Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 11:02

Lassé des considérations capillaires, j'ai opté le week-end dernier pour la mode de cheveux nazie. En même temps, avec ma tonsure qui pousse, c'est pas comme s'il me restait beaucoup d'options. Alors plutôt que de poireauter chez ce parasite du cheveu qu'est le coiffeur, j'ai fait ma feignasse et je suis allé au plus simple. Et le plus simple, c'était mon pote Mosquito et sa tondeuse (non, pas de blague sur sa condition simplette, il va se vexer).

 

On a donc fait dans l'utile en prenant le sabot le plus bas en sa possession, histoire de pas y revenir tout de suite. Et c'était parti pour un remake de la Haine. Bon, s'il y a des trous, je les vois pas, alors on va dire qu'il y en a pas. Ptet qu'il m'a marqué prout dans les cheveux avec sa tondeuse, j'en sais rien. En tout cas, j'avais jamais expérimenté le nazisme, c'est vrai que ça change. Et puis au niveau des cheveux, c'est quand même moins contraignant comme nationalisme. On n'est pas obligé de garder le bras tendu, c'est nettement plus pratique pour passer les portes. Et puis même si c'est plus voyant dans la rue qu'une carte de militant fn, les gens l'acceptent mieux.

Personnellement, ça m'énerve un peu. Déjà, parce qu'on n'arrête pas de me dire que ça fait propre. Un nazisme propre, on aura tout vu. Et puis je les lavais mes cheveux quand ils étaient longs, faut pas croire. C'était y a longtemps, ok, mais ça n'a pas de rapport. Et puis là, j'ai l'impression d'avoir des cheveux en brosse, et j'aime pas trop ça. Après, c'est sur que c'est pratique au niveau peigne, même si ça fait bizarre au niveau shampoing.

 

Du coup, j'hésite. Je laisse pousser en sachant pertinemment qu'il y aura une phase où les cheveux seront trop courts pour être dressés à coup de peigne et malgré tout trop longs pour qu'on ne remarque pas qu'ils partent dans tous les sens ou que je viens de faire une sieste dans le placard? Ou alors, je prends l'option encore plus radicale et je passe de la version nazi à la version chimio. Dans un cas, tu fais peur aux gens et dans l'autre, on t'offre des big mac. On m'avait promis des sensations exotiques du crane avec le nazisme, j'ai été déçu. Est-ce que j'attendrai le nirvana céphallien avec la version cancéreuse? Je me tate et pendant ce temps là, la tonsure avance.

Repost 0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 14:08

... je ne m'appelerai pas Diane Tell. Mais ça m'empêcherait pas de dire quelques trucs existenciels sur la vie. Genre que je devrais peut-être m'épiler la face et le torse (pour commencer) et que j'ai un gros cul. Ce serait une réflexion vraiment profonde, en plein malaxage mammaire pour changer de la philosophie de toilettes. Mais peut-être que je me dirai des trucs moins importants.

 

Je me plaindrai sans doute de ne pas me sentir aimé. Que les seules preuves d'amour qu'on récupère, c'est celles qui viennent en réaction ou en réclamant (en le disant ou en se minant). Que la gratuité n'existe plus. Qu'il faut aimer pour être aimé. Et que je peux compter sur une main les actes gratuits à mon égard ces dernières années. Il faut dire que les filles (on m'empêchera pas d'être lesbienne) ne comprennent rien à mes besoins. C'est pas faute d'envoyer des signaux, des allusions et d'y penser très très fort. Mais vraiment, le sexe opposé ne fait aucun effort de télépathie. C'est pourtant pas compliqué de percevoir tout le manque d'amour et l'envie de crêpes au nutella dans mon "bonjour".

