Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2008 4 10 /07 /juillet /2008 10:09

Mes amis, je suis heureuse.

Oui tout va bien dans ma vie.

J’ai un boulot qui m’éclate (dans les deux sens du terme)  et qui m’enrichit (dans les deux sens du terme aussi).

J’ai deux bureaux et deux fois plus de collègues. Ils sont toujours contents de me voir car je n’ai pas le temps de les souler (et vice et versaaaaaaaaaaa) : je cultive le manque avec sagesse.

J’ai deux chefs et là c’est idem.

Je vais même avoir un super beau gosse dans mon bureau d'ici août, rien qu'à moi.
Je voyage un peu, passionnément, professionnellement et j’ai donc le temps de profiter des soirées parisiennes à taper le tarot ou à papoter avec les filles de Q...ualité des essais cliniques (ouf…).

J’ai des RTT à foison pour faire des weekends prolongés, pour faire les soldes avec ma cop’ copine commerciale, conseillère personnelle en shopping.

Je peux aussi aller voir des concerts et des festivals.

J’ai deux vies : l’une en célibataire à Paris et l’autre de squatteuse à Bruxelles.

Finalement j’ai réussi à trouver un équilibre.

 

Et pourtant…

Pourtant dans deux mois tout ça sera fini. J’ai posé ma dèm’, je vais en Belgique.

Qu’y a-t-il de plus en Belgique ? Ah oui, il y a Cubik…

Repost 0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 14:52
Au commencement était la télévision. Bien que peu répandue encore, ses programmes se multiplièrent et avec eux, son nombre de chaînes. Le téléspectateur vit que c'était bon. Mais cela le poussa à un peu de gymnastique dès qu'il voulait changer de canal. Puis vint la télécommande qui remit les gens dans leur canapé. Les consoles de jeu ne changèrent quasi rien à cet état de fait. Jusqu'à la Wii qui refit bouger les gens, pour leur plus grand plaisir d'ailleurs. Et puis à un moment, l'Epoc apparut.

L'EPOC, c'est une interface créée par la société étazunienne Emotiv. Pour faire simple, c'est un casque avec plein de capteurs qui vont lire l'activité de votre cerveau. Et l'intérêt, c'est qu'ils sont capable d'interprêter ces signaux. En gros, grace à ce casque, vous controlez le jeu et les autres systèmes développés autour (galeries d'images, mails, chats...) uniquement grace à la pensée. En gros, Emotiv vient juste d'inventer la télécommande mentale.



En plus, elle sera fournie avec un jeu où on vous demande de déplacer des objets par la force de votre esprit. De devenir une Jean Grey des X-Men, mais version ninja, pour le décor. De la télékinésie virtuelle. Et pas que. Il semblerait que le casque récupère aussi des infos non explicites, comme l'humeur ou ce genre de truc. Et du coup, les programmes peuvent s'adapter en fonction. Certains jeux modifient leur ambiance en fonction. Un lecteur mp3 peut changer automatiquement de titre si le casque ressent votre ennui. Un système de messagerie instantanée récupère automatiquement certains signaux moteurs, si vous souriez ou si vous clignez de l'oeil par exemple.
 Apparement, de nombreuses sociétés semblent intéressées par le procédé, y compris la police qui pense qu'une application du style détecteur de mensonge pourrait être très efficace. Et j'imagine même pas les espoirs que certains handicapés doivent avoir face à ce genre de projet.

Même si elle est sans doute commerçante, la video de présentation sur le site de l'éditeur est assez impressionante. Surtout quand on voit qu'il annonce une sortie du casque pour la fin de l'année et à un prix pas aussi exhorbitant qu'on pourrait le croire (299$). Décidément, le futur du jeu video s'annonce très chouette.
Repost 0
9 juillet 2008 3 09 /07 /juillet /2008 10:21
Hier a failli finir en journée de merde. Quand un mec que vous ne connaissez pas vraiment, avec qui vous n'avez jamais eu de contact et qui n'a jamais répondu à vos appels en 15 jours se réveille soudain pour vous appeler en vous précisant qu'il a commandé des trucs pour vous, ça fout un peu les boules. Surtout quand, lassé d'attendre, vous avez embauché quelqu'un d'autre pour faire le boulot. Même si là, je crois que ça va être résolu rapidement ("démerde toi, connard"), c'est jamais un bon moyen de commencer une soirée Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain à Bruxelles, bon, copieux, pas cher). Sauf quand à l'endroit susnommé, il y a un cadeau qui vous attend.

