Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 13:56

Il n'est pas faux de dire que je suis un enfulte. Voire même un adulecscent. J'aime à retrouver ces instants de nostalgie qui faisaient ma joie étant petit. Les dessins animés, les dinosaures oranges et gentils, les Barbapapas protéiformes... Ah que de souvenirs. Mais faudra quand voir à pas abuser du DHEA hein. Aujourd'hui, j'ai mal.

 

Oui, j'ai mal. A mes souvenirs. J'apprecie me rappeler de Casimir, du village dans les nuages, d'Isidore et Clémentine et même de Dorothée. Surtout dans RécréA2 et un peu (pas longtemps) ensuite, quand elle s'est faite racheter par tf1. Seulement voilà, autant j'aime bien recroiser la bonhommie d'un Casimir dans une pub l'opposant à Nounours (vraiment n'importe quoi!), autant il y a certaines choses qui devraient rester enterrées. Passe encore que les musclés reviennent pour s'amuser à profiter de la campagne électorale. Mais là, je dis non. Le retour de Pas de pitié pour les croissants, c'est définitivement pas possible. Si encore, c'était à la télé, on se dit que ça passerait à 7h du mat' et qu'au bout de 2 émissions, le public et la chaîne en auront marre et annuleront les diffusions. Mais non, c'est au cinéma. Des gens nostalgiques, inconscients, presque béats avant d'entrer vont payer pour aller voir ce truc dont ils se souviennent à peine. Je sais qu'il y a des gens qui aiment ça, mais je crois que la plupart des spectateurs auront quand même quelques hémorroïdes.

 

Je n'ai conservé quasi aucun souvenir de Pas de pitié pour les croissants. Je crois que j'ai du être traumatisé et je dois faire un blocage mémoriel, pour conserver un minimum de santé mentale. Mais je n'ai pas oublié ceux qui animaient. Et leur déchéance, au travers des années. Sachant qu'en plus, le script doit être écrit par le créateur d'Hélène et les garçons, je souffre d'avance. Il y a des jours où il ne fait pas bon avoir de la mémoire.

Repost 0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 10:23

Hier, il a neigé. Une façon un peu brutale pour l'hiver de se rappeler à notre bon souvenir. Vu la température, ça devait faire quelques jours que les nuages étaient constipés. Ben là, ils ont tout laché. Et pas qu'un peu. Des flocons gros comme des chips en abondance.

 

Ca fait bizarre comme d'un coup, ça nous rappelle l'hiver. Ca fait plusieurs jours qu'on se les pèle pourtant, et pas qu'à Romans, mais non, on n'y pense pas trop. Et puis là, c'est Noël. Manque plus que des momes à étouffer dans leur bonhomme de neige et c'est bon. Bon, ça ne passera sans doute pas la journée, mais c'est déjà joli. C'est un peu la seule chance de Charleroi d'être un peu jolie d'ailleurs. Enfin pour l'instant. D'ici quelques heures, tout ce qui nous en restera, ce sera la gadoue (la gadoue, la gadoue, dou la gadoue...). En tout cas, c'est bizarre comme la neige peut tout changer en une journée. Les paysages sont jolies, le moral remonte (je sais pas bien pourquoi mais on va pas s'en plaindre), et les pensées profondes affluent. Comme quand hier soir, depuis mon bus, j'observais cette neige qui tombait à flot, avec un grande tour dans le fond. Et l'impression que la neige ne tombait qu'au ras du sol, au niveau des réverbères en épargnant cette tour. C'est là que j'ai pensé que c'était aux petits d'en bas la gadoue, et aux grands d'en haut les paysages immaculés et les vins chauds aux sports d'hiver. C'était beau, presque comme du Jean-Pierre Raffarin.

 

Décidément, c'est fort la neige. Bon, ça craint parce que c'est froid et mouillé, mais c'est fort. Pas encore assez pour me bloquer à Bruxelles cependant. A se demander à quoi ça sert de payer des impots. Misère, misère...

Repost 0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 14:19

Ils sont partout. Il parait même qu'ils sont de plus en plus nombreux. On en voit même de plus en plus à la télé. Tout ça, c'est la faute de la science et compagnie. A part en cas de canicule, c'est fini. Les vieux ne partent plus.