Je me plaindrai aussi du fait que l'honnêteté n'existe plus. Qu'il n'est pas pourtant pas difficile à admettre, mon "je suis moche". Suffit d'ouvrir un peu les yeux. Je ne sais pas pourquoi les gens refusent d'entendre cette simple vérité. Je ne sais pas si c'est le mot qui les dérange, ou l'envie de rassurer. Ou s'ils veulent faire croire que tout le monde il est beau. Mais bon, quand le "mais non, t'es pas moche" est suivi d'un "suffit de t'arranger un peu", c'est raté comme tentative de rassurement. Un peu comme cette technique du sexe d'en face qui te dit que non, t'es pas moche et que pour te le prouver, on va te trouver quelqu'un d'autre. Un peu une patate chaude de la complainte physique. Comme s'il fallait absolument former un couple pour détruire l'affirmation. Mais avec quelqu'un d'autre, forcément.

 

Heureusement qu'il me reste des couilles dis donc. Bon, elles ne servent pas, mais elles m'empêchent de croire à mon Biba, c'est déjà ça. Enfin, plus que d'y croire, elles m'empêchent surtout de me faire des films. En tout cas ceux là. Merci mes testicouilles.

Repost 0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 09:48

... quand ils vous arrivent... hum! Week-end à prendre des coups, enfin surtout la fin. Mais c'est ma faute, mea maxima culpa. Enfin bon, ça résonne encore ce matin. Mais j'ai cherché, j'assume.

 

Déjà, prendre son billet de train pour descendre à Paris à la dernière minute, c'est jamais une bonne idée. On pense pas bien à ses horaires, on paie plein tarif et on avertit les gens trop tard. Sans compter ceux qui oublient que vous venez. Du coup, pas moyen de prévenir les momes que votre ami descend avec sa sale gueule pour les mater en train de vider le biberon. Désolé les petits. En plus, en ces périodes électorales à l'ambiance bonbon rose et wonderland, j'ai décidé d'opter pour le nazisme capillaire qui me semble une bonne voie d'avenir. Je peux donc tout à fait comprendre l'envie de jeter ses haricots verts dans ma face, quitte à provoquer le grondage des parents après.

Bon, après, j'ai pas tous les torts non plus. C'est pas ma faute si les conducteurs de RER prennent des pauses café entre chaque station, voire prennent l'apéro. J'y suis pour rien non plus si l'eau minérale de Georgie, elle se fabrique dans des caves avec du marc de raisin et qu'elle fait un peu des fissures au casque, même après le cinquième verre. Quant aux mésaventures à la Tex Avery de Loïca sur son cheval qui tourne sans clignotant, j'étais même pas là.

 

Mais bon, pour le reste, j'assume et pour une fois, je comprends mes cimetières indiens. Quitter des gens biens et beaux (enfin belles plutôt) avant un beau match de rugby pour aller faire ma lessive, c'était vraiment pas bien joué. Faut pas que je m'étonne après de me retrouver dans le seul wagon de Thalys qui concentre tous les momes du week-end dans un seul wagon. Momes qui évidement deviendront hystériques, mais chacun à leur tour pour que ça dure bien tout le voyage. Ah ça, ça punit bien quand on s'est couché la veille à 4h et que la seule activité qu'on estime digne de ce nom serait de dormir un peu. La semaine s'annonce somnolente.

Repost 0
8 mars 2007 4 08 /03 /mars /2007 10:50

Ayé, elle est partie. Après quelques jours d'activités intenses, diverses et variées, elle est rentrée chez elle. Et bizarrement, malgré nos poisses respectives qui ont tendance à se cumuler quand on se voit, je crois qu'on a été particulièrement épargnés ce week-end.

 

La dernière fois pourtant, nos cimetières indiens respectifs avaient bien agi de concert. Entre l'accès web/télé qui saute dès mon arrivée pour refonctionner après mon départ, les retards de transports (trains, avions, tout ça), on avait été bien servi. Et là, non. Bon, on a quand même eu droit au vent et à la flotte qui commencent à souffler et tomber dès qu'on met le pied dehors, mais c'est de bonne guerre. L'élastique de mon caleçon a bien supporté nos différents baffrages. Nos ordis ne sont pas morts. L'accès web a bien tenu. Nos estomacs aussi. On a bien tenu face à l'effort Wiiesque. Et même nos pieds et sa tête. Et ça, c'était pourtant pas évident au départ. Non, on a presque été chanceux. On a même trouvé 5 euros dans la rue, c'est dire.

