Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2007 3 29 /08 /août /2007 10:39
Ce matin, il y a quelque de changé dans le bureau. L'odeur m'assaille avant la vue. La patchouli est là. Et le bureau en face du mien est envahi. Jusque là, il avait été occupé par un gauchiste bobo qui évitait de s'étaler, comme l'ingénieur moyen. Tout au plus, quelques feuilles qui trainent, une feuille au mur avec les pronostics de la dernière coupe du monde. Ce matin, c'est la révolution.

Un scanner, un ordi, un ventilo, des casiers dans tous les sens, jusque là rien d'anormal pour un bureau, mais ça surprend quand on est habitué au dénuement du seul pc roi. Surtout sur une table aussi petite. Un énorme caisson plein qui prend la place de celui présent habituellement et qui servait de porte-clé (on a vu plus petit, c'est sur, mais c'était bien pratique vu qu'on le bougeait jamais). Un radiateur personnel pour se chauffer les pieds. Un pichet/vase plein de fleurs mortes. La lampe de bureau (accessoire rare ici) agrémentée de son chouchou en peau de muppet et de son petit parasol à coktail. Des cartes de visites avec des personnages manga. Au mur, des photos de paysage, de singes et de dauphins dans une mer turquoise. J'ai du me tromper de bureau.
Et puis non, je reconnais mon bordel habituel juste en face. Je reconnais également le foutoir que mes collègues, las de le voir pourir sur place, avaient décidé de cacher au fond des armoires que personne n'ouvre jamais. Elle a décidé de nettoyer le bureau. Elle a tout vidé, au moins le temps que l'armoire soit récurée.

Et depuis, elle parle. Dans notre bureau, ça change. Je ne sais pas comment ça va se passer. Ces bouleversement soudains me font peur. J'ai surtout peur qu'on empiète sur mon déjà tout pitit espace. Je crois que s'il y a un bout de feuille qui dépasse ou une lingette qui se perd, je me mets à l'espagnol et je commence la guerilla. Hasta sempre!

Repost 0
7 août 2007 2 07 /08 /août /2007 15:44
Cet aprem, j'ai un collègue qui joue à domicile. Il est à son bureau (et donc dans le mien aussi) et il reçoit un gars d'une autre équipe pour la revue d'un document. Et ils ont commencé un match d'une belle intensité dans l'un des sports les plus en vogue en entreprise.

"Alors là, tu vois, faudrait que vous fassiez...."
Ping!

" _ Oui mais non, c'est pas notre rôle. Ce devrait plutôt être toi qui..."
Pong!

Ca dure depuis une bonne heure maintenant. Et c'est assez fascinant. Les deux sont bien dans la partie. J'ai pas tenu le score, je m'en veux un peu maintenant. Entre le jeune dynamique et le vieil expérimenté, ça joue bien. C'est assez équilibré, je crois.

"... normalement, ça fait partie de vos attributions..."
Ping

"_ ... ça, normalement, c'est le cadre de ton activité...."
Pong

Ah, ça fait quelques minutes que le plus expérimenté parle tandis que l'autre est penché sur sa feuille. Faut-il y voir un signe de soumission? Un instant de faiblesse? Un découragement face à la victoire inéluctable de l'autre?
Je doute quand même. Ce n'est pas la première partie à laquelle j'assiste et quand ça semble aussi équilibré, je sais comment ça finit. Presque invariablement, on aboutit à un:

".... en fait, ce serait plutôt à eux de...
_ Oui, c'est plutôt de leur ressort..."
Faute!

Impliquer les absents, c'est un peu de l'anti-jeu. Mais là, c'est pour le boulot. Alors je les comprends. Je pratique aussi. Et les absents ont toujours tort.
Repost 0
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 15:20
On me dit souvent que j'ai quand même une place en or. Je ne fais pas grand chose et je suis bien payé. C'est pas faux. C'est vrai que je suis un peu comme un médecin chinois: on me paie surtout pour n'avoir rien à faire. Si j'ai du boulot, c'est qu'il y a un truc qui fonctionne pas et ça, c'est pas bien. Mais tout n'est pas toujours tout rose au pays du support informatique. Il y a aussi des inconvénients.

