Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 00:00

Puisque le réveillon s'est fait sous les bons auspices de l'échafaud (Saddam, si tu me lis d'en bas, bravo pour le buzz sur le web, mec), il n'y a pas de raison que ça s'arrête. Ca a du donner le ton pour le reste de l'année. Je crois que 2007 sera mortelle.

 

D'un autre côté, il faut bien voir que ça va faire plein de postes à prendre sous peu. Bon, déjà, dictateur au Moyen-Orient, faudra attendre un peu que les ressources "humaines" états-uniennes lancent le processus de recrutement. Mais bon, en attendant, vous pouvez aussi faire infirmière en Libye. Bah oui, vu que 5 infirmières bulgares et un docteur palestinien sont toujours condamnés à mort là-bas, faute d'indemnisation des employeurs, il y a un créneau de libre. Bon, par contre, faudra vous armer de foi si vous comptez postuler, parce que la science ne fait pas tout. Surtout quand on veut vous coller des trucs sur le dos. Alors un exorcisme en arrivant, ou une bénédiction, je ne sais pas, ce sera pas du luxe. Histoire qu'on vous accuse pas d'avoir bouché les toilettes, inoculé le cancer à un patient ou tué le cadavre qui pourrissait depuis 3 mois avant que vous n'arriviez. Parce que bon, c'est toujours plus facile de vous foutre en taule que d'engager une équipe d'entretien compétente.

 

Donc voilà, je suis sur qu'il ne doit pas y avoir des tonnes de candidatures. N'hésitez pas à adresser vos CV et lettres de motivation à l'ambassade de Libye. Et si le poste ne vous intéresse pas, vous pouvez toujours participer aux demandes de libération des accusés à tort (ou en tout cas, essayer de leur éviter la mort), histoire qu'il y ait quelqu'un pour s'occuper des vieux à leur prochaine canicule.

Repost 0
12 janvier 2007 5 12 /01 /janvier /2007 00:00


Lateralus - Tool


C'est l'heure de prendre le train. Le temps d'éteindre le pc, d'enfiler l'écharpe et la veste et c'est parti. L'intro guitare me laisse le temps de sortir du batiment. La batterie arrive et me lance dans le vent au moment où je sors.

Black and white are

all i see (...)

 

Je suis encore relativement protégé par la route au dessus de ma tête. Juste le vent qui claque pour l'instant. Et j'avance. Pas prendre le temps de réfléchir.

Over thinking

over analyzing

separates the body from the mind

Withering my intuition

missing opportunities and i must

Feed my will

to feel my moment

drawing way outside the lines

 

Petite accalmie le temps de traverser la route. Et c'est reparti. Un peu plus fort. Comme le vent. Premier pic dans la ligne droite vers la gare.

Feed my will to feel this moment

urging me to cross the line

Reaching out to embrace the random

Reaching out to embrace whatever may come!

 

Reprise de souffle. Continuez à avancer, mes jambes. Contre le vent et la bruine qui s'en mêle. J'arrive à l'esplanade de la gare. J'avance résolument en plantant bien les pieds dans le sol pour ne pas décoller et pour maintenir ma marche rapide. Et l'orage explose en même temps que mes oreilles et mon souffle.

With my feet upon the ground

I move myself between the sounds and

Open wide to suck it in

I feel it move across my skin

I'm reaching up and reaching out

I'm reaching for the random or

what ever will bewilder me

What ever will bewilder me

And following our will and wind

we may just go where no one's been

We'll ride the spiral to the end and

may just go where no one's been

Je traverse la gare sans ralentir. Mes mollets crient pitié mais ils attendront le quai pour souffler.

Spiral out

Keep

Go-ing...

 

Vivement le prochain orage.

Repost 0
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 00:00

Je croyais que les vampires ne faisaient plus recette. Maintenant, on est plus attiré par les zombies. Une génération tf1, sans doute. Et apparement, ça se confirme. Le chateau de Dracula est en vente. Il a du partir à la retraite. Pauvre vieux.