 

Alors forcément, ce matin, c'est le retour de la revanche. Comme mes cimetières de poche se sont retenus pendant 5, 6 jours, ils ont chargé l'artillerie lourde pour se rattraper un peu. Réveil brutal qui deviendra sans doute torticolis dans la journée. Train qui ne circule pas ou en tout cas, avec un retard indéterminé. Encore plus fort, panne de courant sur un tiers des voies, dont forcément celle de mon train du matin, entrainant un bordel sans nom dans la gare. Je me rends compte une fois embarqué que mon abonnement finissait hier aussi. Plein de mails de boulot qui m'attendent et pleins de collègues absents. Une semaine qui commence très fort quoi. Je sens que ça va être très dur à l'heure de la sieste.

Repost 0
7 mars 2007 3 07 /03 /mars /2007 15:26
Mes biens chers lecteurs, nous sommes aujourd'hui réunis pour célébrer la disparition de nos tours de ventre. Malgré leur courage persistant et leur placidité constante face à l'habituelle gastronomie pratique dont nous nous régalons habituellement, ils ont subis hier soir une attaque surprise à laquelle ils n'étaient pas préparés.

Hier, au Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain, bon, copieux, pas cher), Katerine, la cuistot, nous attendait. Bien que notre venue était annoncée, l'embuscade culinaire ne l'était pas, elle. On aurait pourtant du se douter en voyant l'allumage de la grillade en salle. Encore plus quand on nous a dit que c'était pas la peine de demander ce qu'on voulait manger. Une fois rentrés, on a fermé la porte derrière nous, c'était foutu. Et c'est là que la viande est arrivée. Entre l'entrecôte géante pour ma siamoise et les brochettes de viandes diverses, on avait de quoi faire. Et je parle même pas des seaux de frites. Du coup, on a rapidement vu disparaître nos nombrils. L'élastique de mon caleçon a souffrir sérieusement. Et même Folie qui a pourtant généralement un ventre en forme de creux a vu arriver ce qu'on doit pouvoir qualifier d'extension stomachale. Même ses seins se montrent un peu plus (coquine!). On va dire que c'est la faute aux crêpes au nutella qui nous ont porté le coup de grâce.

Nous avons donc du dire adieu à nos crans de ceinture qui nous gardaient jusqu'ici un peu de dignité, et célébrer leur mort dans un rôt puissant et mérité. Avec eux sont morts toute velléité de bouger aujourd'hui. Enfin pas totalement non plus, parce que bon, y avait quand même des nouveaux sandwichs au Quick. Paix à leur vaillance qui sera célébrée encore longtemps.
Repost 0
5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 11:26
Ce week-end, comme j'ai une invitée très spéciale culinairement parlant (comprenez que c'est une des rares à manger comme moi), j'ai décidé de cuisiner une peu. Ne vous y trompez pas, on est quand même allé découvrir un peu la ville et manger des vrais trucs préparés dans l'antre du pêtage de ventre, j'ai nommé, le Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain à Bruxelles, bon, copieux, pas cher). Mais j'ai quand même fait un peu de cuisine.

Bon, c'est à la bonne franquette hein. J'allais pas faire un burger à 110 dollars, surtout que j'ai même pas de friteuse. Mais bon, mes cubik's burgers étant maintenant mondialement connus (si!), je me devais d'en faire profiter ma siamoise de ventre. Et je dois dire que je suis assez fier de moi. Bon, elle a pris une version un peu light. Faut dire qu'elle a un mot du médecin et tout. Ceux que je lui ai servir n'avaient que 2 couches et demi. Du bon steak cuit avec du boursin, des oeufs durs et pleins de fromage. Mais je crois qu'elle a bien aimé. Et moi, j'en ai profité pour me faire un bien épais, avec au moins 4, 5 couches d'ingrédients. C'était bon. Le seul problème, c'est de réussir à le tenir. Et à mordre dedans. Je crois qu'on doit encore pratiquer notre technique. Mais on s'entraine. On fait du sport tous les jours, sur la Wii. On a un rythme de récupération intense, aussi. Vraiment, je crois que la prochaine fois que j'en ferai, on sera prêt. Bon, pas tout de suite quand même parce qu'on a encore des restos à découvrir et des patates à manger.