Au départ, on m'avait prévenu que j'avais reçu un colis. Comme j'ai toujours des trucs plus ou moins en livraison, ça ne m'interpelle pas plus que ça. Mais quand on vous le tend et que c'est un paquet cadeau, blindé au gros scotch, ça interroge déjà plus. Première couche de blindage otée, ooooooh un pitit mot. Les expéditeurs m'annoncent qu'ils ont retrouvé une pitite chose abandonnée et qu'ils ont pensé à moi pour s'en occuper. Rapidement, différentes options jaillissent dans ma tête. Un rat, qui n'aura pas supporté le voyage dans la boite qui s'avère être une boite à chaussure? Un reste de chat? Un vieux reblochon évadé d'un rayon fromagerie ingrat? Je m'attends à un truc pas très frais après un tel trajet. Et finalement, soulagé d'être délivré d'un tel confinement, il apparaît.


Je vous présente Gropépère. Parait que son vrai nom, c'était Gosig, mais c'est vraiment trop commun, alors je l'ai rebaptisé. Pour moi qui suis un peu l'homme qui murmure à l'oreille des chiens, c'était un peu la fête du slip hier soir. Alors c'est sur, il peut moins faire la gueule qu'un vrai, je dois pas le sortir ni le nourrir et il peut pas me faire de léchouille, mais il a aussi des avantages. Il peut rester toute la journée chez moi sans problème. Il bave pas beaucoup. Il est toujours d'humeur égale. Il pue beaucoup moins qu'un vrai et est sans doute un peu plus doux. Je suis vraiment content de mon Gropépère à moi que j'ai.
Repost 0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:23
"Vous savez, je ne comprendrai jamais les gens. Enfin, la grande majorité des gens. Ceux qui disent qu'ils ne peuvent rien faire, même s'ils auraient bien aimé. Qui ne tentent rien parce qu'ils croient qu'ils seront nuls. Qui n'essayent même pas de se faire plaisir. A croire que le résultat doit passer avant la joie de pratiquer. Que si ça n'est pas bon, ça ne sert à rien, même si on a juste apprécié de faire.

Pour ma part, j'ai été chanceux de ce côté là. Je suis né avec une nature orgueilleuse. Je faisais un peu le rêve de la princesse. Vous savez, toutes ces petites filles qui trouvent leur vie trop ordinaire et fantasment qu'un jour, on découvrira qu'en fait, elles sont l'enfant perdu d'un royaume quelconque. Qu'elles seraient spéciales, sans rien faire. Moi, je me croyais capable de tout. Enfin, plus que ça, je me croyais capable d'être bon en tout. Pouvoir dessiner, être bon en sport, en musique, en chant, en écriture. Une facilité, un talent caché. Je ne sais pas si c'est parce que je ne me voyais pas de limite qui m'a fait croire que je pourrai être un peu doué ou l'inverse.
En tout cas, je n'ai jamais eu de scrupule à essayer. Me retenir sous prétexte que je produirai de la bouse ne m'a jamais arrêté. Surtout quand on croit qu'on peut être doué. Mais bon, forcément, au bout d'un moment, on se rend compte de ce qu'on fait. On s'aperçoit que la voix n'est pas aussi claire que l'on pensait. Que le trait n'est pas forcément joli. Et force est de constater que j'étais faineant. Alors jouer d'un instrument, être musclé, harmoniser des couleurs, avoir une cohérence de texte, forcément, ça devient compliqué, doué ou pas (et je ne dis pas que je l'étais).

Du coup, même si je ne ressens pas de contrainte, ce qui me retient d'essayer aujourd'hui, c'est simplement la vision que tout art réclame du travail et que je suis bien trop lascif nonchalant pour m'y consacrer.

_ Je vois. Et du coup, vous faites quoi?

_ Oh, je m'occupe 2 jours sur une envie et puis je change. Je fais le dilettante. Je m'amuse un peu et puis j'oublie. Je pratique le seul art qu'on apprend tous à l'école et qu'on pratique sans s'en rendre compte et sans talent: j'écris un peu. Je fais des lignes. Rien de long ou de construit, mais ça me suffit. Je ne fais quasi rien donc. En gros, je blogue."

Repost 0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 16:06
Ahhh les USA s'illustrent une nouvelle fois. Quelle belle nation. La main sur le coeur, les yeux dans les étoiles et des étoiles plein les yeux, ils sont encore sur la brèche. Souvenez-vous. Ils ont été blessés, meutris dans leur chair, sur leur sol. Et malgré la guerre en Irak, Guantanamo, le patriot act, Michael Moore, ils ne sont toujours pas rassurés. Heureusement, ils ne manquent pas d'imagination.