 

Faut dire que le créneau de verseur de sang est un peu surchargé ces temps ci. Y a qu'a voir les USA qui renvoient des soldats en Irak, contre l'opinion de... de tout le monde en fait. C'est sur que quand tu te ramènes avec tes canines avec lesquelles tu ne peux faire qu'une victime à la fois, t'as un peu l'air d'un con. Pire, d'un amateur. Et pis bon, ce genre d'opération, ça fait de la nourriture à mort-vivant, plus que de l'hectolitre sanguin à boire. C'est limite du gaspillage. Sans compter toutes les maladies qui trainent, de nos jours. Du coup, vaut mieux penser à se retirer. J'imagine que Dracula aujourd'hui a du se faire limer les dents, les ongles et doit bosser comme livreur de pizza ou gardien de nuit. On survit comme on peut. Au début, il faisait coursier pour les hopitaux, mais bon, s'il allait assez vite en se transformant en chauve-souris, il pouvait pas s'empêcher de taper dans les litres de sang qu'il transportait. Non en fait, il doit bosser dans un abattoir ou une boucherie. En tout cas, ça ne lui rapporte pas assez pour entretenir le chateau.

 

Du coup, le domaine est à vendre. Je ne sais pas s'il a nettoyé la crypte avant de partir ou s'il s'est gardé un petit coin à lui sans prévenir personne. J'imagine par contre que les pals sont toujours là, avec leurs derniers occupants. Ca donne toujours une touche pittoresque au coucher du soleil. Reste plus qu'à espérer que ce ne soit pas une vente en viager par contre.

Repost 0
11 janvier 2007 4 11 /01 /janvier /2007 00:00

Oui, des fois, je parle mal. Et même souvent. Et donc, la bombasse du moment, c'est Kate Winslet. Enfin du moment... Depuis Eternal Sunshine of the spotless mind en fait. Je sais qu'elle doit être plus connue pour Titanic mais vu que je refuse de le voir (en plus je connais la fin), on va dire que c'est grace au personnage de Clémentine.

 

Et donc Kate, elle serait pas mariée, ce serait où elle veut, quand elle veut. Mais voilà, elle est mariée. Quel dommage. Je ne suis pas très partageur. Mais Kate (car je sais que tu me lis), tu es belle quand même. Et tout au naturel en plus. Pour ceux qui en douteraient, vous pouvez aller vous louer le film avec Harvey Keitel là, Holy smokes, je crois qu'il s'appelle. Dedans, on peut bien constater qu'elle est belle de partout. Bon, je sais, les effets spéciaux ont fait de gros progrès, mais moi j'y crois. Et comme elle dit partout qu'elle est contre la chirurgie plastique et qu'elle aime ses courbes au naturel (et moi aussi (non, ça elle le dit pas, mais je le dis quand même)), ça a tendance à réaffirmer ma foi envers la beauté authentique de Kate. Vraiment dommage qu'elle soit mariée.

 

Sauf que récemment, elle a déclaré que si elle passait par la chirurgie esthétique, ce serait un cas de divorce. Me voila donc torturé entre l'admiration de ses résolutions, de son naturel et de ses formes et l'envie de la voir enfin libre (quoi? mais si, j'aurai mes chances si elle était libre!). Arrghhh donc. Bon, me reste plus qu'à miser sur Raël pour qu'il libéralise le clonage en masse.

Repost 0
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 00:00

Ah les réveillons, on rigole. Vous savez ce que c'est. On prépare la musique pour bien rigoler et chanter toute la soirée. Et comme j'étais chez des fans du kistch, on rajoute quelques conneries rigolotes. Genre des restes de concours de chansons pourrites ou des génériques de séries télés ou de dessins animés. Et comme on bouge, c'est mieux de les mettre dans le lecteur mp3, c'est plus facile à transporter et à récupérer. Seulement voila, les fêtes, elles ont toutes une fin.

 

J'ai jamais eu de problème pour switcher entre différents styles musicaux. Passer de Rage against the machine à Zazie, ou de Abba à Joey Starr, ça ne me pose pas de soucis. Je sais que ça fait vomir certains de mes amis, mais moi, ça passe. Des années d'éclectisme pour en arriver là. Mais même l'athlète le plus entrainé à ses limites. Ce matin, ça a été la claque en pleine oreille. Fracture interne du tympan droit. Ah ça, passer de Metallica au générique de Gigi, ça fait mal. Alors c'est sur que Gigi, quand elle vient, c'est la magie. Mais la magie fonctionne sans doute mieux quand on a l'image en même temps. C'est sur que mater Gigi qui tournicote à poil avec les seins qui poussent d'un coup, pour finir habillée en bunny girl, ça fait pas mal de magie dans les caleçons. Genre multiplication des taches ou ouverture des slips en deux. Une sorte de miracle quoi. Mais quand c'est juste le son, ben la magie se limite fortement à une envie de faire disparaître le casque.