Je vous passe le plus gros de tous, à savoir, justifier son salaire. C'est pas tous les jours faciles. Et ça demande beaucoup d'efforts parfois. Mais il y a aussi d'autres inconvénients. Quand vous faites du support pour un outil informatique spécifique, vous êtes en contact avec toutes sortes d'utilisateurs et aucun en particulier. Vous êtes un peu anonyme, le gars qui intervient pour tout le monde. Du coup, quand un projet donné pense à récompenser ses collaborateurs, on vous oublie. C'est un peu ce qui m'arrive aujourd'hui.
Tous mes collègues de bureau se sont vus invités à un barbeuk et autres festivités pour fêter la bonne tenue d'un projet. Tout ça, au frais de la société et sur les horaires de travail. Ce qui fait que depuis ce matin, je suis seul dans mon bureau et ce jusqu'à ce soir. Pendant ce temps, mes co-buralistes (ceux qui partagent mon bureau quoi (je dis ce que je veux)) doivent être en train de digérer leurs grillades sur un pédalo en descendant quelques litrons. Tout ce qu'il me reste, c'est piller leurs bureaux.

Heureusement que je passe actuellement par une phase d'egocentrisme aigüe (si si, c'est pire que d'habitude, je vous assure) qui me permet de profiter de ce calme sur mon lieu de travail. Enfin, un peu de musique ici. Et je peux fermer la porte, je ne suis là pour personne. Peut-être même que je partirai tôt pour un vendredi (et ça, ça veut dire très tôt) pour aller m'encanailler dans un apéro urbain à Bruxelles. Ahhhh le calme des vacances scolaires...
Repost 0
2 juillet 2007 1 02 /07 /juillet /2007 16:00
Les vacances scolaires sont là. Et avec elle, évidement, les départs en vacances. Bon, c'est sur qu'en tant que salarié, je ne me sens pas tellement concerné. Mais mes collègues ayant jugés important de se reproduire ne sont pas forcément du même avis. Et du coup, ça sent le mou au bureau. Ce qui peut être un piège pour le glandeur amateur.

Soyons franc, je ne suis que très rarement surchargé, pour ne pas dire moins. Ce qui ne veut pas dire que je ne fais rien, mais ça va. On appelle ça "bien gérer son temps". Du coup, on pourrait se dire qu'un peu plus, un peu moins, peu importe. Oui mais non. Il faut déjà prendre en compte le facteur "boss concerné". Quand on s'occupe toute l'année pour ne pas avoir l'air d'un faineant, il peut arriver qu'à un moment ou à un autre, votre boss se pose la question que craignent les fumistes du monde entier: comment tu répartis tes activités? Si glander en ayant l'air surchargé est une chose, justifier de ses activités peut être plus compliqué. Bien sur, les moins consciencieux se jetteront tout de suite sur l'option du mensonge qui n'est jamais la bonne option, tout bêtement parce que tout est toujours vérifiable. Et la question n'est jamais posée par hasard, donc il vaut mieux être sûr de soi. Il s'agit donc de faire un savant mélange entre le gonflement de ce qu'on a fait et l'exagération grossière des choses moins traçables comme les coups de fils. Le problème, c'est les vacances.
Si votre boss est un tant soit peu réveillé, il va se rendre compte qu'il y a moins de monde en juillet. Peut-être partira-t-il lui-même. C'est alors qu'il s'agit d'avoir une attitude offensive. Un attitude proposatoire. Il faut signaler le fait à votre supérieur en n'hésitant pas à réclamer plus de taches. Je sens déjà nos habitués du dernier rang crier à l'hérésie. Mais pour l'avoir pratiqué, je peux vous dire que cette technique pour le moins improbable fonctionne. Dans un premier temps, votre boss ne sera pas là pour vérifier. Il y aura toujours un interlocuteur absent ce qui rendra la tache incomplissable, voire inutile. Et dans le même temps, vous vous êtes couvert et vous avez justifier votre glande un peu plus visible.