C'est comme ça qu'on préparait à Washington, au ministère de la justice, de nouvelles directives pour le FBI. Bientôt, il sera possible d'officialiser ce qui fait surement déjà, parce que ça se fait aussi partout ailleurs (ne nous leurrons pas), mais qui n'était jusqu'ici pas très légal. Bientôt donc, le FBI pourra enquêter sur des personnes suspectes de par leur appartenance ethnique ou religieuse. En gros, ils officialisent le délit de sale gueule. Mais c'est pour lutter contre le terrorisme, alors ça va. Vous savez bien qu'ils ont souffert.
Bon ok, les pauvres à l'étranger aussi. Mais ils sont pauvres, c'est normal. Et puis ils sont même pas étazuniens. Ces gens là sont des barbares. Pas étonnant qu'on doive enquêter sur eux chez nous. Et puis vous savez, ils sont pas comme nous. Ils parlent l'américain avec un accent. Presque comme de l'espagnol parfois. Hein? Mais non, l'espagnol n'est pas une langue américaine, ça se saurait si le Mexique était en Amérique, voyons. Et puis y en qui mangent pas de porc ou de vache. J'suis sur qu'ils vont même pas au McDo.

Non vraiment, heureusement que le gouvernement agit. Parce que bon, il y a urgence là. Y a même un de ces... gens, là, qu'est en course pour la maison blanche. Il faut vite ouvrir une enquête sur lui. Il parait qu'il est déjà allé à l'étranger. Et même dans des pays pauvres et pas protestants en plus. Alors forcément, les USA ont peur. Surtout qu'il y en a qui auraient même le droit de voter. Alors il faut désamorcer tous ces gens au plus vite, histoire de pouvoir être à l'abri. Enfin, sauf d'un Timothy McVeigh bien sur.
Repost 0
7 juillet 2008 1 07 /07 /juillet /2008 10:35
Au départ, il y a eu le biathlon. Un mélange intéressant entre épreuve d'endurance et concentration. Sauf que bon, il faut avoir de la neige, plein d'espace, des skis et des carabines. Et puis mine de rien, c'est long, et tu ne sais jamais si les concurrents sont loin du pas de tir, vu que c'est blanc partout. Mais bon, c'était une première tentative. Apparement, le mélange de genre ne fait que commencer en sport.

C'est comme ça que ce matin, je découvre la boxe-échecs ou chess-boxing. Apparement, il y a eu un championnat du monde mi-lourd ce week-end et c'est un russe qui a gagné. Faut dire qu'ils sont forts aux échecs, les russes. Tous les champions ont des noms en ov. Encore que je vois mal Kasparov aller tenter la boxe-échecs, vu comme il supporte mal les coups quand il se fait molester pour avoir manifesté contre son gouvernement. Toujours est-il que c'est quand même un russe qui a gagné, alors qu'apparement, la discipline est surtout populaire en Allemagne.
Alors la boxe-échecs, comment ça marche? C'est facile, tu commences une partie d'échec sur un ring pendant 5 minutes. Et après, t'en as 4 pour te défouler sur ton adversaire, histoire de te venger de cet échec au roi de pute qu'il t'a collé d'entrée de jeu. Au plus tu frappes fort, au plus t'as de chance qu'il confonde son fou et sa tour au prochain tour et là, c'est bingo pour toi. Bon, évidement, si tu le mets k.o., ça marche aussi, mais faut réussir à frapper très fort. Parce que tu rencontres quand même rarement des spécialistes d'une seule catégorie. Faudrait vraiment être confiant pour être épais comme une aiguille et monter sur le ring en pensant terrasser l'opposant dans les 5 premières minutes d'échec. Ou suicidaire. En tout cas, ça s'annonce comme un sport de gentleman, un peu comme le rugby.

Je me demande si ce genre de sport va prendre. Et si ça va lancer toute une mode de sports combinés. Bientot, le catch-curling? Le sumo-go? La savate-uno? Le karate-tetris? Ca promet pour les futurs J.O.. Au moins, ça fera quelque chose d'un peu intéressant à regarder.
Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 15:08
Roger était un scientifique. Enfin, on peut même dire est un scientifique. S'il y en a qui pourra toujours utiliser le présent, c'est bien lui. Le temps ne s'applique plus à sa personne. Le seul problème est qu'il ne peut pas vraiment en profiter. Du moins, pas consciemment. Mais il parait que la pensée va plus vite que la lumière. On ne sait pas vraiment.