Et puis, il faut y aller progressivement. J'en suis pas encore au burger de 55 kilos. J'y travaille, mais j'ai encore du chemin à parcourir. J'espère progresser lors de mon voyage à NY. En tout cas, elle a pas recraché mon burger, et c'est déjà une grande victoire. Je ne suis plus seul. Mes burgers vaincront.
Repost 0
2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 14:16

Pendant que certains (dont peut-être moi) doivent encore essayer de comprendre ce que j'ai pu vouloir dire dans la note précédente, j'attends tranquillement le week-end. Enfin non, tranquillement n'est pas le mot. Je suis pressé d'être en week-end. Parce que ce soir, c'est gros week-end.

 

En général, on attend le mois de Mai, au mieux d'Avril, pour inaugurer la saison des gros week-end. J'ai décidé de prendre un peu d'avance, et je me demande si je prendrais pas un peu de retard aussi plus tard. Donc voila, un week-end de cinq jours qui arrive. Un peu de temps pour dormir, acheter et lire des bd, faire du sport sur la Wii, voire acheter un nouveau jeu. Mais surtout, je reçois ma siamoise qui vient se reposer et découvrir ma ville. Vu tout le bien qu'elle en a entendu, j'espère qu'elle ne sera pas déçue. En tout cas, ça m'arrange, ça va me permettre de découvrir ma ville en même temps. Ben oui, les balades tout seul, c'est toujours plus chiant. Sortir de chez soi aussi. Et je vous parle même pas des bars et restos à visiter. Bien sur, notre tournée bruxelloise passera obligatoirement pas le Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain, bon, copieux, pas cher) mais pas que. Et puis il y a aussi la foire du livre où on ira peut-être, histoire de croiser Everland, alias Martin. A moins qu'on attende la dédicace en bas de chez moi. On a beau être des aventuriers, il y a des fois où les héros sont fatigués.

 

Enfin bon, du coup, rythme aléatoire ici. Au pire, rien avant jeudi prochain. Au mieux, on fera une pause dans notre programme super chargé (au moins) pour dire des bêtises. Entre deux épisodes de séries, un film qui fait peur et une partie de boxe sur la Wii, c'est pas gagné. Bon, faut que j'achète de la gastronomie pratique pour quatre. Bon week-end.

Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 15:36

Mes bien chers frères et soeurs, pardonnez moi parce que j'ai pêché. Non, je ne viens pas ici pour confesse, bande de petit pervers, mais bien pour trouver l'absolution. Encore que non, ça aussi, je m'en fous. Mais j'ai honte.

 

Oui, l'infamie est sur moi. Déjà, depuis 3 jours, je cuisine. Oh, des spécialités à moi, faut quand même pas déconner. Genre des burgers, des patates pleines de fromages fondus ou des salades composées pleines de mayo. Enfin bon, je passe quand même du temps dans ma cuisine. Il y a quelque chose de nouveau dans ma vie. Et ce n'est pas le nouveau Brin-brin au chocolat au lait et extraits de chou concentré. Non, je crois que c'est à cause de ma Wii. Mis à part le décalage horaire qu'elle me provoque (bonne préparation pour New-York en fait), elle me fait surtout bouger. Oui, je sais, j'ai honte. Vu que la portée pour les manettes est limitée, je suis obligé de jouer debout. Enfin non, même pas, vu qu'il me reste toujours l'option chaise. Mais pour certains jeux, je ne peux pas rester assis. Genre le base-ball. Je deviens un pro du base-ball d'intérieur. Mais c'est pas possible de faire swinger sa batte assis. Idem pour la boxe. Comment profiter de mon mirifique jeu de jambe qui ferait trembler Mohamed Ali (vous me direz, c'est un peu facile), le cul sur une chaise? Alors je me lève, sans Danette, et je joue.

