Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 avril 2008 4 24 /04 /avril /2008 10:25
A la faveur des transports en commun, on peut découvrir des choses qui nous passeraient totalement à côté autrement. A l'aise dans son jogging ou dans sa voiture, on n'a pas l'occasion de se presser contre ses contemporains. Et c'est bien dommage. Assis, dans un bus bondé, on peut avoir des révélations. Comme sur la cellulite par exemple.

Je ne sais pas si je suis équipé moi-même, n'étant ni suffisament souple, ni assez curieux pour aller voir. Comme quoi, je peux encore remercier mon chromosome Y. Toujours est-il que la cellulite de mes voisines de siège, je l'apprécie. Je sais, je sais, quand on voit à la télé qu'il faut la combattre, que c'est pas beau, que c'est l'ennemi de la femme et que si elle s'en débarasse pas, ses jambes vont tomber, ça ne donne pas super envie de l'approcher. Mais bon, dans les transports en commun, t'as pas trop le choix. Les places assises sont proches, beaucoup en débordent et hop! Contact!
Eh bien autant c'est pas ragoutant à regarder, autant ça tient chaud. Je sais pas, je m'étais toujours imaginé la cellulite comme un truc flasque et froid, un truc visqueux. Du Jello quoi, en plus mobile. Alors qu'en fait, ça tient plutôt de la couverture chauffante. Je ne sais pas comment ça se passe en dessous, mais quand t'as la cuisse pressée contre une autre bien gonflée de cellulite, c'est chaud. Non, ça ne rend pas les kikis tout durs, loin de là, mais en tout cas, t'as l'impression de t'être collé contre le radiateur. Du coup, ça donne encore moins envie d'y mettre la main, mais en tout cas, l'hiver, c'est appréciable.

Donc merci les transports en commun. Jusqu'ici, j'évitais la proximité des filles débordantes, de peur d'être écrasé, et maintenant moins. Bon, il faut savoir raison garder et éviter d'aller s'enfouir sous un amas comparable à un éboulement sur l'ensemble des places assises (généralement, 5 à l'arrière du bus). Mais bon, un léger renfort qui dépasse et vous cuit la jambe pendant un court trajet, c'est une expérience à tenter.
Repost 0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 16:00
"Vous savez, on a trop tendance à voir la destinée comme du décorum. Je ne sais pas bien si c'est pour lui donner une aura mystique ou pour la cantonner à une image de truc dépassé. Le tarot, l'horoscope... Les spécialistes font toute une montagne du symbolisme, mais c'est surtout pour empapaoueter proprement le chaland. S'il ne comprend pas tout et qu'il à l'impression d'un truc hérité d'une longue tradition, la facture taillée en suppo passe toujours mieux. Mais bon, c'est bon pour les charlatans tout ça, les non croyants. Le Destin a beaucoup de choses à nous dire. Les signes ont toujours été présents et ils s'adaptent aux temps. Certains prendront ça pour du hasard et d'autres y seront plus attentifs.
Bon, bien sur, il y a les moyens traditionnels qui dureront tant que dureront les hommes, comme les séries de petites malchances ou les rêves. Pour le reste, le Destin s'est adapté. Dans le zapping (radio ou télé), les objets d'arrière-plan de la photographie, les publicités aléatoires en ligne, les fonctions random des baladeurs...
Par exemple, quelles chansons avez-vous écouté ce matin?

_ Euh, ben il y a eu Hell ain't a bad place to be d'ACDC, Proud Mary d'Ike et Tina Turner, Sleep now in the fire de Rage Against the machine et Adam et Yves de Zazie, enfin dans celles que j'ai retenues...

_ Bon be vous voyez, chacune de ces chansons, dans son refrain en tout cas, évoque le feu ou l'enfer. Alors que votre sélection semble pourtant aléatoire. C'est très clair, ce sont des signes.

_ Vous croyez? Et ça veut dire quoi?

_ Eh bien je ne suis pas sur, chacun l'interprête un peu comme il veut. Mais là comme ça, je dirai que soit vous allez passer une journée d'enfer, soit que vous risquez la damnation éternelle...

