Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2006 1 20 /11 /novembre /2006 00:00

Bonjour, je m'appelle cubik et je suis drogué du web.

 

Je pensais m'en être un peu sorti. Avoir sociabilisé un peu. Avoir appris à gérer ma dépendance. Ne m'en servir que comme placebo en l'absence de gens et plus comme une priorité. Et depuis peu, j'ai replongé. Et je sais exactement pourquoi. C'est la faute à mon nouveau portable.

 

Depuis que je l'ai, je n'ai plus qu'une position chez moi: assis sur le canapé. Les télécommandes à portée de main, le portable sur les genoux. Même plus besoin d'allumer la lumière, celle de l'écran suffit. Je suis dans le monde en restant assis. Bon, je me lève quand même pour visiter mon frigo, il ne faut pas abuser. Mais sinon, c'est très statique. Avant, je faisais au moins un peu de sport, chaque fois que je descendais de ma mezzanine pour manger un bout de chocolat ou voir les buts pendants les matchs. Mais là, c'est fini. Je suis en train de creuser mon canapé avec la forme de mon cul.

 

Ce qui me rassure (ou me désole peut-être), c'est qu'il y a encore pire que moi. J'arrive à calmer mes pulsions quand je reçois. Peu, mais quand même. Ce week-end, alors que je chattais en matant scrubs, j'ai vu débarquer une jeune fille, sympathique au demeurant, mais qui a passé sa soirée sur msn alors qu'elle était invitée chez des amies. Le stade du junky débutant. Je suis content de voir que je n'en suis plus là. Bon allez, j'ai des mails à lire et on m'attend sur msn.

Repost 0
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 00:00

Je savais bien que ça finirait par arriver. A force de toujours vouloir avoir raison, fallait bien que ça tombe. Et je sentais bien que la semaine était bien parti. Le pc portable qui arrive enfin et qui fonctionne, Ryanair qui annonce sa liaison Madrid-Bruxelles, la débauche d'une de mes anges permettant la reconstitution de l'équipe de choc sous peu... Vraiment, ça s'annonçait pas mal. Et puis c'est arrivé.

 

Ca fait une semaine que je bosse. Mais vraiment. Pas comme si j'avais vraiment le choix en fait, vu la pression qu'on me met depuis l'étranger. Mais bon, je m'y suis soumis volontiers. Je ne sais pas si c'est du à mes insomnies actuelles ou au fait que pour une fois, ce n'était pas totalement chiant, mais je m'y suis mis. Et ce matin, j'ai même commencé par ça. Je me suis dit que ça paierait un jour. Et j'avais raison. Alors que je sais que je vais avoir du taf comme ça au moins jusqu'à la fin du mois, ce matin, ayant fini mes corvées, j'ai prévenu. Le truc dont tu t'abstiens généralement, histoire d'avoir une pause plus ou moins longue, suivant la mémoire du mec en face. Ben non, j'y suis allé et tout, peur de rien. Avec même un pitit sentiment du devoir accompli et la fierté d'avoir mérité ma paie. Et là, le miracle. Les mecs qui sont pourtant super débordés et prêts à me filer la moindre saleté qui traine sur leur planning, m'informent qu'ils vérifient mon job (normal) et que là, ils me donneront la suite lundi matin. Comme quoi, je peux glander tout l'aprem. Je savais bien que j'avais raison de me laisser aller depuis ce matin.

 

Ah d'un coup, ça me détend encore plus. Faut que je fasse gaffe à pas glisser de ma chaise, dis donc. En même temps, fallait bien ça pour compenser le train avec un retard d'une heure et demi d'hier soir, et le môme supra-dépendant de sa mère (à 10 ans, quand même) ce matin, auquel je me suis retenu d'en coller une. Et puisque je suis seul dans le bureau avec madame Nasco cet aprem, je crois que je vais peut-être me relacher jusqu'au concert de pet. Ahhhh relaxation.