 

Tu l'auras compris, lecteur, je fais du sport d'intérieur. Enfin précisons, du sport de salon. A tel point qu'hier soir, j'ai transpiré. J'ai peur pour ma santé. Que va devenir mon pneu que j'ai eu tant de mal à former? Et mon corps d'athlète mou? Mes tablettes de Nutella? Tout cela m'inquiète énormément. Sans même parler de la fange dans laquelle je jette mon honneur de gastronome pratique amateur de gras. Je me demande si je n'ai pas fait une erreur en achetant cet engin. Même si j'aime beaucoup frapper les lapins crétins. Gwaaaaaaa.

Repost 0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 14:47

Ce week-end, c'était Noël chez moi. Ca fait du bien pour recharger les accus. Plein de trucs à faire, et même pas besoin de sortir. Enfin pas beaucoup. Et pis en plus, il a plu. C'est toujours chouette quand on a de quoi s'occuper à la maison et qu'il pleut sur les pauvres inconscients qui préfèrent sortir de chez eux.

 

Donc, ce week-end, c'était la fête. J'étais déjà bien content d'avoir une saison de Mariés, deux enfants à finir et un frigo plein. Je savais qu'en plus, y aurait du rugby tout le samedi. Ca s'annonçait déjà pas mal. Mais vendredi soir, en plus de m'inviter pour une pizza (youpi tralala), Katerine, la cuistot du Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain à Bruxelles, bon, copieux, pas cher) m'avait juste dit que j'avais reçu un colis. Et en fait non. J'ai reçu deux colis. Mes dvd de la série animée Batman (direct du Canada) et ma Wii. Oui, MA WII!! Ou ma Jaa pour être précis, puisque je l'ai commandé sur un site allemand (et on dit merci à Claude pour le jeu de mot à 2 centimes). Forcément, je me suis un peu couché tard pendant 3 jours. En tout cas, Mariés, deux enfants, c'est toujours aussi bien. En plus, c'était les épisodes de la création du No Ma'am et tout, j'ai pu ressortir mon t-shirt de membre. Batman, c'est bien aussi, même s'il me semblait que ça suivait un peu plus la chronologie homo-chiroptèrienne. Le rugby, c'était vachement bien. Et la Wii... ben c'est pas mal, mais je me dis que ça doit être plus amusant à plusieurs. Surtout que c'est fatigant au bout d'un moment. Faut dire que la Sensor bar qui permet de situer votre manette dans l'espace n'a pas autant de fil que ce que j'attendais et en plus a une portée limitée. Et du coup, je peux même pas jouer de mon canapé. Ma vie est trop dure.

 

Il y a des fois où je regrette mon bon vieil écran télé de 36cm. Aujourd'hui, mon standing de parvenu m'oblige à conserver mon écran de 2m de large, mais c'est moins pratique pour la Wii. Vivement que ma siamoise arrive pour qu'on teste tout ça à deux. Ca devrait être quand même mieux.

Repost 0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 11:22

Ce titre est en fait une requête Google qui a fini ici. Je l'aime bien. Elle me fait plaisir. C'est toujours sympa que quelqu'un arrive chez vous pour dire qu'il vous aime. Surtout quand on précise ne pas vouloir le crier dans le vide.

 

Même si depuis hier, je me sens un peu vidé. Energétiquement en tout cas. Depuis, j'ai fait un peu le plein d'espoir, de confiance. Mais je n'ai plus de force. Peu faim, les mains qui tremblent. En espèrant que le prochain écueil ne sera pas pour tout de suite. Même si on n'est sur de rien et qu'on ne peut pas prévoir. En tout cas, si c'est pour bientot, je suis mal. Même si je ne suis pas le plus à plaindre. Malheureusement, on ne choisit pas.

 

Alors pour le week-end à venir, je crois que je vais m'appuyer un peu sur l'espoir. Et si ça suffit pas, j'ai le tournoi des 6 nations et enfin la Wii (enfin j'espère) pour m'occuper. Je crois que je vais encore dormir lundi en fait.

Repost 0