Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juillet 2006 5 14 /07 /juillet /2006 00:00

Aujourd'hui, c'est fête nationale dans mon pays. Sauf que là, je suis au bureau alors que des milliers de feiniasses en France sont sans doute encore au lit. Même si je me sens bien à Bruxelles, ça fait tout bizarre de se sentir déconnecté pour les jours fériés. Bon, je me rattraperai en faisant mon malin vendredi prochain, jour de fête nationale belge. Mais en attendant, je suis coincé ici pendant que la France respire à la fraiche, les pieds en l'air face au soleil.

 

C'est pas vraiment du mal du pays, c'est juste que j'aimerai bien avoir des jours de congés français (en plus des belges bien sur). D'ailleurs, niveau mal du pays, j'aurai pu tomber plus mal. Ici, on capte la plupart des chaines de télé françaises (sauf M6, sauvé). On parle français, ou presque, et c'est pas rien. Et puis les belges ont tendance à bien suivre tout ce qui arrive de plus bas. Ils connaissent mieux, sans doute aucun, notre gouvernement et nos hommes célèbres que l'inverse. Quand je pense à mon amie Peg qui est actuellement exilée en Espagne, je me dis que ça doit pas être facile tous les jours, surtout quand on ne parle pas la langue locale.

 

Enfin bon, j'aurai sans doute des moments plus importants pour me lamenter de ne pas être en congé comme en France, parce qu'on ne peut pas dire que j'ai souvent regardé le défilé militaire. Sans même parler de l'allocution présidentielle. Je préfère encore regarder celle du roi belge. Au moins, c'est plus sympa. Il raconte ses vacances, ses déplacements au cours de l'année, tout ça. C'est rafraichissant. Enfin bon, tout ça pour dire que je rigolerai bien quand je serai en congé dans une semaine et pas la France, même si c'est sous la pluie.

Repost 0
14 juillet 2006 5 14 /07 /juillet /2006 00:00

A Bruxelles, on pense à toi quand tu pars pas en vacances. Ou même quand tu y viens. En tout cas, on prévoit de la détente. Je me souviens qu'à Paris, à part quitter la ville au mois d'aout, on peut pas dire qu'une initiative parisienne m'ait vraiment marqué. J'ai bien essayé de trouver Paris-plage une fois, mais j'ai du me tromper de rive de Seine et quand j'ai vu à la télé que c'était plein d'anglais en maillot dde bain, tout heureux de mater Notre Dame, la main dans le slip, j'ai laissé tomber.

 

Alors qu'ici, y a des trucs prévus, pour les gens qui restent et ceux qui arrivent, pour se détendre un peu tant qu'on a du soleil. Par exemple, il y a Bruxelles-les-bains. Oui bon, je sais, c'est tout pompé sur Paris-plage. Mais bon, comme la ville est plus petite, ce genre d'initiative se repère nettement plus. Et puis il n'y a pas de honte à propager une bonne idée. Surtout que les canaux bruxellois sont sans doute plus agréable que ce torrent toxique qu'est la Seine. En tout cas, ici, j'essayerai d'y faire un tour. En plus, y a des masseuses, des jeux, des momes qui jouent, et même de l'ice tea pêche.

 

A côté de ça, il y a aussi la foire du Midi qui s'installe. Moi, j'ai toujours dit foire dans ma Sarthe natale, mais parait que dans le reste de la France, on dit plutôt fête foraine. Ben ici, ils me font plaisir et ils disent foire. Elle revient tous les ans, prend tout le milieu d'un gros boulevard et là, c'est pareil, je trouve ça chouette. J'ai jamais fait de foire à Paris, ça me paraissait vraiment pas approprié comme endroit. Là, j'irai sans doute y flaner, ne serait-ce que pour prendre des odeurs de barbapapa plein le nez, regarder les gens crier dans les manèges et manger plein de saletés. Et pis les gens aiment bien y flaner. Je crois que mes amis restaurateurs viendront m'accompagner un dimanche, alors qu'ils n'ont généralement le temps pour rien. C'est un peu une institution.

 

En tout cas, ça me fait des activités pour m'occuper, me sentir un peu en vacances, et en plus, je peux même y aller à pied. C'est la fête du slip. Bon, faut encore que j'arrive à sortir de chez moi mais je me crois prêt à tenter l'effort. Merci Bruxelles.