Tout a commencé dans sa jeunesse. Il vivait dans la partie de la planète qui était dans le jour éternel. Un enfant du soleil. Et il avait été intrigué par le paysage. Comment cet objet rond, sans aspérité, parvenait-il à rester suspendu en l'air. Il n'y avait pourtant pas de fil, rien. Personne ne se posait plus ces questions depuis des générations, cela faisait partie du décor quotidien. Et s'il avait abandonné son obsession pour la balle en grandissant, cela l'avait suffisament influencé pour qu'il embrasse une brillante carrière scientifique.

C'est comme ça qu'il s'était retrouvé au main du projet Eternia. Le genre de gageure qui apparaît toujours à un moment dans chaque civilisation en progression. La volonté d'allonger la durée de vie, ou au moins de conserver en stase un corps en état en attendant que la science avance suffisament pour pouvoir le réparer ou l'améliorer. Bien entendu, ce genre de tentative n'aboutit jamais. Oh, on trouve toujours un procédé, que ce soit la cryonisation ou autre. Mais si une guerre ne ramène pas tout à l'ère primitive, généralement, on oublie ces recherches marginales et quand on pourrait enfin s'en débarasser, on ne sait plus comment faire. Surtout sans risque.

Malgré tout, Roger était près à aller au bout. Et comme toujours dans ces cas là, il a décidé d'en être le premier cobaye. Il en sera également le seul, mais il ne le saura jamais. En entrant en stase, il pensait rapidement s'endormir, plonger dans un coma profond. Mais sa conscience est bien restée là. Rapidement, il n'était plus qu'un morceau de paysage pour les siens, une statue. Et dans une de ses respirations, ce sont des générations de son peuple qui apparaissaient, prospéraient et déclinaient. Pour lui, l'aventure ne faisait que commencer. Rapidement, il résolut le mystère de la balle. En ralentissant son métabolisme, il atteint rapidement la vitesse de ce qu'il croyait être des morceaux de paysages et qui à un certain rythme s'avérèrent être des êtres vivants. Mais Roger ne fit que croiser les humains, qui se demandèrent d'où venait soudainement cette statue vaguement humanoïde, apparue du néant. Si quelqu'un avait été là à son apparition, il l'aurait vu tenter de bouger. Mais la décélération métabolique continuait et il n'eut pas le temps de chercher à comprendre cette civilisation si proche et pourtant totalement inconnue.

Son rythme continua à ralentir. A un moment, ses yeux ne parvinrent plus à traiter l'information lumineuse, beaucoup trop rapide pour eux. Il était dans le noir. Mais il parait que la pensée va plus vite que la lumière. Qui sait si Roger ne rêve pas?
Repost 0
4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 09:44
Avant, il y avait le mec qui mettait des bretelles et une ceinture. Je ne sais pas pourquoi, c'est assez destabilisant. Quelqu'un qui est aussi prudent a forcément des trucs à cacher. De là à avoir un Dexter dans la boite, il n'y a qu'un pas. Depuis, il a cessé. Ou alors, je le croise moins souvent. Ou je ne fais plus attention. Ou bien j'ai oublié. Ou il sentait pas bon. Mais depuis, il y a un nouveau cauchemar sur pattes potentiel.

Je ne sais même pas comment il s'appelle. Il passe de temps en temps dans le bureau, pour venir causer boulot avec un collègue. J'évite de le regarder. Il me met toujours mal à l'aise. Je ne crois pas qu'il s'en soit aperçu. Mais j'y peux rien, ce gars a une tête de poupon. Ne nous y trompons pas, il a apparement un corps adulte. Il est grand, un peu gros même. Je pense qu'il doit avoir dans la trentaine. Mais il a une tête de gros bébé.
De grosses bajoues rigolardes, des lèvres pleines et purpurines, des yeux brillants, des quenottes arrondies, des oreilles décollées, une coupe au bol... Pas vraiment une tête de bébé mais de mome ou de chérubin en tout cas. Ce cliché de l'enfant bien portant et rigolard. Un prototype de la pitite canaille. Il manquerait juste des taches de rousseur. Et encore. Le tout posé sur un corps d'adulte bien portant à la fourchette agile.

