Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 10:39
Ah ça, quand je déploie mes couilles, y a du monde au balcon. Mais alors pour le reste, la faim dans le monde, l'invasion grandissante des vieux ou l'augmentation des prix de la patate, y a plus personne. Je savais déjà que j'avais un bad karma, mais là... Parait qu'on a le public qu'on mérite, je ne pensais pas en être déjà aux futures vieilles qui lisent Voici chez leur capilliculteur.

Ca doit être encore ces sales rumeurs qui me déclarent pourvu d'ovaires. Toutes ces pauvres femmes malheureuses de controler le monde en secret croient voir en moi une soeur. Comme disent les britons, misery loves company. Il y en a même pour m'envoyer des recettes de cuisine super simples. A croire qu'on m'a pris pour Francis. Et pourtant, je suis toujours joyeux (ça marche aussi avec d'autres noms de nain de Blanche-Neige (mais pas tous)), quelque soit la période du mois. Mais bon, je crois que je ne comprendrais jamais.
Alors comme on me réclame, je crois qu'il est temps de livrer quelques nouveaux scoops concernant ma personne. Ca fera au moins jaser dans les rayons harlequin des maisons de la presse blogosphériques. J'utilise donc du gel douche parfumé à l'amande douce. J'ai une filière clandestine d'approvisionnement de pralinoise. J'ai un t-shirt de la série Chips. J'ai su imiter vocalement (en vf) Homer Simpson et maintenant, j'arrive plus facilement à l'imiter physiquement. J'ai 3 tonnes de bd en retard de lecture et une bonne centaine d'heures de dvd empilée sur ma télé que je n'ai toujours pas visionnée. Je n'ai pas volé l'orange du marchand.

Ce qu'il faut pas faire pour nourrir ces prunelles avides de sensationalisme. On nous parle toujours des méfaits de l'anonymat sur le web mais on ne parle jamais assez de la souffrance des anonymes. Obligés d'exposer leur vie au grand jour pour satisfaire la dizaine de lectrices en manque de Plus belle la vie... Je vous assure, je suis une victime.
Repost 0
1 avril 2008 2 01 /04 /avril /2008 09:46
... c'était pas mieux avaaaannt

Hum.
S'il y a un truc que j'aime pas beaucoup, c'est donner raison aux gens sur les certitudes que j'ai. Ca m'irrite l'esprit de contradiction, ça me gratte le cynisme et ça met à mal ma mauvaise foi. Après, j'ai la rate qui se dilate et tout le tremblement. Mais je sens que si je le fais pas, je me ferai encore plus charrier le jour où on me prendra la main dans le sac. Surtout si c'est pas le mien.

Pourtant, j'étais convaincu. Je crois que le mot qu'on m'a souvent collé était même "résigné". Une carrière d'ermite, c'est quand même la classe. Et j'ai largement de quoi m'occuper dans ma grotte pour un sacré moment. Ca désespère mes amies, mes soeurs, mais bon, une vocation, ça ne se discute pas. C'est un peu comme un style vestimentaire. Ca ne plait pas à tout le monde, mais du moment qu'on se sent bien dedans, faut pas aller chercher plus loin.
Et puis elle est arrivée. Elle a ramené des chocolats suisses (alors que les pralines belges, quand même). Elle a perturbé mon sommeil. Elle veut même m'empêcher de ronfler. Je la crois même capable de vouloir me faire manger des légumes. Ca fait peur. Mais en fait, pas tant que ça. Et du coup, c'est moi qui me fait peur, en me rendant compte que je vais me faire avoir.

J'arrive même pas à m'en plaindre. Enfin, pas beaucoup. Je n'accepterai jamais de dire qu'être célibatard de longue durée, c'est pas bien. Au contraire, c'est bien sympa, surtout quand on espère pas grand chose d'autre. Mais je veux bien admettre qu'avec quelqu'un d'autre, c'est mieux.
Repost 0
25 mars 2008 2 25 /03 /mars /2008 10:38
Parfois, j'ai des excès soudains de sociabilité. Et quand on m'incite à en avoir dans un but affiché de glandouillage intense, ça arrive encore plus facilement. Durant ce week-end prolongé, j'ai pu transmettre ma science de la glandouille en loft à quelques disciples, pas forcément très choisis, mais sympathiques quand même.

