Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2007 1 19 /03 /mars /2007 11:32

... dans mon lit... Ah ben non en fait. J'ai quand même réussi à me déplacer jusqu'au bureau. C'était pas facile, même si les remontées acides de mon repas gargantuesque d'hier soir m'ont bien aidé à me réveiller à 5h du matin. Eh ouais, c'est pas facile tous les jours. surtout le lundi.

 

Je ne sais pas pourquoi, c'est toujours dur le lundi. Il doit y avoir une malédiction vieille de plusieurs siècles qui traine sur ce jour là. Sans doute un oublié de la Génèse, mécontent que Dieu fasse la moule devant Téléfoute au septième jour. En tout cas, tout est difficile. Surtout le lundi matin. Même pour le blog. Pourtant, parler de rien, ça devrait aller. J'ai même des armes secrètes comme la météo pour les jours de disette, mais même ça, ça vient pas. D'ailleurs, je sens que je vais faire court. Voire même bli. Je me demande si les pays musulmans qui commencent la semaine le dimanche matin ont ce problème.

 

C'est à croire que les gens ont une vie le week-end. Je ne sais pas comment ils font. Moi, tous ces lundis matins, ça m'épuise. Vivement ce week-end que je dorme, tiens.

Repost 0
16 mars 2007 5 16 /03 /mars /2007 14:10

Il est des jours où je vais au bureau pour faire autre chose qu'un acte de présence. Comme aujourd'hui. Ce matin, on m'a demandé de donner une formation. Pas de soucis, ça fait partie de mes attributions. On pourra même dire que j'ai mérité ma paie ce mois ci. Enfin plus que d'habitude, j'entends.

 

Seulement voilà, ça demande de la préparation. Et j'ai beau avoir pratiqué un peu la Wii cette semaine, je dois dire que ça n'a pas du suffire. Il faut savoir que bien qu'une partie de mon travail consiste en du support technique, je n'ai pas l'habitude de m'exprimer oralement habituellement. Bah oui, quand c'est bien fait, le support technique, ça ne se fait pas par téléphone. Bah non, parce que dans ce cas là, vous êtes monopolisé par une seule personne et s'il y a d'autres problèmes en cours, vous êtes bloqué. Donc voilà, je travaille essentiellement par mail, ce qui est la bonne façon de faire. Et du coup, je mets peu à l'épreuve mes cordes vocales, ce qui me permet ensuite de faire la joie de mes compagnons d'infortune à l'arrêt de bus quand je commence à chanter avec mon casque sur les oreilles. Alors forcément, quand je dois parler pendant 3 heures comme ce matin, ça calme un peu. J'ai un peu de mal à déglutir maintenant, et j'ai sans doute la voix un peu enrouée. Je crois que je vais devoir soigner tout ça à grand coup de cuillères de nutella ce week-end.

 

La morale de cette histoire est donc: restez chez vous les jours d'efforts. Ou alors préparez-vous. Et accessoirement, ma vie est dure. Si si. Surtout avec un boulot où le nutella n'est même pas prévu dans l'équipement de formation. Bon, je retourne attendre le week-end.

Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 15:47

J'ai encore tout déchiré au bureau. J'ai encore vaincu. Il y a des jours où je me fais peur, même. Pas étonnant que mon empire galactique progresse bien. Tu peux ramener ta fraise, le marchand de sable, je te recollerai une patée.

C'est comme ça, il y a des combats mythiques. Et le mien, s'il n'a pas lieu tous les jours, c'est quand même souvent en ce moment. Avec une belle affiche. Après Dechavanne qui explose Christian Maurin Morin au niveau de la tourneuse de lettres siliconée, après le Manneken pis qui pisse à la raie de Mister Bean hier à Bruxelles, aujourd'hui, j'ai mis sa race à Morphée. Bon, j'en entends déjà dire que c'est ma faute si j'ai ce genre de combat à mener au bureau. Et à ceux là, c'est comme pour le Sandman, je vous attend, les cocos. Mais je vous préviens, ils sont pas beaux à voir, les restes du maître des songes. Un boucher n'en voudrait pas pour faire des tripes. Et pareil pour son acolyte là. Il avait commencé par m'envoyer Nounours pour me maîtriser, mais il est reparti la tête entre les jambes, le gros bouffeur de miel. Il n'a plus qu'à partir en cure chez Winny l'ourson. Ca lui apprendra à débarquer chez les petits enfants par effraction à la nuit tombée, à ce vieux pédo-zoophile. Quand à son proprio, je lui ai fait bouffé sa flutte. Il croyait pouvoir m'étendre sur mon bureau et c'est lui que j'ai enterré. Ah je dis pas que ça a été facile, surtout quand il a commencé à me balancer du verre dans les yeux. Bah ouais, du sable, c'est un peu du verre, si j'veux. Mais Maïté aurait été fiere de moi. De la charpie que j'en ai fait.

