Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 15:40
Mes bien chers frères (non, pas mes soeurs, pas aujourd'hui), nous voici réunis pour célébrer un évènement particulier, en ce jour béni entre tous. C'est une occasion qui ne se présente qu'une fois par an, et il convient de l'honorer convenablement. Aujourd'hui, réjouissons nous de fêter l'anniversaire d'un saint homme, dont de nombreuses générations loueront encore le nom après sa mort et les notres. Un homme qui a tout fait pour l'émancipation de l'humanité. Un homme grace à qui certains d'entre nous ont été conçus, à la faveur d'une lecture passionée de son oeuvre. Un homme dont nous espérons tous un jour obtenir la place, la vigueur et la longévité. Celui grace à qui les geeks du monde entier ont enfin pu atteindre la plénitude. Messieurs et messieurs, je vous demande de vous lever et de faire une ovation, pour son anniversaire aujourd'hui, à monsieur, monseigneur, maître Hugh Hefner!

Bon alors je sens qu'il y a encore deux ou trois incultes qui trainent au fond de la salle, alors je vais utiliser une image, ça parlera sans doute un peu plus:

Ca va, ça percute la?
Hugh Hefner est donc le très saint homme à qui on doit la création et la direction de Playboy. Loin d'être aussi sulfureux qu'un Larry Flint, il a pourtant su donner une image de marque au nu. D'ailleurs, vous pouvez demander à des américaines, poser pour Playboy, c'est la gloire.

Grace à lui, les rampes de pompiers ont su trouver une seconde vie dans les nibar bars. Il a réhabilité la vie à la campagne, les jeux dans le foin et la montée à cru. Sans lui, probablement pas de Russ Meyer ou de Max Pécas. Et je ne vous parle même pas de sa contribution à l'imaginaire érotique masculin. Qui n'a jamais rêvé d'être un jour invité au manoir Playboy, ou d'approcher de près (voire dedans) les playmates qui se découvrent tous les mois, comme à pu le faire le très saint Hugh? Ses employées ont toujours su se montrer reconnaissantes. A l'image de Mamella, 12 fois en couv' du magazine, qui lui a donné son pitit cadeau en avance, le we dernier.

Alors encore une fois, souhaitons un bon 82ème anniversaire (et toujours la gaule) au grand Hugh (Loué soit son nom!). Et si jamais il se perdrait par ici, très grand Hugh, j'aurai quand même une pitite requête, malgré tout ce que vous avez déjà fait pour nous. Saint Hugh, s'il-vous-plait, adoptez moi.

Repost 0
9 avril 2008 3 09 /04 /avril /2008 10:41
On les croyait morts depuis que Robert Hue s'était fait rasé et opéré en Marie-Georges Buffet. Même pour la vente du muguet du premier mai, on ne pensait plus à eux. Je crois que Pif est mort aussi. Et Fidel est pas loin de casser sa pipe, enfin son cigare. Il n'y a guère plus que les chinois pour porter le nom, mais y a vraiment que ça qu'ils gardent. Et pourtant, ils reviennent. Et ils s'en prennent au grand capital là où il se croyait à l'abri. En Suisse.

Parait que les suisses ne sont pas contents de la rémunération de leurs grands patrons. Et ils voudraient controler un peu tout ça. Franchement, de quoi ils se mêlent, hein? Ils devraient déjà être contents d'avoir des grands patrons. Si ça continue comme ça, ils vont se sentir agressés et vont être obligé de partir à l'étranger. O-bli-gés! Ils sont déjà bien gentils de venir dans un pays défavorisé comme la Suisse, avec ses marmottes et son chocolat moins bon que du belge. En plus, vous avez vu le coût de la vie là-bas? Leur économie est une catastrophe. Ils utilisent même encore des francs.
Vraiment, ces suisses n'ont aucun respect. Et la vie privée alors? Vous croyez que si leurs salaires sont publiés, soit disant pour contrôle, on va encore les laisser tranquille? Vous croyez qu'ils ne se feront pas harceler par les témoins de Jehovah et autres descendants de Mère Thérésa (on n'avait pas dit que les nonnes ne devaient pas se reproduire, d'ailleurs?)? Et tous les lots mirifiques de la Redoute? Et tous les jeux concours à la con? Et toutes les offres de réduction d'impots? Si ça se trouve, on le reprochera même de bénéficier des réductions d'impots pour avoir donné aux restos du coeur.

