réveiller les gens après le week-end, peut-être. La compagnie ferroviaire doit avoir des partenariats avec les entreprises, pour accroitre les productivités. Comme les sociétés de café et Caca-cola, quoi.

Sauf qu'au final, ça doit donner ces gens bizarres que je croise le soir. Comme ce mec qui s'est descendu 1,5l de bière en 10 minutes devant moi. Je veux bien que la moindre pils ici peut être considérée comme de qualité ailleurs, mais quand même. Le mec qui prend sa canette de 50, lève le coude et ne le redescend pas tant que ce n'est pas vide, ça fait bizarre. Une forme de suicide lent mais pas forcément enviable.
Ou alors, il y a cette dame qui ressemble à une de mes tantes. Avec des yeux exhorbités, comme si elle était dans les phares d'un poids lourd. Et qui semble pouvoir se casser en deux au moindre vent. Ou qui doit faire sorcière à Halloween, je ne sais pas.
En tout cas, c'est étonnant de ne pas voir plus de tibétain dans le coin. Il y a un marché du zen à prendre. J'imagine qu'ils doivent tous se préparer pour les j.o.. Tant pis.
Repost 0
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 09:59
Un jour, on est venu lui installer le tunnel. Ca faisait des années qu'il trainait sous son pont, du moins, quand la police ne cherchait pas à le déloger. Il n'avait encore jamais vu ce genre de construction. Faut dire que le telectroscope est assez unique. Et donc, il voyait l'autre bout du tunnel. Ces gens à un quart de terre qui payaient pour voir son dessous de pont. Evidement, ce n'était pas pour lui qu'ils regardaient, il n'était au mieux qu'un élément du décor. Et puis le Brooklyn bridge a un certain attrait. Lui, il se contentait de ne pas se faire trop remarquer, histoire qu'on ne vienne pas lui demander de bouger parce qu'il n'était en tenue de soirée ou sur la liste v.i.p..
C'était rigolo, tous ces gens qui passent faire coucou. Tous contents de pouvoir faire les mimes pour d'autres à des milliers de kilomètres pendant juste quelques heures par jour. Un défilé de touristes virtuels. Ca ne le changeait pas beaucoup, mais au moins, ceux la faisaient moins de bruit. Et tu pouvais facilement les éviter, tout confinés qu'ils sont dans leur tube de métal. Mais bon, il continuait à regarder, fasciné par ce théatre muet.

Et puis, il y avait Rose. Evidement, il ne connait pas vraiment son nom. C'est pas faute d'avoir essayé de le lire sur son badge, mais il est vraiment trop petit à l'écran, et il ne peut pas trop s'approcher non plus. C'est elle qui accueille les gens à l'autre bout du tunnel, avant qu'ils ne se laissent aller à leur fantaisie. Toute la journée, à présenter l'objet aux gens, à expliquer, sourire... Il la trouve jolie.

Peut-être qu'un jour, il réussira à approcher. A se montrer dans la longue vue. Peut-être même qu'au bout d'un moment, elle le reconnaitra, comme il la reconnait maintenant. Peut-être qu'elle pourra profiter des moments de creux pour qu'ils se voient. Une sorte de cache-cache se mettra peut-être en place. Il essayera de la faire rire. Sans doute qu'ils s'amuseront. Il fera tout pour, en tout cas.
Peut-être même qu'il y trouvera la motivation suffisante pour accepter le moindre boulot, et pour économiser. Pour pouvoir passer la voir de plus près, plus souvent. Peut-être même qu'il réussira à s'offrir le voyage jusqu'à Londres. Il ira la retrouver de son côté de l'appareil. Il entendra enfin sa voix, surement douce et gentille. Et qui sait ce qui adviendra ensuite.

Enfin, peut-être... Il sait bien que c'est sous les ponts que naissent les contes de fées. C'est là qu'on a le plus tendance à les croire. Mais c'est rarement de là qu'ils se réalisent.
Repost 0
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 15:26
" Eh bien, bienvenue Jean-Michel, pour cet après-midi qui s'annonce prometteur.
_ Tout à fait Thierry. Encore un moment très prometteur, avec les courses prévues pour cette deuxième moitié de journée.
_ Absolument. Comme vous le savez, 14h, c'est l'heure du grand prix du jour et aujourd'hui, nous avons un évènement spécial, avec le cheesburger de la cantine ce midi.
_ Tout à fait, Thierry. Un cheeseburger dont on pourrait dire qu'il devrait rester dans les anales.
_ Absolument, mon pitit Jean-Mimi. Et pour profiter pleinement de l'évènement, nous avons équipé un des concurrents d'une caméra embarquée. Il s'agit du pitit Cubik, boxer noir, t-shirt noir.
_ Tout à fait, Thierry. Un pitit cubik qui a fait ses classes en Sarthe, une région bien connue pour ses champions. Il a ensuite été recruté par un club de la banlieue parisienne, en d1 avant de jouer aujourd'hui à l'étranger.
_ Absolument, Jean-Mimi. Un beau parcours pour un joueur aussi jeune. Il ne rencontrerai même aucune détérioration de la prostate actuellement, ni même intestinale. Vraiment, un très jeune joueur pour ce niveau.
_ Tout à fait Thierry. Mais je vous interromps car la digestion est sur le point de faire son oeuvre et la course prête à partir.
_ Absolument mon pitit Jean-Mimi, les concurrents commencent à remuer sur leurs chaises et se lèvent pour se diriger vers les toilettes. C'est sur le point de débuter.