 

Personnellement, j'avais pas grand chose contre les vieux, du moment qu'ils ne me bavaient pas dessus. Faciles à ranger (surtout en fauteuil), pas propres sur eux mais avec les moyens de s'offrir ses couches, avec un peu de chance, aveugle en plus d'être sourd. Non, les vieux ne me dérangeaient pas. Et puis un jour, je suis passé par Cannes. A moins que ce ne fut Nice. Enfin un de ces hospices qui remplacent certaines communes du sud de la France. Je faisais mes courses, peinard, à la fraiche (pas trop détendu du gland quand même, ça fait tache au supermarché). Je me souviens très bien, j'étais au rayon conserves, devant les petits pois, à me demander comment les gens pouvaient manger des trucs pareils. Quand tout à coup, je me prends un bon coup de canne dans les mollets. Et puis en fourbe hein, venu de l'arrière sans que je le vois. C'est sur que la charentaise, c'est un peu la tenue ninja du grison, y a pas mieux pour le mode furtif. Et donc, tout en pleurant ma mère, je vois passer le vieux dans toute sa splendeur, avec la canne et le bêret, le cliché vivant, celui qui venait de me frapper et qui ne me jette même pas un regard. D'après ce que j'ai pu comprendre, il allait tout droit et j'étais sur son chemin. Ca lui aurait écorché la trachéo de tousser ou de me demander de me pousser, faut croire.

 

La patte encore vacillante, le coup de grace m'a été porté par un couple de vieilles qui m'a grillé la place dans la file du mcdal. Décidément, aucun respect. Depuis, je frappe des vieux. Ca ne guérit pas mon traumatisme, mais ça m'aide un peu. Surtout en fin de mois.

Repost 0
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 10:29

J'avais déjà remarqué que les états-uniens sont très friands d'informations concernant les comportements. Notamment, essayer de différencier l'acquis et l'inné. Pour savoir comment contrôler ces mêmes comportements. Soit par le psy, soit par un traitement. Enfin non, je crois que ça finit toujours par des pilules en fait. Et récemment, ils viennent de trouver un truc qui va encore faire parler, sur des souris.

 

Un gêne qui serait responsable de l'anxiété et de l'agressivité des souris, voila ce qu'ils ont trouvé. Pour peu qu'on lui balance la bonne hormone, le gêne s'endort. Et là, c'est l'agression, froide et brutale. Privé de son gêne régulateur d'anxiété, Mickey devient Hulk, ou Mister Mice et commence à envoyer chier tout ce qui bouge. Evidement, dit comme ça, on pourrait croire que la nouvelle ne va intéresser que les organisateurs de combats clandestins de souris (avec une aiguille dans la patte, ça peut être très impressionant). Le problème est que ce gène est aussi présent chez l'homme. D'ici à ce qu'on commence, dans les entreprises états-uniennes, à vous faire des prélèvements adn (plus ou moins annoncés) pour vérifier votre taux de soumission, il n'y a qu'un pas que certains seraient sans doute bien contents de franchir. Déjà que Junior cherche des fonds pour envoyer encore plus de gens faire la guerre, si en plus, vous pouvez devenir un vrai berserker sur le terrain, moyennant une petite pilule, c'est tout bénef.

 

Je crois que je vais commencer à surveiller mes affaires au bureau, moi. Eviter de laisser trainer la bouteille d'eau que j'ai porté à la bouche. Commencer à ramasser les poils et les rares cheveux que je sème à tout vent. Je sais, ça fait un peu parano. Mais ça ne veut pas dire qu'ils ne sont pas tous contre moi.

Repost 0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 16:10

Allez, comme je suis encore dedans, je vais me fendre d'une note super simple (pour moi), histoire de finir cette fois. Ou comme dirais mon boucher: Y a un peu plus, je vous le laisse? Ca va être la fête des liens. J'aime bien les inventaires. Surtout quand c'est pour balancer.

 

Folie n'a fini que troisième, que c'en est un scandale. Mais bon, elle est contente quand même, elle est ex-aequo avec Raph. En plus, elle a le seul diplome signé par le futur président.

Cecile en a profité pour bloguer à 6 heures du mat'. Et après, elle s'étonne d'être fatiguée.

Miss Blablabla n'était pas là et le regrette. Enfin pas tant que ça non plus, mais un peu quand même.

Tibou s'est fait virer comme un malpropre d'un poste Internet par TF1. En même temps, ça lui apprendra à dire des bêtises sur mon compte.

Lulu a des beaux cheveux. Et même qu'on était content de se revoir. Même si je l'ai pas reconnu tout de suite. Faut dire qu'elle a grandi (si si, j'en suis sur).