Non franchement, ces gens n'ont aucune dignité. Avec leurs conneries, ils seraient capables de faire revenir Johnny et Alain Delon chez nous. Pour le coup, bravo la neutralité suisse, hein. Ca sent limite la déclaration de guerre, tout ça. Il va être temps de manifester contre eux pour empêcher ça. Nous somme tous des enfants de Messier!

free music
Repost 0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 14:37
Elle se réveille tôt. Elle a du mal à dormir. Toujours, ou presque. Il est trop tôt pour se lever. Mais que faire d'autre? Trainer l'ennuie. La grasse matinée ne présente d'intérêt que partagée, et elle est bien trop souvent seule, au moins mentalement. Commencer à laisser tourner les choses derrière les paupières, elle n'en a pas besoin. Alors elle se lève quand même.

Après un petit déjeuner laborieux, il ne reste plus qu'à. Soit aller au boulot, soit trainer encore un peu. Soit ne rien faire du tout. Et se laisser entrainer à réfléchir. Trop. Et il faudra bien nourrir le corps à un moment. Alors elle s'active. Elle bouge un peu. Elle va au bureau ou elle range un peu. En attendant que ça passe. En attendant midi. Elle mange sans faim. Les collègues racontent leurs vies qui ne l'intéressent pas. Ou la télévision lui fait la conversation à sens unique. Chercher quoi faire. Quelles directions prendre. Comment choisir. Souvent, elle pense à lui. A son absence, toujours trop longue ou pas assez, qu'il soit parti chercher le pain, ou qu'il quitte définitivement sa vie. Elle se demande s'il se pose autant de questions. Probablement pas. Alors elle se sent coupable de n'avoir pas plus d'assurance. Elle s'accuse du doute. Elle cherche à s'occuper un peu. Elle rentre ou n'a pas bougé, mais le canapé reste son refuge. Et elle redevient in-active. Tout tourne à l'intérieur pendant que le monde continue tout seul. La question maternelle la titille, que ce soit en réclamant le menu du soir ou en absence. Mais ce n'est qu'une question parmi d'autres. La ronde intérieure autour de soi ramène rapidement un autre sujet. En parler relacherait peut-être la pression, mais à qui? Accoster les gens est stupide, les laisser venir est dangereux. Chercher à sortir du cycle ne fait qu'apporter de nouvelles questions.

Alors elle pratique les Pixies en boucle, en patientant jusqu'au soir. Peut-être le sommeil réussira à soulager un peu les bleus. Si elle parvient à le laisser venir. Le roulement à bille neuronal ne s'arrête jamais. L'huile de soucis ne subit aucun frottement. Alors elle attend.


free music
Repost 0
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 09:35
Mike est anglais. Forcément, ça ne donne pas vraiment envie d'en savoir plus. Mais au pays du vomi, comme dans tous les pays, on s'amuse, on pleure, on rit, et surtout, il y a des méchants et des gentils. Et Mike pourrait être l'un de ces derniers. Déjà, il est cuistot. Je sais, c'est plutôt effrayant dans ce pays là, mais je vais partir du postulat de départ que la gastronomie anglaise n'existe pas (en tout cas, pas sous ce terme) et qu'il fait du vrai manger. Quelqu'un qui se bat pour éduquer un peuple donc. Et ce n'est pas facile, vu la gueule de ses clients. Mike est fort. C'est un warrior. Il te soulève d'une seule main et te débite un thon en 2 min chrono. Il tue les boeufs avec ses dents et te fais un steack haché rien qu'au tranchant de sa paume. Alors que tu as peur de ton thermomètre, il place des broches là où le soleil ne brille jamais, chez des bestiaux d'un demi quintal encore vivants (non, je ne parle pas de Maïté). Mike est sans doute un peu le Rambo de la cuisine.

Il aime bien son papa.

Et son popa, il est tout triste parce qu'il a récemment déménagé. Oh, c'était pour se rapprocher de la famille, mais du coup, il n'a plus personne pour l'accompagner au pub. Avant, il y avait bien son voisin, mais bizarrement, il a refusé de déménager en même temps. On ne peut vraiment pas compter sur ces anglais. Alors bon, Mike voit bien que son papa, ça l'ennuie d'aller boire seul. Comme il n'est pas encore totalement alcoolique, il aime bien avoir quelqu'un à qui discuter. Et même à 88 ans, il est trop timide pour aborder les gens. Alors Mike a passé une pitite annonce. Recherche un buveur de bière modéré pour parler ingénierie et golf avec un vieux monsieur gentil. Une sorte de nouvelle star du bar. Bien évidément, les consommations sont prises en charge par Mike et il rajoute même un pitit salaire de 7 livres de l'heure. Forcément, on sent venir les alcooliques qui vont essayer de faire durer le plaisir pour s'en mettre plein la lampe mais Mike fait bien les choses. Bientot, le casting commence. Il va y avoir du sport.