Repost 0
13 juillet 2006 4 13 /07 /juillet /2006 00:00

Jusqu'à mes 25 ans, j'ai été maigre. Pas mince, vraiment maigre. Le genre que j'arrivais à faire le tour de mon poignet avec mon pouce et mon petit doigt (de l'autre main, bien sur). Et évidement, je bouffais comme un porc. Certains diront que ça n'a pas changé, mais si, parce que c'était aussi malsain mais en plus grosse quantité. Et puis un jour, je me suis installé à Paris. Là, je ne sais pas comment j'ai réussi ça, mais je me suis gavé au point de m'épaissir. Enfin un petit bedon, j'étais content.

 

Aujourd'hui, c'est l'été, et j'ai l'impression qu'après mes cheveux, c'est mon pneu qui veut partir. Je nage totalement dans mon pantalon, et ça ne me plait guère. C'est que je l'aime, ma bouée. Je sais que c'est l'été, que je mange moins, et que je fais un peu de sport en matant les corsages nombreux, mais quand même. J'en profite d'ailleurs pour vous renvoyer vers la source de cette affirmation que je balance depuis quelques notes déjà. Mater les seins fait gagner des années de vie, c'est comme du sport. Pour déboucher mes artères, c'était ça ou arrêter la mayonnaise, j'ai choisi.

 

Enfin tout ça pour dire qu'au risque de choquer et de faire hurler certaines qui aimeraient rentrer dans le maillot une pièce qu'elles portaient à 14 ans, j'ai l'impression de perdre du poids et j'aime pas ça. Enfin, plus que du poids, c'est surtout du tour de ventre. Sur quoi je vais poser mon paquet de chips maintenant? Et mes plaquettes de nutella, si souples et voluptueuse, que vont-elles devenir? Vraiment, j'ai peur pour ma santé. Tout ça a commencé quand j'ai mangé un fruit, il y a 2 mois. Je le savais que je faisais une bêtise. Je le sais que je devrais toujours suivre ma devise culinaire ("Si c'est vert, c'est que ce n'est pas mûr.").  Je crois qu'il va être temps de prendre des mesures. Ce soir, c'est moukraines à la glaviouze, pain à l'huile et plaquette de beurre à la mayo.

Repost 0
13 juillet 2006 4 13 /07 /juillet /2006 00:00

Pour parler comme certaines starlettes anoxiques télévisuelles, je dirai que mon atout mode, c'est mes t-shirts. Autant, j'aime bien porter des trucs sobres, et plutôt pratiques, des trucs dans lesquels je me sente bien (non, j'ai abandonné le jogging depuis longtemps quand même), autant, j'ai le t-shirt assez débridé. Evidément, les gens n'en profitent qu'en été, mais j'aime bien quand même.

 

Déjà parce que c'est un peu le seul truc qui passerait au bureau, je pense. Je suis déjà venu dans plusieurs boites en bermuda (j'avais une excuse, on dépassait les 30° à chaque fois) et bizarrement, ça a toujours été mal perçu. Pourtant, on ne peut pas dire que ça influence mon travail, vu que je communique essentiellement par mail. Mais non, ça ne passe pas. Alors que le t-shirt, pas de problème. Même mes t-shirts avec une flamme fn repeinte aux couleurs rasta ou un gentil "Fuck you, i won't do what you tell me", ça passe. Des fois, ça fait peur. Comme par exemple, mon t-shirt du Comité Contre les Chats (C.C.C.) qui fait un peu trembler les belges au boulot. On m'a expliqué que c'était à cause d'une bande armée des années 70, la Cellule Communiste Combattante, qui aurait tué des gens dans le coin. Mais bon, une fois qu'ils ont pu lire le t-shirt, on m'a même demandé comment adhérer.

 

Bon, alors après, il faut quand même choisir son t-shirt avec discernement. Par exemple, j'évite de mettre mon t-shirt Chips quand je dois donner une formation. Mon t-shirt Superman passe toujours mieux dans ces cas là. De même que j'évite le t-shirt du No Ma'am à une réunion féministe. Bon, en même temps, j'évite déjà les réunions féministes, mais on ne sait jamais. Toujours est-il qu'un t-shirt ne se choisit pas à la légère. Je devrais peut-être écrire à FHM, le Biba couillu, pour leur demander qu'ils fassent un article sur le sujet. En attendant, je vais me commander de nouveaux t-shirts rigolos.

Repost 0
12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 00:00

Il parait que les gens beaux réussissent mieux dans la vie. Y compris aux examens et autres entretiens. Pas uniquement parce qu'ils arrivent à plaire aux examinateurs ou correcteurs, mais également parce qu'ils auraient plus confiance en eux. Et là, je dis stop. Parce qu'il y en a marre. Si les gens beaux peuvent en plus du bien-être, de la belle vie, de la gloire et la reconnaissance, avoir de l'argent, je dis non. Marre que ce soit toujours les mêmes.