_ Là comme ça, ça ne me dit rien. Je ne vois rien dans ma journée qui pourrait pousser vers une de ces hypothèses.

_Ben votre journée n'est pas finie. Enfin ça peut aussi vouloir dire que vous aurez des brulures d'estomac...

_ Ah oui, déjà plus.

_ Ben voilà, vous voyez. Ca fera 200 euros, merci."
Repost 0
23 avril 2008 3 23 /04 /avril /2008 11:11
Les temps sont durs. Enfin, ça dépend pour qui, bien sur. Les vendeurs de vélo sont à la fête. Mais globalement, c'est pas la joie. En Belgique par exemple, il y a de plus en plus de travailleurs pauvres. C'est bien la peine de se ruiner la vie au travail, si on peut même pas manger après. Surtout que ça ruine même le sommeil après, surtout le dimanche soir. En Allemagne, ils en sont même à ramener des vieux à la télé. C'est vous dire si le monde va mal.

Alors bon, faut bien trouver des moyens de se détendre. Quitte à prendre des trucs complètement éculés et dont tout le monde se fout. Genre à Louvain (pas la Neuve, l'autre, la flamoutch (j'ai compris que tout récemment qu'il y avait 2 Louvain en Belgique, alors je frime)). A Leuven donc, des étudiantes ont décidé d'oublier la morosité ambiante en donnant dans la fontaine capitaliste. Elles vont dépenser plein de ces symboles commerciaux que sont les litres de Caca light. En plongeant des Mentos dedans. Plus qu'une révolte communiste, elles essayent surtout de battre le record de la plus grande fontaine caféiné. Comme les vidéos ont déjà fait au moins 3 fois le tour d'Internet, elles ont plutôt intérêt à réussir si elles veulent qu'on parlent d'elles. C'est pas gagné pour changer les idées des actifs.
Il y en a qui font un peu plus d'efforts. Comme ce prêtre brésilien. Parachutiste émérite, et apparement grand amateur de cirque, il a décidé de rejouer l'ascension de son idole Jesus, mais avec des ballons d'helium. Chaise flottante, casque, parachute, GPS, il s'est envolé super équipé. Et pour l'instant, on l'a perdu. Vous allez voir qu'il va essayer de nous faire croire qu'il est monté direct jusqu'à Dieu.

Assister comme ça à la naissance d'un nouveau gourou, voilà de quoi dérider ceux qui hésitent entre pates et pates pour le repas du jour. Pour peu qu'il revienne avec des nouvelles de atlantes, et c'est sur, y aura de la joie dans le coeur de milliers d'adeptes. On comprend mieux pourquoi Raël a mieux réussi dans la fraternité que dans la chanson.
Repost 0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 15:19
Entre ma blonde (et encore, pas assez), mes échéances pour l'appartement (faudrait peut-être que j'appelle d'ailleurs), les tonnes de culture en retard qui m'attendent dans mon appart, Mario Kart et accessoirement le trava... la présence au bureau, je me dis que je devrai avoir une vie bien remplie. Eh ben non, on arrive encore à me coller des pitits trucs dans les trous (rien de sale, oh!). C'est un sale belge qui m'a filé le lien, je suis sûr qu'il l'a fait pour m'embêter.

Donc, un pitit jeu de plus pour m'occuper. Un jeu en flash, donc normalement jouable du bureau. Sauf qu'il y a parfois besoin du son, donc ça va être difficile (faut que je m'achète un casque plus discret). Ouverture facile, que ça s'appelle. Je sais pas qui a trouvé le nom, mais il est pas doué en titre. Ou alors, c'est peut-être juste parce que je n'ai pas accès à l'aide en ligne. En tout cas, le principe est pas évident au début. Mais bon, ça rentre. Bon, là, je suis bloqué par mon handicap technique sonore mais j'ai quand même atteind le niveau 5. Et presque sans aide. Enfin qui compte pas, quoi. En tout cas, ça annonce encore de longues heures à m'occuper comme je peux.