Je crois qu'on peut dire que ma présence au local de travail n'aura pas été vaine. Ca m'a rappelé pourquoi j'aime bien Rocky. Pourtant, cette vieille charogne a tenté de me soudoyer. Mais rien n'y a fait. Pour la revanche, on verra ce soir. Mais là, y a des chances que je me couche.

Repost 0
15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 11:02

Lassé des considérations capillaires, j'ai opté le week-end dernier pour la mode de cheveux nazie. En même temps, avec ma tonsure qui pousse, c'est pas comme s'il me restait beaucoup d'options. Alors plutôt que de poireauter chez ce parasite du cheveu qu'est le coiffeur, j'ai fait ma feignasse et je suis allé au plus simple. Et le plus simple, c'était mon pote Mosquito et sa tondeuse (non, pas de blague sur sa condition simplette, il va se vexer).

 

On a donc fait dans l'utile en prenant le sabot le plus bas en sa possession, histoire de pas y revenir tout de suite. Et c'était parti pour un remake de la Haine. Bon, s'il y a des trous, je les vois pas, alors on va dire qu'il y en a pas. Ptet qu'il m'a marqué prout dans les cheveux avec sa tondeuse, j'en sais rien. En tout cas, j'avais jamais expérimenté le nazisme, c'est vrai que ça change. Et puis au niveau des cheveux, c'est quand même moins contraignant comme nationalisme. On n'est pas obligé de garder le bras tendu, c'est nettement plus pratique pour passer les portes. Et puis même si c'est plus voyant dans la rue qu'une carte de militant fn, les gens l'acceptent mieux.

Personnellement, ça m'énerve un peu. Déjà, parce qu'on n'arrête pas de me dire que ça fait propre. Un nazisme propre, on aura tout vu. Et puis je les lavais mes cheveux quand ils étaient longs, faut pas croire. C'était y a longtemps, ok, mais ça n'a pas de rapport. Et puis là, j'ai l'impression d'avoir des cheveux en brosse, et j'aime pas trop ça. Après, c'est sur que c'est pratique au niveau peigne, même si ça fait bizarre au niveau shampoing.

 

Du coup, j'hésite. Je laisse pousser en sachant pertinemment qu'il y aura une phase où les cheveux seront trop courts pour être dressés à coup de peigne et malgré tout trop longs pour qu'on ne remarque pas qu'ils partent dans tous les sens ou que je viens de faire une sieste dans le placard? Ou alors, je prends l'option encore plus radicale et je passe de la version nazi à la version chimio. Dans un cas, tu fais peur aux gens et dans l'autre, on t'offre des big mac. On m'avait promis des sensations exotiques du crane avec le nazisme, j'ai été déçu. Est-ce que j'attendrai le nirvana céphallien avec la version cancéreuse? Je me tate et pendant ce temps là, la tonsure avance.

Repost 0
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 14:05

Comme chantait le petit Pascal O., si j'existe, c'est d'être fan. Sans tout à fait comprendre le sens de cette phraseà la syntaxe douteuse, force est de constater qu'être fan, aujourd'hui, ça ne paie plus. C'est pourtant toute l'existence de certains. Mais malgré tous leurs efforts, on les bafoue. Limite, on les exploite et on les spolie.