 

Déjà, ça m'énerve qu'on ne me laisse plus qu'un mois pour être belle en maillot. Déjà, parce que j'aime bien mon pneu abdominal, que je me suis battu pour réussir à avoir mes plaques de nutella, même si j'ai l'impression qu'elles ont tendance à fondre. Ensuite, parce que je porte très mal le bikini ou le string, à part peut-être celui que j'arrive à me confectionner avec mes poils de fesses, sans les arracher (vive les cours de macramé). Alors si en plus maintenant, je ne peux même pas me consoler en espérant gagner plus d'argent qu'un beau, il ne nous reste plus rien à nous, les moches. Et je ne dis pas ça uniquement pour moi. Je pense également à mes amis défavorisés par la nature et qui du coup se sont lancés dans des carrières peu gratifiantes comme hacker fou ou poubelle de table.

 

Non, décidément, trop, c'est trop. Je demande une revalorisation des salaires pour les moches, des sévices corporels pour les beaux, une visibilité accrus des moches à la télé, tout ça. Qu'on nous rende Maïté, Sim, Groquick et Garcimore. Je sais que ce dernier est mort, mais ça en empêche pas certains autres de faire encore de la télé. Jetons des gravillons aux beaux, ces bourgeois de la vie, ces nobles de l'apparence qui n'ont rien fait pour arriver où ils en sont.

 

Il est enfin temps que les moches de tous les pays se relèvent (ça va faire du monde debout en Angleterre) et se battent pour être aussi valorisés. Qu'on aille bruler Brad Pitt et David Beckham. Et pour ce qui est de leurs femmes, ou de toutes autres belles, envoyez les moi, je les ferai souffrir personnellement. Si, si.

Repost 0
12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 00:00

Hier, je disais que j'allais m'afficher comme clairement français, vu que c'était la fête de la communauté flamande qui dans son ensemble ne m'est pas spécialement sympathique (je parle du groupe, c'est comme partout. Individuellement, même un parisien est agréable). Mais j'étais intrigué quand même. Je ne savais pas ce qu'ils fêtaient.

 

Alors que je me délectais d'un somptueux breuvage frais sans alcool et sans bulle dans une gargotte que j'affectionne (au Blue Bayou, 395 Chaussée de Louvain, à Bruxelles. On y mange bien, copieusement et pour pas cher, dans un cadre agréable. Et je ne dis pas ça parce que je suis actionnaire.), j'en profitais donc pour demander à mes acolytes belges de bar ce que les flamands fêtaient. Et personne ne savait. Il y avait pourtant même un flamand, mais non, rien. C'est sur que vu que ce n'était pas un jour férié, ça intéressait beaucoup moins de gens, mais quand même. Heureusement, une des belges présentes avait la bonne idée d'avoir le guide du routard de son pays dans son sac et on a pu apprendre quelque chose. En fait, les flamands, ce jour là, célèbrent un massacre des soldats français au XIVème siècle.

 

Du coup, quand je suis rentré chez moi, finalement, je l'ai pas trop ramené. Tous ces flamands qui viennent à Bruxelles un peu pour essayer de marquer leur territoire, ils sont déjà bien remontés. C'était peut-être pas la peine qu'ils cherchent à me faire participer dans une reconstitution pour le coup. D'autant plus que le flamand est grand par la taille, et hier soir, ils étaient nombreux. Sans compter qu'ils étaient tous armées de drapeaux avec le lion des flandres.

 

Donc voilà, ami flamand, je ne viendrai plus t'emmerder lors de ta fête communautaire. En particulier quand tu as des supplices aussi cruels que les braillards en kreukreu que j'ai pu entendre miauler avant de les voir sur la grand place hier. Maintenant, il faut que je cherche ce que célèbrent les francophones lors de la fête de la communauté française en Septembre. C'est pas tous les jours facile, l'intégration.

Repost 0
11 juillet 2006 2 11 /07 /juillet /2006 00:00

Aujourd'hui est un jour à célébrer. En effet, c'est aujourd'hui le soixantième anniversaire de la création du bikini. Une véritable révolution à base de 4 triangles de tissu et de quelques ficelles, ça mériterait presque un jour de congé. D'ailleurs, je tiens à rappeler ici auprès de toutes les jeunes filles qui se choqueraient de tels propos que si les garçons matent vos seins, surtout s'ils sont gros, ce n'est pas (seulement) par lubricité. Non, non, il y a aussi des raisons médicales à ça. Il paraitrait que mater une belle paire de seins ferait accélérer légèrement les battements du coeur. C'est peu, mais au final, ça permettrait de faire travailler le palpitant suffisament pour gagner quelques années de vie, c'est pas négligeable. Alors un peu de bonté envers les mateurs du monde entier.

