Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 00:00

Aujourd'hui, je vous propose atelier pratique pour décompresser face à la bêtise de ses collègues/chefs au bureau. Parce qu'au bout d'un moment, il faut. C'est soit ça, soit la violence gratuite (ce qui peut être une solution si on ne craint pas le chomage). Alors autant s'amuser, à l'insu de la personne honnie, ça peut même donner des trucs rigolos. Comme un roman-photo à base de nain de jardin. Mais remettons les choses dans leur contexte.

 

Il y a quelques années (on peut même dire au millénaire dernier), je travaillais doucement dans la première entreprise à m'avoir accueilli en attendant la suppression du service militaire. Le poste ressemblait à peu près à celui que j'occupe aujourd'hui, avec des sous en moins, des vacances en plus et un bureau pour moi tout seul. Tout allait bien dans le meilleur des mondes jusqu'à ce qu'un jour débarque madame L.. Madame L. était bête, fière, méchament conne, à la recherche d'une justification pour son salaire et pistonnée au poste de directrice administrative. Pour voir à quel point elle était bête, on peut citer l'exemple de cette phrase lancée à un collègue venu régler son imprimante: "attention hein, c'est une imprimante, pas un photocopieur!". Pour montrer à quel point elle était conne, on signalera seulement qu'elle est passé à 2 doigts de la plainte pour harcèlement moral et qu'elle a réussi à provoquer la seule journée de grève que j'ai connu dans cette boite. On aurait pu croire avec son nom breton qu'elle aurait au moins pu avoir le bon gout d'être alcoolique et de rouler sous la table en fermant sa gueule, mais non.

 

Et donc, la fameuse madame L. gardait précieusement un nain de jardin dans son bureau, caché derrière la porte. A quelle fin? Je crois que ça restera un des grands mystères du XXème siècle. Toujours est-il que profitant de son absence (et assuré de quitter la boite sous peu), j'ai un jour décidé de calmer mon envie de la baffer, et avec la mienne, celle de toutes les filles des ressources humaines travaillant sous ses ordres, en kidnappant le nain. Bon, le but n'était pas de demander une rançon ou de le relacher dans la nature. Non, j'en ai juste profité pour promener le nain dans tout le batiment ou presque et pour le prendre en photo, avant d'aller le remettre gentiment à sa place. Ne restait plus qu'à monter le roman-photo, le nain se plaignant évidement de sa geolière et à le diffuser confidentiellement aux personnes suceptibles de l'apprécier.

 

Alors non, je ne montrerai pas ici le roman-photo. Déjà, pour ne pas attirer d'ennui à mes anciennes collègues qui ont facilité l'opération (on ne sait jamais). Et puis aussi (et surtout) parce que je n'arrive pas à le retrouver. Mais bon, vous avez saisi l'idée. Ca a eu au moins le mérite de m'amuser et mes collègues avec, et la conne n'en a jamais rien su (enfin je crois). Il ne reste plus qu'à trouver les nains de jardins de vos cons pour pouvoir continuer à travailler sans lancer de génocide.



Partager cet article

Repost 0

commentaires