Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 15:53
S'il est un domaine dans lequel je peux me vanter d'avoir quelques connaissances, c'est bien en gastronomie pratique. Il faut dire que je pratique un pitit peu. Parce que c'est plus rapide, parce que c'est bon, parce que c'est moins triste quand on mange seul et parce que j'aime bien faire travailler les muscles des livreurs sous la pluie , du haut de mes trois étages. Et s'il est bien un art qui se distingue des autres dans ce domaine, c'est bien sur le sandwich.



Et ces derniers jours, j'apprends que des mathématiciens anglais auraient déterminé la formule du sandwich au fromage parfait. Je pouffe. Et même, je me gausse. Ah, ah! Ok, c'est peut-être un anglais qui a inventé le sandwich, mais que des britanniques veuillent donner au monde une formule du st graal, faudrait voir à arrêter de sniffer la panse de brebis farcie à la menthe de mémé, les gars. Enfin voyons! Tout le monde le sait que malgré quelques qualités, comme celle de perdre au rugby, on ne peut pas considérer l'Angleterre comme un endroit où on mange. Ou alors chinois.
Alors aller donner un avis, voire des leçons, je dis non. Et pourtant, la gastronomie pratique est une des plus répandues au monde. Des khebabs turcs aux hot-dog de Manhattan, il y a de quoi faire. Et l'Angleterre a ses Fish n' chips au bon goût de papier journal à la graisse. Mais bon, pour le sandwich, laissez faire les spécialistes.

Et tout bon spécialiste vous le dira. Il n'y a pas de recette idéale pour un sandwich. Ca se prépare au feeling. Il n'y avait vraiment que des anglais pour aller chercher la science là dedans. Le sandwich est un art. Mais que voulez-vous que des anglais comprennent à ça? Quand la gloire nationale est un groupe qui s'appelle les Blates, on ne peut pas espérer grand chose d'une telle nation.
Repost 0
24 juin 2008 2 24 /06 /juin /2008 10:23
Aaaaah le rêve américain. On le dit malmené, ces derniers temps. Avec près de 40 millions de personnes sous le seuil de pauvreté, ça va pas fort aux Etats-Unis. Même s'il y en a encore pour penser que les chomeurs ne sont vraiment que des feignasses. Et puis personne ne les aime vraiment dans le monde. A part les anglais, bien sur. Il parait que les USA ne font plus rêver. Ben ça dépend qui.

Un des clichés étazuniens les plus largement véhiculés par les séries et autres éléments de la culture propagandienne (ou l'inverse) des USA est bien le mariage et les enfants. On n'y échappe pas. Dans toutes les séries, dans tous les films, s'il y a une nana, elle veut forcément se marier et se reproduire. Ca marche même avec les aliens. Et ce rêve là, il reste encore à la portée de tous. Même là où on s'y attend pas forcément.
C'est comme ça qu'un lycée du Massachusetts se retrouve avec 18 grossesses sur les bras. L'histoire ne dit pas si ce sont de bonnes catholiques ou quoi, mais une chose est sûre, elles ne sont pas mariées. Bah non, vu qu'elles ont toutes moins de 16 ans. Apparement unies dans un pacte d'élever leurs momes toutes ensembles, elles ont fait le grand saut pour pouvoir jouer à la maman. En faisant tomber les pères avec eux, parce qu'il y a des chances qu'ils soient majeurs, eux. Et tant pis pour les études, de toutes façons, ça ne sert à rien. Et puis ça tombe bien, leurs parents sont encore obligés de s'occuper d'elles et ils n'avaient que 2 boulots chacun.

Décidément, c'est beau, les Etats-Unis. Si tu veux jouer à la guerre, tu peux. Si tu veux une grosse voiture, tu peux. Si tu veux passer à la télé, tu peux. Tu peux même faire la bataille avec des vraies armes et tout. Et si tu veux jouer au baigneur, tu peux avec un vrai aussi. Qui fait pipi, qui parle et tout. Les étazuniens sont vraiment de grands enfants.
Repost 0
20 juin 2008 5 20 /06 /juin /2008 11:40
Tu es jeune (ou pas). Tu restes enfermé pendant des heures dans ta chambre en attendant que ta moman ait fini de repasser ton linge pour préparer ton diner. Et tu ne comprends plus ta copine sur msn qui est trop deg' dla lif parce que tu te connectes pas toujours en même temps qu'elle et que son nouveau haut (t'appelles ça un pull, mais pas elle) ne t'intéresse pas le moins du monde. Je te rassure, ce n'est pas sale. La fille, c'est pas compliqué, tu vas voir.

