Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 10:02
C'est vrai, on pense jamais à eux. Ah ça, pour aller gueuler pour les ouvriers qui perdent leurs emplois à l'usine, y a du monde. Mais dès qu'il s'agit des actionnaires qui perdent des sous, y a plus personne. Il était vraiment temps qu'on ait un président de renouveau à la tête de la France pour se décomplexer.

Lui, il hésite pas à communiquer. C'est sa principale activité d'ailleurs. Commu-niquer, c'est important. Alors les annonces dans la presse se multiplient, comme pendant ses 5 ans de campagne. On a même des manifs d'artistes de droites maintenant. Du coup, les petits porteurs se lachent. Fini la honte d'être riche. Oui, ils privilégient le profit sur l'humain, et alors? Les minorités aussi ont le droit de s'exprimer. C'est ainsi qu'on se retrouve avec le procès Lernout & Hauspie. Cette société, spécialisée dans les logiciels de reconnaissance vocale, est tombée en faillite avec l'éclatement de la bulle Internet. En gros, ils se sont vautrés comme des bouses quand les gens ont commencé à comprendre qu'un pc connecté n'était pas une boite magique, finalement. Mais le procès n'est pas lancé par les utilisateurs de leurs produits qui pourraient se sentir floués d'avoir des trucs pleins de bugs pour lesquels il n'y a plus de service après-vente. Ce n'est pas non plus une action des employés qui se sont retrouvés à la rue suite à la faillite. Ben non, juridiquement, les logiciels disposent de licenses qui se rapprochent de l'oeuvre d'art, ce qui fait qu'un éditeur n'est pas vraiment tenu de vous fournir un truc qui fonctionne. Et les employés, on s'en fout un peu, on aura qu'à embaucher des pitits indiens. Non, s'ils sont en procès aujourd'hui, c'est parce qu'ils ont pipotés leurs comptes et que les actionnaires sont pas contents.

Vous me direz, pour une fois que des criminels en cols blancs sont mis en cause, c'est plutôt un mieux. C'est pas faux. C'est même bien qu'il y ait un procès. Mais on constate une nouvelle fois que ceux qui produisent et ceux qui achètent sont oubliés face à ceux qui profitent.  En même temps, ils avaient qu'à acheter des actions. C'est con, les pauvres.
Repost 0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 15:09

Ils sont venus, ils étaient tous là. Et moi aussi. J'avais même ramené des gens. Des preux qui ne craignaient pas la surdité, le jet de canette ou la mort de rire. Nous avons tous été récompensé de notre témérité. Parce que finalement, elle était pas si mal, la soirée Johnny.

 

C'était le premier concert au Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain à Bruxelles, bon, copieux, pas cher), il me semble. Oh, il y a bien eu des soirées spéciales, et même des spectacles. A venir d'ailleurs, bientôt des soirées transformistes et même une soirée réservée aux dames en septembre avec chippendales à palper. Mais là, c'était concert. Consacré à Johnny, l'idole des foules et encore plus en Belgique, même s'ils ont pas voulu le laisser devenir belge pour qu'il paie moins d'impots à Monaco. Ici, c'est bien simple, y a plein de gens qui vouent un culte à Johnny. En pourcentage, ça doit dépasser ce qu'on a en France, je crois. Ca existe aussi pour Claude François, mais là, c'était Johnny. Et le groupe, c'était des vrais fans. A te fouiller le répertoire de l'ex-idole des jeunes pour t'en ressortir des titres jamais enregistrés, ou alors juste en face b du 45 tours de 1973. C'est bien simple, le temps qu'on y est resté, j'ai reconnu une seule chanson (L'idole des jeunes), et quelques reprises dont j'ignorais jusqu'ici l'existence et ça me rendait heureux (Sweet Home Alabama en français, ça fait mal). Du coup, difficile de reprendre en choeur. Mais l'avantage, c'est qu'on n'a pas forcément l'impression d'être à une soirée Johnny. Sauf quand le chanteur se sent investi par l'esprit du Halliday, mais bon. Quand en plus, les musiciens sont doués et ne se prennent pas la tête, on se dit que c'est pas si mal finalement. Même Nana Mouskouri souriait au fond de la salle.

