Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 00:00

Pour rester dans les anniversaires, aujourd'hui, c'est les 25 ans du TGV. Alors pour une fois, je vais faire un peu de pub commerciale, mais l'initiative est bonne alors ça mérite. Donc toi, jeune. Toi vieux aussi. Et même toi entre 2 ages ou qui ne te reconnait pas dans ces dénominations sectaires, écoute, enfin lis, c'est pour toi.

 

Aujourd'hui, je donne dans le bon plan, c'est moi cubik le bon tuyal. Ben oui, c'est une production française ici. J'ai pas les moyens d'être un informateur régulier. Le bon plan, j'en ai qu'un à la fois, et en plus, tout le monde le connait. Mais c'est pas grave. Le bon plan du jour, c'est donc la Sncf qui propose des billets à 5 euros pour fêter les 25 ans du TGV. Ouhla, lecteur, je te sens impatient d'un coup, mais reste calme, l'offre ne démarre qu'à midi. Donc voilà, lecteur, si tu as décidé de faire un voyage en France entre le 5 octobre et le 9 décembre, à coup de TGV, à partir de midi donc, tu pourras aller t'acheter un des 50 000 billets à 5 euros proposés pour l'anniversaire. Alors ce sont des billets allers, donc si tu veux rentrer chez toi après, ça te coutera 10 euros (de l'utilité de faire des études scientifique). Et c'est des billets de seconde classe, donc oublie tout de suite tes gouts de luxe, où tu te voyais déjà avec une coupe de champagne en direction de Monte-Carlo. C'est limité à 6 billets par personne aussi, parce qu'il faut pas abuser non plus.

 

Donc voilà, tu peux commencer à te préparer pour aller te battre pour les billets. Sachant qu'on les trouve aussi dans les gares, déplace toi si tu as l'occasion, parce que je crois que le serveur web risque d'un peu saturer. Et une fois que tu auras ton précieux sésame, tu pourras rejoindre la grande communauté des boutes qui pourront découvrir toute la France à pas cher. Même plus besoin d'être jeune ou retraité, c'est beau. Ah ils vont être nombreux les boutes, en train.

Repost 0
20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 00:00

Je ne sais pas ce qui se passe, ça pullulait dans le journal ce matin. Des anniversaires dans tous les coins. C'est encore une conspiration pour me rappeler que j'en ai bientôt dans la famille, hein? Mais je fête pas mon anniversaire, c'est pas pour célébrer celui de ceux qui partagent mon sang de cochon.

 

Enfin bon, il parait qu'aujourd'hui, c'est les 60 ans du Vespa. Mais si, vous savez bien, l'espèce de petit scooter italien avec une face de patinette là. Voilà, le Vespa. Qui a fait rêvé dans les chaumières et dans les coeurs des adolescents à l'époque des pattes d'eph' et des romans photos. Non, pas dans les années 90, avant encore.

C'est aussi les 30 ans du metro bruxellois. Et pour rester dans le 30, paraitrait que ce serait les 30 ans du punk également. Je ne sais pas vraiment comment on peut donner une date anniversaire à un mouvement, mais c'est pas grave. Faut-il voir un lien entre les deux évènements? Ce serait un fidèle de Jacques Brel, mécontent du remplacement de ses trams préférés, rappelant le bon temps où Bruxelles bruxellait, qui aurait décrété qu'il lancerait le mouvement punk? Aucune idée, mais j'imagine bien Brel en punk, tiens.

Et sinon, c'est aussi les 20 ans des bas Dim. Alors je suppose qu'il s'agit d'une certaine catégorie de bas, parce que Dim, c'est quand même nettement plus vieux. Mais là, c'est pas grave, on, enfin je pardonnerai l'excuse marketing, Dim ayant fait beaucoup pour les fantasmes adolescents et les braquages de petites vieilles qui permettent de s'acheter des parties de babyfoot.

 

Alors pour célébrer tout ça, je propose à qui veut bien d'aller célébrer tous ces anniversaires sur un Vespa, dans le métro bruxellois, en bas Dim et en crête rose. Bon, que les volontaires ne s'inquiètent pas s'ils ne me voient pas, c'est que je serai en train de finir mon jambon. Mais qu'ils n'hésitent pas à m'envoyer une photo, je ferai une hola des doigts devant pour célébrer.