Il y a vraiment des jours où je me dis que j'organise vraiment mal mon temps. Entre tout ce temps rémunéré disponible et tout ce qui m'attend à lire/voir/écouter chez moi, la vie active est vraiment mal faite. Au point que j'en suis à me demander si je ne vais pas claquer mes derniers sous pour m'offrir un lecteur dvd portable, histoire d'écluser les séries en retard dans le train. Et ça, au lieu d'offrir un joli truc à ma blonde. Je sais, j'ai honte.
Repost 0
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 10:35
En plein milieu du festival des journées de rien, il parait qu'aujourd'hui, c'est la journée de la terre. Encore une fois, c'est super mal organisé, ce calendrier. Enfin bon, aujourd'hui, il parait qu'il faut aimer la terre. Et il parait que ça fait presque 40 ans que ça dure. Y a des journées qui durent longtemps.

Alors bon, j'imagine que ça va être ateliers "sculptures" dans les maternelles. Parents, préparez-vous à recevoir très prochainement des jolis cendriers en glaise avec de belles empreintes de main, même si vous ne fumez pas. C'est dans ces moments là qu'on est content que les maternelles existent. Ou qu'on n'ait pas d'enfants (enfin, je crois pas). Aujourd'hui, on a le droit de jouer avec la terre. Un peu comme le nouvel an thaïlandais, sauf que ça, c'est la fête de l'eau. Aujourd'hui, tout est permis. Faire des batailles de mottes de terre (ahhhh il y avait longtemps...). Marcher pieds nus dans la boue. Visiter le Loir et Cher (ou pas).
Si vous êtes fermier et pas content, c'est le bon jour pour déverser le purin devant la mairie et le fumier au pied de la préfecture. Aujourd'hui, on refait Woodstock, tout le monde torse poil et zou, dans la boue. Bon, j'en vois déjà se jeter en pensant plus à faire de la sculpture sur corps façon Ghost qu'à célébrer l'amour de la boue qui, il est toujours bon de le rappeler, est le berceau nourricier de la sainte patate. D'ailleurs, je crois que je vais manger des patates ce soir, pour célébrer la journée.

Bon, il y a des chances que ce soit plutôt la journée de Terre (avec un gros t comme terre). L'amour de la planète, Nicolas Hulot, le commandant Cousteau, Aroun Tazief (ou à peu près, j'ai la flemme de chercher l'orthographe de son nom) qui lui a beaucoup aimé la Terre (elle lui a mis la fièvre et tout (gros coquin)), la géothermie, les vers, le pétrole (aussi), tout ça, tout ça... Rien de bien nouveau quoi. C'est un peu comme la journée de la femme: c'est un peu tous les jours sa journée, mais à la date donnée, faut pas oublier d'en prendre soin. Bon be j'irai pas creuser un trou dans le jardin pour faire caca ce soir alors.
Repost 0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 15:52
S'il est une vérité bien connue (au moins en France), c'est que les plus forts, c'est les vers. Ben ouais, à un moment donné, comme disait l'autre, les droits de l'homme s'effacent toujours devant ceux de l'asticot. Mais comme disait encore un autre, on peut toujours y aller en allongeant le pas. C'est que je m'étais décidé à faire le week-end dernier. Bien prendre le temps de profiter d'un lit qui n'était pas le mien. Mais on ne peut jamais être tranquille.