Repost 0
17 novembre 2006 5 17 /11 /novembre /2006 00:00

Bientôt 10 ans. Ca m'a frappé ce matin, je ne sais pas pourquoi. Ca va faire presque 10 ans que je sillonne les autoroutes de l'information. Bon, ça fait pas très longtemps que j'ai mon propre véhicule. Jusqu'ici, je donnais plutôt dans le co-voiturage (les chat), voire les transports en communs (les forums). Bon, j'ai bien du avoir quelques mobylettes oubliées par ci par là, mais rien de significatif. Et bon, comme ici, en plus d'être mon véhicule, c'est mon aire d'autoroute, il était temps que je m'arrête.

 

Ben ouais, c'est la pause pipi en quelque sorte. Faut dire aussi que j 'avais besoin de souffler. Entendre sur l'autoradio que Christine Boutin est la représentante PS pour la prochaine présidentielle, ça calme un peu. Hein? Comment? Ah pardon, on me dit que ce serait Ségolène Royal. Je ne sais pas pourquoi, j'ai tendance à un peu toujours les confondre ces deux là. Ca devrait pourtant être facile de les distinguer, y en a une qu'a des lunettes. Comprends pas. Enfin bon, c'est le genre de nouvelle qui annonce un embouteillage prochain sur le web. Pire que la caravane du tour de France. Ca va y aller les fourgonnettes roses, les camions avec les haut-parleurs, comme pour annoncer le cirque, tout ça. Et je parle même pas des autres partis de droite qui vont y aller aussi de leurs bruits et surtout de leur image. En cachant bien les petits au passage, bien sur. Faut dire aussi qu'avec 36 candidats à la candidature, enfin 34 depuis hier, y en a forcément qu'on ne verra pas non plus. Ce qui n'est peut-être pas plus mal, on n'est pas en Californie.

 

Enfin bon, il était temps de s'arrêter un peu. J'en consommerai, je crois que ce serait la pause café/clope. A la place, je vais juste souffler un coup, et éviter l'axe autoroutier des vacances journalistiques et des sujets tout faits sur la politique et l'insécurité pour aller souffler un peu sur les axes tranquilles de campagne électronique qui sentent un peu la déconne et la bouse. On a quand même sérieusement le temps avant d'arriver aux élections, donc je verrai plus tard.

Repost 0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 00:00

(Je m'excuse par avance à Sttellla à qui j'ai piqué éhonteusement ce titre)

Cet après-midi, je comptais vous causer sérieusement, pour changer. Enfin sérieusement. J'allais parler de faits précis (même si pas toujours comme me le souligne souvent Sylvain). Je voulais faire un truc sur la dernière info sortie des comptes européens, indiquant que le milieu artistique participait plus aux revenus européens que le secteur de l'automobile par exemple. Et puis finalement non. Aujourd'hui, c'est hommage.

 

Aujourd'hui, ça aurait été l'anniversaire de feu Garcimore. Je sais, je vous ai déjà parlé de lui (vous chercherez), mais il mérite. J'aimerai bien qu'il soit encore là, celui que je qualifierais comme étant le plus grand magicien de tous les temps. Ca me donnerait enfin une occasion de regarder la télé. Ah c'est clair qu'il enterre allègrement les Sylvain Mirouf et autre David Schiffer. Même Houdini et Gérard Majax ont mal aux fesses dans leurs tombes respectives. J'espère sincérement que les saints Bogdanoff s'occupent bien de lui au paradis des gens gentils. J'aurai bien aimé qu'il nous fasse le coup de ressuciter un peu, genre dernier tour de magie réussi. Mais bon, voilà, c'était quand même le spécialiste du "hi hi, des fois cha marche pas".