J'aime pas beaucoup ça. Ca me rappelle que dans les séries ou les romans, les persos ne vieillissant pas, au moins physiquement, sont toujours des psychopathes. Son côté joyeux ne fait que renforcer cette crainte. Je suis sûr qu'il doit dépecer des vieilles le soir au coin des gares. Ou qu'il torture des gens mal à l'aise devant son physique inhabituel, dans sa cave en les découpant à la feuille, ce qui expliquerait qu'il a toujours un document soi-disant de travail à la main. Va falloir que je pense à remettre mon couteau suisse dans ma besace.
Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 15:37
Quand je suis arrivé en Belgique, on m'a appris (et ça se confirme assez vite) qu'il n'y a que deux choses qui réussissent à réunir inconditionnellement les belges du nord et ceux du sud (ceux de l'est sont compris dans ceux du sud en général): la frite et le football. Dans la joie pour la frite et la défaite pour le foot. Ben oui, le foot belge n'est pas très glorieux ces dernières années. Mais il réussit encore à rassembler les communautés linguistique du pays autour de lui. Jusqu'à maintenant.



Dernièrement, les belges du nord sont venus avec une nouvelle idée. Rien de méchant, rien de grave, bien sur. En gros, il s'agirait de couper en deux l'union de foot belge au niveau amateur. Chaque communauté paie pour ses clubs de D3 et moins. Pour l'instant, rien ne change pour la D1 et la D2. Mais c'est maintenant géré par 2 associations au lieu d'une seule. Un premier pas vers une scission sportive en gros.
Et on demande aux bruxellois de choisir un camp. Un peu comme une Jerusalem du nord, Bruxelles est un terrain frontière entre les communautés. Région indépendante, elle est tiraillée entre sa population à majorité francophone et son statut d'enclave en région flamande. Et là, la ligue flamande demande aux clubs de la capitale de choisir une communauté, tout en avançant son gros budget. Faire le choix que la politique a toujours évité.

En gros, on vient de créer une grosse faille dans l'unité belge, déjà pas forcément glorieuse. Après la pression économique et politique, la pression sportive. Celle qui risque peut-être de faire le plus de mal. Celle de l'engouement et du spectacle. Enfin, spectacle, ça reste du foot belge, tout est relatif. Mais quand même. Il ne reste plus que l'association de frituristes belges comme dernier bastion national, et non pas communautaire. Je ne sais pas si ça suffira. J'ai peur.
Repost 0
3 juillet 2008 4 03 /07 /juillet /2008 10:26
Hier, fort d'un rendez-vous médical et d'une journée bien remplie (j'ai bossé (si si)), je suis parti tôt. Histoire d'aller me faire déboucher les oreilles. Une semaine à moitié sourd, il était temps que ça cesse. Et le docteur n'attendait que moi. Quand je suis arrivé, personne dans la salle d'attente. Juste lui, moi et sa grosse seringue.

Il a fait ça à l'ancienne. En gros, vous prenez une seringue en métal, format tube de mastic. Vous la remplissez d'eau tiède. Et vous videz tout d'un coup en poussant avec force sur le piston, dans le conduit auditif du patient. N'empêche, ça fonctionne. Et c'est ahurissant ce qu'on peut avoir dans l'oreille sans vraiment s'en rendre compte. Du coup, j'entends bien. Même mieux que depuis quelques années en fait. Je redécouvre le monde auditivement. Et il y a un truc dont je ne m'étais pas vraiment rendu compte jusque là. Ou c'était peut-être seulement que j'étais habitué, mais là, je re-découvre. Le monde est bruyant.
Quel bordel dans les rues. Et depuis quand mon parquet grince comme ça? Et les claviers de mes ordis? ils ont toujours fait autant de tictictictic quand je tape? Toutes ces agressions sonores d'un coup. Rien que bouger, ça fait du bruit. Je m'aperçois que je ne suis pas le ninja que je croyais. Encore la faute des parquets. Pas étonnant que je me fasse traiter de gros, vu comme ils gémissent, même si c'est pareil pour tout le monde.

Entendons nous bien, surtout maintenant que j'entends mieux, je suis bien content de pouvoir jouir à nouveau de mon audition. J'aime entendre les zombies gémir dans Resident Evil ou dans Diablo. J'ai juste un peu peur que mon oreille ne frole l'indigestion et ne vomisse d'un seul coup. J'en ai un peu marre d'aller chez le docteur là. J'ai rempli mon quota pour une bonne décennie. Alors les hémorroïdes du lobe, non merci.
Repost 0