Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 10:12
Sans aller jusqu'au fanatisme, plein de gens ont des marottes. Pour certains, c'est les pins (pas l'arbre, le truc qu'on te plante sur le torse et qui dit "Tout à fait Thierry"). Pour d'autres, c'est les napperons. Et pour d'autres encore, c'est les zombies. Je me rapproche plus de cette dernière catégorie, mais comme j'ai une haute opinion de ma différence, j'ai décidé de m'intéresser au king des zombies, the first, the one, the everything, j'ai nommé Jesus.

Bon ok, le vrai premier zombie, ce serait plutôt Lazare. Surtout que lui, il mange au moins, et il a un corps. Alors que Jesus, on n'en est pas sur. Mais bon, c'est quand même Jesus qui l'a transformé en mort-vivant et ça, ça se respecte. Bon, c'était peut-être pas pure perversion nécrophile, vu que certains éxégètes (oui, c'est un vrai mot) considèrent Lazare comme étant le disciple bien-aimé (ils ont pas du lire le Da Vinci Code, les naifs), mais bon.
Je ne sais pas pourquoi j'ai cet engouement pour ce pécore de Galilée. Pas plus tard que cette semaine, je me regardais encore l'excellente série documentaire Corpus Christi, mais je ne comprends pas bien pourquoi ça me plait. Peut-être un reste de mon attirance pour les mythes et légendes propre à tout enfant sage (si si, c'est vrai). Ou alors le fait que c'était un loser dont on a fait un héros. Qu'il soit devenu un instrument contre son peuple alors qu'il ne cherchait qu'à l'agrandir. C'est peut-être plus ça. Le fait que n'importe quelle personne puisse être transcendée en quelque chose de complètement différent ce qu'elle a pu être et utilisée à toutes sortes de fins. Qu'on peut toujours tout transformer en tout et son contraire. Et surtout, comment on parvient à faire ça.

Du coup, j'attends impatiement la création des églises d'Houdini et d'Elvis, dont on parle comme de nouveaux zombies (they're alive! aliiiiiiiiive!!!). Histoire de voir de près comment on arrive à créer un enseignement, une doctrine à partir de rien. Vivement les apotres à la banane arborant des toilettes en signe distinctif (là où serait mort Elvis, pour les mécrants).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Francis 19/07/2007 10:57

Les zombies, ça poutre.Cervoooooo...