Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 00:00

Le week-end dernier, j'ai donc voyagé vers l'étranger et je suis arrivé près de la Roche-Sur-Yon, dans un bled où s'était réfugié un pote qui vit habituellement au Qatar. Pour ceux qui situe mal, ça doit être du côté des Emirats Arabes Unis (enfin je crois). Et pour ceux qui suivent Telefoot, c'est par là que les footballeurs usés (et souvent les plus usants) prennent leurs retraites, comme par exemple Frank Leboeuf (que des stars donc).

 

Donc, le pote en question, appelons le Claude parce qu'il le vaut bien, a ramené plein de spécialités locales, histoire de nous donner un aperçu de la culture qatari, à nous, public ignorant et casanier d'Europe occidentale. C'est ainsi que nous avons découvert les poupées russo-arabes, la boule à sable (on dirait plus des mini-chocapics que des flocons de neige, dedans), les mugs siglés Doha (la capitale), les fils de noix de coco mutantes gélifiées (annoncé tel quel sur l'étiquette du truc) et surtout, la Barbie Burka.

 

Bon, il ne s'agissait évidement pas d'une vrai Barbie copyrightée par Mattel, mais d'un clone comme on en trouve un peu partout. Mais elle disposait quand même de différents modèles, si on en croit le dépliant fourni avec le "jouet". On aurait même pu croire que c'était une tenue comme une autre en voyant les ensembles jupes-tailleurs également disponible, jusqu'à ce qu'on aperçoive l'inscription "Indoor fashion", autrement dit "vêtements d'intérieur". Alors évidement, pervers que nous sommes, nous avons tenté de déshabiller la poupée, histoire de voir jusqu'où l'opium du peuple pervertit les rêves d'enfants. Mais ça n'a pas été facile. Bien qu'elle porte une "tenue d'intérieur" sous sa burka, la fausse barbie refuse de s'en séparer. La burka était cousue et inamovible. Ce n'est pas ça qui allait nous arrêter. Nous avons donc découvert que la barbie burka ne porte pas de soutif. En même, elle n'a pas vraiment l'air d'en avoir besoin. Par contre, cette coquine ose la culotte transparente en dentelle. Qui a dit que la religion empêchait d'être sexy?

 

Edit: voici donc les photos de la Barbi (qui s'appelle en fait Fulla) sous ses différents aspects: la Fulla Burka (qui serait en fait une Abaya), la Fulla Indoor Fashion (ce qu'on trouve sous la burka donc) et la Fulla coquine (ce qu'on trouve tout en dessous). Le pal est fourni séparément.

  

Repost 0
17 août 2006 4 17 /08 /août /2006 00:00

Il y a des jours où les raisons pour lesquelles j'aime mes amis sont aussi celles pour lesquelles ils m'emmerdent. Et dans le tas, la fierté arrive bien devant. Je ne parle pas ici de fierté mal placée, du genre fierté matérielle ou ce genre de chose. Plutôt du fait d'assumer certains trucs ou de vouloir s'assumer tout court.

 

Hier, j'ai appris que mes vacances à New-York qui me font baver depuis un certain temps allaient devoir encore être repoussées. Ce sont mes voisins du dessous qui vont être content, vu la quantité de bave que je déverse depuis quelques mois en y pensant et qui a du générer chez eux quelques dégats des eaux. Enfin bon, la raison de ce report étant principalement financière, j'ai essayé d'arranger le problème (oui, je suis vraiment un parvenu). Mais mes amies refusent tout prêt. C'est un truc que je peux comprendre, j'aurai sans doute fait pareil. Mais en l'occurence, ça m'emmerde bien. Je me voyais déjà en bas des affiches de Broadway, à me demander quelle comédie musicale aller voir. Bon, bien sur, ce n'est que partie remise, mais ça va faire presque deux ans que je n'ai pas de vacances, et ça commence à être sérieusement long.

 

Mais bon, en même temps, c'est aussi pour ça que j'aime bien mes amis. Je ne cache pas que j'ai des sous et que je peux être une bonne poire avec les gens que j'aime bien et pourtant, ils évitent d'en abuser. Pas par peur de représailles ou par gêne. Juste pour ne rien devoir à personne, et en particulier à des amis.