Après des années de visionnage de Friends, il est temps de venir en aide à ceux qui piratent les séries sans vraiment les regarder. Ou alors, faut qu'il y a un gros buzz dessus même si c'est totalement naze (Chips et La croisière s'amuse, c'était quand même autre chose que Heroes ou Lost). Je sais que j'ai pas l'air d'être le mieux placé pour donner des conseils sur les filles, mais j'ai quand même regardé une saison entière de Sex and the city (eh ouais! Sans m'endormir ni rien). Et puis les scientifiques sont mes amis. Et ce matin, ils nous rappellent la chose principale à savoir de la femme: elle croit ce qu'on lui raconte. Quand elle regarde la télé ou qu'elle lit des magazines, elle croit vraiment que ce qu'elle voit et entend existe. Et qu'en plus, ce serait la norme. Merveilleuse naïveté. Bon, du coup, elles se sentent moches mais bon, on va pas s'en plaindre, ça les rend moins exigeantes.

Je vois certains d'entre vous penser que ce n'est pas forcément un comportement spécifique aux demoiselles. J'en suis pourtant l'exemple vivant. Je n'ai jamais eu besoin de la télé pour me sentir moche. Ami geek, mon frère, il va donc être temps pour toi de mettre à profit cette information et commencer à imprimer ton propre magazine que tu laisseras trainer négligement dans les salles d'attente médicales et les toilettes. Et bientôt, à toi le wonderbra, les raclettes à volonté et les lunettes de chiotte relevées.  Et même une fille avec. L'humanité n'est pas encore éteinte.
Repost 0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 14:48
Ahhhh quelle belle vocation que la politique. Quel bel engagement. Des carrières difficiles, où vous serez toujours critiqués, soupçonnés, calomniés, parfois même glorifiés... Mais une implication dans la vie publique mérite presque tout ça. Quelle plus belle récompense qu'avoir oeuvré pour le bien commun?

Qu'il est beau de s'engager pour la communauté et faire en sorte qu'elle vive bien. Bien entendu, c'est une oeuvre qui appelle beaucoup à faire des compromis, mais le bien de tous est toujours en jeu. Prendre en compte les desiderata de chacun, y compris des plus petits (surtout des plus petits), apporter ses convictions sur la table et concevoir des systèmes qui permettent à tous de vivre en harmonie. Respecter les choix du plus grand nombre, même quand on ne les approuve pas forcément. L'abnégation sans faille qu'il faut montrer. Tout cela est bien peu face à la joie d'avoir participé à une société paisible.
Bien sur, il y en aura toujours pour dire que les politiques travaillent pour la gloire. D'autres pour parler de corruption, propre au pouvoir. Mais les plus grands sont toujours là pour respecter les décisions de leur employeur, le peuple. La remise en cause est constante et le don de soi permanent. Et ça touche également les supporters de ces candidats qui sont prêts à faire des dons énormes pour des idées. Et ce, sans rien attendre en retour. Ce sont quasiment des ascètes.

Oui, vraiment, c'est beau la politique. Et c'est surtout grâce à nous, électeurs. Nous qui sommes prêts à présenter des alternatives quand nos positions ne sont pas représentées en nous levant pour le faire. Et qui votons non pas pour un visage, une apparition télé, une marionette ou une côte, mais bien pour un programme. Nous qui acceptons les résultats des urnes et savons lire un texte de loi. C'est beau la démocratie. Dans quelle merde on serait sinon, hein?
Repost 0
19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 10:05
Il est monté hier soir dans le bus. A tous petits pas. En se tenant bien aux barres. L'ai renfrogné. Clairement pas habitué à toute cette technologie roulante. Pas assez naturelle. Trop loin de la terre. Il s'est assis en serrant les dents et attendant l'arrivée à son arrêt. Mais je ne suis pas sûr que la descente ait été une délivrance. C'était juste moins mal. Hier soir, j'ai rencontré l'homme taupe.