_ Et c'est parti. Le pitit cubik vient à l'instant d'entrer dans les toilettes des hommes. Et ouhhh... deux autres concurrents ont déjà pris une avance certaine, puisqu'ils occupent déjà actuellement deux trones sur quatre.
_ Tout à fait Thierry. Le pitit cubik entre actuellement dans le 3ème box, suivi de près par le dernier concurrent sur les toilettes voisines.
_ Absolument. Et on observe déjà les premiers signes de nervosité de la part de certains concurrents. Nous avions précédement remarqué sous les portes quelques jambes poilues et tremblantes, mais c'est bien normal devant un tel enjeu.
_ Tout à fait Thierry. Et là, ce n'est pas plus pareil, tout le monde est dans la course. Et on commence à entendre les premiers gémissements sur la gauche.
_ Absolument Jean-Mimi, des gemissements accompagnés d'une poignée de vents. La concentration est totale et ça s'entend.
_ Tout à fait Thierry, ça se sent aussi. Certains ont manifestement mal préparé la course. Et au premier son aquatique, je dirai que ça risque d'être un peu long.
_ Absolument Jean-Mimi. Mais pendant ce temps là, nous oublions un peu notre caméra embarquée et nous pouvons voir le pitit cubik qui laisse s'échapper un caca bien moulé, qui glisse tout seul.
_ Tout à fait Thierry, on sent une grande maîtrise. Avec une poussée de départ parfaitement dosée, une préparation adéquate qui a permis au jeune athlète d'avoir un étron ni trop dur pour sortir facilement, ni trop mou pour ne pas trop coller.
_ Ah ça, mon pitit Jean-Mimi, pas de discussion là dessus. Il a parfaitement assuré sa sortie. Et d'ailleurs, il semble être prêt à signer un temps fantastique.
_ Tout à fait Thierry, il est déjà sur le point de se relever, à peine quelques secondes après sa course. Il attrape déjà le papier, c'est prodigieux.
_ Absolument mon pitit Jean-Mimi, une seule feuille doublée et il est déjà en train de se rhabiller, c'est proprement incroyable.
_ Tout à fait Thierry, il sort déjà de son box. Il prend même le temps de se laver les mains consciencieusement et de les essuyer, en laissant littéralement ses adversaires sur place.
_ Absolument Jean-Mimi, après un départ dans les toilettes un peu à la ramasse, il est tout simplement en train de torcher ses opposants, si vous me passez l'expression.
_ Tout à fait Thierry, et je dirai même plus qu'il les laisse dans le caca. Une performance pareille, ça va chauffer les autres entraineurs. Les autres prétendants vont se faire remonter les bretelles.
_ C'est la moindre des choses, mon pitit Jean-Mimi. Il faut dire que la prestation du pitit cubik aujourd'hui dépassait vraiment toutes les espérances. Ce n'est pas tous les jours qu'on peut assister à un tel spectacle.
_ Tout à fait Thierry, et à vrai dire, tant mieux."
Repost 0
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 09:58
" Décidément, le monde va mal. Des catastrophes et des chinois partout, des voitures qu'on veut faire avancer à la betterave et Julien Courbet qui passe sur France 2. Tu me diras, c'est sans doute bon pour la Picardie, mais moins pour ma redevance télé. Mais tout ça, c'est la faute aux vieux encore. Ils sont partout, sauf là où y a des tremblements de terre. Et quand tu trouves un truc à leur faire faire, ils nous sortent un été meurtrier. Mais si tu meurs de canicule, comment veux-tu, comment veux-tu que je t'em... ploie pour éviter de payer ta retraite? Mais non, ils refusent de mourir, mais ils veulent pas bosser pour autant. A croire qu'ils ont fait ça toute leur vie. Hein? Mais non, l'école, c'est pas du travail. Surtout pour le peu qu'ils y sont allés.

 C'est comme pour les patates. Les vieux qu'on a maintenant n'ont pas connu la guerre, c'est sur. Du coup, au lieu de manger des navets, ils ont des gouts de luxe. Ils réclament de la patate. Et après, il nous reste quoi, à nous, les forces vives de la nation (un autre demi, stp)? Je comprends qu'ils aiment la frite, mais à leur age, ils pourraient se contenter d'une purée de choux de Bruxelles. Bon, ce sera pas pareil quand on sera vieux, d'ici là, les vieux de maintenant sont morts, alors on aura tous de la patate. Et puis on paie pas des impots pour des prunes, non plus. Mais s'ils bouffent nos tubercules, comment veux-tu, comment veux-tu que je t'en... courage à m'offrir le flunch, si c'est pour finir avec de la purée de carotte. La patate, ça devrait être comme les montagnes russes et le sel, interdit à partir d'un certain age. Hein? Mais non, on aura le droit nous, la médecine aura progressé d'ici là. On aura des coeurs de porcs tout neufs.