Du coup, j'attends un mail pour me proposer une réunion et en attendant, je joue à ce pitit truc bien prenant. Je rigole doucement aussi aux nouvelles aventures de madame Nasco, "en charge" d'un nouveau projet transcontinental pour lequel elle a besoin qu'on lui tienne la main. Enfin non, elle est trop fière pour l'admettre. Elle, elle délègue. Je sens que l'été va être très actif encore, cette année.
Repost 0
10 mai 2007 4 10 /05 /mai /2007 10:14

Une matinée habituelle au bureau. Je réponds à mes mails, je traine vaguement sur le web... Bref, je me fais chier, quoi. Et ce matin, je reçois un mail comme il en arrive de temps en temps, un mail de communication interne à l'entreprise. En général, c'est pour nous annoncer les postes ouverts à candidature, les changements de hiérarchie, les offres du CE ou les bons résultats de l'entreprise. Enfin rien de bien intéressant. Mais ce matin, c'est l'alerte.

 

Le mail en question nous fait part d'une arnaque à la carte bancaire, qu'il faut faire attention tout ça. Et puis c'est sérieux et tout, c'est carrêment transmis par la banque. Bon, ça ne touche que des Visa et l'entreprise n'en utilise pas mais vigilance quand même. Peut-être bientôt, on va se faire appeler chez nous par des gens qu'en veulent à notre pognon. Des salauds de la pire espèce qui arnaquent les pauvres gens en prélevant 500$ sur leur compte alors qu'ils avaient dit qu'ils feraient l'inverse.

Seulement voilà, cette alerte est un canular ou hoax. Et la société et la banque s'y sont laissés prendre. C'est pourtant pas ce qui manque sur le web, ils devraient être habitués. Mais non, ils sont tombés en plein dedans. Et comme d'hab', quand on tombe, on ne tombe pas seul. Ils ont donc diffusé l'info à grande échelle, ce qui a pour seule conséquence de faire paniquer les gens pour rien et d'obstruer les messageries. On dit souvent que ce sont les spams qui sont le fléau principal des boites mails. J'ai tendance à penser que les hoaxes sont pires. Vous avez sans doute déjà reçu ces mails vous informant d'un nouveau virus qui va manger votre pc, voire même se propager à votre frigo, ou que le métro est plein de cafards, les cinés plein d'aiguilles qui donnent le sida ou autres.

 

Alors s'il-vous-plait les gens, si ce genre de mail vous arrive, commencez d'abord par consulter le site hoaxbuster. Il recense toutes ces genres d'alertes et vous indiquent si elles sont justifiées ou pas. C'est pas que j'aime pas qu'on pense à moi en essayant de me prévenir du danger, mais bon. Le but du truc est surtout de pourrir les boites mails et je préfère autant pas rentrer dans le jeu. Ou alors, faites appel à Monsieur Bibi.

Repost 0
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 09:45

Hier, on m'a un peu rassuré sur mon avenir professionnel belge. Du coup, je me sens un peu plus à l'aise pour glander au bureau. Je suis donc parti à la recherche et j'ai trouvé, cet endroit qui me manquait tant, qui me manquait tannnnt hannn hannnn. Des toilettes particulières pour sieste, en particulier.

 

Il y a un truc que j'ai appris rapidement en entreprise, c'est où pouvoir dormir. On n'est jamais à l'abri d'un coup de barre, surtout après manger. Et puis la sieste, ça redonne un coup de boost, il parait. C'est bon pour la productivité. Je suis un peu plus à la pointe de la gestion du personnel, enfin de ma gestion personnelle plutôt, que ne peut l'être mon employeur, c'est tout. Sauf que jusqu'ici, j'étais frustré dans ma mission actuelle.

Pour bien dormir, il suffit de trouver des toilettes. Mais des toilettes privatives, pas des trucs comme au camping avec 4 trones les uns à côté des autres, séparés par des parois et des portes qui ne vont pas jusqu'au sol ou au plafond. Ici, dans un soucis d'efficacité, c'est plutôt ça. Alors du coup, tu as 4 chiottes utilisables, mais aucune pour dormir. Parce que pour bien se reposer, sur le trone, ce n'est pas possible. Pour réussir à dormir un peu, il faut s'assoir par terre. Et là, forcément, vu qu'on voit tes pieds, on te grille tout de suite. Mais grace à une fermeture temporaire du dit local soulageatoire, il m'a fallu chercher apaisement de la vessie ailleurs. Et c'est là que je les ai trouvé. A l'étage d'en dessous, quasiment plus près que mes pissotières habituelles. Des toilettes, avec une vraie porte, dans lesquels on peut s'enfermer pour un petit somme régénérateur.