Repost 0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 15:29
Aujourd'hui, c'est pas la fête au bureau.
Dina, notre secrétaire ado goth de 54 ans, est venue habillée en noir. Comme tous les jours, certes, mais ce matin, ce n'était pas par goût mais par deuil. Elle est toute triste et s'en veut terriblement.

Du coup, chaque visiteur inconscient et heureux d'être lundi matin pour retrouver sa machine à café a le droit au récit de son week-end. Et à la catastrophe. D'ordinaire, j'aurai tendance à me moquer, mais Dina est vraiment triste. Et pourtant, elle n'a pas fait exprès. L'inattention, et c'est le drame.
Mais elle s'en veut. Elle dit qu'elle aurait du savoir. Qu'elle n'a plus goût à rien, au moins aujourd'hui. Ses deux mois de déprime à 22h de sommeil par jour lui reviennent en plein face. Je suis sur qu'elle a eu du mal à se trainer jusqu'ici ce matin. Sans compter qu'on est lundi.
Je vois bien que ça ne va pas. Je l'entends aussi surtout. Le bureau est encore plus calme que d'habitude. Un de mes collègues a déjà fuit la chape de plomb qui couvre l'ambiance habituelle, qui n'est pas forcément plus bruyante mais sans doute moins pesante. Les rares fois où elle parle, c'est de lui. Ou bien c'est qu'elle n'arrive pas à se concentrer.

Et c'est vrai que ce n'est pas facile de se concentrer. Mon collègue hésite à lui demander les affaires du défunt. J'hésite à lui montrer mon t-shirt humoristique du jour, qui, sans le faire exprès, colle parfaitement au sujet. Tout le monde évite de penser à Gremlins.

Mais ce week-end, le petit chat est mort.

Et c'est Dina qui a fermé la porte du sèche-linge.
Repost 0
7 avril 2008 1 07 /04 /avril /2008 10:39
Ah ça, quand je déploie mes couilles, y a du monde au balcon. Mais alors pour le reste, la faim dans le monde, l'invasion grandissante des vieux ou l'augmentation des prix de la patate, y a plus personne. Je savais déjà que j'avais un bad karma, mais là... Parait qu'on a le public qu'on mérite, je ne pensais pas en être déjà aux futures vieilles qui lisent Voici chez leur capilliculteur.

Ca doit être encore ces sales rumeurs qui me déclarent pourvu d'ovaires. Toutes ces pauvres femmes malheureuses de controler le monde en secret croient voir en moi une soeur. Comme disent les britons, misery loves company. Il y en a même pour m'envoyer des recettes de cuisine super simples. A croire qu'on m'a pris pour Francis. Et pourtant, je suis toujours joyeux (ça marche aussi avec d'autres noms de nain de Blanche-Neige (mais pas tous)), quelque soit la période du mois. Mais bon, je crois que je ne comprendrais jamais.
Alors comme on me réclame, je crois qu'il est temps de livrer quelques nouveaux scoops concernant ma personne. Ca fera au moins jaser dans les rayons harlequin des maisons de la presse blogosphériques. J'utilise donc du gel douche parfumé à l'amande douce. J'ai une filière clandestine d'approvisionnement de pralinoise. J'ai un t-shirt de la série Chips. J'ai su imiter vocalement (en vf) Homer Simpson et maintenant, j'arrive plus facilement à l'imiter physiquement. J'ai 3 tonnes de bd en retard de lecture et une bonne centaine d'heures de dvd empilée sur ma télé que je n'ai toujours pas visionnée. Je n'ai pas volé l'orange du marchand.

Ce qu'il faut pas faire pour nourrir ces prunelles avides de sensationalisme. On nous parle toujours des méfaits de l'anonymat sur le web mais on ne parle jamais assez de la souffrance des anonymes. Obligés d'exposer leur vie au grand jour pour satisfaire la dizaine de lectrices en manque de Plus belle la vie... Je vous assure, je suis une victime.
Repost 0
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 14:07
Ami écologique, relève toi. Il est temps pour toi de jouer un rôle chez les grands de ce monde. Il est temps pour toi d'appuyer là où ça fait mal: avec tes sous. Bon, je ne sais pas si tu peux vraiment faire quelque chose, mais si oui, il faut te dépêcher. C'est pour maintenant.

