Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2008 2 08 /04 /avril /2008 14:37
Elle se réveille tôt. Elle a du mal à dormir. Toujours, ou presque. Il est trop tôt pour se lever. Mais que faire d'autre? Trainer l'ennuie. La grasse matinée ne présente d'intérêt que partagée, et elle est bien trop souvent seule, au moins mentalement. Commencer à laisser tourner les choses derrière les paupières, elle n'en a pas besoin. Alors elle se lève quand même.

Après un petit déjeuner laborieux, il ne reste plus qu'à. Soit aller au boulot, soit trainer encore un peu. Soit ne rien faire du tout. Et se laisser entrainer à réfléchir. Trop. Et il faudra bien nourrir le corps à un moment. Alors elle s'active. Elle bouge un peu. Elle va au bureau ou elle range un peu. En attendant que ça passe. En attendant midi. Elle mange sans faim. Les collègues racontent leurs vies qui ne l'intéressent pas. Ou la télévision lui fait la conversation à sens unique. Chercher quoi faire. Quelles directions prendre. Comment choisir. Souvent, elle pense à lui. A son absence, toujours trop longue ou pas assez, qu'il soit parti chercher le pain, ou qu'il quitte définitivement sa vie. Elle se demande s'il se pose autant de questions. Probablement pas. Alors elle se sent coupable de n'avoir pas plus d'assurance. Elle s'accuse du doute. Elle cherche à s'occuper un peu. Elle rentre ou n'a pas bougé, mais le canapé reste son refuge. Et elle redevient in-active. Tout tourne à l'intérieur pendant que le monde continue tout seul. La question maternelle la titille, que ce soit en réclamant le menu du soir ou en absence. Mais ce n'est qu'une question parmi d'autres. La ronde intérieure autour de soi ramène rapidement un autre sujet. En parler relacherait peut-être la pression, mais à qui? Accoster les gens est stupide, les laisser venir est dangereux. Chercher à sortir du cycle ne fait qu'apporter de nouvelles questions.

Alors elle pratique les Pixies en boucle, en patientant jusqu'au soir. Peut-être le sommeil réussira à soulager un peu les bleus. Si elle parvient à le laisser venir. Le roulement à bille neuronal ne s'arrête jamais. L'huile de soucis ne subit aucun frottement. Alors elle attend.


free music

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cubik 09/04/2008 14:33

Cécile> oui??? >)hemylie> ah ben j'ai pas fait espréMélina LOUPIA> genre je ferai que des trucs droles, ca se saurait >)

Mélina LOUPIA 08/04/2008 22:47

Oh, et vala, j'avais dit que ça deviendrait moins drôle.Du coup, c'est émouvant.Tain.Va falloir que je m'y fasse.

hemylie 08/04/2008 16:08

faudrait voir à arrêter de lire dans la tête des filles ! ça fait peur :]

Cécile 08/04/2008 15:21

...