 

Donc voilà, je vais devoir acheter une nouvelle serpillière à mes voisins et arrêter de me vanter de mes futures vacances pour encore quelques temps. Je me faisais une joie de me la pêter en septembre avec mon voyage pendant que ces salauds d'étudiants reprendront enfin le chemin des cours, et puis finalement non. Tant pis. Je prendrai des vacances quand même un jour et vous subirez tous ma vantardise. Encore.

Repost 0
16 août 2006 3 16 /08 /août /2006 00:00

Comme tous les matins de bureau, j'attrape un journal gratuit (comprenez: recueil de dépêches AFP) en passant par la gare (y en a pas tous les jours en été). Et il y a un truc qui me turlupine dans ce genre de publication, c'est qu'on se rend rapidement compte que dans les dépêches, tout est ramené à la dimension économique. Du genre "il y a 15 millions de morts, et ça va couter tant". Bon, d'un côté, c'est rigolo parce qu'on voit le truc sans artifice. Mais ça fait peur quand même.

 

Ce matin, ça parlait de la volonté de quitter le célibat chez les britanniques. Je remercie d'ailleurs l'à-propos des Jackson 5 pour être tombés dans mes esgourdes via le lecteur mp3 au moment de lire l'article, histoire de me filer un titre sympa. Donc, les célibataires britanniques, comme beaucoup dans le monde apparement (mais pas tous) souhaitent ne plus vivre seuls. Et ça coûte de l'argent. Plein. Apparement, en moyenne, un célibataire britannique moyen dépensera dans les 2500 euros/an pour s'en sortir. Là dedans, y a déjà environ 900 euros pour les 6 premiers rencards. Et les mecs dépenseraient environ 2 à 3 fois plus que les nanas au début de leur relation. Décidément, la romance coûte cher de nos jours, surtout niveau poésie. Difficile "d'élargir le cercle de ses relations" quand on est pauvre. En tout cas, c'est beau de voir que la romance a encore de beaux jours devant elle, surtout dans le journalisme.

 

Mais comme les auteurs de dépêches ne sont pas non plus des personnes aux coeurs de pierre et aux portefeuilles bondissants, ils ont laissé une autre petite place pour donner des chiffres, mais pas des sommes. Ainsi, je sais maintenant que ce sont les sud-coréens qui se réjouissent la rondelle le plus souvent par semaine (4 fois), en moyenne bien sur. Les anglais sont les pros mondiaux des préliminaires (17min) et les mexicains explosent tout niveau durée (20 min, toujours en moyenne donc). Enfin, on apprend sans grande surprise que les italiens sont les plus vantards en pensant satisfaire leurs partenaires à tous les coups à 60%. Ahhh la poésie des sondages... Qu'on ressuscite Georges Brassens, vite!

Repost 0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 00:00

En cette veille de week-end (oh, je vous l'avais pas encore dit? ça viendra), sachant que le site où je bosse est quasi vide, il n'est pas toujours facile de rester motivé. Rien que l'assiduité des mises à jour de ce blog doit vous donner une idée de ma motivation laborieuse. A vrai dire, il est même parfois difficile de rester éveillé. Et il n'y a même pas de toilettes bien fermées dans lesquelles je pourrais aller piquer un petit roupillon. Heureusement, j'ai ma fidèle madame Nasco.

 

Tout le monde connait cette chanson de Brel qui dit "Etre une heure seulement, beau et con à la fois...". Ben voilà, vous avez cerné le personnage. Sauf que c'est toutes les heures, tous les jours. Fort heureusement, on ne partage plus rien professionnellement parlant, à part un bureau. Mais c'est déjà beaucoup. Et donc, en cette période d'été, alors que j'évite habituellement toute collusion avec elle, j'essaye d'écouter un peu plus ce qu'elle raconte. Oh, je ne lui parle pas, faut quand même pas abuser. Mais comme elle fait la pouf et qu'elle est très portée sur les appels personnels et autre accueil de la moitié de l'entreprise dans le bureau, on ne peut pas dire qu'elle soit très discrète. D'habitude, je fais le rat mort, mais là, j'écoute. Elle me sauve de la sieste. Elle m'énerve juste assez pour paraître performant. Alors il faut bien doser entre l'assoupissement et l'envie de meurtre, c'est pas toujours évident. Mais quand on arrive à maîtriser, ça peut être très efficace sur l'impression d'effort qu'on donne.