Repost 0
20 septembre 2006 3 20 /09 /septembre /2006 00:00

Le XXIème siècle est donc spirituel, il parait. Du coup, les idoles tombent. La plupart des grands mythes contemporains sont en train de chuter et on essaye de nous coller des légendes en carton toutes mitées à la place. C'est le buffet en chêne de ma grand-mère qui va être content.

 

Après Madonna qui n'arrive plus à s'envoyer au 7ème ciel qu'à coup de navette spatiale (" tu-ding! 7ème ciel: scaphandre, articles d'apesanteurs, hamsters"), après Garcimore qu'on assassine, c'est aujourd'hui au tour de James Bond de se faire déglinguer la face. Je ne suis pas spécialement fan du personnage, mais il faut bien reconnaitre qu'il a une image forte et iconique qu'on regreterait de voir modifier. Déjà qu'au niveau des acteurs pour l'incarner, tous n'avaient pas forcément la classe anglaise, alors ce n'est peut-être pas la peine d'en rajouter. Et pourtant si. Dans le prochain film, Casino royal, le blondinet un peu aryen qui incarne James ne tourne plus au Martini mais à la Heineken. Là, c'est pousser le bouchon un petit peu loin quand même. James tournant à la roteuse, faut peut-être pas exagérer non plus.

 

Mais ce sont les lois du marketing, et je crois qu'on ne pourra rien y faire. Encore un grand qui tombe. Il ne nous reste plus qu'Arlette Laguiller, AC/DC et le macdo comme piliers inébranlables. C'est pas gagné, notre histoire.

Repost 0
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 00:00

La première touriste de l'espace à peine envoyée en l'air, nos amis russes parlent déjà de la prochaine. Enfin, je ne sais si ce sera effectivement la prochaine, mais ils parlent en tout cas de la plus connue. Il paraîtrait donc que Madonna aurait dit lors de son passage en Russie qu'elle volerait bien à bord de la station spatiale internationale. Evidement, rien d'officiel mais en Russie, on s'emballe vite.

 

Seulement voilà, qu'est-ce qu'elle irait foutre là-bas, la madonne? Un concert depuis l'ISS? Je ne suis pas sur que l'apensateur l'aide beaucoup pour ses chorégraphies. Et puis le scaphandre, c'est tout de suite moins seyant qu'un ensemble Jean-Paul Gaultier. En plus, ce serait un coup à donner de mauvaises idées à Britney Spears. Je ne vois qu'une seule explication: elle veut évangéliser les extra-terrestres. Bah oui, depuis qu'elle est à fond dans la Kabbale, on peut pas dire qu'elle ait rencontré un grand succès sur terre. Déjà que les gens qui étudient ces livres là l'ont envoyé chier, vu que normalement, l'étude de la Kabbale n'est disponible qu'àprès des années de réflexion sur le Talmud (et accessoirement seulement aux hommes mais on s'en fout). Ca ne m'étonnerait qu'à moitié qu'on l'ait interdit d'essayer de propager la bonne parole, tel un Tom Cruise judaïque. Seul solution pour contourner le problème: s'attaquer aux petits gris et autres représentants de Vega. C'est vrai que Kabbale de l'espace, ça fait un peu Goldorak ou Albator quand même.

 

Donc, méfions nous. Si jamais elle s'embarque vraiment pour la station Alpha et que l'un d'entre vous voit débarquer un jour un prince cowboy accompagné de son poids-lourd spatial qu'aurait crevé un planitron ou un golgoth pas content, prévenez les autorités. C'est la faute de Madonna. A jeter sa petite culotte n'importe où, accompagnée d'un Talmud sur la gueule, on peut froisser certaines cultures.


Goldorak est mort par Les Fatals Picards.

Repost 0
19 septembre 2006 2 19 /09 /septembre /2006 00:00

Ce week-end, malgré un séjour sarthois pas totalement plaisant, j'ai pu en profiter pour faire sortir de mon pays natal, une de ses armes de délectation massive, à savoir la noix de jambon fumée de la ferme. Bon, elle était accompagnée de royales rillettes mais tout le monde les connait déjà. Et si c'est pas le cas, vous ne savez pas ce que vous manquez.