 

Je n'ai pas encore eu l'occasion de tester le confort du sol de mon nouveau refuge. Mais vu comme je suis fatigué aujourd'hui, je sens bien venir l'inauguration. Il faut bien rester à l'avant-garde de la productivité. Décidément, j'aime le progrès, parfois.

Repost 0
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 14:10

Il est des jours où je vais au bureau pour faire autre chose qu'un acte de présence. Comme aujourd'hui. Ce matin, on m'a demandé de donner une formation. Pas de soucis, ça fait partie de mes attributions. On pourra même dire que j'ai mérité ma paie ce mois ci. Enfin plus que d'habitude, j'entends.

 

Seulement voilà, ça demande de la préparation. Et j'ai beau avoir pratiqué un peu la Wii cette semaine, je dois dire que ça n'a pas du suffire. Il faut savoir que bien qu'une partie de mon travail consiste en du support technique, je n'ai pas l'habitude de m'exprimer oralement habituellement. Bah oui, quand c'est bien fait, le support technique, ça ne se fait pas par téléphone. Bah non, parce que dans ce cas là, vous êtes monopolisé par une seule personne et s'il y a d'autres problèmes en cours, vous êtes bloqué. Donc voilà, je travaille essentiellement par mail, ce qui est la bonne façon de faire. Et du coup, je mets peu à l'épreuve mes cordes vocales, ce qui me permet ensuite de faire la joie de mes compagnons d'infortune à l'arrêt de bus quand je commence à chanter avec mon casque sur les oreilles. Alors forcément, quand je dois parler pendant 3 heures comme ce matin, ça calme un peu. J'ai un peu de mal à déglutir maintenant, et j'ai sans doute la voix un peu enrouée. Je crois que je vais devoir soigner tout ça à grand coup de cuillères de nutella ce week-end.

 

La morale de cette histoire est donc: restez chez vous les jours d'efforts. Ou alors préparez-vous. Et accessoirement, ma vie est dure. Si si. Surtout avec un boulot où le nutella n'est même pas prévu dans l'équipement de formation. Bon, je retourne attendre le week-end.

Repost 0
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 15:49

Et pas de la Golden hein. Je sais pas ce qu'ils mettent dans la peinture qu'ils sont en train de badigeonner dans le couloir devant mon bureau, mais ça fleure bon la pomme. Bon, et fort en fait. Au bout d'un moment, on se sent un peu tout chose. Je sais pas comment font les peintres qui trempent dedans toute la journée.

 

Du coup, j'ai chaud. Et je commence à voir des trucs bizarres. Je crois que la nouvelle fausse plante verte qu'on nous a installé hier essaye de me dire des trucs. Mais elle fait sa timide, y a trop de monde dans la pièce. D'habitude, je gère bien la drogue au bureau pourtant. Faut dire que j'arrive à me limiter avec le Veleda. Un ptit coup sous le pif, une grande aspiration et c'est fini. Là, impossible d'y échapper. Et ouvrir la fenêtre n'est pas une option à cause du froid. Entre mourir gelé ou être un peu stone, on a choisi. Du coup, après une exposition d'une journée, avec une porte comme écran, on est déjà joyeux avec des yeux bien rouges. Je vous raconte pas l'état des ouvriers qui peignent sans masque. Je comprends mieux comment ils font pour supporter Rires et chansons tout le temps. Je crois même qu'ils suivent le championnat de foot belge, c'est dire. Je comprends mieux aussi pourquoi je supporte bien la journée.

 

J'avais pourtant essayé de ne pas plonger, mais bon, on nous a forcé au shot nasal. Et maintenant, mes mains sont super cools, avec des chouettes couleurs. Qu'est-ce qu'on ferait pas pour avoir des employés heureux de bosser, hein? Je me demande si je vais pas faire un peu de peinture chez moi bientôt. S'ils en ont couleur et odeur pêche, faut voir.

Repost 0
26 janvier 2007 5 26 /01 /janvier /2007 00:00

Au bureau, on a une espèce de plante très particulière. La plante brune. Je ne crois pas qu'elle soit unique, mais c'est quand même pas courant. Enfin j'espère. Du coup, comme tout le monde est un peu étonné de voir un tel phénomène, on la laisse souvent sur place. Il y a comme un certain charme.