 

C'est le cas aujourd'hui du petit Pascal O. (oui, c'est toujours le même). Pascal est fan de monsieur Michel P., miauleur de son état. C'est bien simple, il l'adore. Tellement qu'il décide de faire le même métier que lui. Après quelques hésitations capillaires et des bains dans la mer, il abandonnera l'idée de lui ressembler physiquement et il s'attachera plutôt à travailler son admiration artistique. Il le conseillera à tous ses copains, il ira jusqu'à reprendre ses chansons lui-même. Il poussera l'admiration jusqu'à prendre la même voix. Et voilà qu'aujourd'hui, Pascal O. est dénigré. Lors du tour de chant de son idole, pour lequel il a sans doute reçu une invitation d'une valeur de 140 euros, son modèle, son dieu l'ignore complètement. Il ne l'invite pas à monter sur scène pour chanter avec lui. Après tout son amour, tous ses sacrifices, tous ces achats de disques, de OK Magazine avec les posters de Michel, les "trop d'la balle" lancés à ses potes, il ne se passe rien. Pascal restera sur le bord de la scène, avec le reste du public.

C'en est à se demander à quoi ça sert d'être fan. Où est le respect dû au public, bordel? Après tout, c'est quand même lui qui fait vivre l'artiste. C'est lui qui fait son succès et son compte en banque. Et il répond quoi à ça, monsieur P.? Rien. A l'ingratitude, il ajoute le mépris. Vraiment, où va le monde? Sans des gens comme le petit Pascal, il serait encore en train de faire des concerts sous les ponts parisiens avec son élevage de chats. Et il ne s'excuse même pas d'avoir fait aimer sa musique aux gens de France et d'ailleurs. Quel sans-gêne, vraiment.

 

Je crois que je vais suivre l'exemple du petit Pascal et me plaindre aussi. Vu que j'ai acheté tous les albums de Tool (bon, ok, y en a un, c'est une copie, mais ça se voit pas), que je suis allé plusieurs fois les voir en concert, que je leur ai fait de la pub monstre auprès de mes potes (au moins 2, 3) et de mes voisins quand je chante tout haut, et que je suis même aller jusqu'à mettre en ligne illégalement certains de leurs morceaux sur ce blog pour promouvoir leur musique, j'estime que j'ai le droit à mieux qu'une goutte de sueur durant le concert. Moi aussi, je vais réclamer à monter sur scène pour chanter avec eux. Mieux, je vais exiger un concert dans mon salon. Non mais alors. Un peu de respect, bordel!

Repost 0
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 09:50

Jamais avares de religions sectes de tout poil, voire même imberbes, les anglo-saxons font encore parler d'eux avec une nouvelle église. Pour les geeks cinephiles, il y avait déjà l'église de la Force. Du moins, c'est ce que beaucoup d'anglais ont déclaré comme religion lors du dernier recensement. Et bien maintenant, pour les geeks mathématiciens, il y a l'église de Pi.

 

Bon, je dis maintenant, je suppose qu'elle n'a pas été créée cette année, vu l'age du chiffre, enfin de sa découverte. En tout cas, apparement, c'est le Noël de l'église de Pi aujourd'hui. Pourquoi aujourd'hui? Parce que le 14 Mars, au format anglais, ça donne 3.14, tout bêtement. Les matheux vont donc se réunir entre eux, à se chanter des mantras à base de décimales Pi-iènes, à s'amuser à réciter encore des décimales comme credo, à chanter des poèmes toujours à base de décimales... En bref, ça va être l'éclate pour tous les littéraires. Bon, ils ne vont quand même pas passer leur temps qu'à jouer avec leur calculatrice quand même. Il vont manger des bonnes tartes (des "pie" en anglais, forcément). Peut-être même qu'ils regarderont le film Pi. Et ils boiront beaucoup. Bah oui, faut bien alimenter la machine pour aller faire Pi-Pi. En tout cas, je serai curieux de voir la parade nuptiale d'adeptes de Pi, qui se charment et copulent à grand cris de décimales.

 

Moi je dis, c'est bien gentil leur truc, mais ça manque un peu de spectacle tout de même. S'ils veulent que leur religion s'étende, va falloir arrêter d'imposer la gueule plein de boutons pour ressembler à une calculette et commencer à faire couler un peu de sang. Sans aller jusqu'à la guerre sainte, le sacrifice humain, dans un premier temps, ça me semble pas mal. Ca tombe bien, il parait qu'il y a de plus en plus de scouts. Pitit, Pitit, Pitit...