Il parait que cette année, la commission européenne doit redéfinir les quotas de CO2 pour les 4 ans à venir. Et comme apparement, ça n'a pas trop remué les industriels jusqu'ici, elle a décidé de réduire ces droits à polluer de 10%. Faut dire que jusqu'ici, les entreprises recevaient des bons pour dégazage un peu gratuitement ou pas cher en tout cas. Les états avaient un peu tendance à les filer en cadeau bonux. Tiens mon pitit, va faire ton tour, lacher ton vent et essaye d'attraper le pompon. Du coup, c'était un peu la fête du slip. Avec la tonne de CO2 à moins d'un euro, ils auraient eu tort de se priver. Et du coup, on n'est pas sûr du fait que les émissions aient augmenté ou baissé.
Enfin bon, l'important est que la tonne de CO2 va se faire plus rare. Et là, c'est le bon moment d'agir. Apparement, le CO2 est encore très abordable pour le pékin moyen, de l'ordre de 23 euros la tonne. Il est temps d'acheter mes amis. C'est toujours ça que les industriels ne pourront pas faire partir en fumée. Et quand viendra le temps de la disette, qu'ils voudront absolument s'en griller une pitite dernière, soit vous leur faites taxer horriblement, soit vous mettez la barre si haute qu'il leur reviendra moins cher d'investir dans de l'ecologique.

Bon, évidement, le mauvais côté du truc, c'est si toutes les entreprises se mettent au vert. A ce moment là, vous allez vous retrouver avec du gaz carbonique à ne plus savoir qu'en foutre. Vous me direz, ça prend pas trop de place, mais quand même. Eventuellement les vendre à des entreprises de boissons gazeuses, pour faire les bulles? Je crois qu'on va plutôt faire confiance à la lenteur toute bureaucratique des investissements industriels. La fortune est bientôt à nous.
Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 15:36
Monsieur G. est un vieux monsieur. Le genre gentil, sympa, pas chiant. Probablement un peu veuf. Il vit sa petite vie tranquille, seulement rythmé par ses passages au café et les sorties de son pitit chien. Tout le monde l'aime bien dans le quartier.
Monsieur D. est un monsieur un peu plus jeune. Il habite juste à côté de chez monsieur G.. Probablement un peu père de famille. Il a un gros chien. Très gentil. Très joueur aussi. Il aime bien monsieur G.. Ils ont des rapports de bon voisinage qu'ils entretiennent parfois quand ils se croisent au bistrot du coin.
Monsieur B. est le patron du bistrot du coin. Il est un peu le trait d'union entre les gens du quartier. Celui qui sait tout, mais ne le répétera pas.

Un jour qu'il faisait sa vaiselle, comme tous les jours, monsieur B. voit arriver un monsieur D. un peu affolé dans son établissement.

"Ben alors monsieur D., qu'est-ce qui vous arrive?
_ Ohlalala, ça ne va pas. Non, ça ne va pas.
_ Ben qu'est-ce qui se passe?
_ J'ai un soucis avec mon chien. Enfin plutôt avec ce qu'il a fait.
_ Il a fait quoi?
_ Vous voyez le chien de monsieur G., mon voisin? Le tout pitit là?
_ Oui, le ptit terrier qu'il a, oui, je vois bien. Eh ben alors?
_ Je crois que mon chien l'a entendu l'autre jour. Et il est passé par dessus la barrière. Sans doute qu'il voulait jouer.
_ Et alors?
_ Ben il est revenu ensuite. Et quand je suis rentré le soir, j'ai vu qu'il n'était pas revenu seul.
_ Il a ramené le terrier?
_ Euh... il a ramené le corps du terrier...
_ Non?
_ Je ne sais pas ce qu'il lui a fait, mais j'ai bien l'impression qu'il l'a tué. Et il l'a ramené chez nous. Faut que vous m'aidiez à me sortir de là.
_ Hein? Moi? mais ça ne me concerne pas, votre histoire.
_ Non mais moi j'ose pas. Il faudrait ramener le cadavre de cette pauvre bête chez monsieur G., qu'il ne se doute de rien. S'il-vous plaiittt!!
_ Non mais non, débrouillez vous tout seul..."