 

La noix de jambon fumée donc. Uniquement du maigre de jambon, bien fumé, à découper, dévorer, voire même cuisiner. Oui, moi l'adepte de la gastronomie pratique, je suis même prêt à sortir la poêle et à salir ma vaisselle pour un met de ce raffinement. Et j'ai donc propagé la bonne parole. Le coeur plein de foi et les mains pleines de jambon, je suis allé colporter l'amour de la noix sarthoise et le ravissement des estomacs. Certains, comme St Thomas, ont du faire parler la trancheuse et les dents pour croire (notamment elle, lui et lui) et ont enfin pu abandonner leurs moeurs dissolues dans la charcuterie corse ou les grenouillères des brigades du tigre. D'autres, sans doute plus purs face à la gastronomie et le bon gout, ont su voir la sainteté de la relique, rien qu'à l'odeur. Parmi les convertis par le nez, je pense qu'on peut compter elle, elle, elle et elle. Grace leur sera rendu au paradis des cochonneries (non, j'ai pas dit grasse et non, elles ne finiront pas mannequins chez Olida, vous comprenez rien à la foi!).

 

Prochainement, je continuerai le prosélytisme porcin chez mes amis belges, en espèrant que l'amour de la noix vous enveloppe tous bientôt. Mais poussez pas, y en aura pas pour tout le monde.

Repost 0
18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 00:00

Ce n'est plus un homme. Ce n'est plus qu'un numéro. Le numéro 16. Cloitré quelque part au centre de l'Italie dans une enceinte d'à peine quelques kilomètres carré, il ne peut communiquer ce qu'il sait à l'extérieur librement. Il ne dispose que de livres datant d'un ou 2 millénaires, voire plus, et d'un étrange canal cathodique.

 

Seulement voilà, la semaine dernière, tentant de communiquer avec l'extérieur, avec ceux qui ne sont pas du groupe qui le retient, il est passé par un texte codé du XIVème siècle qui n'a pas été compris. Alors qu'il lançait un appel pour sa libération, le code n'a pas pu être décrypté par ses destinataires qui l'ont pris comme un attaque sur leur pacifisme. Ils ont d'ailleurs décidé de répliquer à ce malentendu sur leur bonté, leur non-violence et leur ouverture d'esprit en allant poser des bombes. Ce qui au final pourrait peut-être faire l'espoir de 16, lui qui ne peut sortir de cette enclave où on le retient, sans se faire rattraper et enfermer par une bulle en verre pare-balles sur roues, siglée Mercedes. Et quand bien même il réussirait à lui échapper, les agents de l'organisation qui le retient se comptent par millions à travers le monde.

 

Toujours est-il qu'il compte les heures et tente toujours de s'évader, ne serait-ce qu'en mots, même si ses geoliers le censurent et déforment ses propos. Malheureusement, le temps joue pour eux. Il a été capturé à un age avancé qui ne lui permet plus de courir et de combattre sans passer pour un vieux con. Il a pourtant sans doute un message à faire passer. Comment pourrait-il en être autrement? On n'enferme pas les gens sans raison. Sa vérité doit faire peur. Mais elle n'est pas facile à porter, comme le montre cet extrait de conversation qu'il aurait tenu:

"(...) Overwhelmed as one would be
   placed in my position
Such a heavy burden now to be
   the one
Born to bear and read to all the details of our ending
To write it down for all the world to see


But I forgot my pen
Shit the bed again
Typical! (...)" *

Décidément, j'aimerai pas être à la place de Benoit 16.

 

* Extrait de Rosetta Stoned par Tool. A écouter ci-dessous.



Repost 0
18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 00:00

Le week-end a été rude. Après un départ pas facile, compliqué par ma poisse légendaire (selon certains avis autorisés, j'aurai un ancien cimetière indien dans les poches), il a fini par être très bon à partir de samedi soir. Toujours est-il qu'il a été un peu exténuant. J'en dors encore un peu. Et c'est dans ces moments là qu'on apprécie le calme campagnard.