Alors en plein début de grasse mat', on me dit que je suis attendu vers les 19h du mat'. Franchement, je trouve ça un peu rude. Mais que voulez-vous, il n'y a plus de savoir-vivre chez les jeunes. Et après, je passe pour quoi aux yeux de ma blonde hein? Mais non, il fallait être là, il parait. Comme je m'en doutais un pitit peu quand même, on a un peu forcé le maître des lieux. Et ça ne m'étonne pas parce que quand nous arrivons, nous voyons tout un aréopage de gens dont le principal défaut est d'être jeunes. On me demande alors de retenir tout un tas de noms que je ne reussirai qu'à légèrement oublier. Il faut dire qu'il n'y a rien qui ressemble plus à un jeune qu'un autre.
Et ces jeunes là sont d'une impolitesse, je vous dis pas. Par exemple, j'apprends presque à l'instant que j'aurai causé à du beau monde sans le savoir. Je ne vous parle même pas des filles qui n'ont pas la décence de vous préciser si elles sont célibataires ou non, alors qu'elles voient bien que vous ne pouvez pas poser la question ouvertement car bien accompagné. On ne nous a servi que du ragout de légume japonais. J'ai même remarqué que la cuistot attendait bien de vérifier que les gens allaient bien avant de se servir, en faisant passer ça pour de la politesse asiatique. Les demoiselles n'ont pas eu la bonne volonté de boire assez pour se mettre à danser spontanément la tektonik. La Wii n'a pas servi. Il y avait même un belge qui essayait de vanter les mérites du croisement improbable d'un salami et d'un saucisson à l'ail, c'est dire. Je l'entends encore parfois, crier dans la nuit noire "Marcassou! Marcassouuuu!".

Mais là où c'était le pire, hormis ma petiote qui me pointe du doigt quand on cherche des responsables à certains présents, c'était bien évidement le barbu. Certes, il avait eu la décence de prévoir un 2ème saucisson. Certes, il avait également prévu l'ice tea. Mais c'est bien la moindre des choses. Même pas il aurait sorti un 312ème Merci. Même pas il aurait arrêté de sourire béatement pour montrer un peu de la solennité qui s'imposait. Même pas il aurait pensé à me donner un de ses beaux cadeaux pour être venu jusque chez lui. Et pourtant, j'aurai bien pris quelques trucs. Mais non, rien. Le jeune, quand ça vieillit, ça tourne pas bien. Je pense qu'on devrait lui couper la barbe, il ne la mérite point.
Repost 0
21 avril 2008 1 21 /04 /avril /2008 10:42
Je m'en suis rendu compte ce week-end. Alors que je prenais le train pour rejoindre la mère patrie, ses fnacs surchargées le samedi, ses barbus festifs, sa pralinoise et sa tour Eiffel, je me suis retrouvé à côté d'un poupon, probablement de quelques semaines. Un age où il n'est pas encore capable de se déplacer tout seul et où ses éruptions sonores sont tout à fait tolérables. En tout cas, il avait l'air assez aimable, malgré les conditions dans lesquelles on le faisait manger (devant tout le monde alors que les gens ne sont même pas servis). Mais il avait une tête assez commune.

Je ne sais pas vous, mais je trouve que les bébés, dans leur prime jeunesse, ont un peu tous la même tête. Bon, bien sur, il y a des signes distinctifs comme la couleur ou la quantité de cheveux, la couleur des yeux, la présence ou non d'une queue fourchue, le nombre de bras... Mais globalement, l'aspect général du marmot reste assez standard, sauf pour sa mère qui le reconnaitra entre mille, mais bon. Même si elle trouvera plein de détails pour le distinguer, on sait maintenant qu'elle se sert surtout de son nez pour ça.
Et du coup, je me dis que ces grands traits qui nous servent à distinguer ces modèles de série, c'est des trucs qu'on peut voir de très loin chez leurs parents. Genre de l'espace. J'imagine que pour un extra-terrestre, tous les humains se ressemblent à la couleur de peau et de cheveux près. Alors ils enlèvent les mères, remplacent les embryons par leurs larves, un modèle standard légèrement customisé et hop! On ne voit rien. Ensuite, pendant les premiers mois de son arrivée sur Terre, le rejeton spatial passe son temps à observer ses "parents" pour imiter un peu plus précisément les traits de ses prédécesseurs. Tout ça pour arriver à l'age adulte en ressemblant grandement à ses "ancêtres" et prendre leur place. Ils en veulent à nos héritages.

