Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 00:00

C'est le retour de beau week-end. Et comme à chaque retour, j'ai un bon coup de mou, pour pas dire un coup de blues. Mais alors cette fois, j'ai des bonnes raisons, même si je garde les mauvaises.

 

J'ai quand même quitté un pays chaud, avec un Auchan à proximité, une terrasse, une piscine, plein de dvd à regarder et même un accès web (même s'il a peu servi). Ici, il fait pas vraiment chaud, pas vraiment beau non plus et en plus, je dois venir au boulot. Adieu le bermuda et l'arrosage qui fait du bien. Et puis c'est toujours triste de quitter ses amis.

 

Mais bon, à côté de ça, j'ai toujours l'impression qu'ils auraient pu avoir un meilleur week-end sans moi. C'est vrai, j'oblige les gens à adapter leur planning, leurs projets et même leur régime. Parfois, j'ai même l'impression d'être ce mutant de la bande de Morlocks, Sangsue (vous irez lire les x-men pour ceux qui ne voient pas qui c'est). Le petit gars gentil mais dont la seul approche privent tous les super-héros de leurs pouvoirs. Moi, j'ai l'impression d'aspirer les volontés. A chaque fois, ça se termine en moments de glande intense. J'ai pourtant rien contre les activités. Mais j'ai l'impression que ma seule présence annihile toute intention de bouger chez mes hotes. Je rends apathique. Du coup, c'est pas encore cette année que je testerai le macdo madrilène.

Repost 0
4 août 2006 5 04 /08 /août /2006 00:00

Décidé à profiter de mon week-end au pays des couilles et oreilles de taureau (le matador pack), des tortillas et du soleil, aujourd'hui, j'ai fait piscine. Bon, c'était facile, elle est juste devant la terrasse. Faut dire que mes hotes savent vivre. Résidence privée fermée, avec 3 piscines à disposition, une par bloc de batiments. Donc en gros, c'est comme les hlm de mon enfance, sauf que les apparts sont plus grands, plus classe, et qu'au lieu du bac à sable, dans la cour intérieure, on a mis une belle piscine. C'est donc avec une joie non feinte que je suis allé la tester en pensant à la grisaille belge dans laquelle j'étais plongé encore hier. Enfin, après la sieste réglementaire, faut pas déconner.

 

Et il faut dire qu'elle est pas mal cette piscine. Bon, faut s'habituer au passage des gens qui rentrent ou sortent de chez eux, tout autour, mais sinon, elle est classe. Une profondeur suffisante à chaque bout (minimum un bon gros mètre de flotte quoi), pas d'odeur de chlore (super agréable ça), vraiment chouette. Mais même à cette heure où je pensais être à peu près seul, la plupart des gens étant comme en France, soit en congés ailleurs, soit au boulot, je me suis retrouvé avec d'autres gens. Et c'était marrant parce que c'était les clichés vivants de ce qu'on trouve habituellement autour des points de baignade en été.

 

Il y a avait le mome qui lançait un jouet dans l'eau et s'amusait à plonger pour le chercher au fond, avec ses lunettes et en éclaboussant bien tout le monde. La fausse blonde avec ses faux seins gonflés comme des melons, qui faisait bronzette en bikini, en se retournant bien dans tous les sens pour que tout le monde la voit bien, et qui se carressait à l'occasion la poitrine (oui, moi aussi je l'ai bien vu), soit pour qu'on la remarque un peu plus, soit pour vérifier que ses cicatrices sont bien invisibles. Evidement, qui dit pouf à gros seins dit vieux beau, qui fait les 100 pas à 5m de la demoiselle, luisant, légérement musclé, le teint bien bronzé et la quarantaine bien tapée, qui fait une longueur toutes les demi-heures, sans doute pour rajouter un peu de luisant et pour montrer que oui, monsieur est un sportif. On avait aussi le couple de djeuns, la jeune fille un peu ronde qui saute plus qu'elle ne plonge en poussant des petits cris de volailles et qui appele son mec, lunettes fumées, nuque longue et console à la main qui évidement évite le soleil et ne quitte pas ses fringues.