 

En arrivant sur Bruxelles hier soir, j'ai eu la bonne surprise de constater depuis le train, le relatif désert présent dans les rues. J'avais oublié que c'était la journée sans voiture. Et contrairement à d'autres grandes villes qui organisent ce genre de choses en bloquant seulement deux grands axes, ici, c'est toute la ville qui était interdite aux autos. A l'exception des taxis et des transports en commun (qui étaient gratuits et plus nombreux pour l'occasion), ça fait tout bizarre de voir ces rues entièrement vides. C'est calme. Ca fait du bien. Les dirigeants bruxellois parlent de multiplier ces journées, je ne peux qu'être supporter. Déjà que Bruxelles me fait l'impression d'un village ayant les avantages d'une capitale, ce ne serait que bonheur sans les voitures partout. La capitale à la campagne en somme.

 

Ce qui ne veut pas dire que la campagne ait forcément besoin de la capitale pour être bien. Et pour ceux qui en douterait quand même, voici un exemple probant de choses qu'on associe trop souvent aux grandes villes: mesdames et messieurs, voici Kamini. Kamini, c'est le rappeur de Marly-Gomont. Eh ouais, fini Paris et St Denis, fini Marseille et les calanques, faites place au rap agricole. Il est temps de confisquer les jouets de cette élite de banlieue parisianiste qui croit que la culture passe forcément par les cours de béton. Le rap est à tout le monde, y compris les éleveurs de vaches. Alors total respect à Kamini et à son bon flow de Marly.

 

En attendant que Kamini devienne une star, même à Paris, je crois que je vais aller me recoucher et rêver à ma noix de jambon fumée, de la ferme aussi. Un rêve cochon, en somme.

Repost 0
15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 00:00

J'ai peu pour habitude de relayer des trucs chopés sur d'autres blogs (ou alors à mon insu), mais là, je vais faire une exception. Hier soir, Yannick (dont je vous conseille le blog d'ailleurs si vous êtes plublivore ou pas d'ailleurs) me contacte en me disant qu'il a trouvé un truc excellent. Et effectivement, ça l'est. Alors pour une fois, je relaye. Et mesdames, cette note est pour vous.

 

Cela fait des années que les cosmétiques masculins, voire pire (même les fabricants d'auto sont passés par là), jouent sur la carte du "utilise mon produit, tu vas niquer comme une bête". Tout le monde se souvient des pubs Mennen (pour nous, les zobs) ou plus récemment des campagnes Axe. Et jusqu'ici, au niveau féminin, ça jouait plutôt sur la beauté exacerbée, le bien-être des sens... En gros, ça vous faisait tout frais dans la culotte mais elle ne voyait pas plus le jour. Aujourd'hui, Reversa change la donne. Alors bon, c'est une ligne de cosmétiques qui s'adresse plutôt aux femmes mûres (comprenez: plus de 35 ans). Mais je suis sur que toutes les jeunettes y trouveront également leur compte. Pas des produits hein, de la campagne de pub. Reversa propose donc aux femmes de constater les effets secondaires, suite à l'utilisation de leurs produits. Et on peut dire que c'est chaud. Ca mériterait presque une diffusion le dimanche soir sur M6.

 

Vous pourrez donc constater les effets de votre crème de nuit ou de votre masque anti-plis... anti-rides, pardon, sur différents corps de métier. Ainsi, le boulanger vous montrera l'effet que vous provoquez chez lui quand il pétrit des miches. Le plombier deviendra aimable et nettoyera votre voiture. Le pompier sauve votre petit chat et le jardinier s'occupe de votre gazon. Y a pas à dire, ça va vous changer la vie. Et puis je suis sur que vous trouverez plus intéressant d'avoir un boulanger pétrisseur, amateur de fruits de mer qu'un rétinol actif (qui pourtant sera aussi là, sans doute).

 

Avec tout ça, vous pourrez pas dire que vous êtes pas gatées. Et c'est même pas la journée de la femme. Bon, c'est pas tout ça, mais faut que je m'achète un pack d'Axe, moi.

Repost 0
15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 00:00

Depuis ce matin au bureau, je n'arrête pas de croiser des gens souriants et apparement heureux. Leur excuse au bonheur apparent est qu'on est vendredi. Je ne sais pas ce que ce week-end a de spécial pour tous ces gens, mais c'est la fête. En tout cas, je sais que le mien, de week-end, va être bien rempli. Et pour tout dire, j'ai la grosse patate, en tout cas pour l'instant.