Alors évidement, la transmission d'années d'expérience en mouling ne se fait pas comme ça. Il faut du temps, de la patience et des candidats un peu bizarres aussi. Entre une elfe, son kromagnon, une fille à barbe et une hippopophile, je crois que j'avais une vraie classe de winners. On était paré à un seminaire intensif de faisage de rien. Bon, ils sont jeunes et pas encore au point, voire même étudiants pour certains, donc ils font encore des bêtises. Vouloir sortir de temps en temps, c'est la classique erreur de débutant. Surtout quand il y a Pimp my ride qui commence. Bien sur, si c'est pour aller au Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain, à Bruxelles, bon, copieux, pas cher), c'est différent. Pareil pour aller chasser la mitraillette. Mais pour le reste, ils leur restent encore quelques étourderies. En même temps, ce sont des touristes. Ils ne suivent que d'une oreille, et c'est bien dommage. Toujours est-il qu'ils ont réussi à glander honorablement. Même pas on a tapé dans mes séries en dvd (ou alors juste un peu friends). Bd, films intellectuels, émissions sociologiques culturelles de Mtv à destination des jeunes jeunes (les vieux sont jeunes depuis plus longtemps alors ils connaissent déjà)... On sent que ça rentre.

Alors je sais que 3 jours, c'est court pour rien faire et le faire bien. Mais j'ose espérer qu'ils auront retiré quelque chose de leur formation. En dehors de la partouze de peluches et de la neige bruxelloise, bien sur.
Repost 0
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 11:27
Ah ben voila.
Faites confiance aux gens, qu'ils disaient.
Je pensais qu'en engageant que des filles, j'aurai eu plus de chance que tout ça ne me retombe pas sur la gueule, qu'elles parlent un peu d'autres choses, qu'elles parlent d'elles par exemple (elles ont l'habitude)...
Eh ben non. Faisez leur du bien, elles vous chient dans la main.

On peut pas laisser son blog en pension 2 minutes (ou 5 jours) que tout de suite, faut que ça balance. Et vas-y que je te mets de la musique pourrie (si!)... Et vas-y que je balance des dossiers... Et vas-y que j'ai des revendications alors que je leur ai tout donné... Mon coeur saigne. Encore heureux que j'ai moi aussi des dossiers sur tout le monde, sinon, je ne sais pas jusqu'où elles seraient allées. Déjà qu'elles sont allées trop loin, alors point trop n'en faut.

Du coup, je me tate. Dois-je sévir en privé, comme à mon habitude? Dois-je moi aussi balancer ici les infos compromettantes sur chacun des squatteurs, au risque de n'avoir plus rien pour exercer un futur chantage? Pourtant, en choisissant des handicapées sociales telles qu'une planche à pain humaine (avec creux incorporés à la place des seins), une anglophile amatrice du taupe, une pitite blonde qui n'assume pas son mariage, une femme à barbe qui n'a pas encore fait son coming out et une grande blonde névrosée, j'étais persuadé d'avoir des gens qui avaient la charité chevillée au corps. Mais non, elles ont tout sali. Cette aire de pureté, de gentillesse et d'amour, il a fallu qu'elles se lachent dessus, comme pour un concours d'absorption de laxatifs.

Heureusement que j'ai eu droit à une distribution de chocolats de Paques en avance, ce matin. Mais du coup, je ne sais toujours pas ce que je dois faire. Une chose est sûre: il faut que je pense à une vengeance. Je ne suis pas convaincu que ce billet doux suffise.
Repost 0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 15:21
Ah qu'il était loin, le temps où m'autorisant quelques vacances, je permettais à de jeunes espoirs de la blogosphère de venir chercher un peu de renommée sur mon blog. Bon ok, la plupart avait de plus grosses stats que moi, mais c'est pas grave. C'est l'intention qui compte, même si dans le contexte, ça ne veut rien dire. Toujours est-il qu'il m'est aujourd'hui permis de renouveler l'expérience.