 

Alors ce soir, grand ménage. Il va être temps d'alléger un peu Archos (c'est le pitit nom de mon lecteur mp3) du mauvais poids qu'il a pris pendant les fêtes. Bon, je ne suis pas un barbare, je ne vais pas tout balancer à la poubelle non plus. Colargol sera sans doute sauvé de la purge. Mais par contre, Gigi, c'est fini.


Repost 0
10 janvier 2007 3 10 /01 /janvier /2007 00:00

Au bout de deux ans, je crois qu'il est temps d'arriver aux conclusions de mon enquête. J'ai pourtant cherché partout. Bon, partout dans mon supermarché GB en tout cas. Et dans quelques friteries. Et pourtant, rien à faire. Il est introuvable. Le steack haché n'existe pas en Belgique.

 

Bon, évidement, si tu vas chez le boucher, tu peux toujours en demander un. Un vrai, un gros, tout rouge qu'il est bon. Mais le steack haché surgelé à 10 euros les 20 pièces comme tu trouves dans n'importe quel Ed. de France, peau d'zob. Sauf dans les chaines de fast food, mais c'est moins drole. Partout ailleurs, aussi bien dans les friteries que les supermarchés, tu n'as que des hamburgers. Autant, en France, on confonds allègrement les deux, autant ici, il y a une différence. Le hamburger belge, c'est une espèce de conglomérat entre du boeuf et généralement de la tomate, des oignons, des épices, voire parfois une autre viande (genre du cochon (et pourtant, tout est bon dans le cochon)). En gros, un truc préparé. Rien à voir avec un steack haché pur boeuf. Bon, je sais que niveau surgelé, même si c'est pur boeuf, ça ne veut pas forcément dire pur steack. Mais c'est pur boeuf quand même. Du coup, pas moyen de me faire mes fameusement rénommés cubik's burgers. Ca me frustre.

 

Heureusement, comme le monde est bien fait, le Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain, bon, copieux, pas cher) vient de récupérer un vrai hachoir à viande. Avec une manivelle à la main et tout. Du coup, je peux enfin déguster des mitraillettes (en France, on dit un sandwich américain) avec des vrais steacks hachés. Décidément, c'est beau la Belgique.

Repost 0
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 00:00

Quand j'étais pitit, ma maman me faisait souvent un gateau à rien, aussi appelé gateau de Savoie. Et puis après, j'ai appris à le faire, parce que c'était facile et quand même bien bon (surtout la pate pas cuite en fait). Aujourd'hui, quand je dis que je sais faire ce gateau à rien, on me le réclame. J'ai l'impression que ma maman n'était pas la seule à pratiquer le gateau de Savoie. Moi qui croyait détenir un secret de famille. Enfin bon, plutôt que de m'amuser à devenir papy Brossard, je vais vous faire profiter de la recette pour que vous puissiez le faire vous-même.

 

Donc, pour le gateau de Savoie à la sarthoise, il vous faut d'abord un certain équipement. Un saladier, pour contenir la pate. Un fouet (pas électrique, ni en cuir hein) ou mieux, une cuillère en bois (oui, c'est mieux, vous comprendrez pourquoi plus tard). Un verre genre verre de cantine avec ton age au fond ou verre à moutarde. Une cuillère à soupe. Un plat rectangulaire qui va au four.

Ensuite, il vous faut les ingrédients. Alors, il vous faut 2 oeufs. Deux verres de sucre en poudre. Trois verres de farine. Un sachet de levure. Un sachet de sucre vanillée (ou une grande cuillère pour ceux qu'ont po de sachet) ou tout autre truc qui donne un peu de gout pour remplacer (genre de l'extrait d'amandes amères (mmmhhh)). Une pitite bouteille (ou brique) de crème liquide. Eventuellement, un peu de lait. Et du beurre (pour beurrer le plat, donc ça compte pas vraiment).