Rien à voir avec l'ennemi des 4 fantastiques. Enfin juste, un peu. Plus grand, avec un nez moins péninsulaire. Plus adapté aux moeurs humaines, on va dire. Mais néanmoins un homme taupe. Il est arrivé tout gêné par sa verticalité. On voyait qu'il avait quitté ses galeries depuis un certain temps pour s'habituer à la vie active en surface, mais qu'il ne s'y habituait pas pour autant. Les cheveux courts tirés vers l'arrière ont remplacé la touffe ébouriffée de sa jeunesse. Le nez busqué s'est épaté, les lombrics ne circulant pas trop à hauteur d'homme. Les poils sont maîtrisés et tondus. Il a même coupé ses griffes. Par contre, il n'a pas réussi à se débarasser de son ventre. Sorti de son physique, son seul vestige de l'ancienne vie sont ses charentaises. Avec scratch (il n'a jamais réussi à faire ses lacets), en poil de rats musqués. Il faut dire que c'était un peu la lutte entre les deux races. Un trophée de guerre ne s'abandonne pas au rebut.

En quitant le bus, il semblait avoir toujours du mal à rester debout. Malgré ses années de surface, il aimerait tant pouvoir se remettre sur son bide et reprendre cette brasse terrestre qui est le naturel de son espèce. Mais avec le béton et sans ses griffes, ça risque d'être difficile. Pas étonnant qu'il ait l'air amer, et un peu méchant. La nostalgie le ronge. Heureusement, ce soir, c'est spaghettis au menu. C'est pas des vers, mais ça fera l'affaire.
Repost 0
18 juin 2008 3 18 /06 /juin /2008 10:03
Who is the man that would risk his neck
For his brother man?
Shaft!


Bah non, pas Shaft. Rico.

Rico, c'est un peu la star de son bourg. Le prototype même du bad boy. Le gars qui a toujours la classe. Qui embrase ses allumettes en les grattant sur sa barbe de 2 jours parfaitement soignée. Un peu le Hugh Jackman de la campagne. Toujours aimable, mais néanmoins toujours ténébreux, il fait craquer les communiantes et leurs mamans qui fondent (mais pas en larmes) dès qu'il parade dans la rue. Avec ses vêtements sombres, il montre son humilité. Le fait qu'ils soient près du corps n'ajoute qu'à son charisme.

Et même s'il est un gentleman et qu'il évitera de se vanter sur ce point, il a fini plus d'une soirée avec un collier de jambes. Mais Rico n'est pas un vantard, c'est aussi ce qui fait son succès. Sa discrétion est apprécié de toutes, même s'il n'a pu s'attacher à aucune. S'il se complait dans le cliché du mec d'un soir, du loup solitaire, son humilité le rend toujours apprécié par les célibataires de la région. Et de ses potes aussi.

S'ils ne récoltent aucune confidence de conquête, ils ne sont pas aveugles pour autant. Et il est toujours prêt à rendre service. Toujours là pour aider, toujours prêt à prêter ses bras. Rico est un peu un modèle pour ces gars.


Mais bon, il ne faudrait pas qu'un jour, le secret de Rico apparaîsse au grand jour. Pas facile d'être un tombeur quand on s'appelle Ré. Oui, comme l'ile. Et leur ami, bien sur.
Repost 0
16 juin 2008 1 16 /06 /juin /2008 15:25
Actuellement en plein campagne d'annexion de la blogosphère, je me mets à étudier un peu les différents empires de notre temps. Earth empire, evil empire, tout ça, tout ça. Et donc, je regarde un peu les usa. On n'a beau dire ce qu'on veut, ils dirigent actuellement le monde. Même si ça ne devrait plus durer trop longtemps. Et je me rends compte que les gens sont méchants. Pourtant, c'est un beau pays. si.