Alors j'en ai même rajouté une couche en faisant le gars qui fait consciencieusement ses longueurs avec ses belles lunettes de plongée speedo, sans trop s'occuper du reste. Bon, je sais que pour bien tenir ce rôle, il faudrait que j'ai plus de muscles et moins de poils. Mais bon, je ne savais pas que c'était représentation permanente ici. J'ai laissé mes muscles à la maison, dans le placard, où ils ne s'usent pas trop.

Repost 0
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 00:00

Pas la vie à Miami, mais presque. Juste à côté. A Madrid en fait. Ben ouais, il commence à faire moche ici, on se croirait en octobre. Et comme le site où je bosse a la bonne idée de fermer demain pour coupure d'électricité, ben c'est week-end dès ce soir et gros week-end, chez moi, ça veut dire voyage.

 

Donc voilà, dès 15h40 (c'est des horaires belges, oh!), c'est le week-end. Direction direct l'aéroport et en voiture Simone. Enfin, en avion Germaine, c'est mieux. En plus, on m'a prévu des trucs dès la descente de l'avion. Ce soir, soirée de folie dans Madrid. Demain, je me remets en terrasse, au bord de la piscine pendant que mes hotes travaillent. La météo annonce grand soleil et 31°, je me demande si ça n'a pas baissé. Et demain, karaoké. C'est dur la vie en 3 dimensions, voire 4. En plus, mes hotes veulent m'interdire l'accès au web durant tout le séjour. Alors si vous ne voyez pas de note demain ici, ne vous étonnez pas. Sachez que je souffrirai en silence, face à celui de mon blog.

 

Ah vraiment, c'est pas facile les congés forcés. Je penserai une nouvelle fois, à vous, travailleurs courageux, déjà rentrés ou pas encore partis en vacances. Je ne suis pas encore parti non plus, alors je vous comprends. Pour la peine, je crois que je m'interdirai la sieste demain, par solidarité. De toute façon, même que je voudrai, je pourrai pas. J'ai piscine.

Repost 0
3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 00:00

A force de parler bouffe avec des gens hier, mes madeleines sont revenues. Hier soir, j'ai réclamé dans ma brasserie préférée (Blue Bayou, 395 Chaussée de Louvain à Bruxelles, bon, copieux, pas cher et des gens gentils) de me préparer un plat de mon enfance: les patates à la crème. Ca n'a l'air de rien comme ça. D'ailleurs, ça ne nécessite pas grand chose, c'est quand même un plat de pauvre. Mais qu'est-ce que c'est bon. Surtout quand on n'en a pas mangé depuis longtemps.

 

Pourtant, je n'ai pas retenu grand chose des recettes de mon enfance. Mon héritage familial culinaire doit se résumer aux patates à la crème, l'omelette (si si, on a une recette spéciale dans la famille), les croque-monsieurs géants, le pain perdu, les crèpes et le gateau de savoie. En plus, je ne m'en sers quasi jamais (de mon héritage culinaire). Mais à chaque fois, c'est un pur délice (pour moi en tout cas). J'ai bien appris quelques recettes depuis par moi-même, et même des plus délicieuses (aahhh raclette! aahhhh tartiflette!) mais non, ces recettes familiales fonctionnent à tous les coups sur mes glandes salivaires.

 

Je n'ai pourtant jamais été très porté sur la famille, du moins celle de sang. Chez nous, on mangeait le plus souvent en regardant la télé, et on ne peut pas dire qu'on se parlait vraiment. Mais la mémoire du ventre, ça réunit quand même. Les patates à la crème, c'était minimum une fois par semaine et même si c'était un plat de pauvre, je peux vous dire qu'il y avait du respect. On ne crache pas sur ses patates, on les savoure. En plus, ça économise du pain, même si on était bien content que les contraintes budgétaires nous poussent à manger des patates. Et les patates à la crème, c'était le must. Et comme c'est super facile et que c'est bon, et que je suis en pleine nostalgie gastrique, je vais même vous dire comment les préparer: il faut juste des patates cuites à l'eau, chaudes et épluchées. Vous versez de la crème fraiche dessus, du vinaigre, sel, poivre. Vous mélangez bien et mmmhh. Ca y est. J'ai faim.