L'opportunité est moins drole, vu que je quitte les lieux pour raisons professionnelles (n'ayons pas peur du mot (enfin, juste un peu)) et uniquement pour quelques jours. Mais bon, comme il n'y a pas de mal à se faire du bien, j'ai décidé d'inviter des gens pour s'occuper du blog, histoire d'avoir des trucs à lire quand je rentre. Car oui, je crois qu'on va essayer de me sevrer légèrement durant mon séjour et que je n'aurai pas d'accès me permettant de venir vérifier ce que mes squatteurs invités cassent ou pas.
Comme la dernière fois, je n'ai peur de rien, je leur ai laissé tout accès ("Voici les clés, ne les perds pas, sur le pont des soupirs... hein hein"). En plus, je n'ai invité que des filles. Bon, dans le tas, il y en a une à barbe, mais tachons d'être diplomate et évitons de lui en tenir rigueur ou de lui faire remarquer. A priori, elles sont gentilles, efficaces, propres sur elles, saines. Devrait pas y avoir de problème. Hein, les filles?

Bon, je ne leur ai pas demandé de tenir le rythme habituel, il va falloir s'y faire. Mais avec un peu de chance, elles dureront peut-être jusqu'à ce que je reprenne. Vivement demain que ça commence.
Repost 0
10 mars 2008 1 10 /03 /mars /2008 11:20
Qu'il est dur de dormir parfois.

Passé un certain point, l'effort de rester éveillé devient naturel. Ca devient un réflexe. Faut dire que le casque dans le crane aide pas mal pour ça. Et du coup, s'endormir devient un effort. Habituellement, vous vous laissez aller, partir un peu... Passé le point de veille, cela devient un travail conscient. Et même conscient, c'est pas facile.

Et c'est pas le clown qui danse sur le bar qui aidera. Si le sommeil est le domaine du songe, la veille peut devenir celui des hallucinations. Ca peut s'arrêter au sol qui tremble, les murs qui bougent, les parois qui s'élargissent ou s'allongent. Et puis parfois, c'est un mec avec des mèches de toutes les couleurs et un bide à croire Carlos ressucité qui danse sur ton bar. Et qui chante aussi.

Rejoindre le coma réparateur de la sieste devient alors beaucoup plus compliqué. Déjà qu'outrepasser l'effort devenu inconscient de rester aware, c'est pas facile, mais là...

Etre trop fatigué pour réussir à dormir, c'est épuisant.

Heureusement que j'ai pu pioncer le week-end dernier du coup.
Repost 0
6 mars 2008 4 06 /03 /mars /2008 10:44
Ca faisait plusieurs moi que je le constatais. Une D&comania progressive. Bien sur, c'était pour se moquer. C'est ce qu'on se dit toujours au départ. Et plus ça va, plus je voyais les envies de raid au bricorama apparaître. Jusqu'ici, je ne me sentais pas trop concerné. Mais depuis que je suis en voie de propriétairisation, j'ai peur.

Je ne suis pas bricoleur pour deux sous. Même pas pour un, d'ailleurs. Alors bon, jusque là, je n'ai pas pensé à la déco de mon futur (on y croit) appart. Mais d'autres commencent à y penser pour moi. Les mêmes qui se moquaient de la naine blonde à la salopette rose qui essaye de s'accoupler sur les chantiers. Tout comme les hotesses de l'air n'arrivent bien qu'à s'accoupler en vol. Y a des espèces qui ont de droles de parades nuptiales. Toujours est-il que si la grosse blondasse faisait rire, elle a quand même réussi à réveiller plein d'envies chez certaines. Pas d'accouplement ouvrier (enfin, je sais pas), mais au moins de revisite des intérieurs.
Et comme moi, je ne sais pas faire et que je devrais récupérer un appart quasi vierge (contrairement aux jeunes filles, on peut faire repousser la virginité des appartements (ou presque)), je me sens brusquement visé. Pour l'instant, elles s'occupent de leurs plafonds à repeindre, elles envisagent de tout refaire dans leurs maisons, Changer des dispositions de pièces, tout ça... Mais je sens bien que je suis déjà sur leur liste. Et j'ai vu ce qu'elles avaient fait à ce blog quand j'ai eu le malheur de leur en laisser les clés pour 10 jours. Ca avait fini par une déco à base de légumes, l'horreur!

Le taupe soutenu va-t-il éclore dans mon futur salon? Est-ce que je vais hériter d'un rond doré sur un mur couleur crotte? Vont-elle amener leurs pochoirs impies pour laisser des traces dignes d'un passage de bombe nucléaire? Dans quel étagère? Je suis cerné. Au secours.
Repost 0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 16:20
J'avais lu quelque part que le comportement des chiens devant la bouffe était un reste de leur état sauvage. Un truc hérité du loup, sans doute. Forcément, quand tu vis en meute, il faut se dépêcher de se servir, si tu veux manger à ta faim. Et il faut en avaler le plus possible, parce que tu ne sais pas quand sera ton prochain repas. J'ai de moins en moins de doute sur le fait que j'ai du être un chien dans une vie antérieure.