 

Alors aujourd'hui, je t'invite toi aussi, ami prolétaire forcé de travailler avec un chieur, voire un délégué syndical, à trouver son utilité. Je ne sais pas si c'est la veille de week-end qui me rend utopiste, mais bon, je suis sur qu'ils ont tous un usage. Dans mon cas, c'est améliorateur d'image laborieuse. Je suis sur qu'il doit y en avoir d'autres. Même des aspects cachés comme gardien de ta forme physique, quand il t'empêche de rentrer dans le bureau et que t'es obligé de te promener dans les escaliers ou offreur de café. Aujourd'hui, soignons nos parasites. On les éliminera après les vacances.

Repost 0
10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 00:00

Eh oui, encore une fois, chers lecteurs, je vous abandonne. Encore une fois, j'ai un week-end allongé. Mais sachez d'ors et déjà que c'est à contre-coeur que je vous quitte ou presque. Bah oui, encore une fois, c'est une week-end forcé, par des contraintes de fermetures de bureau, de chiens de gardes armés de crocs aiguisés et de coupure d'électricité, sans parler de la célébration pour Marie, dont je me bats mais qui ramène un jour férié, donc respect.

 

A cause de cela, je vais même louper le tapis de fleur qui envahit la grand place de Bruxelles ce week-end. Ca n'a lieu que tous les deux ans, donc je ne l'ai encore jamais vu. Ca commence demain, mais je pars ce soir. Et pour le peu que j'ai vu des préparatifs, ça s'annonce plutôt pas mal. Ils ont découpés des losanges et autres figures géométriques complexes dans des bouts de gazon. Ils ont ajoutés de belles pierres, du genre jardin japonais (j'y connais rien en jardin, mais je fais genre). Ils ont même sortis les bougies rondes géantes. Avec un peu de chance, je pourrai sans doute le voir terminé mardi soir en rentrant, mais je sens déjà la crise de flemme me pousser dans le bas du cul et me le pousser au fond de mon canapé.

 

Donc, tu vois mon petit lec (allez, je t'appelle lec, c'est plus sympa les diminutifs), c'est vraiment la mort dans l'ame que je te quitte prématurément cette semaine. Bon bien sur, je vais voir plein de copains (et c'est pas souvent) et on va s'amuser près de l'océan et tout et tout, mais quand même. Mon coeur saigne. Mais je penserai à toi et j'essayerai de passer, enfin, si la civilisation a atteint la Vendée. Allez, bisoux mous, ma couille.

Repost 0
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 00:00

L'autre jour (ce qui doit déjà faire un certain temps), je discutais prénoms avec des amis. Inévitablement, on a commencé à dériver vers des prénoms honnis tels que Mégane ou Hélène (pourtant de jolis prénoms à la base). Et là, mes amis, étant plus souvent en contact avec des momes ou les administrations de l'état-civil que moi, m'ont appris que le prénom Ryan, qui sonnait pourtant bien à mon oreille, voire les deux, est en train d'atteindre le top des patronymes des têtes à claques.

 

En gros, Ryan serait un peu le Kévin du troisième millénaire. J'ai eu un peu de mal à le croire, parce que déjà, Kevin est un prénom particulièrement moche. et puis aussi parce que Ryan, ça fait irlandais, c'est joli et ça me paraissait pas tellement répandu. Et pourtant, on me dit que si. Alors, aujourd'hui, j'ai voulu constater un peu l'ampleur des dégats. J'ai donc visité un peu les sites pour parents en mal d'imagination et j'ai fouillé dans les prénoms. Déjà, j'ai trouvé quelque chose comme une quinzaine d'orthographes différentes du prénom. Et la confirmation est tombé: y en a partout. Et pourtant, ça n'a même pas l'excuse d'une voiture ou d'une série AB production portant ce nom. Ca n'a même pas le bon ton d'être moche. Mais apparement, les parents des petits Kevin trouvent que Ryan est un prénom chouette pour son petit frère. Ca fait à la fois celte, américain et oriental. Du coup, toutes les têtes à claques y ont droit.