Repost 0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 14:21

La journée s'annonce tranquille et je m'adonne à quelques activités interlopes pour occuper mon temps. En gros, je développe mon empire galactique en allant détrousser les planètes des plus faibles dans les systèmes solaires voisins. Et j'essaye de me faire quelques vrais sous en vendant mes cheveux sur Ebay, en précisant bien qu'ils sont bien certifiés comme étant ceux de Britney par la cousine de son concierge. Tant qu'à avoir une sale coupe, autant qu'elle me rapporte un peu quand même. Mais je ne suis qu'un petit délinquant.

 

Il reste encore des bandits de grande envergure de nos jours. Et même, des gentlemen cambrioleurs. A l'époque des braquages de fourgons au lance-roquette et des voitures-béliers, ça change. Surtout que la police ne recherche qu'un suspect. Le gars en question a réussi à embarquer plus de 21 millions d'euros en diamants à lui tout seul. Et attention, tout en finesse. Je suppose qu'il y aurait eu coups de feu, prise d'otage ou explosion de coffre, on en aurait entendu parler plus tôt. Car les faits remontent à une semaine et la police communique seulement maintenant pour annoncer qu'une prime de 2 millions est offerte pour toute info permettant la capture du Fantomas en herbe. On apprend donc que le mec est entré en plein jour dans la banque, est entré dans la salle des coffres et est reparti avec le contenu de plusieurs. Un coup préparé depuis plus d'un an puisque c'est depuis ce temps là qu'il était client régulier dans la banque où il disposait donc d'un coffre personnel, sous une fausse identité. Un vrai Arsène Lupin donc. Avec le style, le pacifisme, la préparation et la classe qui vont bien.

 

Vraiment, je croyais qu'on ne trouvait ce genre de vols que dans les romans ou au ciné. En tout cas, je pense que "l'exploit" va inspirer les cinéastes. On aura sans doute droit à un Ocean 1. Enfin, faut encore attraper le gars pour connaître toute l'histoire, mais ça va faire fonctionner les imaginations.

Repost 0
13 mars 2007 2 13 /03 /mars /2007 09:57

On le savait déjà, l'anglais est fourbe. Oui, je sais, je me répète mais comme disait l'autre, toutes les vérités sont bonnes à dire. Enfin non, mais là si. Ils ont encore prouvé leur fourberie le week-end dernier en battant l'équipe de France dans le tournoi des six nations alors que ça faisait un bout de temps qu'ils faisaient un truc qui ressemblaient plus à de la transhumance de boeufs de trait qu'à du sport. Enculés!

 

Mais bon, si l'anglais est fourbe, il est aussi inculte. Un peu comme le français quoi. Sauf que l'anglais est un peu plus honnête. Il n'a pas honte de son ignorance crasse. C'est pour ça qu'il n'hésite à avouer les trucs les plus cons quand on lui demande. Comme par exemple, le fait qu'il achète certains bouquins pour décorer son intérieur. Principalement du best-seller, bien sur. Parce que bon, il n'y a pas que la forme qui compte, mais aussi "l'importance" du bouquin. Un livre racontant la vie d'un président américain joueur de saxo, mais également de trombone à coulisse dans l'intimité du bureau ovale, ça fait classe. De même qu'un Harry Potter, ça fait hype. Et puis c'est toujours utile comme serre-livre. Evidement, le français fait sans doute pareil. Qui aurait l'idée d'aller lire un Germinal ou tout autre bouquin de plus de 300 pages? Mais le français se rend au moins compte qu'il a l'air un peu con à l'avouer. Le français se cache. Le français n'assume pas. Bien sur qu'il lit, oh! Et avec les résumés du Télé-poche, il peut même entretenir un peu l'illusion.

 

Je me demande pourquoi Ikea n'a pas encore ouvert des rayons librairies dans ses magasins. Je suis sur que ce serait une bonne idée de vendre des combos blibliothèques hype style déjà remplies avec les derniers Goncourt, les Harry Potter, Da Vinci Code et autres classiques de ces dernières années. Pour ceux qui veulent donner dans le plus respectable et le plus cher, il est toujours possible de proposer aussi des ensembles Pléiade. Faudra que je vérifie si ça n'existe pas déjà à New-Yok en fait.

Repost 0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 14:08

... je ne m'appelerai pas Diane Tell. Mais ça m'empêcherait pas de dire quelques trucs existenciels sur la vie. Genre que je devrais peut-être m'épiler la face et le torse (pour commencer) et que j'ai un gros cul. Ce serait une réflexion vraiment profonde, en plein malaxage mammaire pour changer de la philosophie de toilettes. Mais peut-être que je me dirai des trucs moins importants.

