Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 11:32
Elle vit à Bruxelles. Dans une banlieue un peu chicos. Bon, pas vraiment la banlieue non plus, juste au bord de la ville. A la limite de la Flandre, d'où les partisans les plus téméraires vont jusqu'à tagguer le panneau francophone annonçant l'entrée en ville. Ahlalala merveilleux nationalisme.

Ici, on est propre sur soi. Les rues sont dégagées, rien qui traine. Dégagées aussi de panneaux indicateurs, mais il faut ce qu'il faut. On va quand même pas se laisser emmerder par des piétons qui voudraient rentrer chez eux, alors qu'on essaye de se faire un rond point super design. Non, c'est propre, précis, pointu.
Le passe-temps favori de l'indigène, ça semble être de tailler sa haie. Ah c'est carré. Rien qui dépasse. Ou alors, c'est que les locataires sont en vacances. Et celui qui irait jusqu'à s'aventurer à laisser pousser anarchiquement sa haie, il risque de finir avec son chat cloué sur la porte. Idem pour les pelouses qui décideraient de se jouer des 3cm règlementaires. On ne rigole pas avec des gens armés de taille-haies.

C'est vous dire s'ils ont peur quand elles débarquent le soir. La rebellion débarque la nuit ou les jours de pluies. Une vraie invasion. Les vieilles restent cloitrées chez elle en espérant voir le matin. Les jardiniers du dimanche prient en appelant à la pitié pour leurs bégonias. Les chiens hurlent à la mort en songeant à leur gamelle de croquettes qu'ils n'ont pas eu le temps de finir et qu'ils ne reverront jamais. Quand elles arrivent en ville, tout le monde change de trottoir.


Décidément, même dans les quartiers bienfamés, les rues de Bruxelles ne sont plus sûres.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

auroress 23/09/2008 21:17

ce sont mes limaces de mon quartier et tu le dis même pas, hérétique !Et d'abord même pas vrai, ma proprio elle les récolte dans une cagette après le salage, na !!!

Francis 23/09/2008 13:43

J'aime bien les limaces.Je me souviens d'un matin d'été, dans la forêt, j'en ai compté deux cent en dix minutes de marche. C'était bien.

erienne 23/09/2008 11:55

Ils connaissent pas le sel ? bon c'est assez dur à supporter, digne d'une injection létale : convulsion, bave... mais c'est radicale