Tenez par exemple, pas plus tard qu'il y a pas longtemps, la Californie a autorisé le mariage homosexuel. Bon, vous me direz, c'est un état parmi 50, ok. Sauf que celui là, contrairement à l'autre état qui permet aussi cela (le Massachussetts), autorise le mariage de personnes ne résidant pas dans l'état. En gros, tous les étazuniens homo peuvent désormais se marier, à la faveur d'un voyage à l'ouest. Evidement, ce n'est pas reconnu dans les autres états et certains travaillent déjà à l'interdire via la constitution, mais bon. Rendez-vous compte. Tous ces emplois qui vont se créer grace à ça. Tous ces tailleurs spécialisés dans le mariage, toutes ces cartes de voeux à imprimer, ces dragées, ces gateaux, ces croisières à Mykonos... Ahhh l'ouverture d'un nouveau marché, c'est toujours un grand moment.
C'est comme cette grande idée. Pendant que les français se battent avec les 35h, en Alabama, ils passent à la semaine de 4 jours. Pas pour les momes hein, pour les employés municipaux. C'était pourtant très simple. Au lieu de 8h/jour sur 5 jours, ils ont condensé à 10h/jour sur 4. Histoire d'économiser sur les transports. C'est écologique. Vous avez un jour de plus pour dépenser vos sous. Et puis vous vous rendez pas compte la plus value que ça va faire quand un dirigeant décidera que 10h par jour, c'est pas mal mais ce serait encore mieux sur 5 jours. Avec seulement 40h payées bien sur. Et puis ça leur permettra de prendre un 3ème travail aussi (copyright Leduc). Alors franchement, qui a dit que ces gens là étaient des exploiteurs? Encore des mauvaises langues hein.

Vraiment, ils ont plein de bonnes idées pour gérer leur empire. Et ça reste une nation généreuse. Toutes ces libertés, tout ce temps de loisir... Ils vont même jusqu'à avoir 38 millions de personne sous le seuil de pauvreté pour pas que les nations pauvres se sentent les seules lésées. C'est vraiment à ça qu'on reconnait les grandes nations.
Repost 0
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 14:44
Ca fait 5 jours que je suis enfermé chez moi. Enfin, 4 jours et demi, si on compte la visite chez le médecin. Pas que ça me gêne, loin de là. J'aime beaucoup être cloîtré dans ma grotte. J'ai toujours des trucs à faire, à voir, à lire. Et puis quand vous avez un virus pour vous tenir compagnie et un mot du docteur en plus, ça fait toujours une bonne excuse, face à ceux qui ne comprennent pas ça. Toujours est-il que ces histoires de contamination, le retour invasif de Hulk sur terre (je lis mes comics en retard), toutes ces séries de conquêtes que je regarde (dans Weeds, c'est sur le marché de la beuh), ça donne des idées.

Voire même de l'ambition. Ouhla, le vilain mot. Ca me fatigue rien que de l'écrire. En tout cas, une ambition toute virtuelle. Il parait que la blogosphère est moribonde. C'est donc le moment d'en profiter. D'attaquer sur tous les fronts. Ben oui, quel intérêt d'être faible si on ne peut même pas taper dessus. Ou du moins, en profiter. J'ai donc décidé de me lancer à la conquête de la blogosphère. D'envahir ces territoires désolés qui ne présentent plus beaucoup d'intérêt ou de défenses. D'annexer un royaume si grand qu'Alexandre ou Genghys Khan n'en avaient pas rêvé. Faut dire que les frontières ici... De m'infiltrer un peu partout comme un virus. Mais attention, un virus belge. Je suis pas un hacker, moi. Non, un virus qui marche à l'honneur. Vous me donnez les clés de chez vous et je m'engage à envahir proprement. On n'est quand même pas des sauvages.


Voilà, à moi les lauriers. On pourra pas dire que j'ai pas d'ambition cette fois. Si tout va bien je commence par occuper l'espace d'un barbu avant ce soir. Et après, à moi le monde. Je serai le nouveau king of the web. Faisez gaffe, j'arrive!
Repost 0
13 juin 2008 5 13 /06 /juin /2008 21:37
C'était l'été. Il faisait beau. Il était nu sous le soleil, sur le plancher. Il était jeune. Il était bon. Il sentait bon le reblochon. Podo fêtait la belle saison comme tous les jeunes de son age. Il était parti à la découverte du monde, mais pas trop loin. Le dépaysement peut se trouver à deux pas de chez soi, quand on rencontre de nouveaux visages. Et c'est comme ça qu'il l'avait vu.