 

Grosse désillusion pour un prénom que j'aimais bien. Bien sur, c'est pas pour l'usage que j'en aurai fait mais ça fait bizarre quand même. Comment va-t-on repérer les petits cons maintenant? Faut il y voir une influence du film de Steven Spielberg? Dans ce cas, devons-nous nous attendre à accueillir bientot des Indiana et des Tintin (projets cinématographiques du Steven en question)? Les gens sont-ils influençables à ce point? A quand des Péteur & Stéveune dans les cours de récré? Et des Garcimore? Terminerai-je cette note sur un point d'interrogation? Décidément, Georges Abitbol avait raison.

Repost 0
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 00:00

Ca fait plusieurs jours que je vois cette pub sur les flancs des bus bruxellois. Le genre qui attire l'oeil par son côté kitchissime. Il faut dire que le gars en photo porte une moumoute formidab', digne de Philippe Gildas. Alors hier soir, j'ai décidé de suivre la pub. Oui, je suis faible, mais je suis aussi un publivore. J'ai donc découvert le Flexity 3000.

 

Bon alors petite indication préalable, pour découvrir le Flexity 3000 en ligne, il est préférable d'avoir le son sur son pc (et Flash aussi je pense). Pour le découvrir en vrai, il faudra passer par Bruxelles également. Le Flexity 3000 est donc un produit miraculeux. Mieux, une révolution. Grace à lui, fini les problèmes de stress. Et sans stress, la vie est belle. Vous pourrez retrouver une chevelure opulente, digne d'un béret basque en poils. Si vous êtes blonde, vieille et aigrie, vous pourrez même vous transformer en Evelyne Leclerc. Et le fin du fin, si le stress vous bloque la libido, grace à Flexity 3000, fini le coup de la panne au lit. Mâtin, quel produit.

 

Bon, en fait, il s'agit du nouveau tram de la Stib (l'équivalent bruxellois de la ratp). Ce n'est précisé que sur le site, et encore, pas tout de suite. Du coup, ça donne vraiment envie de le prendre, ce tram. Je ne sais pas où il va, mais si ça me permet de couvrir ma tonsure naturelle avec ce qui semble être la réplique d'une coiffure d'action man, grandeur nature, ça se tente. Si en plus, on peut rencontrer des Evelyne Leclerc, c'est plus simple pour l'extermination. Merci Flexity 3000.

 

P.S.: au passage, j'en profite pour remercier Moatthieu, a.k.a. le con qu'on aime bien, pour la bannière, qu'elle est faite à la main (et un peu à l'ordi).

Repost 0
8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 00:00

Il paraitrait qu'une directive européenne vient de passer, comme quoi il ne serait plus discriminatoire de refuser d'embaucher un fumeur. Si ce n'est pas discriminatoire, je ne sais pas quel mot il va falloir inventer pour décrire la démarche. En tout cas, ça me parait un peu excessif. Ca fait un peu les Etats-Unis d'Europe, d'un coup.

 

Alors je me demande jusqu'où on va aller comme ça. Déjà qu'à la cantine, ici, ils ont mis un panneau comme quoi les gens devaient se limiter à une seule bière par repas (oui, il y a une pompe). A quand l'alcotest à l'entretien d'embauche? Voire l'ethylomètre comme contrôle d'accès aux batiments et comme clause de licenciement éventuelle. Et si ça fume quand je fais caca (on n'a pas toujours le chauffage l'hiver), ça compte? Ca va devenir compliqué, ces histoires.Parce que bon, j'ai sans doute des gênes de faineant. Enfin si c'est pas le cas, je dois en train de les fabriquer. Et même si ce n'est pas évident, c'est ce qui me rend efficace dans mon boulot (si si). Sans compter qu'avec ma gueule de drogué, quand c'est pas de fausse couche, je ne sais pas si je serai convaincant, à mon prochain entretien, quand je leur dirai qu'il n'y a pas plus clean que moi, niveau drogue légale ou pas (ce qui est vrai (sauf pour le nutella (mais c'est légal))).