 

En tout cas, je ne sais pas si les otaku ont pensé à ça en créant l'invention du jour mais en tout cas, il fallait y penser. Un soutif qui est aussi un clavier, seul des geeks de première classe ont pu penser à ça. Ah c'est sur que ça va changer quelques habitudes chez certains. Déjà, être passé du magazine dans les toilettes à la femme numérique sur écran, ça a du développer sérieusement la vie sexuelle de certains mains (sans même parler du chiffre d'affaire de kleenex). Mais là, c'est un nouveau pas en avant. Et il était sans doute temps, car certains commencaient à regarder leurs unités centrales d'un drole d'oeil en regrettant que les prises soient trop petites. Mais maintenant, leurs rêves les plus fous deviennent réalité. Pouvoir besogner madame tout en lisant ses mails ou en jouant à Counter-Strike, quelle expérience. La faire passer de fichier jpeg à meuble de bureau, quelle évolution aussi. La condition féminine s'en sent certainement grandie. Seul problème: le soutif clavier est bien fourni avec un costume de kitty, mais pas avec une femme. Le plus dur reste à faire.

 

Il ne nous reste plus donc, à nous les geeks ordinaires qui n'avons pas les moyens d'acheter une femme pour aller avec le clavier, qu'à espérer que les femmes du monde entier voudront bien célébrer le bikini aujourd'hui. Ce serait déjà pas mal.

Repost 0
11 juillet 2006 2 11 /07 /juillet /2006 00:00

Aujourd'hui, en dehors d'être la fête du bikini, c'est aussi la fête de la communauté flamande en Belgique. Je n'ai toujours pas appris ce qu'ils fêtaient en fait, mais bon, ils s'amusent et ils sortent les drapeaux avec le beau lion des flandres et tout. Généralement, si j'ai bien compris, ils en profitent surtout pour revendiquer plein de choses pro-flamandes. Cette année, ils se retiennent, préfèrant se réserver pour l'an prochain, année électorale. Mais ils aiment bien réclamer.

 

Faut dire que le flamand est revendicatif, pour ne pas dire vindicatif. Un belge avait tenté de m'expliquer pourquoi les flamands et les wallons (je ne parle pas des bruxellois) ne s'entendent pas. En gros, apparement, les wallons auraient eu la richesse pendant quelques siècles et auraient un peu traités les flamands comme des esclaves. Aujourd'hui, les richesses sont plutôt côté flamand et ils entendent bien le faire savoir, voire en priver le reste du monde. Faut dire que le flamand n'aime pas grand monde. En tout cas, il n'a pas l'air d'aimer beaucoup le principe d'une Belgique multi-communautaire et unie. Ca fait un bout de temps qu'ils aimeraient bien être indépendants. Pas étonnant que le Vlaams Belang (ex Vlaams Blok), parti nationaliste flamand, soit en tête de toutes les intentions de vote en Flandre. Seulement voilà, il reste quelques petits problèmes.

 

D'une part, il y a bien sur les wallons qui estiment que la Belgique est très bien comme elle est. Les wallons ne réclament pas grand chose, par rapport aux flamands, mais ils réagissent beaucoup par rapport aux excès de leurs compatriotes du nord. Mais surtout, le problème principal, c'est Bruxelles. En plus d'être la capitale de toute la Belgique, c'est surtout une communauté à part entière, dans le sens région. Enclavée dans la Flandre, certes, mais région à part entière tout de même. Ce qui pose problème aux flamands qui aimeraient bien que Bruxelles soit flamande, et entièrement flamande. Sauf que les bruxellois ne veulent pas. Déjà et surtout, parce qu'ils sont à 90%, si ce n'est pas plus, francophone. Ensuite, parce qu'ils se sentent vraiment détachés de la Flandre, même si elle les entoure effectivement.