 

Alors, dans le saladier, vous cassez les oeufs. Vous enlevez les coquilles, ce sera mieux. Et vous les battez, les fouettez, les liez (oui, lier, c'est pour la crème, mais je dis ce que je veux). Une fois que tout ça est bien liquide, vous versez le premier verre de sucre. C'est important de verser et mélanger chaque verre un par un, ça fait une pâte plus jolie. Donc vous mélangez bien. Quand c'est fait, vous versez le deuxième verre de sucre. Et vous touillez énergiquement. Normalement, vos oeufs doivent blanchir un peu, si vous faites ça bien. Après ça, vous versez le premier verre de farine. Comme les oeufs, c'est bien liquide, ça ne pose pas trop de problème à ce niveau là. Vous mélangez bien tout pour éviter les grumeaux, et vous mettez la levure. Pareil, comme à chaque ingrédient, on touille, on tourne, histoire d'avoir un truc un peu homogène. Deuxième verre de farine. Là, ça commence à se compliquer, mais normalement, vous devriez réussir à tout bien mélanger. Ajout du sucre vanillé (ou une petite cuillère d'extrait d'amande d'amère, au choix). Fouettage et troisième verre de farine. Là, ça devient compliqué. Ca fait les bras, on se bat. Et c'est là que c'est plus facile avec une cuillère en bois qu'un fouet. Normalement, on arrive à faire une pâte. Compacte mais une pâte quand même. Ceux qui ont un peu de mal, vous pouvez mettre un peu de crème pour réussir à fouetter le tout. Le plus dur est fait quand vous avez cette pâte là. Il ne reste plus qu'à ajouter en plusieurs fois la crème, pour liquéfier le tout. Le but est d'avoir une pâte qui coule, plutôt qu'elle ne tombe. Là, c'est un peu au jugé, mais si vous trouvez que c'est un peu trop épais, vous pouvez toujours finir avec un peu de lait.

 

Votre pâte est prête, il n'y a plus qu'à mettre au four. Vous versez le tout dans votre plat rectangulaire préalablement beurré. Ensuite, vous enfournez tout ça à 170, 180°C environ, pendant 45 minutes. Là pareil, c'est un peu au jugé, pour la cuisson. Quand il est bien marron, c'est qu'il est prêt, en général. Pendant ce temps là, vous pouvez prendre la grande cuillère pour lécher les restes de pâte dans votre saladier (miam).

 

Ah, ça ne vaut pas le gateau aux yaourts de ma tata, mais c'est bon quand même. Et puis c'est facile à faire et ça permet toujours de briller en société. C'est toujours agréable de pouvoir placer le fameux "Ca vous plait? C'est moi qui l'ait fait!".

Repost 0
9 janvier 2007 2 09 /01 /janvier /2007 00:00

Vous avez des idées de grandeur? Vous estimez avoir une stature royale, enfin au moins princière? Vous en avez marre de ces états où les dirigeants sont tous pourris et où on vous ment, on vous spolie? Alors la petite annonce du prince Michael Bates du Sealand est pour vous.

 

Situé dans la Manche, l'état du Sealand est aujourd'hui à vendre. Un demi-hectare sur une plateforme servant à abriter une DCA lors de la seconde guerre mondiale. Des travaux de rénovation à prévoir, suite à un incendie récent. Vue imprenable et illimitée sur la mer. Accès web compris. 300 citoyens recencés. Monnaie, hymne et drapeau incorporés dans le paquet. Le tout pour la modique somme de 10 millions de livres, ma chère Marise, c'est une affaire à ne pas manquer. Bien que non reconnue officiellement au niveau international, la principauté du Sealand ne se laisse pas emmerder pour autant. Suite à un arrêt d'une cour anglaise en 1968, la Grande-Bretagne s'est vu déboutée de tout droit sur la plateforme, alors située dans les eaux internationales, et respecte depuis l'indépendance de cette nation. L'Allemagne a également entretenu des relations diplomatiques avec le micro-état, suite à une tentative d'enlèvement du fils du prince règnant et de la capture des kidnappeurs allemands, en tant que prisonniers de guerre.