 

Je me plaindrai sans doute de ne pas me sentir aimé. Que les seules preuves d'amour qu'on récupère, c'est celles qui viennent en réaction ou en réclamant (en le disant ou en se minant). Que la gratuité n'existe plus. Qu'il faut aimer pour être aimé. Et que je peux compter sur une main les actes gratuits à mon égard ces dernières années. Il faut dire que les filles (on m'empêchera pas d'être lesbienne) ne comprennent rien à mes besoins. C'est pas faute d'envoyer des signaux, des allusions et d'y penser très très fort. Mais vraiment, le sexe opposé ne fait aucun effort de télépathie. C'est pourtant pas compliqué de percevoir tout le manque d'amour et l'envie de crêpes au nutella dans mon "bonjour".

Je me plaindrai aussi du fait que l'honnêteté n'existe plus. Qu'il n'est pas pourtant pas difficile à admettre, mon "je suis moche". Suffit d'ouvrir un peu les yeux. Je ne sais pas pourquoi les gens refusent d'entendre cette simple vérité. Je ne sais pas si c'est le mot qui les dérange, ou l'envie de rassurer. Ou s'ils veulent faire croire que tout le monde il est beau. Mais bon, quand le "mais non, t'es pas moche" est suivi d'un "suffit de t'arranger un peu", c'est raté comme tentative de rassurement. Un peu comme cette technique du sexe d'en face qui te dit que non, t'es pas moche et que pour te le prouver, on va te trouver quelqu'un d'autre. Un peu une patate chaude de la complainte physique. Comme s'il fallait absolument former un couple pour détruire l'affirmation. Mais avec quelqu'un d'autre, forcément.

 

Heureusement qu'il me reste des couilles dis donc. Bon, elles ne servent pas, mais elles m'empêchent de croire à mon Biba, c'est déjà ça. Enfin, plus que d'y croire, elles m'empêchent surtout de me faire des films. En tout cas ceux là. Merci mes testicouilles.

Repost 0
12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 09:48

... quand ils vous arrivent... hum! Week-end à prendre des coups, enfin surtout la fin. Mais c'est ma faute, mea maxima culpa. Enfin bon, ça résonne encore ce matin. Mais j'ai cherché, j'assume.

 

Déjà, prendre son billet de train pour descendre à Paris à la dernière minute, c'est jamais une bonne idée. On pense pas bien à ses horaires, on paie plein tarif et on avertit les gens trop tard. Sans compter ceux qui oublient que vous venez. Du coup, pas moyen de prévenir les momes que votre ami descend avec sa sale gueule pour les mater en train de vider le biberon. Désolé les petits. En plus, en ces périodes électorales à l'ambiance bonbon rose et wonderland, j'ai décidé d'opter pour le nazisme capillaire qui me semble une bonne voie d'avenir. Je peux donc tout à fait comprendre l'envie de jeter ses haricots verts dans ma face, quitte à provoquer le grondage des parents après.

Bon, après, j'ai pas tous les torts non plus. C'est pas ma faute si les conducteurs de RER prennent des pauses café entre chaque station, voire prennent l'apéro. J'y suis pour rien non plus si l'eau minérale de Georgie, elle se fabrique dans des caves avec du marc de raisin et qu'elle fait un peu des fissures au casque, même après le cinquième verre. Quant aux mésaventures à la Tex Avery de Loïca sur son cheval qui tourne sans clignotant, j'étais même pas là.

 

Mais bon, pour le reste, j'assume et pour une fois, je comprends mes cimetières indiens. Quitter des gens biens et beaux (enfin belles plutôt) avant un beau match de rugby pour aller faire ma lessive, c'était vraiment pas bien joué. Faut pas que je m'étonne après de me retrouver dans le seul wagon de Thalys qui concentre tous les momes du week-end dans un seul wagon. Momes qui évidement deviendront hystériques, mais chacun à leur tour pour que ça dure bien tout le voyage. Ah ça, ça punit bien quand on s'est couché la veille à 4h et que la seule activité qu'on estime digne de ce nom serait de dormir un peu. La semaine s'annonce somnolente.

Repost 0