Elle était jeune. Elle était belle. Elle fleurait bon le babybel. Timide et chaste, elle sortait malgré tout peu couverte, asphyxiée qu'elle était par la moiteur saisonnière. Le poil brillant et écru par le soleil, elle attirait tous les regards. Germinette avait l'air accueillante et poli, et Podo n'hésita pas longtemps avant de venir lui compter fleurette. "Alors ma jolie? Pas trop chaud? Il ne faut pas hésiter. Il fait beau, c'est l'été. Laisse toi aller."






Un peu froussarde et toute émoustillée, elle se fronce alors, tout en révélant son grain de beauté. "Mais quelle belle mouche, mademoiselle. Il ne faut pas la cacher. Elle vous flatte le tein. Vous ressemblez à une star Hollywoodienne des années 40. Une vrai pin-up.". Podo était un beau parleur mais il n'obtint qu'un gloussement pour seule réponse. Du moins sonore, parce rapidement, son bagou commença à agir sur l'épaisseur de sa tenue.







C'est ainsi que rapidement, la chaleur et l'innocence aidant, les voiles laissèrent la place à la vapeur. La nature était à l'oeuvre et la transpiration lubrifie les distances.








"Alors? On est pas bien là? A la fraiche? Dire qu'il y en a qui se ceinturent de cuir pendant ce temps la...





Mais quand même, vous avez suivi un peu l'euro?"



Bon be, c'est pas gagné qu'ils niquent.


Encore que... C'est quand même des pieds.


Mouais.


Repost 0
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 22:47
On s'en doutait déjà, mais j'ai eu confirmation dernièrement. Dans un endroit où nul homme digne de ce nom ne va qu'en cas d'ultime nécessité. Je parle bien sur de la salle d'attente du médecin. Ca peut paraître étonnant tant chaque membre de la communauté ovarienne est toujours prompte à donner des conseils d'auto-médication, mais c'est vrai. D'ailleurs, les praticiens l'ont bien compris. Suffit de prendre n'importe quel magazine trainant dans ces endroits.

Alors évidement, on ne s'en rend pas bien compte d'habitude, parce que toute personne normalement constituée devrait essayer de visiter ces lieux le moins souvent possible. Mais à mon grand regret, ça fait deux mois de suite que je suis obligé de me trainer jusque là-bas. C'est étonnant, étant donné mon physique d'athlète (I am Iron-Man) et ma beauté intérieure (surtout le foie). Sans doute la faute de ma blonde, même pas capable de garder pour elle les virus que je lui offre tendrement. Enfin bref, j'arrive donc dans cet endroit honni entre tous (si on ne tient pas compte du dentiste ou du resto végétarien). Et là, une multitude féminine. Au moins 5 représentantes de pondeuses de tout age, et apparement toute condition, dont pas une n'a vraiment l'air souffrante. Les seuls patients que je vois partir sont également des femmes, ce qui explique sans doute que chacune des consultations semble durer une demi-heure et que mon rendez-vous est repoussé de plus d'une heure. Au moins autant de donzelles se joindront au grand sitting après mon arrivée. Et pourtant, je semble être le seul malade (bon, ok, la vieille a une excuse). La transpiration excessive, la tête qui tourne dès que j'ouvre les yeux et ma respiration saccadée ne laissent aucun doute à ce propos. Et pourtant, j'ai des poils, je suis fier. Je contient mes symptomes. Et 10 minutes après être enfin entré dans le bureau du médecin, j'en ressors avec une raison ) ma faiblesse et un arrêt de travail, qui est tout ce qu'on devrait espérer de ces endroits.

Mais non, le médecin semble être le rendez-vous féminin du jour. Y compris pour la dame qui est passée la veille pour se faire faire une intraveineuse et qui a peur parce qu'elle a du mal à enlever sa bague. Sans doute que ses doigts ont enflé, et elle tient à nous en faire profiter, avant de demander l'avis du médecin entre 2 de ses autres clientes. Voyons mesdames, un peu de tenue. Vous n'avez pas de couilles ou quoi? Ou au moins internet, histoire de faire vos crises d'hypocondrie à la maison devant Doctissimo? On se demande à quoi sert le progrès.
Repost 0