 

Alors les flamands multiplient les trucs un peu bêtes et méchants pour essayer de forcer les choses. Faire une course cycliste qui fait le tour de Bruxelles en prenant bien soin de rester en Flandre, une façon de marquer son territoire. Mettre des brouilleurs autour de Bruxelles (mais en Flandre bien sur) pour bloquer les radios francophones. Imposer les administrations néerlandophones dans les communes de la périphérie bruxelloise, même si elles sont à majorité francophones. Virer les chaines francophones des postes de télé dès qu'ils prennent une chambre dans un hotel bruxellois. Plein d'attentions qui font plaisir quoi. Et comme ils sont allés déclarer Bruxelles capitale de la région flamande (celle de la région wallone est Namur) alors que techniquement, elle n'en fait pas partie, ce soir, ils viendront fêter la communauté sur la grand place à Bruxelles.

 

D'habitude, je la ramène pas spécialement sur ce point, mais ce soir, je crois que je vais m'afficher comme français. Ca m'évitera de prendre part aux querelles de clochers et puis comme ça, si je croise un flamand, il fera l'effort de me parler français, ce qu'il ne ferait pas pour un wallon. Il y a des jours où on trouve plus con qu'un français et ce soir, je crois qu'il y en aura plein les rues de Bruxelles.

Repost 0
10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 00:00

Ayé, la coupe du monde de fouteballe est finie. Enfin diront beaucoup. Dont moi. Qu'on ne me fasse pas dire ce que je n'ai pas dit, j'ai suivi cette coupe du monde. Mais c'est vrai que les matchs qui finissent tard tous les soirs, sans compter les analyses qui suivent et les copains sur le web qui discutent encore après, ça bouffe sur le temps de sommeil. Et je ne blame pas les supporters de tout pays, malgré ma proximité du lieu de klaxonnage bruxellois par excellence, vu que ça, ça ne m'a jamais empêché de dormir. En tout cas, bien content quand même que la France soit allé aussi loin, alors que je les voyais pas passer le premier tour.

 

Enfin bon, tout ça est un appel au bilan post coupe du monde:

  • > Vainqueur: Italie
  • > Meilleur buteur: Klose
  • > Meilleure équipe simulatrice (et pourtant, ça a été dur de départager): Italie (je ne conteste pas leur victoire pour autant, c'est mérité)
  • > Meilleur jeu de tête: Zidane
  • > Meilleur gardien: Buffon
  • > Meilleur sponsor: Durex, qui malgré le flop des bordels allemands a augmenté ses ventes de 30% pendant cette coupe (qui a dit que les femmes ne profitaient pas du Mondial?)
  • > Meilleure éclipse: Mauresmo, qui a quand même gagné Wimbledon

Enfin bon, maintenant, c'est fini. A moi le coucher en même temps que les poules (celles qui pondent hein). A moi le dépilage de ma colonne de lectures en retard. A moi l'extinction de ma télé, ou alors seulement pour mater des dvd ou jouer à la console. Pouvoir de nouveau rien faire correctement. Et attendre les vacances.

Repost 0
10 juillet 2006 1 10 /07 /juillet /2006 00:00

J'ai du mal à regarder les gens dans les yeux. Et pas seulement les filles à gros seins, tout le monde. J'essaye de faire des efforts avec les gens que j'aime bien parce que je sais que c'est perçu comme de la fuite, du désintérêt ou du mal à l'aise. Les gens se vexent pour ça. Alors je me force. Evidement, c'est beaucoup plus facile avec les gens que j'aime bien, presque naturel même parfois, mais la tentation de regarder ailleurs est toujours là.

 

Je crois que regarder les gens dans les yeux est perçu comme une forme de respect dans les conversations. Je ne sais pas, je le perçois plus comme une forme de défiance, de volonté de transpercer les gens, d'essayer de voir au travers de leur tête. J'aime me cacher. J'ai pas envie qu'on me voit l'intérieur du crane. Bon, je sais que c'est complètement con de faire un blog dans ce cas là, mais là au moins, je laisse mes lecteurs dans la position où moi j'aime être: voir sans être vu. Peu m'importe d'être observé tant que je ne le vois pas. Alors qu'on me regarde dans les yeux, j'ai l'impression qu'on m'effeuille comme un artichaut. Et pourtant, j'aime voir les yeux des gens. Mais toujours pareil, je n'aime pas que l'inverse soit vrai. Alors pendant un temps, j'ai eu des cheveux devant les yeux. Enfin, pour d'autres raisons aussi mais ça aidait bien pour ça.

 

Alors, comme c'est pas facile d'être un lache, il reste le web pour faire son fanfaron. Et faire croire qu'on a une vie sociale. Avec plein des emails et plein des forums. Et je sens que la prochaine fois que je verrai des amis qui lisent ici, je me ferai bien fixer, histoire de m'emmerder. Faut vraiment que je m'achète des lunettes de soleil. Où ça nous pousse, la folie des hommes?

Repost 0