 

Tant pis, on fera avec ce qui reste. A savoir, Denise Fabre. En tout cas, total respect pour Garcimore. Je ne comprends d'ailleurs toujours pas que ce jour ne soit pas encore férié. Je vous demanderai bien de faire une petite minute de silence, seulement voilà, le web, ch'est comme la machie. Des fois, cha marche pas. Hi hi.

Repost 0
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 00:00

L'alcool est un ennemi. Et même si fuir l'ennemi, c'est lache, il y a certains moments où je me dis que certains devraient se calmer sur la bataille. Même si en Belgique, la bière est patrimoine et tradition nationale, comme indiqué sur les bouteilles, c'est à consommer avec sagesse.

 

Parce que bon, lire dès le matin que près de 60% des belges sont super confiants dans la sécurité de leur emploi, ça me parait énorme. Je sais, je sais, je ne suis qu'un vil pessimiste. Et en plus, avec mon emploi précaire, je ne suis pas le mieux placé pour en parler. Mais bon, je me demande quand même si certains n'abuseraient pas de la gueuse. Je sais qu'on ne licencie pas ici aussi facilement qu'aux usa par exemple, mais bon. Quand j'apprends dans le même temps qu'un bon gros tiers des patrons flamands estiment que passé 50 ans, un employé est vieux et devrait quitter l'entreprise, ça me rassure pas non plus.Sachant que ces mêmes entrepreneurs déclarent même avoir des plans tous prêts pour pousser les gens à la pré-pensions et que d'un autre côté, on nous dit qu'il faut travailler plus, franchement, j'ai peur. Et je m'étonne que tous ces belges ne l'aient pas.

 

Alors bon, je n'aurai deux petits conseils à donner. D'abord, essayer cette boisson, censée aider à désaouler. Parait que ce truc vous évite l'effet gueule de bois et peut jusqu'à supprimer 1g d'alcool dans le sang. Même si je reste septique sur le chiffre, je sens bien que j'aurai bientot des retours de quelques soiffards qui ne se priveront pas d'essayer le truc. En tout cas, une fois dégrisé, 2ème conseil, vous adonner à ça:

 


Si avec ça, on se sort pas la tête du cul des bisounours, je ne vois pas ce qu'on peut faire.

Repost 0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 00:00

Après avoir gambadé tout l'été, il va être temps pour les ours d'hiberner. C'est les paysans des pyrénées qui vont être contents.

 

Tout l'été, l'ours s'est promené. Il a vu ses amis (un peu), il a mangé (beaucoup). Il s'est frotté un peu partout et a marqué son territoire. Il a joyeusement dévoré la brebis et violé la femme de Monsieur Seguin, à moins que ce ne soit l'inverse. Il a répandu ses poils dans les bois, tranquille, sûr de lui. Il a chassé le saumon et le touriste, à qui on avait pourtant dit de ne pas nourrir les animaux. Il a même posé pour les photos des magazines animaliers, et essayé de fuir les paparazzis à la solde de Jean-Pierre Pernaud. Sur un coup de chance, il a même réussi à jouer au foot avec des momes qui avaient du trop regarder Bouba. Et puis l'automne est arrivé. Il a commencé à faire froid. Les jours ont raccourci. Il était temps de faire du gras et à songer sérieusement à aménager douillettement sa grotte pour passer l'hiver à dormir.

 

Seulement voilà, il faut toujours qu'il y ait des pénibles qui viennent faire chier l'ours à ce moment là pour le faire bosser. Et l'hibernation, ça vous dit rien? Vous regardez jamais les documentaires animaliers, ne serait-ce que pour voir des êtres qui se la donnent de temps en temps? Parce que bon, ok, c'est grace à vous que l'ours finance sa turne, mais il y a certaines contraintes biologiques qu'il faudrait pas oublier non plus. Alors l'ours aimable, gentil et calin, a appris à rester courtois en toute circonstance, mais là, va pas trop falloir lui briser menu quand même. C'est vrai quoi, laissez faire un peu la nature, bordel.