Le plus grave dans cette histoire, c'est que si ça se trouve, nous sommes déjà des extra-terrestres. Une couverture tellement dormante qu'on ne se rend même pas compte que nous sommes des envahisseurs. Certains d'entre nous ressemblent déjà tellement à leurs parents humains que les notaires leur confient des biens sans soucis. Qui peut savoir ce qu'il reste de l'humanité aujourd'hui? Nicolas Hulot? C'est pas gagné.
Repost 0
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 15:44
On m'informe qu'il resterait des comiques en France. Des comiques volontaires, j'entends, pour qui le rire de son prochain et la noble volonté d'apporter la joie, parfois à ses propre dépens, la légéreté et quelquefois un peu de méchanceté troupière restent la vocation qui les lèvent tous les jours que le soleil fait et à laquelle ils se dédient comme mère Thérésa à ses enfants, même si moins maintenant. J'aurai peut-être dû préciser également des comiques droles. S'ils pouvaient se signaler à l'accueil, je leur en serai bien gré, tant il m'apparaît qu'en ces temps obscurs où les téléphones sans fil et Rocky Balboa, un peu d'allégresse rieuse ne serait pas de trop.

Pourtant, on m'avait bien informé que Devos était mort. Et on ne m'otera pas de l'idée que, bien que régulièrement hilarant, BHL n'a pas versé sa cotisation au syndicat des amuseurs publics. Alors vraiment, je ne vois pas. Il y avait bien Dupontel pour le cynisme gras mais l'abus de testostérone lui a donné l'idée de se lancer dans le cinéma. Sans doute dûe une proximité trop prononcée avec Patrick Sébastien (l'abus, pas le talent dans sa nouvelle carrière). Dans le  gras et ou l'épileptie, il y a bien aussi des tentatives mais force est de constater que dans ce domaine, rien ne remplacera jamais Patrick Juvet. Et là encore, je chercherai de préférence des gens pratiquant l'humour drole.
Ou au moins sachant écrire. Il faut dire que je dois être assez hermétique aux langues étrangères, telles que le sms ou autre msn kikoo lolage in your face. Ce n'est pas faute d'avoir essayé, mais dans les cours de langue, ce n'est jamais le langage que j'ai retenu. N'y voyez rien de sexuel, c'est juste que mes profs avaient des beaux nichons. Mais pour ce qui est des belles lettres, personne. Depuis Desproges. Et pourtant, ça fait aujourd'hui 20 ans qu'il est mort.



Et maintenant que Pivot s'est fait la malle (quel coquin), on ne risque plus de le trouver dans un jury d'un télé-crochet télévisuel visant à trouver une descendance correcte au bon Pierre. Ce n'eut pourtant été pas mal que sur ce Pierre, on batisse une église de la désopilance et du délire sachant faire rire dans les soirées même après leur mort, tout en autorisant l'écriture d'une rédaction sans recopier sur internet. En même temps, ce soir à la télé, plutôt qu'un hommage au Pierre, on a droit aux enfants de la télé et à Thalassa. Comme quoi, la moquerie n'est pas complètement morte.

Repost 0
18 avril 2008 5 18 /04 /avril /2008 10:13
Pendant que la flamme olympique continue son cache-cache planétaire (Elle est passée par ici, elle repassera pas là...), on entend peu les premiers concernés par cette affaire. Non, pas les athlètes, il y a longtemps qu'ils n'interessent plus grand monde. Et puis eux, vous savez, du moment qu'ils ont leur médaille à la fin, le reste... Non, je pensais plutôt aux sponsors. En général, un truc comme le parcours de la flamme, c'est les prémisses de la grande foire commerciale que seront les jeux. On monte une caravane, on jette des casquettes avec des logos, c'est un bon début facile. Et puis là, non. On ne les entend pas.

