Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2007 1 31 /12 /décembre /2007 01:20
"Vous ne savez pas ce que c'est.
Je ne sais pas si on vous a déjà dit que vous étiez beau mais en tout cas, vous êtes loin d'être moche. Quand vous avez une calvitie, les sourcils d'Emmanuel Chain, des paraboles à la place des oreilles, une péninsule à la place du nez, un sourire qui fait peur ou le poil abondant, c'est distinctif. Quand vous cumulez tout ça, ce n'est plus remarquable mais excluant.
Vous vous retrouvez constamment seul , ou en tout cas, jamais comme un possible concurrent sexuel. Du coup, si on vous apprécie quand même, on cherche tout le temps à vous caser. Ailleurs, bien sur.
Et le grand bal des pas beaux commencent.

On a beau avoir de la compassion pour vous, il ne faut quand même pas être trop exigeant. On ne risque pas de vous présenter Claudia Schiffer. Déjà, parce qu'elles ne sont jamais célibataires et même si c'était le cas, il faut rester réaliste. C'est là qu'on vous parle de la beauté intérieure. Bien sur, les solitaires qu'on vous présente ne sont pas forcément très physiquement intelligentes mais peu importe. L'important est de ne plus être seul, après tout. Et puis vous allez tellement bien ensemble.

Sauf que voilà le scoop. On a beau être laid, on n'en est pas moins superficiel. La beauté intérieure, bien sur. C'est ce qui fait la tendresse, l'amitié, mais jamais la parade nuptiale. Et je ne vois pas pourquoi un physique disgracieux rendrait moins avide de beauté. Au contraire.

Après avoir subi le rejet, qui mieux qu'un défavorisé physique peut comprendre l'envie de couple avec un partenaire beau. Et qui peut plus avoir le droit à la légéreté, au mépris du cageot, au dédain du boudin et au besoin  d'accrocher les canons. Ne pas aimer notre reflet ne nous rend pas moins sensible à la grace. Ce n'est pas parce qu'on n'est pas parent d'une victime du sida qu'on ne peut pas comprendre la perte. Là, c'est pareil.

Alors oui, monsieur le commissaire, oui, je les ai tués. Elles avaient toutes acceptés des troisièmes choix au nom de la suffisance. Elles avaient perdu le respect d'elles-même. Elles s'étaient persuadées qu'avec leurs gueules, c'était déjà bien d'avoir quelqu'un, même si ça ne les rendait pas heureuses. Comme on dit, c'est mieux que rien et le mieux est toujours l'ennemi du bien. De toute façon, elles ne manqueront à personne. Après tout, c'étaient des boudins. Personne ne s'intéresse à elle. Sauf pendant le Téléthon, bien sur."

Partager cet article

Repost 0

commentaires

hemylie 02/01/2008 14:50

ouais, assassinons les résigné(e)s !

Mlle A 02/01/2008 11:43

diantre. scotchée.

Francis 01/01/2008 00:11

Tiens, premier com' de l'année, pour ta pomme.

Francis 31/12/2007 11:20

Ca sonne tellement vrai.En tant que beau, je compatis à ta souffrance.Tiens, tu devrais lire Okilélé de Claude Ponti, au moins ça t'apprendra à devenir ami avec un réveil-matin.

Cécile 31/12/2007 10:53

un thon frais ça peut etre interessant pour faire des sushis...(je te proposerais bien de venir draguer ma jolie collegue celib depuis peu mais les amours à distance j'ai comme l'impression que c'est "un peu" voué à l'echec)