 

Notre plante, elle a la particularité de bouger toute seule. Oh, pas très vite, en général mais elle peut avoir quelques fulgurances par moment. Et puis contrairement aux autres plantes, elle ne produit pas d'oxygène. Elle aurait plutôt tendance à pomper l'air en fait. Intrigué par cette curiosité, les gens chez qui elle passe la laissent généralement à sa place sans s'en rendre compte. Enfin pas tout de suite. Ca vient petit à petit, quand on commence à se dire qu'étant brune, ça va être compliqué pour la photosynthèse. Et puis on commence à voir apparaître également des déchets, des espèces de crottes dont on se demande la provenance avant de se rendre à l'évidence. C'est rien au début, mais au bout d'un moment, c'est quand même gênant. C'est généralement dans ces moments qu'elle a des inspirations migratoires d'ailleurs. Je me demande si c'est lié.

 

J'ai donc appris aujourd'hui que mon estimée collègue madame Nasco avait décidé de changer de projet. Ca m'a d'abord étonné parce que je pensais que là où elle était, c'était la seule équipe à vouloir l'accueillir. Et puis j'ai appris que sa boss actuelle changeait de projet, ce qui m'a d'un coup bizarrement paru plus clair. Evidement, tout ce qu'elle faisait jusqu'ici ne l'intéresse plus, surtout qu'elle a plein de boulots à terminer. Et puis il faut dire aussi que du fait du départ de la boss, elle aurait pu être tiré un rang plus haut. Mais apparement, elle n'a pas été sélectionné là. Alors elle a décidé elle-même comme une grande de changer de projet, d'aller de l'avant, dans l'innovation et de suivre la boss qui la supporte. C'est beau la conscience professionnelle.

Repost 0
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 00:00

Hier, je reçois un mail affolé d'un des boss du coin. Apparement, y a un nouveau dans son équipe et il lui faut absolument, en express, urgement les outils que j'administre. Alors là, facile pour moi puisqu'il n'y a rien à installer. Mais bon, ça m'interpelle quand même, toute cette urgence, vu que je me doute bien que le gars n'utilisera jamais ces outils. Enfin bref, il lui faut une formation qui va bien pour aller avec. On planifie donc ça pour aujourd'hui, à l'horaire qui lui convient, à son bureau. Et évidement, quand j'arrive, il n'y a personne.

 

Je crois que ce nouvel élément doit faire partie de ce que j'appelle les remplisseurs d'agendas. Pourtant, il vient apparement d'arriver, il ne doit pas avoir tant de trucs que ça à faire. Pour coller une formation, qui ne doit pas être super urgente non plus, même si son responsable pense le contraire, et qu'est pas super longue ou pénible, il doit quand même avoir le choix dans la date (oui, je sais, elle est déjà dans le titre, mais je l'aime bien, cette contrepétrie). Et pourtant, il n'est pas là. Il a du gaver son carnet de rendez-vous de réunions et autres briefing qui vous donnent une présence qu'on oublie pas. Pour que le jour des promotions, on pense à vous. Oh, pas pour les idées que vous aurez apportées, mais parce que vous étiez là, tout au long du processus. Et puis vous aviez tout le temps des réunions, parfois 3 en même temps (alors qu'en y regardant bien, on ne vous a vu à aucune). C'est dire si vous êtes une charnière importante de l'entreprise. Et pour cela, rien de plus simple. C'est limite un cercle vicieux. Il suffit d'accepter les invitations à toutes les réunions qu'on vous envoie. Si vous ne venez pas, c'est sans doute qu'il y a eu une autre réunion imprévue (mais pas tant que ça) à ce moment là. Mais ce n'est pas grave, on pensera à vous pour les prochaines quand même, puisque vous voulez bien venir.

 

La réunion, c'est un peu comme un cercle de gens, un peu privé. Si on t'invite et que t'es ok pour venir, tu te fais vite accepter et inviter de nouveau. Alors bon, bien sur, ça demande de la concentration quand tu te déplaces effectivement. Il faut bien suivre en paraissant intéressé et en évitant tout baillement. Il faut aussi savoir bien choisir parce qu'il peut y avoir quelques invitations suceptibles parfois. Mais si tu t'en sors bien, t'as de quoi occuper tes journées. Et tant pis pour celles que t'a demandé et que tu ne fais pas, sans même avertir les gens. Ils n'ont qu'à avoir leur propre stock de réunions.

Repost 0