Enfin bon, c'est pas tout ça, mais il va peut-être falloir aller au bureau. C'est l'heure de la pause quand même. Allez, on va se le prendre, ce café ou on s'encule?

_ Ben je t'en prie, passe devant."
Repost 0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 14:50
L'heure est à la décompléxation, parait-il. Heureusement, pour certaines choses, on n'a pas attendu notre cher président pour cela. Ainsi, depuis les années 60, ou depuis Quand Harry rencontre Sally pour les plus cinéphiles, on sait que les femmes ont des atouts en matière de simulation et n'hésitent plus à l'avouer. Voire à le montrer en public. N'empêche qu'il aura bien fallu 20 ans au moins pour que ça se généralise.

Désormais, on est détendu du gland partout, même quand on en est dépourvu. Bien sur, les femmes doivent continuer à sortir de leur coquille. Et il ne faut pas les laisser tomber, elles sont si fragiles. Etre une femme libérée, ce n'est pas toujours si facile. Mais elles s'en sortent de mieux en mieux et nous donnent le bon exemple. Il parait que certains hommes réussissent à simuler. Enfin, à avouer qu'ils peuvent. Et ça se répand comme une trainée de faux sperme. Aujourd'hui, je suis tombé sur ça (vous comprendrez aisément que j'ai brouillé les yeux de notre héros dans un soucis d'anonymat et surtout d'éviter tout procès):


Aujourd'hui, l'heure est à la franchise. On se dit tout, on ne se cache rien. Enfin tout... N'exagérons pas. Les banques et autres organismes de crédit n'en sont pas encore à s'avouer ouvertement sodomite, surtout à sec. Mais c'est en bonne voie. D'ailleurs, ils n'hésitent plus à vous offrir un magnifique essuie-vaisselle vichy pour toute ouverture de compte chez eux, soit l'équivalent financier d'un bon gros palot. Alors il ne faut plus hésiter. A l'époque du blog qui permet toutes les audaces sous couvert d'anonymat (relatif, mais bon), il est temps d'oser. N'hésitez plus à avouer votre passion pour André Rieux, votre utilisation enflamée du thermomètre anal ou votre amour pour les mots de plus de deux syllabes. Du moment que tout le monde y trouve son compte, décompléxons, mes frères et soeurs.

Pour ma part, j'avoue une tendance sérieuse, mais néanmoins détendue, à faire caca assis. Vive la libéralisation des moeurs.
Repost 0
26 mai 2008 1 26 /05 /mai /2008 10:39
Comme tous les matins, je passe sur quelques sites, dont certains, en plus d'abriter un de mes mails, ont la facheuse tendance à afficher de l'info. Même que parfois j'en reprends. Et puis ce matin, je lis le titre principal et là, légère dyslexie. Je lis que Michel Fourniret va réaliser son rêve en plongeant sur Terre depuis 40km de hauteur. Alors je trouve un peu bizarre qu'on ait rétabli la peine de mort en France sans en parler, mais je me dis qu'au moins, y a de l'originalité dans les procédures. Et puis en fait non, ça parlait de Michel Fournier.

Apparement, c'est un papy de l'aéronautique qui n'a pas envie de monter plusieurs fois pour redescendre en chute libre, alors il va faire qu'un saut mais un grand. Ballon à l'hélium, tenue pressurisée, dépassement du mur du son... Il fait les choses en grand. Il paraitrait que ça ferait partie de certaines études pour améliorer le sauvetage en cas de problème sur certaines navettes style Challenger. Il me semblait pourtant clair que le problème de cette navette était la première cosmonaute féminine à bord, vu que le dernier enregistrement a nous être parvenu était "Touche pas à ça, connasse!", mais bon, certains préfèrent laisser le bénéfice du doute. Après tout, avec des longs mois de solitude en orbite, il est clair qu'on a besoin de femmes en l'air, alors autant prévoir les accidents de conduite.
Mais donc, non, pas de Fourniret dans les cieux. J'imagine que ça aurait été lui, on se serait contenté d'un canon pour le propulser, on aurait économisé sur la combinaison et on aurait oublié le parachute. Bon, il aurait fallu essayer de tirer entre les avions, et ce n'est pas toujours facile. Et il aurait fallu tenir compte du vent pour atteindre la cible au sol, de préférence dans la cour de la prison.

Et pourtant, ce n'était pas un mauvais bougre. Vouloir violer et tuer des mineures, c'est pas donné à tout le monde. Il faut déjà les trouver, même dans le nord. Je suis sur qu'il a du investir dans des élevages. Parce qu'au nord, il y avait peut-être les corons, mais ça fait un bout de temps que Pierre Bachelet est mort et avec lui, les entreprises minières. Du coup, on peut dire qu'il y a de l'effort. On oublie trop souvent l'impact économique du pédophile.
Repost 0