Repost 0
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 00:00

Souvent, on me demande ce que je suis venu faire en Belgique. Encore hier soir, ça m'est arrivé. Et j'ai beau expliquer que j'aime Bruxelles, les gens, les bd, les frites, les chocolats, les gens ont du mal à comprendre. Je ne bois pas de bière, je ne vais pas voir les putes, je ne fume pas du belge... Paraitrait que je suis trop sain(t?). Mais non, en fait, j'ai un plan machiavélique qui me pousse à rester ici.

 

Bah oui, en fait, je suis un enfoiré qui attend impatiement le réchauffement planétaire. Et je sais que je n'aurai pas à attendre longtemps. Encore ce matin, on annonçait un réchauffement d'un bon 1,5°C de la Mer du Nord. Parait aussi que ça tue les oiseaux. Près de 80% des espèces sont menacés si on passe les 2° de plus par rapport à l'ère dite industrielle. Moins de piafs pour me réveiller le matin. Moins de merdes sur le pare-brise de mon futur 4x4. Moins d'oiseaux mazoutés à nettoyer quand j'irai faire ma B.A. annuelle. Et du soleil et une mer chaude. Le pied quoi. En plus, des gens gentils et qui savent profiter de la vie. Vraiment, la Belgique ne présente que des avantages. Et en s'y installant suffisament tôt, non seulement on ne passe pas pour un salaud de profiteur, mais en plus, on peux acheter un logement à beaucoup moins cher sur la côte, avant l'explosion des prix. Surtout quand la côte d'azur sera sous la flotte, réglant au passage le problème des retraites en France et évitant une migration des vieux par ici, et que la mer arrivera en bas de mon immeuble, à Bruxelles.

 

Je ne sais pas si les belges m'apprécieraient autant si je leur disais tout ça. En même temps, je reste un connard de français, donc, je ne sais pas si ça les surprendraient tant que ça. Ahhh y a quand même des jours où il fait bon être un saint. Vivement la quête.

Repost 0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 00:00

Bon allez, soyons sérieux deux minutes et parlons un peu livre. Oui, oui, un vrai livre avec des mots écrits dedans. Oui, j'ai appris à lire, parfaitement! Un livre donc. Le livre d'une pote même. Mais c'est pas parce que c'est une pote que je t'en parle aujourd'hui, ami lecteur (toi aussi, tu sais lire, dis donc). Non, si aujourd'hui, je te parle du livre de Virginie, c'est parce que c'est du bon.

 

 

Le livre s'appelle donc L'illusionniste. Tu en as peut-être déjà entendu parler chez Tibou, vu qu'il a bien aimé aussi. Et pourtant, on n'a pas vraiment les mêmes gouts littéraires. C'est dire si cette histoire parle à tous. L'illusionniste, c'est l'homme aimant. Le problème est qu'il s'aime d'abord lui. Et il aime qu'on l'aime. Satisfaire son besoin de reconnaissance, d'amour, de domination. Ce bouquin montre à quel point l'amour peut être un ruban qui décore d'un côté tandis qu'il enchaîne de l'autre. Décoration du trophée convoité, enchaînement de la passion. L'amour comme un sport pour l'un, comme une drogue pour l'autre.

Le livre est écrit en phrases courtes. Rapides. Pressées. Qui traduisent bien le sentiment de dissimulation, de peur de se faire prendre. Mais aussi l'urgence, le rush du junky qui veut sa dose. L'intimité aussi. La proximité avec la narratrice qui s'adresse à la femme de son amant, à son enfant à naitre aussi. Une proximité qui fait qu'on se retrouve emporté dans l'histoire, dans l'urgence. Le train dans lequel j'ai commencé à lire aurait eu un peu plus de retard, je crois que je l'aurai lu d'une traite. Une sensation de familier pour beaucoup, je pense. Un espoir d'espoir. Mais ce n'est pas un conte de fée. C'est une histoire d'amour. Et pas une des plus faciles.