La conversation s'éternise et après moultes négociations, monsieur B. accepte d'aller rapporter le cadavre dans sa niche, à l'insu de monsieur G. qui ne se doute de rien.
Deux jours plus tard, monsieur G. apparaît au bistrot, l'air dépité.

"Ben mon bon monsieur, que vous arrive-t-il?
_ Be mon pitit chien est mort, une si gentille bête.
_ Ah booooon? Ah ben effectivement, c'est triste.
_ Non et puis le pire, c'est que j'ai l'impression d'avoir fait une énorme bêtise.
_ Comment ça?
_ Ben voyez vous, il y a 5 jours, j'ai cru que mon chien était mort. Alors je l'ai enterré au fond du jardin. Mais voilà, il y a deux jours, j'ai retrouvé son cadavre à côté de sa niche. Je crois que je l'ai enterré vivant.
_ ...
_ Si vous saviez le soucis que ça me fait.. Je suis un misérable...
_ ...."

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, cette histoire, mis à part les enjolivements, est à priori véridique, vécue et rapportée par un collègue.

Repost 0
3 avril 2008 4 03 /04 /avril /2008 09:47
Ca fait un certain temps que j'ai mon permis. Mais je n'ai jamais eu de voiture. Ca sert principalement à reconduire des alcooliques. Mais il y a certains jeux qui me remettent dans le bain. Et pour ça, ils sont forts, chez Nintendo.

S'il y a bien un jeu que j'ai du avoir sur toutes les consoles que j'ai eu venant de chez Mario, c'est bien Mario Kart. Faut dire que c'est vraiment le jeu simple mais efficace, et qu'est toujours meilleur à plusieurs. Ces derniers jours, j'ai appris l'arrivée imminente de la version Wii. Je ne pensais pas que ça sortait déjà, je n'ai rien vu passer sur le sujet. Il parait pourtant que la pub a commencé à la télé. Et des sources bien informées m'indiquent que Nintendo demanderait la plus grande discrétion sur le sujet avant la sortie du jeu. Et accessoirement, qu'il déchire tout. En même temps, je crois qu'il n'aura pas vraiment besoin de publicité pour se vendre tout seul. J'ai déjà pré-commandé mon exemplaire en tout cas. Parce que je sais pas vous, mais moi, je trouve que ça fait envie:



Apparement, ils ont récupéré plein de bonnes idées qu'ils avaient intégrées dans la version DS. Deux petites semaines à attendre avant de tester tout ça. Je rassure les gens qui m'approcheraient dans les prochaines semaines, je n'ai pas prévu de conduire "en vrai". On ne sait jamais, un effet secondaire imprévu est si vite arrivé. Surtout qu'avec la Wii, pour une fois, il faudra vraiment pencher les manettes pour tourner. Fini le ridicule. Ou presque.

Il faut que je pense à m'acheter des mitaines en cuir.
Repost 0
2 avril 2008 3 02 /04 /avril /2008 15:40
Régulièrement, on me demande des précisions sur le fonctionnement de la Belgique. Il arrive parfois aux français d'entendre parler de Bruxelles à la télé (sans doute à cause du chocolat) alors ils s'interrogent. C'est quoi la Belgique? Comment ça marche?

Souvent, ils font des amalgames douteux entre wallonie de francophonie (Non, Bruxelles n'est pas en Wallonie). Mais globalement, c'est difficile pour un hexagonal de comprendre ce pays, quand le sien n'est qu'un seul et grand bloc et se réclame comme tel depuis un bon bout de temps, Corses mis à part bien sur. Alors que dire?
Je pourrais parler de ce mélange entre culture latine et anglo-saxonne, qui fait le charme mais aussi les soucis de la Belgique. De ce partage politique entre social et libéralisme. Du fait qu'il y a 3 communautés linguistiques au plat pays (on oublie trop souvent les germanophones). De cette histoire mouvementée qui fait que le pays n'a en fait qu'un peu plus de 175 ans d'existence, et juste un peu plus de 25 ans de fédéralisme. De cette non-identité belge à part pour les frites et le foot. Du cosmopolisme de cette société. De cet héritage du début de l'ère industrielle où les wallons, alors riches propriétaires miniers exploitaient les flamands, et dont ils paient aujourd'hui les séquelles. De ce coeur d'Europe qui a bien du mal à rationnaliser une nation. De ce surréalisme et ce sens de l'absurde, seuls ponts culturels au travers les communautés et les époques.

Mais non.
Comme souvent, une image vaut mieux que de longs discours.
Voilà donc de quoi résumer succintement la Belgique:


Repost 0