Ab6 est myope à rayon X: elle voit pas ta tête mais elle peut te dire la couleur de ton t-shirt à travers ta veste.

Princesse aurait bien dévalisé Marques Avenue, la galerie marchande locale de fringues à prix d'usine.

Everland n'était pas là non plus mais ça ne l'a pas empêché de récupérer la deuxième place au palmarès.

Bière n'a même pas osé aller narguer le professeur Rollin, avec ses vidéos qui surpassent le maître. Soit ça, soit il faisait les boutiques avec les filles. La classe, ça se soigne.

Pierre était plein d'enthousiasme et d'énergie. Je fatiguais rien qu'à le voir. Mais heureusement, vu qu'il a passé son temps à courir complètement chargé de matos. C'est pas facile quand on est petit et doué.

Le Panda était déçu de n'avoir pas plus de monde le jeudi. Enfin, on a réussi à le mettre en t-shirt quand même. Ca allait mieux le samedi, vu qu'il était en compagnie de Lara Orsal derrière les platines. Mais bon, c'est sur qu'à force de prendre sa taule au babyfoot et à perdre la mémoire quand il s'agit de trouver un khebab, y a de quoi déprimer.

Hervé connait le répertoire de Nostalgie par coeur, surtout les anglais en fait. Il nous a improvisé un concert a capella sous le kiosque, magnifique au point d'en perdre des boutons de manteaux et d'interrompre le professeur Rollin dans sa marche. Mais je pense que ses blagues révolutionnaires l'ont foncièrement desservi pour les prix.

Vinvin, entre deux déjeuners avec des stars, accepte même de déjeuner avec des blogueurs obscurs et se retient même de les humilier quand ils n'écoutent pas la moitié des phrases avant de dire une connerie.

Charles a mitraillé tout le week-end et ca donne plein de belles photos. Surtout que je suis pas dessus (ouf, merci).

Fred a testé des expériences culinaires intéressantes à base de pains au lait et de knakis (moi j'aime). Et son blogging-car est toujours ouvert (ou presque).

Denis achète vraiment n'importe quoi en dvd de super-héros.

Libellule a pas du comprendre ce qu'elle foutait avec des gens qui parlent mal partout.

Ron est poursuivi par la télé et a dû s'improviser libraire.

Et sinon, les Gaspanik boys ont suivi et appréciés apparement, les finalistes, les invités, les jurés et tous les gens en fait, etaient facilement accessibles. La preuve, je connais pas tous les gens que j'ai cité. Sans même parler de ceux que j'ai pas mentionné, juste parce que j'en ai marre et que ça commence à faire long. On s'est fait pêter les panses et ça ira bien pour cette fois, je finis de digérer.

Repost 0
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 11:36

Bon, Romans, c'est fini. Pour la première année, j'entends. Pour l'instant, j'ai vu pas mal de retours du genre "tout content" ou "tout pourri". Moi, je sais pas. Quelque part entre les deux. Pour être poli et propre, on va dire qu'il y a de l'ambition. Continuez dans cette voie, peut mieux faire.

 

Après un mode de sélection contesté (et contestable), après des dates bizarres (forcément, commencer le jeudi, c'est compliqué pour venir), après des choix d'organisations étranges (les jurés logés à 30 bornes, les finalistes non défrayés), ben le festival ne s'en tirent pas si mal. Et puis la bonne idée de faire une conférence sur les améliorations à apporter a permis de faire surgir pas mal de bonnes remarques. Le public était pertinent, critique et pas lourd (genre on a pas eu 15 questions sur les sélections). Des propositions comme plus d'animations "festives" en dehors des tables rondes, plus d'implications des romanais (qui en plus, ne demandent que ça), plus de possibilité de rencontres entre participants... L'objectif de cette première édition était de se faire rencontrer les gens. Et les rares courageux à s'être déplacé étant dans cet esprit, il a été facile de faire des rencontres. Même pour un asocial comme moi. J'ai même pu retrouver des gens, comme Lulu que j'avais perdu de vue il y a quelques années. Bon, plus facilement dans les bars ou autour de l'excellent blogging-car de Fred que dans les activités du festival, mais quand même.