 

Vraiment, je ne peux que vous conseiller de lire ce bouquin. Pas parce que Virginie est une pote. Pas parce que je l'ai bien aimé. Mais parce qu'il est bien écrit. Qu'il est prenant. Et que cette histoire humaine, elle vous parlera sans doute plus que tout roman inventé.

Repost 0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 00:00

Hier, c'était une journée molle. C'était lundi. C'était un soir de Novembre, avec la nuit qui part tard et arrive tôt. C'était pas spécialement la fête, quoi. Et même si j'ai fini de récupérer l'essentiel de mes données sur mon nouvel ordi portable, ce qui me permet de mater Scrubs en même temps que je chatte, c'était pas la folle ambiance. Et puis, au hasard d'une recherche sur le web, il est apparu. Enfin, plutôt ré-apparu. Une de mes grandes idoles du web is back: Izbul est dans la place.

 

Alors comment vous le présenter? Izbul est un jeune homme partageant sa vie entre la banlieue parisienne et la Floride. S'il est une phrase qui le décrit, je crois que ce serait Mens sana in corpore sano. En effet, il cultive son corps pour être bien dans sa tête. En plus, il est un indéfectible romantique qui pense énormément aux demoiselles, au moment de prendre soin de son petit corps musclé. Malheureusement, nous avons été privé de sa présence en ligne de nombreux mois, par la faute de jaloux hystériques qui s'acharnaient à l'insulter en commentaire. Des intégristes du bon gout et de la dialectique sans doute. Car Izbul dérange. Son sens réformateur de l'orthographe, sa mise en avant pour satisfaire les goûts féminins, ses prises de position, ses croyances, ses connaissances du rap, tout fait débat. Je crois que c'est à cela qu'on reconnait le génie.

 

Personnellement, je le place dans mon panthéon entre Jean-Claude Van Damme et Steven Seagal, deux autres grands penseurs méprisés. Et je ne peux que saluer son retour sur la toile qui, s'il génèrera la création de nouvelles insultes, sera surtout le garant de ma bonne humeur à chaque nouvelle note. Je ne peux que vous inviter à aller sur son blog en commençant bien par le début (c'est-à-dire la dernière page), pour bien saisir l'ampleur de la chose. Izbul is back! Spéssial dédika$$ pour les ladies!

Repost 0
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 00:00

Monsieur Popo est une racacaille. Il passe ses journées à trainer dans la bensbensbens, où il aime bien chanchanter à base de powpow powpow. Comme il aime bien avoir la claclasse, il s'habille  à base de fringues thuthunées. Et même parfois, il va regarder les coucourses à l'hippopodrome. Il est un peu concon, mais ça le fait bien ririre.

Sinon, monsieur Popo aime bien glanglander dans la vivie. Il aime bien aussi sa cocopine Viviane, une jeune militante cocomuniste qu'il appelle affectueusement Vivi. Et pourtant, ce n'est pas facile facile tous les jours. Ben oui, pas facile de réussir dans le rarap, quand on est bèbègue. Ce facheux handicap lui a pesé toute sa vivie. D'autant plus quand on a des ambitions culculturelles. Du coup, monsieur Popo a du troutrouver un jojob pour pouvoir manger un peu. A un moment, il avait la plaplace idéale en tant que porte-paparole à l'ONU pour monsieur Boutros Boutros Gali. Mais il s'est fait virer à l'arrirrivée de Kokofi Annan.

 

Décidément, monsieur Popo n'a pas de chanchance. Il risque de tomber rapidement dans l'enferfer de l'eau ferrigineuse ou des drodrogues encore plus dudures. On lui a bien proposé des plaplaces de dame pipi, mais monsieur Popo a sa fiertété. Où ça nous mèmène l'abus de la fonction vibreur des tétéléphones portables?

 

Et je fais une note qui veut rien dire si je veux.

Repost 0