 

Une offre donc à ne pas manquer. Un pays chargé d'histoire, comme vous pouvez le constater et malgré tout offrant une tranquilité à toute épreuve et une éxonération d'impot non négligeable. Paiement possible en 4 fois sans frais pour tous les possesseurs de la carte Club M6 boutique.

Repost 0
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 00:00

Alors que selon certains, on aurait découvert le point G de l'homme, il paraîtrait qu'on aurait aussi découvert le viagra pour femme. Personnellement, je donnerai plus de crédit à cette dernière affirmation qu'à la première, mais bon, toute recherche dans le domaine mérite de s'y pencher un peu. Surtout pour la prostate. Sinon ça fait mal. Enfin il parait.

 

Le viagra pour femme, donc. Selon le Sunday Times, une entreprise allemande aurait donc découvert complètement par hasard cette formule qui augmenterait le désir sexuel féminin. En fait, ils travaillaient sur un anti-dépresseur et là pouf! Une des testeuses a sans doute du aller s'enfermer dans un placard en embarquant un des scientifiques qui ne demandait pas mieux. Alors j'entends déjà quelques explosions de foufounes au fond de la salle, je crois qu'il est bon de préciser quelques trucs. On parle bien d'augmentation du plaisir sexuel, hein. Pas d'orgasmes garantis sur facture. Bon, c'est clair que certaines n'ont pas besoin de réveiller leur désir. Peut-être plutôt l'inverse en fait. Mais je suis sur que pour certaines, ça peut être utile. Surtout en maison de retraite. Des fois qu'elles se retrouveraient dans une situation à la Cocoon, il faut assurer derrière. Enfin, partout quoi. D'ailleurs, je me demande pourquoi personne n'a jamais rebaptisé le viagra Cocoon. C'est quasiment le même effet, après tout.

 

En tout cas, je me demande qui achètera le plus ce flibanserin (le petit nom de cet excitant féminin, donc). J'ai plus l'impression que ce sera papy qui en glissera subrepticement un petit dans la verveine de sa Germaine, que la dite Germaine qui s'en tapera un au milieu de ses médocs pour le coeur. Encore qu'on ne sait jamais. Reste à espérer que les futures consommatrices ne finiront pas en overdose à cause de leurs soupirants. En tout cas mesdames, réjouissez vous. Vous aurez bientôt des spams pharmaceutiques qui vous seront enfin destinés.

Repost 0
8 janvier 2007 1 08 /01 /janvier /2007 00:00

Il était une fois Bob Tousseul. Je ne connais pas vraiment son nom, mais on va dire qu'il s'appelle comme ça. Bob est belge. Il habite dans un village près de Mons. Et Bob se sent comme un grille-pain. Quoi que ça puisse vouloir dire.

 

Quand il regarde les journaux parlés à la télé, il ne reconnait pas Bruxelles. Ca l'étouffe. Pourtant, il se promène souvent. Les horizons bruxellois qu'il voit du train ne lui semblent pas différents de ceux de Mons ou d'ailleurs. C'est plutôt calme, facile, supportable pour respirer. Mais dès qu'il allume sa télé, c'est la misère. La vie semble insupportable. Surtout à Bruxelles. C'est limite le tiers-monde. Il se sent comme un grille-pain.

 

C'est comme avec sa copine. Ca faisait 3 ans qu'ils ne s'étaient pas vu. Un an qu'ils s'écrivaient. Et là, ils ont passé une semaine ensemble pour le nouvel an, chez elle, à Louvain. Mais elle est difficile à suivre. Il étouffe dans son 20m². Il a du mal avec son régime végétarien. Il a besoin de frites, de viande. Et puis c'est une sportive. Difficile de la suivre quand elle nage ou elle court. Oh, ils font bien l'amour, ce n'est pas le problème. Mais il est perdu. Il ne reconnait plus où il est. Il a besoin de son chez lui, enfin chez sa maman. Il n'a plus de repères. Il se sent comme un grille-pain.

 

J'ai rencontré Bob hier. Je ne sais pas pourquoi il s'est assis en face de moi. Peut-être parce que j'étais le seul à croiser son regard quand il s'est rendu compte que le train changeait de sens, et qu'il s'était sans doute trompé. Du coup, il m'a raconté tout ça. Faut croire qu'en 2007, je fais moins peur aux gens. J'espère que ça ne me fera pas sentir comme un grille-pain.

Repost 0