 

Ce qui m'ennuie le plus dans cette histoire, c'est que des nazes du genre de mon estimée collègue, madame Nasco, ont tous les critères pour se faire embaucher. Ce qui ne veut pas dire qu'ils sont compétents, loin de là. Je crains que ça ne devienne très dur pour les jeunes gens efficaces d'aujourd'hui. Alors à ceux là, je n'ai qu'un conseil à leur donner: contactez cet homme. Je ne vois pas d'autre solution.

Repost 0
8 août 2006 2 08 /08 /août /2006 00:00

Un des trucs que j'ai remarqué en Belgique, c'est que les gens ont de la mémoire. Oh, pas le genre de mémoire qui vous fait rappeler que vous avez bien fermé le gaz avant de partir. Non, plutôt une mémoire collective. Je ne sais pas si c'est la bière qui active cette zone du cerveau. Ou si c'est parce qu'ils passent régulièrement les jt de 20 ans auparavant à la télé. En tout cas, ils se souviennent.

 

Par exemple, ils se souviennent qu'aujourd'hui, c'est le cinquantième anniversaire de cet incendie dans une mine de Marcinelle. C'est le plus grand accident industriel survenu en Belgique, et en plus c'est un accident minier. Forcément, 262 morts, ça marque. Mais c'est un évènement qui a quand même 50 ans. En France, à part sans doute au niveau local, j'ai pas remarqué qu'on commémorait les torrents de boue de Vaison-la-romaine, les attentats dans le métro parisien, ni même l'explosion de l'usine AZF. Ce sont pourtant des catastrophes plus proches de nous. Ici, leur catastrophe, elle fait une édition spéciale sur les medias nationaux. Ca ne leur permet pas d'éviter les problèmes pour autant (par exemple, il n'existe pas de plan global en Belgique pour savoir où sont enterrées les différentes canalisations) mais ça aide sans doute à être plus prudent. Et moins bête.

 

A côté de ça, c'est aussi l'anniversaire du sida aujourd'hui. Apparement, ça fait 25 ans qu'on a diagnostiqué (ce qui ne veut pas dire que la maladie n'existait pas avant ça) pour la première fois le virus. Un quart de siècle pendant lequel, en plus de tuer des gens, il nous a collé une bonne dose de racisme, d'homophobie et autres peurs à la con. C'est la fête donc. Je crois qu'il va être sérieusement temps de penser à un héphéméride des bonnes nouvelles, parce que la mémoire, ça fait mal des fois.

Repost 0
7 août 2006 1 07 /08 /août /2006 00:00

Un des souvenirs que j'ai ramené du week-end au sud, c'est des coups de soleil. Ca me fait tout bizarre, vu que j'ai du choper mon premier vers l'age avancé de 25 ans. Et encore, rien depuis. Et pourtant, je n'ai pas toujours eu le teint d'aspro qui me caractérise aujourd'hui. Quand j'étais pitit, je passais mes journées dehors et je bronzais facilement. C'est donc une presque tout neuve expérience que je teste aujourd'hui.

 

Ce qu'il y a de bien, c'est que ça me brule pas autant que je m'y attendais. En plus, je les sens pas tous. Ou alors, j'ai confondu des piqures de moustiques avec des coups de soleil, ce qui n'est pas exclu non plus. Non, il y en a que je ne sens pas, certains qui me gratouillent (aux pieds) et puis surtout, ceux qui me picotent, aux genoux. Ceux là, je les sens bien. Dans l'avion hier, j'étais très conscient de l'existence de mon pantalon à ce niveau là. Mais ça ne brule pas vraiment. Ca picote certes, ça chauffe bien ce qui est d'ailleurs plutôt agréable ici, ça tire un peu sur la peau quand je bouge, mais ça ne brule pas. J'en viendrai presque à les apprécier. Bon, faut dire aussi que mise à part les hotesses de l'air un peu chahutées par un troupeau de momes en pleine transhumance aérienne et apeurée, personne ne m'appuie dessus non plus. Ca doit sans doute aider.

 

En tout cas, je présente une belle face rouge aujourd'hui sous mes vêtements. Ca m'apprendra à vouloir faire comme les espagnols en Espagne, c'est à dire rester au bord de la piscine plutôt que de rentrer dedans. J'aurai du me douter que des gens qui ne connaissent ni les knakis, ni la vraie mayo, ni même les frites ne sont pas dignes de confiance.

Repost 0