 

Je crois que les participants avaient faim de ça, et que ça s'est fait un peu naturellement, mais timidement. Je crois que les retours à ce niveau là seront entendus. Et que ça attirera plus de monde. Parce que la soirée de cloture, à part la remise des prix suivi des traditionnels petit-fours de ce genre d'occasion, c'était un peu mort. Pourtant, on a eu deux excellents dj (Lara Orsal et Giant Panda, pour les nommer), mais faut croire que l'ambiance était partie avec les amuse-gueules.

 

Tant pis, avec les copains, on a rigolé quand même. Et on a trop mangé/dépensé des sous dans les soldes/bu dans les bars. Et on était triste de se quitter. Même avec des pognes dans nos sacs. Mais c'est pas grave, on se fera d'autres festivaux rien qu'à nous. Même en ligne.

Repost 0
3 février 2007 6 03 /02 /février /2007 11:20


Romans, ville du festival international de la création sur le web. On pourrait s'attendre à une foule incroyable venue des quatre coins de la planète internet francophone. Ou pas. Il faut bien reconnaitre que le jeudi s'est passé dans une ambiance assez confidentielle. Au point de nous demander de nous avancer dans l'amphithéatre où se passait la cérémonie d'ouverture histoire de donner une impression de nombre sur la vidéo. Mais même comme ça, c'était un peu raté.

Du coup, Romans, plus festival de découverte de la ville, des ses bars et resto. C'est un peu dommage puisque le site choisi, les salles, les gens, tout semble intéressant. Il manque juste un public. Bien sur, le festival ne s'y est pas trompé en prévoyant les stars le week-end. Et il faut bien reconnaitre qu'on attend les personnalités surtout aujourd'hui. Du professeur Rollin à Zazon en passant par Lara Orsal, la foule et les people arrivent aujourd'hui. Ce qui nous annonce déjà une soirée animée. Plus que celle de jeudi soir où le pauvre Giant Panda s'évertuait à faire vivre ses platines pour 7 personnes au meilleur moment. Ce soir, il va pouvoir nous défouler. En attendant, on profite du chocolat chaud à l'ancienne au Bistrot Gourmand, des hamburgers fait maisons monstrueux du Bistrot du kiosque, lieu central du festival jusqu'à maintenant avec ses postes web, sa pub sncf et son baby-foot, ou des pizzas aux patates débordantes d'huile qui sont un vrai bonheur gustative qui me pousse à aller au delà de la faim pour ne pas commettre le sacrilège d'en laisser (c'était pas possible, c'eut été mal!!!). Alors on boit, on mange, on rigole, en attendant vivement la remise des prix, point d'orgue avant la soirée défoule que tout le monde attend. Bon, on se les pèle un peu, mais les bistrots sont accueillants et pas trop remplis.

Sinon, les tables rondes, les conférences, tout ça?? Bah j'ai croisé Ron l'infirmier dont j'ai enfin pu me procurer le bouquin, introuvable à Bruxelles. J'ai croisé Pierre Cattan, rédacteur à TOC. J'ai refusé qu'on filme ma tête. J'ai vu les finalistes bd présents dédicacer. Et c'est à peu près tout. Ah ben oui, ça fait pas beaucoup, mais bon, je digère hein. Je peux pas tout faire. On mange bien ici, les pains au chocolats sont monstrueux et les assiettes de frites énormes. Il faut savoir se concentrer sur l'essentiel.
Repost 0
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 00:00

... Ben on devrait s'y croiser. Ca fait donc un certain temps que j'ai la bannière en haut à gauche, c'est pas pour regarder de loin maintenant que le festival va avoir lieu. Donc voilà, ce soir, décollage en train pour la France et demain, Romans, nous voila.

 

Oui, je dis nous parce que j'y vais pas tout seul non plus. Les réunions de blogueurs qui restent entre eux et qui croient être connus, c'est pas trop mon truc. Sauf quand je suis moi-même dans un groupe de gens qui restent entre eux et se la pêtent un peu. Sauf que nous, on est des gens biens. Comme tout le monde quoi. Donc voila, il y aura elle, elle, elle, elle aussi un peu le samedi et lui, qu'on trainera en bande et tout. Enfin surtout le soir pour être tous ensemble, vu qu'on m'a réquisitionné mes bras, un peu à la dernière minute pour aider un peu à l'organisation. Mais bon, voilà, notre gang sera la-bas, trainez pas trop sur notre route, on est méchant et on ne signe pas d'autographe. C'est pas faute d'essayer, mais personne n'en veut. On est pourtant aimable, malgré nos barres-à-mine. Alors à la place, on ira sans doute trainer dans les boutiques de shoes ("ah non, désolé, on m'appelle pour porter des cafés, à plus les filles, bonne chance Tibou") et les restos ("3 Mc Deluxe, des potatoes et un ice tea, merci").