Alors bien que cela fasse vibre le JC Convenant au fond de mon moi, derrière la gastro, je m'en ferai pas une toutes les semaines. D'ailleurs, on a lachement fui à l'entracte. Surtout parce qu'on n'avait plus qu'un tympan et demi pour 4 personnes, quand même (on était un peu juste à côté de la scène). Mais n'empêche que quand on oublie l'admiration pour Jauni, on ne s'ennuie pas. C'était même pas mal. C'est peut-être parce qu'on a loupé la reprise de la page de pub: Optic 2000...

Repost 0
21 mai 2007 1 21 /05 /mai /2007 10:19

Allez, c'est la belle journée de lundi, la pluie étale son manteau gris... Et les yeux tournés vers ici, à genoux les gentils amis... avant de fermer leurs paupières... font une dernière prière... Ou pas. Comme je sens bien qu'on va me réclamer un compte-rendu de mon week-end, je vais le faire comme un lundi: en vrac. Alors ce week-end, il y a eu:

Un cassoulet qui fait rire à défaut de faire pêter, de l'étalage d'un peu tout et n'importe quoi dans mon salon voire plus, des grasses mat' jusqu'à au moins... 9h et tout, des indiens qui s'obstinent sur les trains, du temps à se demander ce qu'on va en faire, du pêtage de ventre, des concerts nasaux nocturnes, une chambre d'hotel grande comme un appart avec un reste d'Independance day dans la douche, du reveil au catch (ou inversement), des cures de sommeil féminines, du scrubs et des pubs à profusion, de la correction à la Wii (si si), du mouvement de bd, de l'apprentissage d'avalage de gras (on ouvre bien grand, les filles), des films amateurs de douche, de l'autruche sans les plumes dans le cul, un nouveau pêtage de panse, de la retransmission simultanée, des fans de Joni, des chansons inconnues, des reprises improbables, une fuite sans discrétion, de la découverte de ma ville en bonne compagnie, de la surveillance pralinée, beaucoup de glande, de l'inquiétude lointaine, un peu de sport, un attrapage de train in extremis, une peur de deuxième séance, une obsession d'un statut social, et un gros abattement du moral.

La grosse fatigue ne m'a rattrapé que ce matin, elle. Heureusement que le prochain week-end sera lui aussi allongé. Et bien chiant comme il faut pour se reposer. Bientôt les vacances. Putain, 5 jours.

Repost 0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 15:30

Je sens que je vais encore me faire traiter de fumiste, mais bon, ce soir, c'est le week-end. C'est quand même pas ma faute si nos pays judeo-chretiens ont décidé de s'accorder un jeudi par an pour voir un juif troué s'envoyer en l'air. Alors comme d'hab', faudra pas s'attendre à un miracle de régularité ici. Voire même moins.

Au départ, je devais aller m'évader dans ce bout d'étranger du sud de la France, où on aime les bombes et la charcutaille. Non, je ne parle pas de la Corse, mais du pays basque, ce qui revient à peu près au même, à une Méditerranée près. Mais comme je suis un bon citoyen qui aime payer ses impots, même s'ils sont un peu dur à passer, j'ai préféré jouer la carte de la facilité en restant chez moi à peu de frais. Vous me direz, ça va me faire plein de temps pour bloguer. Oui, mais non, parce que j'en ai profité pour inviter quelques personnes qui n'avaient, elles non plus, rien de mieux à faire. Alors pour vous occuper pendant ce temps là, vous pouvez vous aussi vous amuser à peu de frais en allant voir ces sites qui coutent rien, mais amusent 30 secondes. Je dis surtout ça parce que j'en ai découvert un nouveau aujourd'hui. A la fameuse question "où es-tu?", il est désormais possible d'obtenir une réponse en recherchant le site devineoujesuis.be. Ca fait partie de ces services publics qu'on est heureux d'avoir. Un peu comme le toujours fameux et utile perdu.com, créé par la patronne du Blue Bayou (395 Chaussée de Louvain à Bruxelles, bon, copieux, pas cher) herself. Comme je vous le dis.

Donc voilà, pendant que vous vous extasierez devant l'exigence technique et graphique de ces sites, ô combien précieux, je m'evertuerai à expliquer à mes invités que sur ma Wii, c'est moi le maître. Parce qu'on a beau être une feignasse, on n'en a pas moins un peu de fierté.