Le problème, c'est que j'ai du garder les habitudes mais pas la physiologie qui va avec. Bon, bien sur, je perds encore pas mal de poils, mais quand même. C'est un peu ça pour la graille. De la bonne protéine, qui tient au corps l'hiver, avalée à tout vitesse. Des déjeuners avalés au lance-pierre. Le problème, c'est que je sors inévitablement de table avec la toux. Un début de hoquet, un appel d'air causé par le gavage en quasi apnée et hop! je tousse. Pas de la toux bien grasse qui vous fait cracher vos poumons, non. Plutôt du toussement interrompu pour vous remettre les choses en place. Une sorte de stabilisation pectorale. Le jeu consiste à maîtriser la chose pour ne pas passer pour un epileptique. Essayer de retenir tout ce qui pourrait vouloir sortir.

Généralement, je passe pour quelqu'un qui a un début de hoquet qui interrompt chaque début de raclage de gorge. Dire que je connais des descendants d'ours qui arrivent à se vider le contenu d'une table sans respirer pour finalement ne laisser s'échapper qu'un rot tonitruant. La prochaine, je me réincarne en arbre. Je suis sur qu'ils n'ont pas ses problèmes de digestion avec leurs perfs souterraines.
Repost 0
3 mars 2008 1 03 /03 /mars /2008 10:26
L'impression d'avoir fait une terrible erreur en se levant. Des difficultés à se situer dans l'espace.  Limite la tête qui tourne. Evitons de fermer les yeux.
Ne pas vouloir bouger. Ne pas vouloir sortir.
Devoir résister à l'appel de la couette. Mais pourquoi?
Pas faim. Pas envie. Un peu la gerbe.
Attention limitée. Concentration impossible.
Eviter de penser. Surtout à soi. Un peu aux autres. Se changer les idées en essayant de changer celles de ceux qu'on aime bien et qu'en ont besoin.
Fixer le calendrier en essayant de déceler un jour férié qu'on aurait pas vu. Des congés qui s'annoncent bien trop loin.
Recevoir les taches de la semaine en essayant de les étirer au maximum dans les délais.
La volonté de partir pour retrouver un peu de liberté dehors, ou au moins chez soi.
Noter mentalement de tenter une nouvelle fois la rente euromillionaire avant la fin de la semaine.
Ne rien imaginer d'autre.


Pas de doute, on est lundi matin.
Repost 0
29 février 2008 5 29 /02 /février /2008 09:42
Mes jambes ne sont pas identiques.  Hormis le fait que je n'ai pas les pieds dans le même sens (et encore, ça dépend des jours), il y a des différences. Je savais que ça arrivait pour les bras, mais bon, ils sont généralement beaucoup plus indépendants. Parce que si on est droitier ou gaucher de la main, je pensais qu'on était ambidextre du pied. Enfin embipode, ou un truc du genre.

Mais je le sens le matin. Quand je me dépêche d'aller prendre mon train, et que ça monte pour aller à la gare, je ne sens pas du tout mes jambes de la même façon. Il y en a une que ça démange légèrement derrière le mollet. Et l'autre qui tire carrêment derrière la cuisse et qui souffre sur la cheville, sous l'effort. Comme si j'avais réveillé quelques muscles (il semblerait qu'il m'en reste) de la droite mais pas de la gauche. J'imagine que le fait de porter une besace d'un seul côté doit jouer, mais quand même. Que va-t-il se passer le jour où je ne le porte pas? Ca n'arrive quasi pas, mais on ne sait jamais. Vais-je tourner en rond? J'ai pourtant pas l'impression d'avoir une démarche saccadée, de faire genre j'ai un poids à la jambe comme certains fans de musiques urbaines. Si ça se trouve, je marche comme un rappeur et je ne le sais pas.

En fait, ce qui m'inquiète le plus, c'est que mes jambes aient décidé à mon insu de développer une carrière sportive. Avec une plus forte que l'autre, histoire que je prenne bien les virages, sur les pistes de stade. Ou que je me mette au saut. Peut-être qu'un jour, elles se mettront à courir et que je ne pourrai plus les controler. Il va falloir que je pense à l'amputation.
Repost 0