Repost 0
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 00:00

J'aime bien les mots un peu compliqués qui servent à dire des choses simples. Comme dithyrambique, ou callipyge... C'est une façon de soit pêter plus haut que son cul (attention à la merde derrière les oreilles), soit de s'amuser à dire des trucs super simples et un peu cons sous une forme telle que, pour peu qu'on n'y prête pas trop attention, on aura l'air cultivé. Un peu comme quand je dis qu'amateur de plaisirs galactophiles, j'apprécie également les douceurs callipyges (vous chercherez).

 

Et dans le genre des mots compliqués pour dire des trucs simples, il y a tout ce qui concerne les phobies, ou les collections. Par exemple, je viens d'apprendre que je suis bélonéphobe. Je le savais déjà, mais pas sous cette forme là. Du coup, ça claque et j'ai l'air moins con que quand je dis que j'ai peur des piqures et autres vaccins. J'ai trouvé ça ici où l'on apprend également que l'apeirophobie n'est pas la peur de l'apéro, mais bien celle de l'infini.

 

Mais les noms de collections, c'est encore plus rigolo. Parce que le suffixe pour la collection, c'est -philie, voire -manie, qui veut dire (grosso merdo) qu'on aime bien. Et là, il faut faire attention au tendancieux. Comme dans le cas des gallinophiles, je ne suis pas bien sur que ce soit très légal tout ça. Enfin, le plus équivoque de tous reste quand même le pipomane, amateur de pipes. Je crois que c'est une collection que beaucoup aimeraient suivre.

 

Enfin, il reste quand même des domaines encore inconnus. Comme les collectionneurs de pompiers (?), plongées sous-marines (??) ou de téléphones portables qui n'ont pas encore trouvé de nom à leur passion. Vivement qu'on invente la Garcimoromanie.

Repost 0
2 août 2006 3 02 /08 /août /2006 00:00

Je crois que quiconque en age d'en avoir et les ayant déjà coupé sait à quel point le poil qui pousse peut être irritant. Hier soir, c'était rasage parce que je n'en pouvais plus de ces démangeaisons des joues. Pourtant, j'aime pas me raser. Ca prend du temps. C'est chiant. Un peu comme le coiffeur, ça ne présente vraiment pas beaucoup d'intérêt. Mais au bout d'un moment, ça devient obligatoire, tant ça gratte. Ce qui m'interroge sur l'autre moitié de l'humanité.

 

Bah ouais, la plupart des nanas aujourd'hui ont quand même tendance à pratiquer l'ablation du poil sur une bonne moitié de leur corps. Mais comment supportent-elles les démangeaisons?? Avec mes malheureux poils poussant sur les joues, j'ai passé ma soirée à me gratter. C'était proprement insupportable. Et pourtant, je n'ai pas souvenir d'avoir déjà vu une nana passer son temps à se gratter les aisselles, ou les jambes. Et pourtant, j'en connais des pas très classes mais même. A croire qu'il y a une certaine insensibilité du poil chez la femme. Ce qui ne l'empêche pas de le considérer en ennemi, aussi bien chez elle que chez ses hommes. Des fois, il y a pas à dire, la nature est cruelle.

 

Non vraiment, c'est trop injuste. Ce sont elles qui s'épilent le maillot et c'est nous qui nous grattons les couilles. La femme reste un mystère pour moi. Et avec des notes pareilles, je crois que ce n'est pas près de changer.

Repost 0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 00:00

Un midi au Quick de Charleroi, c'est:

 

>Plein de momes tous contents d'être là comme s'ils étaient dans un long mercredi

>Plein de parents, beaucoup de mamans, peu de papas

>La certitude que celui qui a inventé l'expression "fast-food" n'a jamais visité un "resto" à burgers belge

>Ce serveur qui francise le nom des sandwichs sur lesquels des commerciaux ont du trimer pour les américaniser ("Vous voulez donc un géant?")