Repost 0
16 mai 2007 3 16 /05 /mai /2007 09:27

Chez nos voisins français, on a peur. En effet, en ce jour où un homme peut enfin prendre sa retraite à 74 ans, on se demande quel sera l'avenir de nos enfants dans le monde du travail. Et comme souvent, les inquiétudes françaises ont un peu tendance à déborder de l'hexagone pour arriver chez nous.

 

Ce matin, dans le train qui mène à Charleroi, tout est calme. La controleuse annonce un léger retard, du fait que notre transport se trouve derrière un omnibus. Rien que de très habituel. Soudain, un son étrange arrive à l'oreille de tous les voyageurs. "yoh chica boom tch tch woh, Mickael Jackson in da house! poum tchi tchi poum...". C'est par ces quelques sons que se font connaitre Kareem et ses amis. Conscients de la difficulté de trouver un emploi à l'heure actuelle, ils ont décidés de créer le leur, et ce à seulement 14 ans. Ils ont donc inventé la fonction d'animateur de train. "Ben ouais, la controleuse a laissé le micro sans surveillance, on en a profité.". Espérant inventer une nouvelle profession, ils ont sauté sur l'occasion qui a eu le mérite de surprendre les usagers. Si tout se passe bien, Kareem compte ensuite développer son entreprise vers les supermarchés ("le boom chica wahwah au rayon parfum, scholl in da house"), les aéroports ("embarquement thi pou pou porte 42, Air Lingus in da house"), les interphones ou encore les usines. Et pourtant, ce ne sera pas facile:. "Ben y a de la concurrence. Tous les perdants de la Star Neuve Ecole essayent de se reconvertir, et le public est sensible au fait d'entendre un loser qu'est passé à la télé. On peut se moquer plus facilement. C'est dur pour nous." Pourtant, Kareem ne baisse pas les bras et envisage de s'attaquer prochainement aux morgues.

Malheureusement, ses plans ne seront pas pour tout de suite. L'activité de Kareem, jugée inacceptable par la controleuse de ce matin, a été stoppée nette. Certains voyageurs se plaignaient également du fait de ne pas reconnaitre les paroles et d'avoir peur de prendre le train sans reconnaitre les airs diffusés à la bouche: "quel monde de cons, monsieur!". Kareem et ses copains seront finalement arrêtés par de jeunes policiers, qui eux représentent une voie d'avenir. Logement de fonction, retraite anticipée, accès facilité aux prostiputes et à la drogue, place de parking partout, impunité élevée et une politique de recrutement en pleine expansion. Beaucoup d'avantages qui devraient attirer les jeunes.

Pendant ce temps là, Kareem lui, sera envoyé au centre de détention le plus proche. Mais comme tous les jeunes entrepreneurs, il garde foi en l'avenir et espère bien continuer à développer son idée, dès sa sortie. En attendant, il continue de pratiquer sous les douches: "boom boom tchhh, savon de marseille in da house, ehh ... aiiie.. han han, han han...".

Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 14:41
Sortez les coqs et Mireille Matthieu (oui oui, il paraît qu'elle vit toujours, du moins à l'électrocardiograme, parce qu'à l'encéphalo...). On s'est ptet vautrés sur un coup de tête à la dernière coupe du monde de foot. On n'a pas non plus gagné l'Eurovision (pourtant avec un groupe bien, même si la chanson était pas la mieux). On a même perdu Johnny (en espèrant qu'il ne retrouve pas le chemin du retour). Mais malgré tout ça, on reste les champions du ralage salarié.

D'après une étude anglaise, les employés français sont les plus raleurs du monde. On s'en doutait déjà, mais quand c'est l'ennemi de toujours qui le dit, c'est qu'il faut se rendre à l'évidence: il n'y a pas de contestation possible. Bon, c'est sur 23 pays finalistes, tous riches, mais quand même. Entre le niveau du compte en banque après le jour de paie, la durée du travail, le nombre de pauses, le prix du café, tout ça, on trouve toujours quelque chose à redire. Enfin jusqu'à maintenant. A partir de demain, ça changera peut-être. Enfin... on ralera moins fort, quoi.
Il faut dire que ça va de paire avec les patrons français. Ceux qui estiment que les charges salariales coûtent trop chères, même s'il y a pire ailleurs (Suède, Allemagne) et qu'ils s'en tirent mieux. En plus, les salariés français font qu'à se plaindre. Ils se syndiquent même pas pour ça, difficile de les repérer. Comment voulez-vous qu'on s'en sorte après? Obligé de virer tout le monde. Et encore, c'est vraiment parce qu'on leur facilite la tache, parce que sinon, vous pensez bien, c'est pas de gaité de coeur. Mais l'employé est un peu chaffouin aussi. Il vient même raler que son travail va enrichir l'actionnaire plutôt que lui-même. C'est vraiment du chipotage tout ça. Du chipotage qui nous vaut sans doute le titre mondial, mais du chipotage quand même.