 

Ce soir, direct en sortant du bureau, direction Paris, via Bruxelles. Mon ami Mosquito vient de m'informer que finalement, mon super portable de la mort qui tue tout n'aura finalement pas besoin d'un retour en atelier à Montpellier, puisque le support téléphonique de Dell s'est montré super efficace dans le shamanisme informatique. C'est déjà une bonne nouvelle, même si je vais porter la bête tout le week-end (je ne m'en plains pas).

Demain matin, lever très tôt, direction Le Mans, puis un bled paumé de ma Sarthe natale pour assister au mariage d'un de mes cousins préférés. Ca fait toujours plaisir, surtout que sa promise est assez sympa. Et puis aussi surtout parce que je ne resterai que le temps amplement suffisant pour apprécier l'évènement. J'évite habilement les jeux débiles de fin de banquet pour retourner sur Paris, sans avoir oublier de faire le plein en excellente charcutaille de la ferme.

Je reviens donc samedi soir sur Paris, chargé et sans doute déjà un peu mort, pour me rendre directement à la soirée anniversaire de PotinBlog. J'avoue sans honte que je m'incruste alors que c'est un blog que je lis peu, mais y des gens biens que j'ai envie de voir. Et puis c'est toujours agréable de rencontrer des gens qu'on aime bien lire, surtout quand eux ne vous connaissent pas. Moi j'aime bien.

Après avoir bien transpiré sur des rythmes rockeux, je squatte éhonteusement chez des gens que je ne connais pas et réciproquement. Comme quoi, l'hospitalité n'est pas totalement perdue en France. Ils m'invitent même à un brunch de dimanche matin pour lequel je ferai pêter la noix de jambon fumée artisanale, pur bonheur gustatif.

Enfin, normalement, pot dans un bar avec distribution de charcutaille, avant de retourner finalement sur Bruxelles où je n'aurai plus qu'à faire ma lessive avant d'aller m'enterrer au lit.

 

Tout ça pour dire que même si ça ne vous passionne pas, lundi matin, va pas trop falloir compter sur moi. On a beau partir avec la grosse patate, je suis pas sur de revenir avec la frite. Enfin bon, ça s'annonce épuisant mais bon. J'en tremble déjà dans mes chaussettes.

Repost 0
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 00:00

Et comble du bonheur, elle est en pleine forme, youpi tralala. Madame Nasco est donc de retour au bureau. Bon ok, ça fait plus d'une semaine, mais il faut le temps pour accuser le coup. Et comme de bien entendu, elle rentre à peine, regarde tout son boulot en retard et commence à déléguer. C'est beau l'ivresse du pouvoir. Surtout celui qu'on n'a pas.

 

En effet, cette chère collègue avec qui je ne partage plus rien à l'exception de mon bureau, n'est pas vraiment plus haut placée que n'importe qui d'autre dans la pièce. Mais c'est pas grave, elle fait tout comme. A la personne qui lui demande quels sont les gens qui bossent pour son projet dans l'outil que j'administre, elle la renvoie vers moi. Sachant que je suis support pour tous les projets du site et que ces gens, elle en responsable, vu qu'elle les a formés, j'en ai un peu aucune idée et franchement rien à battre. A mon collègue qui gère tous les autres projets dans mon outil et a du la dépanner pendant une heure sur le projet de madame qu'il ne connait pas, elle renvoie toutes les demandes de renseignement. Il est ravi. A l'autre collègue avec qui elle est censé bosser et dont elle doit reprendre le boulot un jour (comme si le projet n'avait pas assez de millions d'euros d'indemnités de retard), elle dit qu'elle a trop de travail pour l'aider. Enfin bon, pour une fois, elle a fait un heureux. Ben oui, il tenait quand même à finir son boulot un jour, sans passer 4 fois plus de temps que nécessaire, à cause des explications répétées qui, en plus, ne donnent rien.

 

Enfin bref, c'est la bonne ambiance. Je suis content de voir que mon opinion sur elle n'est plus que la mienne. Bien sur, vu sa présence au comité d'entreprise, elle est un peu blindée niveau emploi, un peu comme un délégué syndical. Mais bon, mes collègues n'ayant pas ma pratique du stoïcisme, propre à toute personne faisant du support informatique, elle devrait se faire rapidement insulter, même si c'est à mot couverts et diplomates. Cette fois, y a pas de doute. Je crois que la rentrée est bien entamée.

Repost 0