>Cette fillette qui réclame de l'attention à sa (très jolie) maman, omnubilée par sa cigarette, pendant qu'elle parcourt l'aire de jeu, en dépit de son gros cul

>Ces médecins qui essayent de récolter des dons pour leur association Médecins sans vacance, et qui essuyent le mépris, l'ignorance et les excuses minables (dont la mienne) en essayant de garder le sourire

>Cette autre fillette qui explique à sa maman qu'un garçon a jeté sa fleur par terre. Ce à quoi elle se verra répondre "les hommes sont tous les mêmes"

>Le barda de ce clodo juste à l'entrée qui, étonnament, semble abandonné à l'heure de grand passage qu'est le midi

>Ce baraki (aussi connu comme Jacky en France) qui fera 3 ou 4 fois le tour de l'établissement avec sa caisse surbaissée pour être bien sur que tout le monde aura vu ses housses léopard, ainsi que ses jantes avec un logo Ferrari de loin, probablement siglées Gérard tuning de près

>Mes frites déjà froides avant la fin du repas

>La nécessité de me trouver une baraque à frites digne de ce nom pour demain, dans l'éventualité où j'irai encore manger seul

>La joie en pensant que je vais m'acheter la saison 5 de Mariés, deux enfants en sortant de l'endroit

>Et surtout cette pensée pour Garcimore qui aura surement apporté plus de notoriété à l'enseigne qu'il n'en a pris. Enculés! Gloire à Garcimore!

Repost 0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 00:00

Suite à ma note sur le cadeau ultime, j'ai commencé à fouiller un peu le web pour voir quelles autres "stars" avaient pu bénéficier du même traitement. Loin de moi l'idée de devenir chionosphérophile, mais ça peut toujours servir pour les cadeaux débiles. Et comme je n'ai rien trouvé sur Rika Zaraï, Claude François et Herbert Léonard, j'ai commencé à chercher du côté de vrais gens bien. J'ai donc regarder si je trouvais des bouboules Garcimore, ou tout autre merchandising d'ailleurs. J'ai rien trouvé de ce côté là, par contre, je suis tombé sur un des aspects les plus noirs et vils du net: l'altération de la mémoire.

 

A défaut de trouver des objets dérivés du plus grand magicien de tous les temps, en tout cas du mien, je suis tombé sur sa bio, recopiée à l'infini sur différents sites. Et là, je dois dire que je suis assez choqué. On présente Garcimore comme un pitit magicien obscure, même pas digne de Patrick Sébastien, qui devrait sa renommée à une pub pour une chaine de fast food, dont pour une fois, je tairai le nom. Alors une fois n'est pas coutume, je me lève et je dis non. Faut quand même pas déconner, merde. Garcimore!!! Total respect et là, on le traine dans la boue. Déjà que j'avais trouvé que l'annonce de sa mort avait été un peu expédiée (pas de soirée spéciale à la télé, pas de retrospective, rien) mais si en plus, on commence à salir sa carrière, ça ne va vraiment plus.

Garcimore, c'est quand même celui qui a réussi à faire taire Denise Fabre en la faisant s'étouffer de rire. Garcimore, ses souris, ses "décontrachté", ses "Des fois, cha marche pas, hi hi", sans doute l'homme le plus jovial, doux et rigolo qui fut... Un peu de respect, bordel! C'est quand même pas Sylvain Mirouf!

 

Alors je voudrai tout de suite dire à tous ces salisseurs de mémoire que ça ne se passera pas comme ça. Je crois qu'il est temps de relever l'honneur de ce bon homme, qu'on aurait trop tendance à laisser dans la boue de son cimetierre. Garcimore ne sera pas un deuxième Groquick. Je me battrai. Gloire à Garcimore!

Repost 0
31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 00:00

Récemment, on m'a demandé d'ajouter des images sur ce blog. Histoire de le rendre un peu plus sexy, de faire rêver. Bizarrement, j'ai qu'à moitié écouté. Je le rappelle à tout ceux qui ont des suggestions pour le blog, je ne le fais que pour m'occuper au bureau (oui, c'est triste). Alors j'ai pas trop envie de me prendre la tête à chercher de belles images, ou à mettre moins de notes parce que ça va trop vite. Après, comme l'a dit mon ami Mosquito, y a des chances que ça se tasse tout seul, quand je trouverai mieux à faire (encore qu'au bureau, je vois pas bien quoi, mais bon) ou que les stats gonfleront suffisament pour, par un effet de vase communicants bizarres, m'enfler les chevilles, si pas la tête.