Enfin bon, sodomie de diptère ou pas, c'est avec une émotion non feinte que je vous invite tous à chanter la Marseillaise en ce jour de gloire nationale où la France domine le monde. C'est pas tous les jours alors faut en profiter. Surtout que demain, il sera trop tard.
Repost 0
15 mai 2007 2 15 /05 /mai /2007 10:18

A tuer des orcs et des scorpions, on finit par se coucher tard. Sans même avoir réussi à buter la reine des insectes en plus, c'est frustrant. Et mon horoscope m'annonce une journée de merde. Enfin, ça dépend lequel. Déjà, vu que j'ai le cycle du sommeil strict, il parait, je me suis levé tôt. Enfin, ça ou une insomnie, je vois pas bien la différence.

 

J'ai envie de mon lit. Il est tout en haut des escaliers, sans doute le plus haut de l'immeuble, même si je suis jamais allé voir chez les voisins. Avec son drap vert pomme douce, qui a tendance à vouloir se barrer sous prétexte que je bouge la nuit. La planche qui grince juste avant de plonger sur le matelas. La couette trop grande, qui recouvre tout, même les pieds quand je m'étire. Qui garde bien le chaud en cas d'insomnie ou qui se pousse facilement quand il fait trop chaud. Mon gros oreiller à plumes que je traine depuis chez mes parents et qui s'adapte à toutes les formes. Mes piles de bd juste à côté. Celles à ranger, celles à lire. Mon gameboy avec Yu-gi-oh dedans pour quand je m'ennuie vraiment. Le doubleur de prise électrique, histoire que je n'ai pas à débrancher mon fidèle radio-réveil branché sur rtl france, quand me prend l'envie subite d'amener mon pc au pieu.Mon velux juste au dessus, rarement découvert, mais avec vue sur la pluie et les étoiles, qu'on arrive encore à voir à Bruxelles.

 

Ce n'est que mardi, et je veux déjà mon week-end. Coup de bol que je sois déjà à la moitié de ma semaine. En plus, on veut m'empêcher de dormir ce week-end. Je crois qu'il va falloir se battre. Mon lit moelleux et chaud, attends moi, papa revient bientot.

Repost 0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 16:21

Le lundi matin, pour aller au bureau, j'avance la tête baissée. Bon, les autres jours aussi, mais le lundi encore plus. Et c'est comme ça qu'on découvre tout un pitit univers qu'on évite de troubler avec nos gros pas patauds.

 

Jean-Pierre, le lombric, était souvent de sortie au mois de mars. Comme des centaines de ses congénères, il venait s'échouer sur le trottoir, sans doute attiré par la pluie. Il était sorti boire un coup et hop! il était bourré, a glissé et s'est retrouvé sur le bitume, à essayer de traverser la route sans voir que s'il arrive déjà au caniveau, ce sera beau. Jean-Pierre fait pitié. Ou dégoute, c'est au choix. Kevin, l'écolier, lui hésite entre l'avaler ou l'exploser à coup de tatanes. Choix cornélien qui se résoudra tout seul quand Jean-Pierre, n'y tenant plus, répandra une substance blanchâtre dégueu, pour essayer d'indiquer sa position aux équipes de secours. Depuis, il est porté disparu. Il faut dire qu'il n'avait aucune chance, le trottoir est un domaine réservé. Le roi du coin, c'est Elvis. Tout cuirassé, Elvis le cloporte règne en maître sur le territoire qui va de la pelouse au goufre des égouts. Il a beau avoir l'air placide, il faut pas venir l'emmerder. C'est comme ça que le gros Tony, qui pensait pouvoir installer ses 14 pattes de crustacé sur le carré d'Elvis s'est vite retrouvé le ventre à l'air à faire le bonheur de Roger, le merle.

