Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 00:00

Il parait que les gens beaux réussissent mieux dans la vie. Y compris aux examens et autres entretiens. Pas uniquement parce qu'ils arrivent à plaire aux examinateurs ou correcteurs, mais également parce qu'ils auraient plus confiance en eux. Et là, je dis stop. Parce qu'il y en a marre. Si les gens beaux peuvent en plus du bien-être, de la belle vie, de la gloire et la reconnaissance, avoir de l'argent, je dis non. Marre que ce soit toujours les mêmes.

 

Déjà, ça m'énerve qu'on ne me laisse plus qu'un mois pour être belle en maillot. Déjà, parce que j'aime bien mon pneu abdominal, que je me suis battu pour réussir à avoir mes plaques de nutella, même si j'ai l'impression qu'elles ont tendance à fondre. Ensuite, parce que je porte très mal le bikini ou le string, à part peut-être celui que j'arrive à me confectionner avec mes poils de fesses, sans les arracher (vive les cours de macramé). Alors si en plus maintenant, je ne peux même pas me consoler en espérant gagner plus d'argent qu'un beau, il ne nous reste plus rien à nous, les moches. Et je ne dis pas ça uniquement pour moi. Je pense également à mes amis défavorisés par la nature et qui du coup se sont lancés dans des carrières peu gratifiantes comme hacker fou ou poubelle de table.

 

Non, décidément, trop, c'est trop. Je demande une revalorisation des salaires pour les moches, des sévices corporels pour les beaux, une visibilité accrus des moches à la télé, tout ça. Qu'on nous rende Maïté, Sim, Groquick et Garcimore. Je sais que ce dernier est mort, mais ça en empêche pas certains autres de faire encore de la télé. Jetons des gravillons aux beaux, ces bourgeois de la vie, ces nobles de l'apparence qui n'ont rien fait pour arriver où ils en sont.

 

Il est enfin temps que les moches de tous les pays se relèvent (ça va faire du monde debout en Angleterre) et se battent pour être aussi valorisés. Qu'on aille bruler Brad Pitt et David Beckham. Et pour ce qui est de leurs femmes, ou de toutes autres belles, envoyez les moi, je les ferai souffrir personnellement. Si, si.

Partager cet article

Repost 0

commentaires