 

En gros, on devrait plutôt suivre ce programme là. Bon, sauf pour le camping quand même. J'accompagne des personnes agées, faut penser à leurs rhumatismes un peu. Mais sinon, ça risque d'être la chouille. Alors le rythme ici devrait un peu ralentir. Mais un peu, parce que bon, à une réunion de geeks, il ne serait pas de bon ton de ne pas bloguer. A Romans, donc.

Repost 0
31 janvier 2007 3 31 /01 /janvier /2007 00:00

Aahhhh, les concours de beauté. Toutes ces ambassadrices de la paix dans le monde. La précision du chignon soigneusement posé sur la choucroute. L'excitation fébrile des spectateurs dans l'attente du défilé en bikini. La douce candeur, pour ne pas dire bravitude, des candidates. Leurs combats contre la famine, la pauvreté et pour l'écologie. Ah non tiens, pas l'écologie.

 

En tout cas, pas pour ce concours russe, chargé d'élire Miss Atome 2007. En Russie, ils ont tellement de jolies filles qu'ils sont obligés de faire des sous-catégoriques très compartimentées. C'est comme ça qu'ils se retrouvent avec un concours de la plus belle femme travaillant dans le secteur nucléaire. Elles peuvent être étudiantes, chercheuses ou travailler en centrale, mais faut que ce soit nucléaire. Bon, évidement, pour les chignons, c'est moins évident, encore que la perruque se coiffe plutôt bien. Et les brulures de radiations, ça fait bizarre lors des défilés en maillots, mais on s'y fait. Parait que le concours existe depuis 2004. Et on se prend soudain à regretter que de tels évènements n'aient pas eu lieu sous l'ère soviétique. Ahhhh miss Tchernobyl. Ses tenues étaient toujours choisies avec goût. Elles lui allaient comme un gant. Littéralement. Avec ses 3 bras, et ses deux jambes, on l'appelait Lulu la Main chaude, le fantasme des branleurs de l'union.

 

Décidément, il était temps que quelqu'un renouvelle le concept de concours de beauté. Et pour une fois, le vent du changement vient de la Russie. Les adeptes de la chimio ont enfin trouvé leur voie. C'est vraiment bien de penser aux malades. Après avoir couplé l'élection avec le Téléthon pendant des années, je crois qu'il va être temps de penser à un partenariat.

Repost 0
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 00:00

L'Australie est un pays sec. Ca, c'est pas nouveau, suffit de voir une carte de l'endroit pour voir que les gens n'habitent que sur les bords de mer, là-bas, ou presque. C'est pas pour rien qu'on y envoyait les bagnards. Mais en ce moment, l'Australie est encore plus sèche. Bah oui, c'est l'été chez eux et c'est même la canicule. Pire, la sécheresse.

 

Du coup, ils manquent un peu d'eau. Je pensais que des usines de dessalinisation permettaient de récupérer de l'eau potable à partir de l'eau de mer, mais apparement, ils ne font pas ça. Ou pas assez. Ils récupèrent leur eau potable depuis les quelques cours d'eau qu'ils ont. Sauf que là, derrière les barrages, le niveau est très bas. Ils envisagent alors de recycler les eaux usées. Je croyais que c'était déjà la norme à travers le monde, je suis surpris. Avec l'eau potable comme ressource naturelle la plus importante sur terre, je croyais que le recyclage, en tout cas pour les pays "riches" comme l'Australie, était une évidence. Bah faut croire que non. Alors toi ami globe-trotter, si tu cherches une destination où aller poser ta pêche, choisis l'Australie. Déjà, c'est loin, ça te dépaysera surement. En plus, ils font beaucoup de sport, ils doivent tous être belles et beaux. Et puis ainsi, sache que tu sauveras des petits enfants, obligés de se mettre du Tang sur la langue pour pouvoir se rafraichir décemment.

 

Oui, lecteur riche et voyageur, va pisser en Australie. Et même pisser debout, tu peux. C'est peut-être un détail pour toi, mais pour eux, ça veut dire beaucoup. Tu peux sauver quelques enfants de l'infection de la langue jaune, rapeuse et pétillante par ce simple geste. Les kangourous comptent sur toi.

Repost 0