 

Ah ça rigole pas sur le chemin du bureau. J'ai encore jamais vu une fourmi. Les habitants du coin, c'est des warriors. Elvis résiste à tout. La pluie, le soleil, les écoliers, Sarkozy, tout. Il faut investir dans le cloporte, c'est l'avenir de la planète.

Repost 0
14 mai 2007 1 14 /05 /mai /2007 10:01

Je ne comprends pas. Vraiment. De plus en plus, énoncer des faits est perçu comme une critique. A part la météo, qui conserve une part d'incertitude, on ne peut plus rien affirmer sans que quelqu'un le perçoive comme une insulte à son égard. Quand on est un peu simpliste comme moi, pour ne pas dire simplet, ça devient compliqué.

 

Du coup, j'ai des amis qui se vexent quand je leur dis qu'ils ont des cheveux blancs. Si je ne le dis pas, ils sont là quand même. Et je ne crois pas que le fait de vieillir soit particulièrement gênant. Mais c'est pas grave, je suis vexant. Ah? Si je dis de quelqu'un qu'il a un gros cul, je comprends, mais pour des cheveux blancs?

Faut que je fasse gaffe au bureau aussi. Quand j'annonce à quelqu'un que le boulot à faire est le sien, j'ai l'impression de l'insulter. J'y suis quand même pour rien s'il reçoit une paie misérable pour faire un travail. Et j'ai pas particulièrement envie de le faire à sa place non plus. Mais non, ça ne se dit pas.

C'est pourtant pas difficile de reconnaître les évidences. Quand on me traite de casse-couille qui aime bien enculer les mouches, j'acquiesce. Je vois mal comment je pourrait le nier, en même temps, mais bon. Accepter les choses me semblaient assez évident. Eh ben non. Apparement, je devrais me vexer, partir en claquant la porte et aller m'enfermer chez moi. Et encore, j'ai même pas écouté l'inventaire de mes défauts physiques encore.

 

Alors cette fois, c'est décidé, je deviens asocial. Ah non, merde, je l'étais déjà. Dans ce cas, je crois que je vais commencer à faire dans l'anonyme. Comme ça, je vexerai plus personne directement en disant qu'un portable est rose, qu'une personne a des cheveux courts, qu'elle regarde la Star Ac' ou qu'elle aime pas le sel. Quitte à ce que ça vexe les gens, autant que ce soit pas moi qui prenne. Alors à partir d'aujourd'hui, je délationne.

Repost 0
11 mai 2007 5 11 /05 /mai /2007 14:50

Cette semaine, on m'a encore posé la question: mais pourquoi es-tu aussi méchant? Comme j'en avais un peu marre du traditionnel "Parce que!", j'ai prétexté l'amour des chiens. En même temps, ce n'est pas totalement faux. Ceux qui me connaissent savent que je suis l'ami des chiens, et certains se doutent même que je les préfère aux gens.

 

Il faut dire que les gens sur le web ne sont quand même pas très fréquentables. On ne sait jamais qui peut se cacher derrière un pseudonyme. Tu peux être tranquillement en train d'échanger avec Phil Pédo avant de découvrir un jour qu'il s'agissait d'une classe de 5ème en pleine initiation web. Quand on voit aussi tous ces blogueurs pervers qui se plaignent du rhume des foins, ça fait peur. Ah c'est pas les amateurs d'ejac' nasales au pollen qui manquent, je peux vous le dire. Entre ceux-là et ceux qui veulent vous transformer la rondelle en porte des étoiles, on ne se sent pas particulièrement bien entourés sur Internet. Surtout quand on est un saint comme moi qui prône dévotion et bon goût. C'est vrai quoi, moi qui ne suis que gentillesse et ouverture, je risque de me faire exploser l'ip par le premier sauvageon venu si je n'y prends pas garde. Il s'agit donc de méfiance garder.

 

On est encore loin de bisounours-land. Et c'est pas parce qu'on dit des conneries sur le web que tous les internautes sont nos potes. Ah ah quel déconneur... mais non. Je ne crois pas à la blogoscatographie qui permettrait de me connaître en fonction du caca que je laisse ici. Alors ici comme ailleurs, avec les inconnus, commençons par serrer le cul.

Repost 0