Pourtant, le moine tibétain, c'est pas un bon client. Il ne boit pas de cola, il n'a pas d'ordinateur, il n'achète même pas de baskets... Y a rien à en tirer. Mais bizarrement, ils attirent la sympathie des gens. Alors que faire? Comme Carrefour, préciser qu'on ne soutient en rien les tibétains? Ben oui. Caca-Colo vient donc de réaffirmer son soutien à Beijing. Les actionnaires sont rassurés. D'ailleurs, l'action Caca fait des bonds alors que la firme accuse quand même 80 ans d'existence (presqu'autant qu'un pape). En tout cas, l'info principale que j'en retire, c'est que Caca est un géant de l'eau minérale.
C'est vrai qu'on a un peu tendance à l'oublier, tant on ne voit que sa boisson gazéifiée pas comestible. On oublie toujours qu'avant d'être leader dans le domaine des débouche-chiottes, des désherbants et des médocs pour le diabète et contre la gastro, la firme rouge et blanche vend des breuvages. Et en particulier de l'eau. Elle n'hésite pas à assécher des nappes phréatiques pour ça, particulièrement en Inde. Parfois même, elle vend de l'eau du robinet mis en bouteille et vendue 4 fois son prix. Au début, j'avais tellement occulté ce point que j'en étais à me demander si le cola n'avait pas remplacé l'H2O dans l'esprit des journalistes.

Comme dans un futur à la Demolition man un peu. Les pizza hut sont devenus des 4 étoiles et le cola sort des robinets dans les maisons. Tout le monde se demanderait qu'elle est la recette secrète de ce brevage transparent et bon pour la ligne que la firme vend en bouteille. Alors évidement, pour se laver, ce serait moins pratique, mais on espère que les douches à ultra-sons auront été créées d'ici là.
Repost 0
17 avril 2008 4 17 /04 /avril /2008 15:17
Aujourd'hui, j'ai appris un peu par hasard que c'est leur fête. Enfin, par hasard... C'est vrai que ça fait deux semaines qu'il y a des affiches partout dans le batiment pour nous rappeler d'y penser. C'est donc la fête des secrétaires. Je me souviens qu'en France, elle existait aussi, mais je n'ai pas souvenir par contre d'une quelconque célébration. Depuis ce matin ici, ça défile.

Je ne sais pas si c'est une occasion supplémentaire de quitter son bureau pour aller trainer dans les couloirs, mais on a vu défiler toute la société ce matin. Et quand c'est une secrétaire qui vient souhaiter avec Dina, les "bonnes fêtes" volent dans tous les sens. Je crois que certains sont allés jusqu'à leur offrir de fleurs. Et leur responsable les a emmenées au resto ce midi. Ce qui m'inquiète, c'est que ça fait 10 min que j'ai entendu rentrer les secrétaires d'un autre bureau (oui, il est tard, ça devait être un déjeuner mémorable) mais Dina n'est toujours pas là. A-t-elle fini dans le caniveau après 3 bières de trop? Je ne sais pas, on ne nous a rien dit. Peut-être a-t-elle été viré sans ménagement ou alors elle est resté près d'un chantier pour pouvoir se faire draguer.
En tout cas, avant même de voir tous les ingénieurs venir souhaiter la ste assistante (ça fait mieux), je savais que c'était la fête de Dina aujourd'hui. Apparement, elle a perdu une chaussure chez elle, ce matin. Et elle est persuadée d'avoir regardé partout. Alors forcément, c'est qu'on lui a volé. Elle espère que ce n'est pas un esprit farceur. Mais de toute façon, elle a reçu son collier de Chine pour la consoler. Un truc est censé être constitué de perles d'eau douce, qui ressemblent en fait à des morceaux patatoïdaux de plastique gris. Mais ça vient de Chine, c'est forcément du vrai, du beau et en plus, du pas cher.

Au moment où je tape ces lignes, Dina rentre à peine. Elle est toute contente de son repas de fête. Elle aime bien cette célébration des secrétaires. Y a que les escaliers après le gueuleton qui sont difficiles. Ayant moi-même fêté rien du tout en allant me taper un délicieux steack moinette, je compatis totalement à son malheur. Malgré cela, elle aimerait bien que ce genre d'occasion tombe plus souvent. Et moi, je ne peux que réclamer une fête des ingénieurs. C'est pas gagné.
Repost 0