 

Enfin, bon, c'est quand même bizarre de voir le pouvoir de l'image. Par exemple, je suppose qu'en mettant une image comme celle-ci:

j'aurai plus de lecteurs. Enfin, lecteurs, façon de parler. Si en plus je précise qu'elle s'appelle Carmen Electra, qu'elle a "joué" dans Alerte à Malibu, qu'elle a de gros nichons et la pudeur de la taille de son string, je sens que Google va me ramener tout un tas de gens.

Alors que si je place une photo de ce genre:

en précisant qu'il s'agit de feu Jeanne Calment, ex-doyenne de l'humanité, dont la main droite et tremblotante a généré un culte chez les branleurs du monde entier et qui a participé (volontairement?) à l'élaboration d'un album de rap, au même titre que Jean-Paul 2, je ne sais pas mais je ne suis pas sur d'avoir le même succès (encore qu'avec les branleurs, via Google, on sait jamais). En plus, là, elle joue sa star.

 

Tout ça pour dire que les images, ça occupe de la place, ça fait peut-être rêver et ça attire du monde, mais je crois que je vais sans doute rester dans le domaine de l'occasionnel quant à leur utilisation. Il s'agirait pas non plus de devenir le nouvel Izbul.

Repost 0
31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 00:00

Je ne sais pas vous, mais moi, j'aime beaucoup offrir des cadeaux. Bon, depuis quelques temps, j'ai essayé de me calmer à ce niveau là, parce qu'il parait que j'en faisais trop. Faut dire que quand j'offre, c'est toujours à des gens que j'aime bien, donc je connais un minimum leurs gouts, et j'ai plein d'idées. Alors forcément, je donne dans la quantité. Mais bon, du coup, quand j'offrais plein de cadeaux, histoire de rigoler (on s'amuse comme on peut), j'avais pris pour habitude de toujours avoir un cadeau pourri dans le tas. Du genre un cd "Joyeux Anniversaire" personnalisé au prénom de l'intéressé, un album de Lara, un t-shirt "Roi des casse-couilles", une bite qui saute... enfin vous voyez l'idée. Le genre qui fait toujours plaisir en riant jaune et qui est quasi impossible à refourguer (enfin j'espère).

 

Aujourd'hui, je crois que j'ai trouvé LE cadeau pourri ultime. C'est un de mes collègues qui me l'a signalé ce matin. D'ailleurs, il en a acheté un. C'est ces jours là que je suis bien content de détacher le bureau de ma vie privée. Ce cadeau ultime, on le trouve sur le site officiel de Frédéric François. Déjà, ça s'annonce pas mal. Et comme je ne suis pas à une contradiction près, je vais même vous mettre la photo parce que ça mérite:

Alors pour ceux qui auraient un peu de mal à voir ou tout simplement à croire, il s'agit bien d'une boule à neige Frédéric François. Enfin à neige, là, ça a plus l'air d'une boule à paillettes. D'ailleurs, c'est assez honteux de vouloir profiter de l'aura de ces chefs d'oeuvre que sont les boules à neige en imitant mal le procédé avec des dorures. Il n'est pas précisé si le Frédéric François de la boule remue des bras quand on le renverse, mais je crois que niveau gout, même sans ça, c'est déjà pas mal.

 

Pourtant, j'en ai offert des boules à neige dans ma vie. J'en connais même qui ont commencé des collections grace à ça. Mais là, je crois vraiment que malgré tout l'humour que je pourrai y mettre et même accompagné d'un cadeau somptueux, le jour où j'offre ça, je crois que je perds un ami. Enfin bon, si vous avez envie de perdre des amis, ça coute 15 euros, et je pense que c'est assez radical. En attendant la boule Rika Zaraï...

Repost 0